Jump to content

Création d'une Histoire fantastique


Recommended Posts

tu me comprends comme toujours.

Au fait, tu es mon ami le plus intime au cas où tu l'ignores.

Merci Djalti, t'es toujours génial.

 

 

 

merci a toi mon ami

et merci pour t'es écrit

continu a nous émouvoir

quoi qu'on en dise !:04:

Link to post
Share on other sites
  • Replies 297
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Guest salli
merci SALLI/ DJALTI pour la remarque pertinente.

En toute sincerité, je n'ai pas fait attention au premier paragraphe, j'ai écrit suivant mon imagination. Elle était défaillante, je m'en veux!

 

Que mon cher Ghost m'en excuse

 

on va essayé de reparer cela, mais c'était beau ce que tu as ecrit:)

 

ah bon !

et bernardo il ai la aussi?????!:04:

 

tu verra la suite de l'histoire ;)

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

Je ne pourrai jamais vous décrire l’état dans lequel je m’étais trouvée le matin. Voilà, pour donner goût à mon récit et de bien le raconter, laissez moi vous dire que cela faisait quelques années que j’avais pris l’habitude de me lever assez tôt. Je me levais tout simplement pour faire mes prières aux premières lueurs du soleil, puis lire un des mes bouquins préférés et, quand il faisait jour, c’était soit le ménage tout court, ou bien des courses ou bien alors une belle randonnée en ville avec mes copines. Mais ce matin là, je m’étais assoupie comme un loir. J’étais si désarçonnée que je ne m’étais même pas souvenue de mon rêve que quelques instants plus tard.

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

J’étais restée figée sur mon lit pendant un long moment, puis j’avais pensé tout de suite retracer mon rêve sans me soucier le moindre du monde de mon petit déjeuner ; pourtant j’étais assez gourmande pour m’en passer de mon toast et de ma tasse de café au lait.

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

Tout en écrivant, je n’arrêtais pas de sourire. Je croyais vivre une nouvelle fois mon aventure. Elle m’avait vraiment marqué pour la vie et avait suscité en moi une petite perturbation affective. Je me trouvais, dés lors, privée de quelque chose d’immatérielle qui semblait échapper de mes mains, puis je m’étais dite qu’il ne s’agissait là que d’un rêve prélude à une rencontre du même type, avec quelqu’un de bien réel, d’aussi beau et d’aussi entreprenant que le prince charmant. Et qui le sait, la vie ne reserve trop de surprises, n'est-ce pas...?

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

Mais à peine fini de mettre noir sur blanc ma petite histoire sur mon journal intime que j’avais remarqué sur le parquet, un pétale d’un rouge éclatant tout prés de mes mules. Curieusement, je m’étais alors rabaissée et sous le lit, bien en retrait, se trouvait une rose...

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

J’avais cru que mon cœur allait cesser de battre et un frisson m’avait parcouru le dos. Je m’étais saisie de la tige et toute tremblante, je l’avais rapportée un peu plus haut pour sentir son odeur. C’était, sans l’ombre d’un doute, celle qui m’avait été offerte la nuit précédante, enfin je voulais dire lors de mon rêve. Oui, j’étais sure et certaine que c’était la même rose. Je l’avais reconnue à son parfum unique au monde qu’on ne trouvait nul par ailleurs dans la nature.

 

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

Instinctivement, j’avais collé mes deux poignées serrées sur ma poitrine et levé les yeux vers le ciel et j'avais, de tout mon coeur imploré le Divin :

 

---« Oh mon Dieu aidez-moi à retrouver mon Prince Charmant. Faites en sorte que mon reve se perpetue...

 

Mais à peine terminé cette évocation, qu’un sommeil des plus doux avait envahi mes yeux. Avec désinvolture, je m’étais laissée aller une nouvelle fois, pour un second voyage sensationnel et hors du commun.

 

Pour vous dire, j’étais la fille la plus gâtée et la plus heureuse au monde…

 

Link to post
Share on other sites

Un rêve charma mon esprit ! Je vis un vieil homme vêtu de blanc tenant un chapelet à la main droite et de la gauche me fit signe de l’approcher ! Sa sérénité me rassura et la finesse de ses traits me réconforta ! Un parfum des plus enivrants l’enveloppait ! C’était la cage où je me fus prisonnière !

Link to post
Share on other sites
je voudrais tellement pouvoir faire la connaissance de DR c'est vraiment un ecrivain j'ai hate de lire la fin jusqu'a maintenant je n'arrete pas d'imaginer ce qui va se passé stp terminer l'histoire:o:(

 

moi ossi g envie de lire la suite de l'histoire

Content_15.gif

DR fait de ...comment dire comme 1 film d'action :rolleyes:

chaque jour kelkes lignes

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN
Bonjour DR!

 

Suis-je sur la bonne voie ou dois-je biffurquer?

 

c'est bien. Developpes ton récit s'il te plait, comme ça, on fera une belle histoire.

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

Sitôt dormie, sitôt je me voyais dans une sorte d’une vaste forêt dont les arbres énormes disséminés ça et là avaient suscité ma fascination tellement qu’ils étaient beaux. J’écarquillais les yeux à la vue de ces plantes grimpantes luxuriantes qui semblaient constituer une sorte de doublure à tous les troncs d’arbres et montaient, montaient follement assez jusqu’à leurs hautes cimes et puis, du part et d’autre du sentier où je me trouvais, il y avait aussi cette végétation, poussée si démesurément qu’il m’était quasi impossible de voir un seul bout de terre. Je n’avais jamais de mon vivant ce genre de végétation et ces fleurs de toutes couleurs qu’elles portaient. Je n’en revenais. J’étais complètement renversée des décors édéniques qui s’offrait merveilleusement à moi. C’était un autre pays, peut-être aussi un autre monde captivant et sensationnel.

 

Bref, une forêt sauvage si extraordinaire que j’avais aimé y rester toute ma vie. Je ne savais pas pourquoi j’avais eu cette envie insensée, moi qui n’aimais pas de nature, la solitude. Je ne savais pas pourquoi j’avais eu cette envie folle ; je dirai tout simplement, que ce n’était peut-être, qu’un désir du moment

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

J’avais omis de vous dire que j’avais été également frappée par ce silence plat, insolite où tout semblait figer dans le silence. Je croyais de mon fort intérieur que la flore sauvage régnait déjà, depuis la nuit des temps, en maîtresse absolue des lieux, bercée tantôt par un vent doux, tantôt par quelques rayons du soleil qui descendaient obliquement en rais bien dessinés.

 

Voyez-vous, d’habitude dans une forêt, on en trouvait naturellement, tous les animaux non familiers, de dame tortue, à monsieur l’hérisson en passant par les demoiselles lièvres et les rois lions et sur les branches des arbres, les plus beaux emplumés tels les aras qui se chamaillaient, les tout joyeux chardonnerets ou bien, ne savais-je quoi vous dire si ce n’étaient les pies qui jouaient sans cesse, aux trouble-fêtes. Mais cet espace si vaste et étendu, je n'avais distingué aucune âme qui vive ou qui respire vraiment… Rien, je dirai rien, sauf quelques branches qui bougeaient et qui dansaient silencieusement dans leur mouvement incessant, au gré du vent.

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

Je n’avais aucune peur d’être seule au beau milieu de cette faune sauvage qui semblait me souhaiter vivement la bienvenue. Oh, quel spectacle réjouissant, j’en étais ravie. Oui, je vous le dirai sincèrement, j’étais si heureuse et ensorcelée par les lieux que je n’arrêtais pas un seul instant de sourire et d’admirer à mon aise ce qui s’offrait à moi.

 

Puis, je m’étais dite pourquoi pas une randonnée pour voir toutes ces belles fleurs et ces jolies roses aux couleurs fascinantes qui semblaient m’inviter courtoisement à les cueillir… Entre nous, chers amis, je ne voulais aucunement les détacher de leurs tiges, les abîmer pour les jeter en fin compte. Leurs présences rassurantes me suffisaient autant que leurs odeurs qui emplissaient mon cœur.

Link to post
Share on other sites
Guest Didine RAYAN

Et tout en marchant, j’avais cru entendre le bruit d’un clapotis. Je m’étais dite qu’il s’agissait enfin d’une rivière ou d’un ruisseau qui longeait la forêt où je pourrai enfin me désaltérer tout en admirant tranquillement le paysage et puis, une rivière pourrait m’emmener vers une destination.

 

Mais lorsque j’avais frayé difficilement un chemin, je m’étais trouvée, nez à nez avec un vieillard tout en blanc qui tenait entre ses mains un livre.

Il était si absorbait qu’il ne s’était même pas aperçu de ma présence, pourtant, je ne tenais qu’à quelques mètres de lui. A sa vue, je me suis dite qu’il ne s’agissait-là que d’un saint vénéré venu réciter quelques chapitres du Coran et implorer Dieu de lui rallonger la vie autant que possible.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...