Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Zoubir8

Syrie:nouvelles du front.

Recommended Posts

:salam:

Je propose dans ce topic de mettre des informations venant du front en Syrie.

Je met chaque jour des vidéos et des analyses pouvant permettre de comprendre la situation en Syrie.. Merci de votre confiance.

 

3 juillet 2012 à 16 h 20 min

 

Alep désormais au coeur de la bataille, miliciens abattus

 

En parallèle, le plus gros lot des accrochages semblent depuis que les forces gouvernementales ont décidé d’en finir avec les miliciens de Homs, s’être transféré vers les régions du nord de la Syrie, surtout vers Alep et sa province, proche de la Turquie.

 

Lundi, 9 miliciens au moins ont été abattus dont leur commandant et leur responsable médiatique, plus de dix autres ont été blessés et de nombreux d’entre eux ont été arrêtés, suite à des accrochages avec des forces de l’ordre à Azzaz, dans la province d’Alep.

Selon une source s’exprimant pour le site syrien Arab-Press, parmi les 9 tués figurent 4 qui sont parmi les recherchés les plus dangereux. Les accrochages avec les milices de l’Armée syrienne libre se poursuivent dans les environs, selon le site Taht-ElMejhar. Cette milice avait revendiqué plusieurs attaques contre des barrages de l’armée régulière perpétrée à l’aube du lundi.

 

Des miliciens ont également été tués lorsqu’ils ont pris d’assaut le Centre international pour les recherches agricoles dans les régions sèches (Icarda) (géré par CGIAR et situé dans la province d’Alep) et s’attelaient à vouloir dérober des véhicules. Selon Tahtel-Mijhar, citant un responsable de la mairie ayant requis l’anonymat, des accrochages ont eu lieu dans cet endroit et des miliciens ont été tués et deux éléments des forces de l’ordre ont été blessés. Un véhicule équipée d’une mitrailleuse a également été détruit, et des armements et du matériel de communication confisqués.

Ce mardi, les forces de l’ordre ont à l’appel des habitants perquisitionné une maison dans le quartier Méridien à Alep, et arrêté 5 terroristes et leurs armements.

 

Tués pour avoir insulté la révolution:ranting:

 

Ce mardi, la ville du nord de la Syrie Alep est sur le choc après l’assassinat de trois de ses jeunes, dont un adolescent de 15 ans, qui ont été abattus à bout portant par des hommes armés lors de leur voyage en voiture sur l’autoroute reliant Alep à Lattaquié. Une source a révélé pour Taht El-Mejhar que les auteurs de la liquidation ont envoyé les dépouilles des victimes à leurs parents avec un message précisant que leurs fils ont été tués parce « qu’ils ont insulté la révolution, et c’est le châtiment de tous ceux qui portent atteinte à la révolution ».

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'actualité armée du jour en Syrie.

De Douma à Homs : impressions filmées

Par Guy Delorme, le 4 juillet 2012

Pour la journée du mardi 3 juillet, en tous cas pour ses dernières heures, l’OSDH mettait l’accent sur des combats – qui selon lui, « faisaient rage » – à Homs, « aux abords » de Bab Amr, naguère bastion de la rébellion et repris début mars par l’armée. L’OSDH établit le bilan de mardi à 77 morts, dont 52 « civils« , donc pour une bonne part des hommes en armes.

À Douma, dans la banlieue nord-est de Damas, l’armée a repris le contrôle de la ville, et continue de découvrir des caches d’armes. À ce sujet la chaîne iranienne Al Alam TV a consacré, le 3 juillet, un reportage sur la situation à Douma : contrairement à ce qui a été prétendu par des opposants, la mosquée et son minaret sont intacts, à part quelques vitres brisées ; pour ce qu’on en aperçoit, Douma semble voir peu souffert des affrontements ; on voit aussi des habitants, ou des employés de la voirie, réhabilitant leurs quartiers ; selon les témoignages d’habitants, les activistes armés étaient plusieurs centaines, avec nombre d’étrangers cagoulés, dont des Nord-africains, et ils étaient très bien organisés ! Les médias syriens ont indiqué néanmoins que es bandes avaient perdu dans les récents combats des dizaines d’hommes, avant de devoir évacuer le secteur :

 

‫????? ???? ?????? ?? ???? 3-7-2012‬‎ - YouTube

 

Dans un autre reportage, le gouverneur visite la ville ; il assure que tous les approvisionnements ont été assurés pour permettre le retour des habitants et il déclare que ces derniers seront indemnisés pour leurs biens endommagés :

 

‫???? ???? ??? ??????? ?????‬‎ - YouTube

 

En ce qui concerne Homs, on peut profiter du regard, il est vrai iranien et pro-gouvernemental, de Hussein Mortada, le correspondant de la chaîne Al Alam, qui a effectué une journée de reportage à Homs, le 2 juin. Même si l’on ne comprend pas l’arabe, on peut se faire une idée de l’atmosphère dans les quartiers récemment débarrassés des terroristes ASL. Ou encore infectés : Mortada, muni d’un gilet pare-balles, et accompagné de soldats, doit parfois franchir en courant certaines petites rues, ou observer précautionneusement les positions ennemies derrière un store ; les snipers ASL sont en effet aux aguets, et l’on entend des échanges de tirs nourris. Très souvent, on voit des ouvertures pratiquées grossièrement dans les murs des cloisons des maisons, pour faciliter les déplacements des activistes. À un moment, le reporter iranien parvient à établir un contact radio avec un groupe de rebelles qui le couvrent d’insultes. Sinon, les caméras iraniennes montrent des destructions, des locaux qui auraient été transformés en lieux de détention et de tortures des otages et suspects des terroristes. Et puis l’on voit aussi Mortada examiner un plan de secteur de la ville en compagnie de militaires qui lui expliquent leur stratégie de reconquête. Et bien évidemment, on constate que ces quartiers disputés de Homs sont devenus autant de villes-fantômes, où l’on ne croise âme (civile) qui vive…

 

 

Pour en savoir plus, un entretien d’une heure de Hussein Mortada accordé à la chaîne syrienne (récemment victime d’un attentat à la bombe) Al Ikhbarya Sourya, en date du 30 juin :

 

Hussein Mortada 30 06 1 - YouTube

 

 

 

Procès d’enfant, exécution de civils : la « justice » ASL à l’oeuvre

 

Parmi les vidéos glanées sur la toile par les amis d’Infosyrie, nous avons sélectionné celles-ci, qui montrent assez bien à qui les militaires, policiers mais aussi civils syriens ont affaire. À une heur, où le gouvernement syrien est régulièrement et bruyamment accusé de torturer et de tuer des enfants – même si la « madame droits de l’homme » de l’ONU, Navi Pillay, vient juste de reconnaître que l’opposition s’était rendu coupable aussi de crimes et de tortures – il n’est pas inutile de montrer de quoi sont capables à cet égard certains activistes. Dans la première vidéo, en effet, des combattants cagoulés sur fond de drapeau de l’opposition encadrent un jeune enfant qu’ils accusent d’être un criminel pro-régime. Nous avouons ne pas avoir saisi la sentence, mais la mise en scène est déjà « parlante », quant au peu de cas que font ces enragés de la vie de leurs adversaires ou supposés tels, quel que sot l’âge de ceux-ci :

 

‫???????? ????????? ????????? ???? ??????? ?????? ???? ???? ???? ????? ??? ????? ?? ?????? ???? Syria Tube‬‎ - YouTube

 

Dans la deuxième vidéo, c’est bien un adulte, et apparemment un civil, qui est abattu de balles dans le dos, suite sans doute à un « procès » révolutionnaire et aux mêmes accusations (de soutien au régime). Combien d’exécutions sommaires de ce type en Syrie ? Des centaines depuis des mis, et beaucoup à Bab Amr du temps où l’ASL et a brigade al-Farouq y faisaient la loi.

 

SYRIE/ Les bandes armées terroristes de l'armée libre ASL exécutent sauvagement un homme - YouTube

 

L’objectif n°1 est donc plus que jamais, pour l’armée et la grande majorité des Syriens, de purger le pays de ces fanatiques pratiquant un « Islam du chaos ». Dans les dernières heures du 3 juillet, Sana signalait encore un accrochage à Deir Hafer, dan les environs d’Alep, au cours duquel, trois véhicules des rebelles ont été détruits et la plupart des passagers tués. Et un autre affrontement dans la ville de Deir Ezzor s’étant soldé lui par la destruction de six véhicules de combat des rebelles. Autant qui ne tueront, n’enlèveront, ne tortureront plus !

Share this post


Link to post
Share on other sites
La prochaine fois c'est le vert :mdr:

 

keskec'est k'ce Rose et ce " chou" tu joue à la shampouineuse ?

 

 

 

bah j'essaye de m'intégrer :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il te manque l'avatar qui va avec demande à Zoubir il s'y connait lui !

 

 

Sinon le rose te va à merveille :D

 

 

Ca fait avatar de meuf j'aime pas :mdr:

 

Merkiiii :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Analyse de quelqu'un d'extérieur à la Syrie et qui semble se documenter avec les vidéos du Net. Remarquez qu'il ne parle pas des livraisons d'armes qataries à l'Asl.

Syrie, possible succès des rebelles

LE MONDE | 02.07.2012

 

Par Thomas Pierret, maître de conférences en islam contemporain à l'université d'Edimbourg (Ecosse).

Jusqu'il y a peu, de nombreux observateurs du conflit syrien s'accordaient sur le fait que les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) n'avaient aucune chance de vaincre les centaines de milliers de combattants loyalistes et leur profusion d'armements lourds fournis par la Russie.

Pour les tenants de ce point de vue, la militarisation du soulèvement

ne menaçait pas la survie du régime de Bachar Al-Assad mais lui

accordait au contraire un sursis en lui offrant de mener

la lutte sur son terrain favori. Les développements des dernières

semaines suggèrent toutefois qu'une victoire des insurgés constitue

désormais une perspective peut-être encore éloignée, mais nullement

invraisemblable.

 

 

En février, les gains territoriaux de l'insurrection ont convaincu le régime syrien de faire

ce dont il s'était abstenu jusqu'alors, c'est-à-dire déployer

massivement chars lourds, artillerie de gros calibre et hélicoptères.

Toutefois, près de cinq mois après le lancement de cette

contre-offensive, les résultats ne sont guère convaincants. Aucune des

zones occupées par les insurgés avant février n'a pu être reconquise de

manière durable et effective puisque, dans tous les cas, des éléments armés s'y sont réinfiltrés.

 

A Homs, par exemple, alors que les forces régulières annoncent

l'imminence d'un assaut "décisif" sur le centre-ville, les rebelles

viennent de reprendre

le contrôle de plusieurs check-points dans le quartier de Baba Amr,

cible d'un terrible siège en février. En outre, les six derniers mois

ont vu l'insurrection gagner de nouveaux territoires comme la province d'Alep, la région de Deir ez-Zor à la frontière avec l'Irak, l'arrière-pays sunnite de Lattaquié, de proches banlieues

de Damas (Kafr Sousse) et même, dans une moindre mesure, une partie du

coeur historique de la capitale (Midan). Au total, selon les Nations

unies, 40 % des régions habitées du pays échapperaient au contrôle du pouvoir central.

 

La force de l'opposition armée ne tient pas dans ses qualités

intrinsèques, exception faite du très large soutien populaire dont elle

fait l'objet : ses quelques dizaines de milliers de combattants, dont

une forte proportion de volontaires inexpérimentés, se répartissent en

une multitude de brigades locales, certes de plus en plus coordonnées

entre elles, mais toujours dépourvues de commandement national ; ces

brigades ne possèdent pour l'essentiel que ce qui constitue l'équipement

de base des unités de l'armée syrienne (kalachnikov, fusil de précision

Dragunov, mitrailleuse PKT et lance-roquettes RPG-7) et n'ont

généralement acquis d'équipements plus sophistiqués (en particulier des

missiles antichars Metis et Kornet) qu'en les capturant aux forces

régulières ou en les achetant à des officiers corrompus.

 

Pour l'ASL, les chances de l'emporter

résident donc plutôt dans les nombreuses faiblesses structurelles des

forces loyalistes. En dépit de leur apparente solidité, ces dernières

sont en effet dans une posture des plus inconfortables pour mener une guerre de contre-insurrection.

 

Le premier problème de ces forces est leur manque d'effectifs face à

la multiplication des fronts ouverts par les insurgés. Le chiffre

fréquemment cité de 300 000 hommes d'active est théorique, une partie

seulement d'entre eux sont réellement utilisables contre l'opposition.

La contestation s'ancre en effet prioritairement dans les régions

sunnites pauvres, c'est-à-dire là où l'armée de Bachar Al-Assad recrute la majorité de ses hommes.

 

Face au risque de désertions, le régime s'appuie sur ses soldats les

plus loyaux (alaouites, membres de certains clans bédouins et Kurdes) et

sous-emploie délibérément les éléments perçus comme les moins fiables.

Pour les mêmes raisons, des supplétifs civils (les fameux chabbiha) ont été massivement recrutés parmi les segments "sûrs" de la population, mais leur manque d'expérience et d'équipement ne leur permet pas de compenser l'insuffisance numérique des troupes régulières.

 

C'est ce manque d'effectifs qui, à partir du mois de février, a poussé le régime à user de son avantage incommensurable en termes de puissance de feu. Ce choix, on l'a dit plus haut, ne permet pas d'enrayer

l'extension de l'insurrection. C'est que, incapable de déployer

suffisamment de garnisons pour opérer un maillage étroit du territoire,

le régime ne cherche pas à rétablir l'ordre et les services

publics mais opte pour une approche purement punitive : blocus des

localités rebelles, bombardements, raids de blindés, exécutions

sommaires, rafles, incendies de maisons et de plantations, obstruction

des puits ou encore pillages.

 

Dans de telles circonstances, il est devenu impensable pour les

troupes du président syrien, largement perçues comme une force

occupante, de pouvoir un jour reconquérir "les coeurs et les esprits", objectif primordial de toute stratégie de contre-insurrection.

 

Un second problème se posant au régime est celui des centaines de

milliers de déplacés jetés sur les routes par la "solution militaire".

On est ici face à un autre aspect crucial de la lutte

anti-insurrectionnelle, à savoir la nécessité, pour reprendre la métaphore de Mao Zedong, de séparer les "poissons" (les rebelles) de l'"eau" dans laquelle ils évoluent (la population).

 

Parmi les réponses apportées à ce problème durant les guerres

contre-insurrectionnelles de l'ère moderne, aucune n'était envisageable

par le régime syrien : une politique

d'extermination à grande échelle aurait accru le risque d'intervention

militaire étrangère, de même qu'un exode massif des déplacés vers les

pays voisins ; quant à regrouper

les populations concernées dans des camps, comme le firent les

Britanniques durant l'insurrection malaisienne (1948-1960), cela aurait

nécessité des ressources financières que l'Etat syrien ne possède pas.

 

Faute d'alternative, les autorités ont donc laissé les réfugiés s'établir là où ils pouvaient espérer jouir

de quelque solidarité. Par exemple, bon nombre des sunnites d'Homs ont

élu domicile chez leurs coreligionnaires damascènes, venant de ce fait grossir les rangs de l'opposition dans des quartiers déjà farouchement hostiles au régime.

 

Handicapées en termes d'effectifs et de rapport à la population, les

forces de répression le sont également d'un point de vue matériel. Le

manque d'effectifs induit d'importants déplacements

d'hommes à travers le pays, des trajets que les milices supplétives

effectuent souvent dans de simples bus qui constituent des proies

faciles pour l'ASL.

 

Même les blindés ne sont guère adaptés. Certes, les tanks lourds

comme le T-72 demeurent un atout appréciable pour l'armée régulière mais

seule une minorité de ces engins ont été dotés de blindages réactifs

offrant aux équipages un degré de protection comparable à celui des

chars occidentaux de conception récente.

 

De plus, sur les théâtres d'opérations, l'infanterie se déplace à

bord de BMP-1, des blindés conçus pour la guerre de mouvement plutôt que

pour la contre-insurrection. Les recrues lui reprochent notamment sa

grande vulnérabilité aux RPG-7 et aux engins explosifs improvisés, une

vulnérabilité dont attestent presque quotidiennement les images de

carcasses fumantes de ces engins diffusées par l'ASL.

 

L'armée syrienne est par ailleurs dépourvue de véhicules de

patrouille résistants aux mines, une arme dont les Occidentaux se sont

équipés à prix d'or dans les conflits afghan et irakien. Un dernier

handicap des forces loyalistes est le manque d'appui aérien.

Probablement par crainte de donner des arguments aux partisans de l'imposition d'une zone d'interdiction de survol, le régime s'est abstenu jusqu'à présent d'utiliser ses avions dans le conflit et n'a déployé que des hélicoptères.

 

Dans de telles circonstances, il n'est pas forcément imprudent d'avancer que l'ASL pourrait faire

pencher la balance en sa faveur si elle se dotait de systèmes antichars

et antiaériens plus efficaces. Sur ce plan, la logistique des rebelles

est encore très loin d'être optimale mais s'est néanmoins améliorée par

rapport au début de l'année, tant en raison des donations d'origine

privée (diaspora syrienne, collectes de fonds organisées dans le Golfe)

que du soutien encore timide mais néanmoins croissant de pays, tels que

l'Arabie saoudite et le Qatar. Jusqu'au sortir de l'hiver, l'extrême dénuement des combattants des insurgés témoignait de la quasi-inexistence de l'aide apportée par ces Etats.

 

Cette aide s'est ensuite mise en branle à mesure que l'ASL démontrait

sa capacité de résistance et, partant, sa crédibilité en tant qu'acteur

du conflit.

 

De cette dynamique témoigne notamment la création, début juin à

Istanbul, du Front des révolutionnaires syriens, une structure

politico-militaire proche de l'Arabie saoudite à laquelle se sont ralliées les Brigades des hommes libres de Syrie (Ahrar al-Sham), principale force insurgée dans la province d'Idlib.

 

Soulignons, pour conclure, que la montée en puissance de l'ASL ne signifie pas nécessairement la fin de toute solution politique au conflit. Pour l'emporter, en effet, les rebelles syriens ne doivent pas forcément marcher

sur le Palais du peuple, sinistre casemate présidentielle surplombant

Damas. En d'autres termes, la victoire politique de l'opposition ne

présuppose pas nécessairement sa victoire militaire totale.

 

Cette victoire politique peut-être déjà remportée requiert seulement

que les insurgés grignotent suffisamment de territoires pour convaincre les parrains russes et iraniens de Bachar Al-Assad que leur protégé est condamné et qu'ils n'ont d'autre choix que d'abandonner leurs projets de réformes cosmétiques au profit d'un véritable changement de régime.

 

Arabisant, Thomas Pierret

est titulaire d'un doctorat obtenu à l'Institut d'études politiques de

Paris et à l'Université catholique de Louvain. Il a séjourné à

l'université de Princeton et a vécu plusieurs années en Syrie. Il a

publié "Baas et Islam

en Syrie : la dynastie Assad face aux oulémas" (PUF, 2011). Cet ouvrage

présente les acteurs les plus influents de la scène religieuse syrienne

 

 

 

Thomas Pierret, maître de conférences en islam contemporain à l'université d'Edimbourg (Ecosse).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest mounir 19

c'est question de temps et non d'armes la rébellion essaie de le plus possible de rallier a ca cause le plus possible de militaire ce qui réduira les frais de cette guerre en vie humaine et en infrastructure et argent ..

voila en quoi excelle les soldats d'al fassad plus ils on font plus leur fin approche !

 

[YOUTUBE]?v=IfJgg_tX3l0&feature=player_embedded[/YOUTUBE]

Share this post


Link to post
Share on other sites
c'est question de temps et non d'armes la rébellion essaie de le plus possible de rallier a ca cause le plus possible de militaire ce qui réduira les frais de cette guerre en vie humaine et en infrastructure et argent ..

voila en quoi excelle les soldats d'al fassad plus ils on font plus leur fin approche !

 

[YOUTUBE]?v=IfJgg_tX3l0&feature=player_embedded[/YOUTUBE]

 

on peut savoir pourquoi ces soldats filmeraient et mettraient leurs "exploits" en ligne ???

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest mounir 19
on peut savoir pourquoi ces soldats filmeraient et mettraient leurs "exploits" en ligne ???

 

............

 

ben la réponse est dans ta question pour eux c'est un exploit !! deja que le militaire a un caractère un peu spécial tu dois surement savoir a quoi je fais allusion ...donc si on rajoute a cela le fait qu'il soi politisé et convaincu de la justesse de ca "cause" ben ca donne logiquement cela ! :D

certaines de c'est vidéo son acheter au comptant d'autres récupérer sur des corps sans vie un peu comme avec la guerre d’Irak c'est de cette façon qu'on a eu a découvrir les pratiques des GIS et des mercenaires ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Citation:

BEYROUTH (Reuters) - L'armée syrienne a pris vendredi le contrôle du bastion rebelle de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib (nord), après une attaque sur la ville appuyée par des hélicoptères, a annoncé un porte-parole des insurgés.

"L'Armée (syrienne) libre s'est retirée de la ville la nuit dernière faute d'avoir suffisamment de munitions, l'armée de (Bachar) al Assad en a pris le contrôle", a déclaré Abou Hamam, un porte-parole des rebelles qui a pris la fuite dans un village voisin.

"Ils brûlent les maisons. Ils ont brûlé ma propre maison. Je vois la fumée s'échapper dans le ciel de là où je suis", a-t-il ajouté.

Khan Cheikhoun, qui compte plus de 70.000 habitants, est situé au nord de Hama, sur l'axe routier reliant Damas à Alep. La localité constituait l'un des nombreux fronts où l'armée syrienne lutte contre les insurgés.

Selon des opposants, 80% de la population locale a fui la ville depuis jeudi.

Les rebelles ont reconnu avoir essuyé de lourdes pertes lors de la bataille, qui s'est intensifiée à partir de mercredi soir.

 

L'armée syrienne prend un fief rebelle dans le nord - Yahoo! Actualités France

Share this post


Link to post
Share on other sites

Homs : al-Khaldeeye sous contrôle?

En tous cas, sur le terrain réel, les protégés médiatiques de messieurs Malbrunot et Pierret ne semblent quand même pas à la fête tous les jours : l’OSDH parlle pour la journée de dimanche de violentes offensives de l’armée dans les secteurs de Rastan et al-Qusayr.

À Homs, en tous cas, Al Khaldeeye, l’un des derniers quartiers tenus par les terroristes, a été semble-t-il entièrement reconquis par l’armée arabe syrienne. Un reportage de la chaîne syrienne Addounia TV a été diffusé hier, son équipe ayant passé cinq heures pour rendre compte de l’état du quartier. Comme on l’imagine, les dégâts des bâtiments, et des biens publics et privés, sont très importants comme c’était le cas à Bab Amr. Le reportage explique que partout où ils passaient, les activistes ASL faisaient exploser des bâtiments, les piégeaient, détruisaient les cloisons des maisons pour se déplacer de maison en maison. Selon un militaire interrogé, les bandes armées avaient utilisés des civils comme boucliers humains ce qui a compliqué la tâche des forces spéciales, et a retardé leur avance. Mais retardé seulement.

Ci-dessous, le reportage sur Homs :

 

‫???? ?????? ????? ?? ?? ???????? 7-7-2012‬‎ - YouTube

 

Restons à Homs et enchaînons avec un reportage d’une télévision russe, en prise directe sur les combats. Cela nous vaut des images impressionnantes de combats de rues, d’activistes abattus ou capturés. Un militaire exhibe devant la journaliste russe, qui accompagne les soldats dans leur progression, des armes made in America.

 

Ci-dessous le reportage russe sur les combats de Homs :

 

‫???? ????? ?????? ?????? ??????? ????? ????? ????‬‎ - YouTube

Toujours à Homs, visionnons un incident de tir apparemment fatal à des artilleurs de l’ASL en stage de formation. L’agence Sana fait souvent état de bombes artisanales explosant au nez de leurs manipulateurs, mais cette fois c’est un mortier qui éclate au milieu d’un groupe ASL de Homs, incident survenu apparemment le 8 juillet au matin, dans un quartier non précisé de la ville.

Ci-dessous le vidéos sur l’ »incident de tir » ASL :

 

‫???? ???????? ??????? ????? ????? ??????? ???? ?????‬‎ - YouTube

‫??? ???? ?????????? ????? ??? ???????‬‎ - YouTube

 

De façon moins anecdotique, Sana rend également compte, pour la journée du dimanche 8 juillet….

 

-De la mise en échec d’une tentative d’infiltration depuis la Turquie à al-Fouz, non loin de la ville de Jisr al-Choughour : plusieurs pertes côté insurgés, pas de pertes chez les forces de l’ordre.

 

-De la quasi-destruction d’un groupe entre Homs et Talkalakh (à une trentaine de kilomètres à l’ouest de Homs et sur la frontière libanaise), Sana donnant les noms de trois de ces activistes abattus.

 

-De la destruction dimanche matin de deux pick-up et de la mort de plusieurs insurgés à al-Qusayr (entre Homs et la frontière libanaise), deux éléments de l’armée étant blessés.

 

-De l’assassinat par d’autres bandes du dentiste Ali Jamil Abbas dans son cabinet de Jobar, dans l’agglomération de Damas, et du commerçant Haythem Jamil Mohammad et de son fils, dans un autre secteur de la capitale. Ce dernier type d’ »opérations » étant évidemment moins risqué pour les « brigades » de l’opposition radicale.

 

Grandes manoeuvres et grandes offensives de l’armée

 

Non le « djihad » islamo-atlantiste n’est pas, n’en déplaise à leurs « relations publiques » françaises, une promenade de santé pour les groupes armés, barbus, demi-barbus ou virtuellement barbus, vraiment salafo-wahhabites ou maquillés en combattants de la démocratie : tous les jours, et particulièrement ces derniers jours, les « brigades » ASL et/ou islamistes paient un lourd tribut en combattants à leur vaste entreprise de destruction et de déstabilisation. En combattants « de base » mais aussi en responsables. Sur la vidéo suivante, on voit la dépouille du chef de la « Brigade Ahrar al-Sham », fraîchement abattu par les soldats syriens.

 

‫????? ?????? ?????? ???? ???? ????? ????? ????? ????‬‎ - YouTube

 

Et tandis que l’armée envoie des coups de plus en plus durs à l’ASL, la marine de guerre a poursuivi sans incidents ses manoeuvres en Méditerranée, avec force tirs de munitions et de missiles. Et aussi des exercices de repérage de sous-marins, en un message clair aux Américains qui avaient au moins une unité de ce type à proximité des eaux territoriales au moment de l’incident duF4 turc; une simulation d’opération de débarquement de forces spéciales et d’hommes-grenouilles appuyés par des unités aériennes

 

Et l’Armée de terre a relayé les exercices de la Marine, manoeuvrant des blindés, des batteries d’artillerie, le tout sous l regard du chef d’état-major des forces syriennes, le général Fahd Jassem al-Freij.

 

Bien sûr, ces manoeuvres combinées terre-mer n’avaient pas une finalité seulement « technique » : il s’agissait aussi, pour le gouvernement, de montrer que l’armée n’était pas aussi démotivée et démoralisée que l’écrivent et l’espèrent les désinformateurs des deux côtés de l’Atlantique. Et qu’apparemment, il reste encore pas mal de généraux pour commander les troupes. On peut même dire que la Syrie s’est payée le luxe d’organiser des manoeuvres d’une ampleur assez importante alors qu’elle poursuit, sur tous les fronts, le combat très réel contre les bandes armées. En tous cas, pas un avion turc, pas un sous-marin américain n’est venu perturber cette démonstration de force et de résolution.

 

Ci-dessus, vidéo sur le deuxième jour des manoeuvres :

 

‫????? ?????? ???? ??????? ???????? 8 7 2012‬‎ - YouTube

Share this post


Link to post
Share on other sites

Images de guerre

 

Par Guy Delorme, le 11 juillet 2012

 

Une unité de l’armée patrouille dans Douma (banliue nord-est de Damas) début juin.Depuis la reconquête de cette ville, l’armée arabe syrienne n’a cessé d’attaquer tous azimuts les positions de l’ASL, lui infligeant des pertes de plus en plus lourdes

 

 

 

L’OSDH signalait des accrochages entre rebelles et militaires à l’aube de ce mercredi à Qadam, un quartier de Damas, dans le quartier de Kafar Soussé à Homs et à un point de contrôle de l’armée à Alep, deux soldats ayant péri dans ce dernier incident. Et donne pour la journée de mardi le bilan invérifiable suivant : 82 morts dont 30 civils ou supposés tels, 26 rebelles et 26 militaires.

 

Fins de djihad…

 

Pendant ce temps le site pro-syrien Syria Tube a publié les 9 et 10 juillet des vidéos montrant les corps de combattants présentés comme des chefs de l’ASL – leurs noms sont indiqués. Dans la première, ce sont trois morts qui sont veillés par leurs camarades. Dans la seconde, on voit tout d’abord un autre de ces chefs de groupe, du nom de Hussein Tlass, haranguer ses troupes de la brigade al-Farouq, l’unité d’ »élite » de l’ASL, repliée de Homs sur al-Qusayr et Rastan, villes situées au sud-ouest et au sud de Homs. Puis la vidéo passe à un gros plan du visage de ce Tlass, mort, visiblement suite à une blessure à la tête. L’homme serait tombé à Rastan dans des combats avec l’armée. Lui aussi est veillé par ses compagnons d’armes qui ponctuent son éloge funèbre des traditionnels cris de « Allah akbar ! ».

 

Évidemment l’homonymie avec Abdel Razzak Tlass, chef de la bridade al-Farouq, pose question mais il ne s’agit à l’évidence pas du même homme : un autre cousin de cette « turbulente » famille ?

 

Autres images de cette guerre déclarée par Bachar au terrorisme, comme on n’en voit pas sur nos écrans : l’entrée d’une unité de l’armée dans une localité reconquise.Dans cette séquence put-être empruntée à une des quatre chaînes syriennes, nous voyons une longue colonne de fantassins casqués, apparemment de bonne humeur remonte une rue pavoisée aux couleurs de la Syrie réelle et de portraits de Bachar ; certains tirent en l’air ; il n’y a pas beaucoup d »habitants mais on entend des applaudissements et des « youyous ». S’agit-il de la ville de Khan Cheikhoun, située sur l’axe Damas/Hama (et au nord de cette dernière ville) et reprise par l’armée le 6 juillet ? En tous cas, avec les offensives en cours, ce genre de scène, on l’espère, devrait se généraliser.

 

Quand TF1 bouscule les « conventions admises »…

 

Enfin il faut signaler ce reportage diffusé mardi 10 juillet dans l’édition de 20 heures du journal de TF1 : l’équipe de Patricia Allémonière s’est rendu à l’hôpital militaire de Damas-Tichrine. Elle y a filmé des obsèques de militaires, qui se poursuivent – 25 cercueils ce lundi matin 9 juillet. Et puis il y a les blessés qui arrivent – la commentatrice précise que certains ont été « égorgés » – et parmi ceux-ci, une femme d’officier, touchée par un sniper insurgé alors qu’elle sortait d’une résidence militaire avec ses deux enfants. Elle est alaouite, et le commentaire en profite pour évoquer une guerre confessionnelle en gestation, reprenant implicitement ce simplisme mensonger : sunnite = opposant.

 

L’équipe recueille les déclarations – pro-régime – de leurs proches, et surtout ceux de médecins qui expliquent que visiblement les rebelles bénéficient d’un armement plus performant, notamment des fusils à lunette, qui occasionnent des blessures plus graves qu’avant. Ces médecins sont filmés de dos, non par crainte du régime , mais parce que certains d’entre eux, précise le commentaire de la reporter de TF1, ont été assassinés par des opposants. À la fin du reportage, Patricia Allémonière, tout en conservant une tonalité globalement anti-gouvernementale, explique qu’en effet « une partie » du peuple syrien continue de soutenir le régime et que Bachar n’a pas tort quand il accuse des puissances étrangères comme la Turquie l’Arabie séoudite ou le Qatar de financer et armer les rebelles. Patricia Allémonière ajoutant qu ces pays et leurs alliés de l’OTAN « aimeraient bien en finir avec cette Syrie amie de l’Iran« . La journaliste conclut en disant que Bachar est déterminé à gagner cette guerre non déclarée, et entend mobiliser autour de lui les Syriens « silencieux« , « et ils sont nombreux » reconnait Patricia Allémonière. Des vues de rassemblements de soutien à Bachar illustrent ces derniers commentaires.

 

Au total, et eût égard à la norme en la matière, une vraie petite séance de « réinformation », un rien réticente mais effective, et dispensée par un journal télévisé à l’impact encore important dans le public français. Les téléspectateurs de TF1 auront peut-être retenu qu’il y a une autre Syrie que celle dont on leur parle en continu, une Syrie meurtrie mais déterminée à lutter contre ds rebelles effectivement impitotoyables et soutenus par l’étranger.

 

 

 

Ci-dessous les vidéos sur les ASL tués (merci à Marcel) :

 

‫???? ????? ???????? ??????? ?? ???????? ?????????‬‎ - YouTube

 

Syria Tube - ???? ??????? ??? ????? ???????? ???? ???? - YouTube

 

Puis la vidéo de l’entrée des militaires syriens dans une ville libérée :

 

Syria Tube ???? ???? ????? ?????? ?????? - YouTube

 

Enfin, le reportage de TF1(merci à Bassel) :

 

Un petit moment de ré-information au 20h de TF1 sur la Syrie 10/07/2012 - YouTube

Sources: InfoSyrie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Lu sur le Net:

Regardez la télévision Syienne (Souria) ou Addounia TV!

C’est extraordinaire, les populations qui ontfuit ou été chassées par les terros sont en trainn de revinir à Homs!

C’est magnifique, de longue files de voitures, des embouteilleges sur les boulevards de Homs, et les occupants de ces voitures poussent des oufs de soulagement d’êtres débarrassées de ces hordes de criminels par l’Armée Arabe Syrienne!

 

C’est aussi la fête en Maurétanie après l’annonce de la libération de Homs des mains des hordes crminelles."

 

 

Zoubir le 1 mars 2012

 

PS: Calme toi avec tes nouvelles du front...ça résiste mal à l’épreuve du temps

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Lu sur le Net:

Regardez la télévision Syienne (Souria) ou Addounia TV!

C’est extraordinaire, les populations qui ontfuit ou été chassées par les terros sont en trainn de revinir à Homs!

C’est magnifique, de longue files de voitures, des embouteilleges sur les boulevards de Homs, et les occupants de ces voitures poussent des oufs de soulagement d’êtres débarrassées de ces hordes de criminels par l’Armée Arabe Syrienne!

 

C’est aussi la fête en Maurétanie après l’annonce de la libération de Homs des mains des hordes crminelles."

 

 

Zoubir le 1 mars 2012

 

PS: Calme toi avec tes nouvelles du front...ça résiste mal à l’épreuve du temps

 

Homs est libérée quartier par quartier. Il ne faut pas mélanger khouya.

Le travail de l'armée est difficile car elle fait attention aux civils et l'asl reçoit bcp d'armes et de renforts à travers la frontière.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour son édition datée du 15 juillet, rendant compte d’événements survenus tard le 14 et tôt le 15, Sana dresse la liste d’incidents suivante :

 

-à l’aube du 15, deux tentatives d’infiltration successive depuis le Nord Liban, dans le secteur d’al-Jorah (ouest de Homs et d’al-Quasayr) ont été mises en échec avec des « pertes considérables » pour les rebelles. À al-Qusayr même, l’explosion d’un atelier de confection de bombes et d’engins piégés a entraîné la mort de plusieurs activistes ;

 

-dans le secteur d’Idleb, sur la route al-Frikeh/Jisr al-Choughour (à l’ouest d’Idleb non loin de la frontière turque), une voiture particulière qui tentait de fuir un contrôle a été prise sous le feu des forces de l’ordre : le chauffeur a été tué, et des munitions pour différents types d’armes ont été trouvées à bord ; toujours dans le secteur de Jisr, l’armée a traqué un groupe qui avait commis des actions et exactions : rattrapée, la bande a subi de « lourdes pertes« , et deux de ses véhicules « auto-mitrailleuses » ont été détruits

 

-à al-Boukamal, ville de 60 000 habitants située sur l’Euphrate et sur la frontière avec l’Irak, un accrochage a entraîné des pertes chez les insurgés : Sana cite le nom de Yassef Hussam al-Ahmad, un terroriste fiché, qui figure parmi les tués ;

 

-enfin, à Homs, dans le quartier (nord-ouest) de Jourat al-Chiyah, un groupe de 18 rebelles s’est rendu aux autorités, sans doute dans le cadre des promesses d’amnistie faites pour réduire les derniers groupes s’accrochant encore au cente de la ville. Peut-être aussi l’effet du travail du comité de réconciliation inter-religieux Mussahala (voir notre article « Un nouveau reportage « équilibré » deTF1 à Homs… », mis en ligne le 14 juillet).

 

Pour son bulletin du 16 juillet, rendant donc compte d’incidents intervenus dans l’après-midi et la soirée du 15, et dans la matinée du 16, Sana annonce :

 

-l’interception, le 15, dans la région d’Idleb, d’un groupe de trois pick-up de rebelles : deux des véhicules ont été détruits, le troisième saisi, les passagers étant abattus ;

 

-un accrochage, hier soir à Deir Ezzor, qui a décimé une bande armée ;

 

-un autre accrochage du côté d’al-Saïfr dans les environs d’Alep : là encore le groupe insurgé a subi des pertes sévères ;

 

Sana ne dit rien des opérations encore en cours à Damas-Tadamone pour ce 16 juillet. Mais dans son bulletin en date du 15, l’agence fait état d’un accrochage dans ce quartier ayant entraîné des pertes « lourdes » chez les activistes…

Sources InfoSyrie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le 16/7/2012

La vigilance de notre ami Bwane, et le cyber-militantisme de Syria Tube nous valent ces images prises à Tadamone côté insurgés : on en voit au début une dizaine, équipés de fusils d’assaut, de fusils à lunette et de RPG,, embusqués derrière des sacs de sable et une sorte de grande benne industrielle ; pendant cinq minutes on les voit tirailler en criant « Allah akbar ! » sur le débouché d’une rue, sur un ennemi invisible, où finit pourtant par se profiler un blindé ; qui ouvre semble-t-il le feu à la mitrailleuse lourde, et peut-être leur expédie un obus. Au bout de la séquence, les rebelles ne sont plus que trois, les autres s’étant repliés. Et le blindé n’a pas bougé, les balles des rebelles étant sur lui aussi impuissantes apparemment que leurs incessantes invocations du nom d’Allah.

 

SyriaTube-????? ?? ??????? ?? ??? ???? ????? - YouTube

 

Autre choix de vidéo signée Syria Tube : une colonne de l’armée progresse dans une zone urbaine visiblement touchée par des combats – dans la région d’Idleb – avec des blindés légers. La plupart sont à pied, d’autres à moto ou juchés sur des blindés ; certains casqués, d’autres casquettés, certains sont chaussés de rangers, d’autres de chaussures de sport. Le tout avec une bande-son de chant patriotique. C’est, si l’on veut anecdotique, mais permet de mettre des visages sur cette abstraction journalistique récurrente, l’armée syrienne, qui empêche les stipendiés du Qatar et les figurants de l’OTAN de transformer un grand pays arabe en dominion de Washington et de Ryad. Cela valait donc la peine d’être montré…

 

D’autant qu’il ne s’agit pas là de propagande creuse, déconnectée du réel : une deuxième vidéo montre le « legs » des bandes ASL chassées de Mhardeh – ou Muharadah, une petite ville arrosée par l’Oronte à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Hama : des ruines, des cadavres de civils, et d »autres civils, souvent blessés,qui témoignent de qu’ils ont dû endurer. Du moins ceux-là sont vivants :ce mini-reportage se conclut par un office funèbre – pour quatre ou cinq victimes des démocrate ASL – célébré dans une église chrétienne, avec interview d’un prêtre. Non, ces gens-là ne sont pas les libérateurs et les résistants que Libération et d’autres médias français décrivent et magnifient à longueur de colonnes. Ils sont même le contraire de cela…

 

Ci-dessous, reportage sur l’armée dans le secteur d’Idleb :

 

SyriaTube ??? ???? -???? ???? ????? - YouTube

 

Ci-dessous, reportage de la télévision syrienne sur Mhardeh (merci à Cécilia) :

 

‫???? ??????? ???????? ?? ????? 15-7-2012‬‎ - YouTube

 

Dans d’autres régions, c’est toujours une lutte sans merci qui est la règle ce lundi 16 juillet :

 

-Dans le gouvernorat d’Idleb, à Heir Jamous près de Salqin – ville située sur la frontière turque à une trentaine de kilomètres au nord-ouest d’Idleb et où l’ASL a récemment raflé une quinzaine de civils – les gardes frontières ont repoussé une attaque d’activistes : ceux qui n’ont pas été tués ont dû se réfugier dans leur sanctuaire turc ;

 

-Dans le gouvernorat voisin d’Alep, à Jarabous, les gardes d’un bâtiment officiel ont mis en échec un raid rebelle : plusieurs de ces derniers ont été blessés avant de devoir se replier ;

 

-dans le gouvernorat de Homs, un groupe a été décimé près d’Ibl ; à Homs même, dans le quartier de Sultanyeh (à la périphérie sud-ouest de la ville), un point d’appui insurgé a été pris d’assaut, Sana parle de « lourdes pertes » chez les rebelles.

 

Quelques minutes à Homs

 

Encore quelques images à mettre sur ces communiqués : à Homs, dans le quartier de Jourat al-Chityah (nord-ouest), un des plus étendus de la ville, l’armée poursuit le grignotage méthodique des dernières positions rebelles ; devant une caméra d la télévision syrienne, un jeune soldat salue sa mère et sa soeur, un autre jure de défendre la Syrie contre les terroristes : propagande, d’accord, mais pour autant ce ne sont pas de faux soldats, mais des jeune hommes qui risquent vraiment leur vie et ne songent pas à déserter comme certains généraux.

 

Sinon une première vue panoramique du quartier semble indiquer qu’il plutôt peu souffert dans l’ensemble des combats. Mais des plans plus rapprochés sont impressionnants : des pâtés de maisons entiers sont comme écrasés par le pied ou le poing d’un colosse. Les combats, on en entend d’ailleurs le bruit (d’armes automatiques) dans le reportage. Un journaliste, casqué de bleu ciel comme un observateur de l’ONU et dûment équipé d’un gilet pare-balles, recueille les déclarations des soldats équipés eux aussi de pied en cap : la première interview est interrompue une minute par la rafale que lâche un soldat voisin ; le reporter suit les soldats, en faction devant des meurtrières, enregistre d’autres déclarations de soldats, puis repart dans un véhicule blindé.

 

Ci-dessous, le lien (merci encore à Cécilia) :

 

‫????? ?????? ?? ???? ?????? ???? 15-7-2012‬‎ - YouTube

 

Autant de combats obscurs qui tous ne laisseront pas forcément d’images. Mais autant d’étapes obligées, on l’espère, dans la libération et la restauration de la Syrie telle qu’elle est…

Sources: InfoSyrie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui se passe dans les quartiers de Damas. 16 juillet 2012

 

« Les Syriens eux même savent exactement se qui se passe sous leurs fenêtres » comme le montre bien le lien vidéo tiré de la télévision syrienne Addounia qui était dans le quartier traditionnel al-Midan à Dama. L’un de ses habitants disent qu’au milieu de la nuit, vers 2h du matin, il se trouvait encore dans son magasin lorsqu’il a entendu des tires ce qu’il a poussé à entrer vite chez lui. Un autre dit que toute la nuit ni lui ni ses enfants n’ont pu dormir, des personnes armées sont venues se cacher et tirer sur tout ce qui bouge, ils ont coupé la route, brûlé des poubelles et des pneus. Un autre dit que beaucoup venaient de Douma, chassés et poursuivis par l’armée de Douma et qu’ils essayent à présent de prendre position à al-Midan.

Un autre dit que beaucoup ont fuit hier de Nahr Aicheh devant l’armée et venus se cacher dans notre quartier. Il termine : »Dieu merci, nous avons « houmat al-dyar, les protecteurs de la patrie » qui font un travail formidable ». Celui qui parle fièrement de l’armée syrienne n’est ni chabbiha ni alaouite, c’est un pur Syrien de ce quartier damascène traditionnel, le coeur même de Damas avec le magnifique accent de Damas, tout comme l’accent de Cécilia ;)

 

En effet, l’armée a fait aujourd’hui un très beau travail dans ce quartier al-Midan :

 

‫????? ?????? ?? ?? ??????? ????? 16-7-2012‬‎ - YouTube

 

Comme vous pouvez constater dans la vidéo, ils ont tiré par tout même sur les ambulance comme le dit un ambulancier.

 

Sources: Infosyrie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest mounir 19

on dirait que ca te fais plaisir ! :rolleyes:

 

la vidéo complète :

 

 

[YOUTUBE]?v=vuSZ2SfIb54&feature=player_embedded#![/YOUTUBE]

 

c'est pour bientôt incha'allah :D

 

858907tournevisboispourempreintepozidriv105545.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
on peut savoir pourquoi ces soldats filmeraient et mettraient leurs "exploits" en ligne ???

 

 

 

Eh ben rappelles toi des serbes massacrant les musulmans,ils ne savaient pas qu'ils allaient donner la preuve de leur génocides avec ses vidéos.

Share this post


Link to post
Share on other sites
on dirait que ca te fais plaisir ! :rolleyes:

 

la vidéo complète :

 

 

[YOUTUBE]?v=vuSZ2SfIb54&feature=player_embedded#![/YOUTUBE]

 

c'est pour bientôt incha'allah :D

 

Une bonne dizaine de terroristes ont été mis hors d'état de nuire. Voir la fin de la vidéo.

 

Maintenant, les troupes syriennes ont du mal avec le combat de rue. On ne laisse pas un blindé dans des ruelles sans la protection de snipers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...