Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
An-Nisr

Calomnie de Aïcha: l'intéressant témoignage de la concernée

Recommended Posts

Salut

 

apportes-nous des arguments ...au lieu de tes mini phrases creuses ...

 

Quand on devance une troupe et que l'on s’arrête pour faire ses besoins on se fait immanquablement rattraper par cette même foule...Aicha a menti et on devine aisément pourquoi !!!

 

TU N'AS PAS RÉPONDU A LA QUESTION A SON RETOUR AICHA AVAIT-ELLE CROISE LES TROUPE QU'ELLE A DEVANCE...?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

le point de keyboard se tient - on peut pas louper le depart de la troupe -des dizaines de chameaux qui meuglent , la poussiere -la vitesse de deplacement qui est faible car en pleine nuit et si nuit etoilée alors on repere la troupe de loin parce il y a de la lumiere ...a supposer qu'elle s'est eloigné de 200/300 metres elle a de l'avance , le temps que les chameaux se levent qu'on remette le panier sur le chameau -que tous les cavaliers soient prets en supposant que le depart s'est fait en commun -impossible de louper la troupe sauf si elle ne voulait pas .

 

apres il y a d'autres indices qui ne plaident pas en sa faveur

 

1/elle est jeune mohamed est vieux

2/on entend beaucoup parler d'elle et moins des 8/12 autres femmes de mohamed -les femmes qui se font remarquer sont generalement des femmes difficiles avec un fort caractere donc capable de désobéir -oui pourquoi personne ne connait les autres , elle n'a pas enfanté le prince heritier des croyants -y a aucune raison qu'elle depasse le lot.

 

3/pas de hidjab avant cette histoire puis tout d'un coup mohamed impose le hidjab parce qu'allah le revele -jusque la allah trouvait que les femmes etaient correctement habillé -etait ce une punition par mohamed qui avait perdu confiance ?

 

4/ le verset sur la lapidation de l'adultere qu'elle gardait a ete mangé par un mouton -la encore bizarre !il n'a pas ete rapporté dans le coran - certains disent qu'elle s'y opposait et la detruit volontairement ...cette affaire peut etre son mobile .

 

5/dormir juste apres avoir egaré son collier ,je ne sais pas quel etait sa valeur -mais pour le chercher au point d'egaré aussi son mari et tous les musulmans avec lui -ça me parait louche -une fois qu'elle s'est rendu compte qu'elle les a egaré normalement elle doit etre prise de panique -impossible de dormir dans une telle situation .

 

6/elle est retrouvé par un jeune chamelier , pas un vieux mais un jeune -c'est la faute a pas de chance .

 

 

vous me direz pourquoi mohamed l'a gardé comme epouse ? ...croyez moi n'importe quel berger aurait divorcé apres de telles rumeurs - si il l'a gardé ce n'est peut etre pas parce qu'allah a revelé son innocence mais parce qu'elle etait la fille d'abu bakr , un appui essentiel pour mohamed si on veut accepter cette version ...aldo sterone pense que mohamed etait guidé par les trois sahabas abu bakr ,omar et othmane - l'orientation prise par la suite par l'islam accredite cette these selon moi -mais ça reste un avis personnel.

 

 

 

 

 

Edited by koceyla

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut

 

apportes-nous des arguments ...au lieu de tes mini phrases creuses ...

 

Quand on devance une troupe et que l'on s’arrête pour faire ses besoins on se fait immanquablement rattraper par cette même foule...Aicha a menti et on devine aisément pourquoi !!!

 

TU N'AS PAS RÉPONDU A LA QUESTION A SON RETOUR AICHA AVAIT-ELLE CROISE LES TROUPE QU'ELLE A DEVANCE...?

 

Tu es un himar tu resteras un himar même si on on devait te parer d'un constume de cheval. Za'ma il a trouvé la faille pour justifier son atteinte à l'honneur d'une femme!

 

Nous sommes dans une armée de type ancien (tu sais avant l'invention des chars, des avions, portes-avions, etc.). C'est-à-dire principalement une INFANTERIE avec les chefs sur des montures lors d'un retour de combat.

 

La scène est donc celle-ci ya bouqouquo. Et il ne faut pas être un expert pour l'imaginer ...Les films hollywoodiens suffisent pour les plus nuls comme toi:

  • Le chef et ses bras droits (et ses plus proches, dont ici l'épouse) au devant (la cavalerie)
  • Le gros des soldats et des combattants en arrière (l'infanterie)

Quand Aïcha affirme qu'elle a dépassé (jâwaztu) l'armée, c'est dans une marche qui va de l'avant vers l'arrière du contingent militaire car elle, son époux et les leaders marchent au devant.

 

Illustration d'une armée romaine: chefs au devant sur leurs montures, infanterie en arrière: ancient-rome-a-legion-of-the-roman-army-marching-engraving-dy53f2.jpg

 

 

 

Quant au mot jâza, qui t'a servit pour construire ton accusation et ta calomnie, il signifie passer, dépasser, outrepasser que traverser. C'est selon le contexte. Quand tu passes/dépasses la frontière de nord de l'Algérie et que moi affirme que tu as effectivement dépassé cette frontière, il faut que je sache au préalable que tu te dirigeais vers la France et non vers le Mali pour que je puisse rajouter le mot "nord". Le mot "dépasser" lui seul ne suffit pas et ne renseigne pas sur la direction empruntée.

Edited by An-Nisr

Share this post


Link to post
Share on other sites

la langue arabe est d'une imprecision totale :) si on peut pas savoir si on a depassé la troupe dans un sens ou dans l'autre ,on peut pas avancer dans le monde actuelle ou il est necessaire d'etre precis dans le langage a l'heure du gps .

 

ok an nisr ,la tu marques un point ! elle est donc reparti vers l'arriere de la troupe ,seule explication possible pour louper la troupe lors de son avancée ...elle a quand meme mis du temps a revenir :) ...le collier a t il ete retrouvé ?-sinon peut etre qu'en effectuant les recherches dans la zone a l'aide d'outils americains ,on devrait etre capable de le retrouver si c'est de l'or -ne pourrait on pas laver une fois pour toute son honneur par la science ?.

 

penses tu que aicha a divisé les musulmans et l'islam a cause de l'attitude qu'a eu Ali a son egard lors de cette episode -ali aurait dit a mohamed suite aux rumeurs que le prophete des musulmans n'aurait aucun mal a trouver une autre femme si il repudiait aicha .... est ce la raison des millions de morts musulmans depuis la division - en clair est ce que le monde musulman se divise a cause d'une affaire de lingerie ?

Edited by koceyla

Share this post


Link to post
Share on other sites

La blessure de l'Ifk, premier grief contre Ali

 

 

Si Aïcha aura un veuvage agité, sa vie d'épouse est exemplaire. Un épisode douloureux est cependant venu s'inscrire dans ce mariage. Il est désigné sous le vocable d'Ifk en arabe, ou «la Calomnie» en français. Selon la version qu'en donne un hadith –les hadith sont les traditions relatives aux actes ou aux paroles de Mahomet et de ses compagnons–, Aïcha avait accompagné Mahomet lors d'une expédition guerrière. Alors que le convoi s'acheminait, au retour, vers Médine, Aïcha, s'en éloigna durant une halte. Lors de ce détour, elle perdit son collier et, à force de s'échiner à le retrouver, la troupe partit sans elle, les porteurs de son palanquin ne s'apercevant pas que la passagère n'y était plus pour ajouter un poids supplémentaire sur leurs épaules. Aïcha revint au bivouac dans l'espoir que son absence soit remarquée. Elle n'eut pas à attendre si longtemps car un soldat de la troupe de Mahomet, attardé à l'arrière, se chargea de la ramener à bon port.

 

Ce retour accompagné, ses heures passées à deux dans l'intimité du désert, ne pouvaient que faire jaser et le bruit se répandit qu'Aïcha avait trompé son mari. Ce dernier ne savait trop qu'en penser et tergiversa pendant un mois. Une révélation régla le problème, convainquit Mahomet de la chasteté de sa femme, et lui fournit la matière de la sourate dite de «La Lumière» où certains versets font référence à l'Ifk. Dans ces circonstances, Ali, cousin, pupille et gendre de Mahomet et par ailleurs l'un des chefs de guerre des premiers musulmans, s'était illustré d'une manière peu flatteuse aux yeux d'Aïcha.

«Ali a fait comprendre à Mahomet que s'il répudiait Aïcha, il n'aurait pas de mal à se trouver une autre femme»
, explique Geneviève Chauvel.

 

C'est une première pomme de discorde dans les rapports qu'entretiennent dès lors Ali et Aïcha. Mais l'élément psychologique va céder la place à la contradiction politique et mener à une sanglante rupture vingt-quatre ans après la mort de Mahomet. Aïcha s'oppose au calife

 

 

En 656, le calife Uthman, troisième calife de l'histoire de l'islam, meurt à Médine, assassiné par une bande d'insurgés après un siège établi depuis plusieurs semaines autour de sa maison. Sa gestion de l'empire et la probité parfois douteuse des siens sont à l'origine de sa perte. Dans la foulée, Ali, nanti du soutien populaire, récupère le commandement des croyants. Mais au cours des mois qui suivent, on sent bien que ce début de règne ne bénéficie pas du même état de grâce que ceux de ses prédécesseurs et même qu'il ne ravit pas tout le monde.

 

Tout d'abord, les provinces de l'empire sont divisées. La province syrienne va même jusqu'à refuser, à travers son gouverneur, de faire allégeance. Et certains parmi les sahaba, c'est-à-dire les «compagnons» de Mahomet, font attendre la leur. Bon gré, mal gré, pourtant, trois mois passent sans accident majeur. C'est par l'action d'Aïcha que les choses vont brusquement se décanter.

 

Depuis La Mecque où elle s'est réfugiée alors que la situation se tendait déjà à Médine, la «Mère des croyants» plaide pour que l'assassinat d'Uthman ne reste pas impuni et qu'on condamne ses bourreaux. Dans le quatrième volume de son Histoire des prophètes et des rois, l'historien du IXe et Xe siècles Tabari a cité la prédication véhémente d'Aïcha contre ces derniers dans ces journées troublées: «Ils ont répandu le sang illicite, ils ont violé la ville sacrée de Médine, pris les biens sacrés et ont violé le mois sacré».

 

 

 

Problème: Ali, qui en tant que calife devrait conduire ce désir de justice, leur doit son titre et le sait. Dès lors, les positions sont inconciliables, les éléments du drame sont en place. Dans son ouvrage, La Grande Discorde, consacré à la Fitna, l'historien et essayiste Hichem Djaït a analysé:

«C'est donc en tant que musulmane que Aïcha demande réparation pour le sang de Uthman, selon la loi de Dieu. La première, elle déchire le voile et lance cet appel à la conscience islamique. (…) L'action de Aïcha ne se proclame ni comme une conjuration ni comme rébellion contre Ali, mais comme l'expression d'une exigence de vérité et de justice. Elle est tournée contre les meurtriers d'Uthman à qui il faut demander des comptes, qu'il faut poursuivre et châtier. Le plus habilité à le faire est le calife, mais tout musulman peut réclamer que la loi divine soit appliquée et oeuvrer pour cela. Et il se trouve que Aïcha est la “Mère des croyants”, elle s'attribue de ce fait une responsabilité vis-à-vis de ses enfants qui constituent la masse de l'Umma.»

 

Geneviève Chauvel nous brossse le tableau des motivations à l'origine de la sainte colère d'Aïcha: «Elle veut préserver la continuité califale. Le problème d'Ali en lui-même ne préoccupe pas Aïcha. C'est un problème de justice qu'elle pose. C'est l'idée d'un calife assassiné de cette façon qui la trouble et surtout l'idée de son corps jeté dans un terrain vague, aux chiens. A ce moment-là, elle n'avait qu'une autorité morale».

 

Cette autorité se trouve bientôt singulièrement dopée par un renfort de poids. Un double renfort, même. Talha et Zubayr, deux éminents compagnons de Mahomet, viennent la rejoindre et s'associer à sa cause. Ils ont pourtant, pour leur part, donner leur baya, leur allégeance. Mais ils la révoquent aussitôt et assurent qu'elle leur a été extorquée sous la contrainte. Direction Bassorah

 

 

C'est un rude coup porté à la légitimité du calife désigné et la nouvelle n'a pas le temps de s'atténuer car Aïcha, Talha et Zubayr décident d'aller au devant des soutiens qui se sont prononcés en leur faveur. Direction Bassorah donc, qui est alors une forme de vaste camp militaire né, quelques années à peine auparavant, au moment de la conquête de l'actuel Irak. Ce voyage lui-même a une importance politique et historique majeure pour le monde musulman, comme l'a remarqué Hichem Djaït dans son ouvrage:

«C'est la décision de Aïcha, de Talha et de Zubayr qui est responsable du transfert du califat lui-même à l'extérieur de l'Arabie.»

 

Durant les trois premières décennies d'existence de l'islam, Médine, la ville qui a appelé à elle le prophète des musulmans au moment où sa propre cité de La Mecque le menaçait lui et les siens, a dominé tant symboliquement que politiquement et militairement. Tout va changer, à cause de ce périple d'Aïcha qui exporte pour la première fois un dilemme religieux et institutionnel hors de la péninsule. Désormais, les affaires musulmanes seront expédiées ailleurs: à Damas d'abord, à Bagdad ensuite, puis en Egypte ou à Istanbul.

 

Mais pour l'heure, la destinée islamique se joue entre Bassorah et Kufa, une autre cité militaire où Ali a pris ses quartiers pour mater la rébellion menée par ses adversaires. C'est un instant de fusion et de doute pour les uns, qui se préparent à protéger les positions défendues par la femme du Prophète mais de fait à lever leurs armes contre le calife, c'est-à-dire le compagnon des compagnons, Ali, et pour les autres, qui ont eux pris fait et cause pour ce dernier mais vont donc s'opposer à d'autres proches de Mahomet et à son épouse. Pour Hichem Djaït, ce déchirement qu'on trouve à la racine de la Fitna, cette guerre civile entre musulmans, forme une conscience politique nouvelle pour ce peuple qui vient de trouver sa foi:

«Penser ou ne pas penser, être dans le doute ou ne pas l'être, c'était là ce qui travaillait le monde tribal fortement islamisé de Bassorah. C'était en fait le vocabulaire qui allait jalonner toute la
Fitna
. Naissance de l'opinion politico-religieuse à la faveur de la division!»

Aïcha, (quasi) cheffe de guerre

 

 

La bataille est inévitable, et on tarde pourtant à la livrer. Jusqu'ici, jamais les musulmans n'ont combattu d'autres musulmans. Elle se produit finalement le 10 Jumada II de l'an 36, selon le calendrier musulman, ou le 4 décembre 656 dans l'agenda chrétien. Les armées se font face du côté d'al-Khurayba, près de Bassorah. La bataille n'en portera jamais le nom pour prendre celui, plus imagé, de bataille du Chameau, en référence à la monture supportant le palanquin qui abrite Aïcha et autour duquel se concentrent vite les combats.

 

 

Ali a réussi à rameuter 20.000 hommes, Aïcha et ses deux acolytes 30.000. L'un des soldats, sans qu'il soit désormais possible de savoir à quel camp il appartenait, s'avance face aux ligne d'en face, un Coran (dont les exemplaires livresques circulent depuis peu par la volonté du calife assassiné), bien en évidence, à la main, afin de tenter une conciliation. Il est abattu et l'engagement est lancé.

 

Dans le quatrième volume, cité plus haut, de l'Histoire des rois et des prophètes, Tabari pose que dans les premiers moments du combat, Aïcha, dans son palanquin en quelque sorte blindé par des cottes de mailles et des panneaux de fer, exhorte les hommes d'Ali à abandonner les armes, les appelle ses «enfants». Le procédé n'ayant pas l'effet escompté, elle encourage bientôt ses guerriers au combat. Les deux autres têtes de ce triumvirat de révoltés, il ne faut, vite, plus y penser. Talha, blessé au genou, quitte le champ de bataille pour mieux mourir de ses blessures. Zubayr s'enfuit et il est tué dans cette ultime échappée.

 

L'événement ne s'en resserre que davantage autour de l'abri d'Aïcha et du chameau qui lui prête son dos. Longtemps, les fantassins des deux obédiences tombent comme des mouches autour de l'animal dont ils cherchent à prendre, ou à garder, le contrôle. De guerre lasse, on finit par s'entendre quand il devient clair qu'Ali ne sera pas vaincu. Et, toujours selon la tradition transmise par Tabari, un des belligérant tranche les jarrets du chameau d'Aïcha qui s'écroule, en même que prend fin par cette chute, la bataille à laquelle il servira d'emblème.

 

Ali accorde l'amnistie à ses opposants et ordonne qu'on n'achève pas les blessés. Il retrouve alors Aïcha à Bassorah où elle a été ramenée par son frère, comme le rapporte cette fois Hichem Djaït dans son livre La Grande Discorde, et se contente d'un simple blâme. «Elle se réconcilie avec lui après la bataille du Chameau. Lui, de son côté, la protège et la renvoie comme une grande dame en Arabie», nous précise Geneviève Chauvel. La mère des hadith

 

 

La fin de l'équipée guerrière d'Aïcha ne donne pas son terme à la Fitnaqu'elle a ouverte. Après cinq ans de conflit contre Mu'awiya, le gouverneur de la Syrie, qui reprend le flambeau de la «Mère des croyants», Ali est finalement tué à son tour par des fanatiques alors qu'il accomplissait sa prière. Le califat passe alors à son rival syrien qui fonde la dynastie des Ommeyyades et guide la majorité des musulmans. Mais certains des anciens partisans d'Ali ne désarment pas et continue d'honorer le souvenir d'Ali dont ils suivent d'abord les fils, puis la descendance, formant ce qu'on appelle bientôt le chiisme.

 

 

Mais désormais, tout ça se passera sans Aïcha. Revenue à Médine après sa défaite, elle n'exerce plus d'activité politique. Elle se replie dans un champ moins risqué mais tout aussi crucial: celui de l'éducation.

«Elle fonde la première école coranique pour enseigner l'islam aux enfants. Sans elle pour organiser cette première
,
il n'y aurait pas eu autant de gens pour s'imprégner de la tradition»
, nous signale Geneviève Chauvel qui note aussi qu'«
elle vit alors coomme une nonne, en quelque sorte. Elle réside dans une petite cellule construite dans l'ancienne chambre de méditation du Prophète. Elle est toujours l'héritière du message prophétique et on vient de loin pour la consulter. Elle avait en plus toujours eu une mémoire étonnante: 2.000 hadith viennent d'elle!»

 

Lorsqu'elle s'éteint en 678, 46 ans après son mari, Aïcha s'est constitué un legs religieux, politique et historique immense, sans toujours le vouloir, ni même le savoir. Dépositaire d'une bonne part de la tradition, elle a exporté le centre du pouvoir califale et a conduit, par ses actions et ses discours à une époque où personne n'osait prendre l'initiative, à l'émergence d'une conscience plus directement politique des fidèles de Mahomet et a initié, à son corps défendant, la grande divergence qui parcourt du VIIe siècle à nos jours le monde musulman, déchiré entre sunnites et chiites.

Share this post


Link to post
Share on other sites
la langue arabe est d'une imprecision totale :) si on peut pas savoir si on a depassé la troupe dans un sens ou dans l'autre ,on peut pas avancer dans le monde actuelle ou il est necessaire d'etre precis dans le langage a l'heure du gps .

 

ok an nisr ,la tu marques un point ! elle est donc reparti vers l'arriere de la troupe ,seule explication possible pour louper la troupe lors de son avancée ...elle a quand meme mis du temps a revenir :) ...le collier a t il ete retrouvé ?-sinon peut etre qu'en effectuant les recherches dans la zone a l'aide d'outils americains ,on devrait etre capable de le retrouver si c'est de l'or -ne pourrait on pas laver une fois pour toute son honneur par la science ?.

 

penses tu que aicha a divisé les musulmans et l'islam a cause de l'attitude qu'a eu Ali a son egard lors de cette episode -ali aurait dit a mohamed suite aux rumeurs que le prophete des musulmans n'aurait aucun mal a trouver une autre femme si il repudiait aicha .... est ce la raison des millions de morts musulmans depuis la division - en clair est ce que le monde musulman se divise a cause d'une affaire de lingerie ?

 

Oui je pense que le conflit entre Ali et Aïcha date du vivant même du Prophète et trouve en partie ses racines dans cette affaire. Toi tu parles d'affaire "de lingerie", moi je préférerais plutôt la nommer affaire du collier.

 

D'autant plus que ça rappelle une autre affaire connue mondialement, celle qui entachera la réputation de l'une des plus célèbres reines de France, l'affaire du collier de Marie-Antoinette.

Edited by An-Nisr

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Tu es un himar tu resteras un himar même si on on devait te parer d'un constume de cheval. Za'ma il a trouvé la faille pour justifier son atteinte à l'honneur d'une femme!

 

Nous sommes dans une armée de type ancien (tu sais avant l'invention des chars, des avions, portes-avions, etc.). C'est-à-dire principalement une INFANTERIE avec les chefs sur des montures lors d'un retour de combat.

 

La scène est donc celle-ci ya bouqouquo. Et il ne faut pas être un expert pour l'imaginer ...Les films hollywoodiens suffisent pour les plus nuls comme toi:

  • Le chef et ses bras droits (et ses plus proches, dont ici l'épouse) au devant (la cavalerie)
  • Le gros des soldats et des combattants en arrière (l'infanterie)

 

Quand Aïcha affirme qu'elle a dépassé (jâwaztu) l'armée, c'est dans une marche qui va de l'avant vers l'arrière du contingent militaire car elle, son époux et les leaders marchent au devant.

 

Illustration d'une armée romaine: chefs au devant sur leurs montures, infanterie en arrière: [img2=JSON]{"data-align":"none","data-size":"full","src":"http:\/\/l7.alamy.com\/zooms\/191379c0b5924f29ada262a33db0a43b\/ancient-rome-a-legion-of-the-roman-army-marching-engraving-dy53f2.jpg"**[/img2]

 

 

 

Quant au mot jâza, qui t'a servit pour construire ton accusation et ta calomnie, il signifie passer, dépasser, outrepasser que traverser. C'est selon le contexte. Quand tu passes/dépasses la frontière de nord de l'Algérie et que moi affirme que tu as effectivement dépassé cette frontière, il faut que je sache au préalable que tu te dirigeais vers la France et non vers le Mali pour que je puisse rajouter le mot "nord". Le mot "dépasser" lui seul ne suffit pas et ne renseigne pas sur la direction empruntée.

 

Salut

 

 

 

les troupe étaient proche de la ville...mahomed a donner l'ordre de marche..en direction de la ville ....aisha a tout entendu puisqu'elle a entendu mahomed donner l'ordre..elle se leve devance les troupes....fait ses galipettes avec son amant durant tout le nuit., rentre avec lui et leur raconte ce GROS MENSONGE..

 

dépasser = Passer devant quelqu'un...

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je trouve cette histoire troublante en plusieurs points :

 

1) de toute évidence un discours de ce type ne peut pas être tenu dans la bouche d'une enfant de 12 ans.

2) l'histoire est tellement bien ficelée qu'elle ne laisse pas de doute possible sur l'authenticité "supposée" du récit, sans doute rapportée beaucoup plus tard.

3) le fait de préciser et d'insister sur son poids est suspect, d'ailleurs je ne pense pas que les femmes étaient obèses à cette époque , l'obésité est un problème plus récent, l'alimentation n'était pas la même.

4) l'histoire du collier ressemble à celle de Cendrillon qui a perdu son soulier,

5) si l'enfant a quitté la caravane en pleine nuit pour des raisons intimes pourquoi s'est-elle éloigné si loin qu'elle en a perdu les siens (qui devaient sans doute être à pied)

6) le verbe dépasser signifie passer devant,

7) avec un récit intellectuellement tenant la route , comment se faire avoir par le temps et louper la cavalerie.

...

 

enfin j'ai le sentiment d'une histoire qu'on embellit pour en faire ressortir une conclusion pleine de gloire.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Salut

 

 

les troupe étaient proche de la ville...mahomed a donner l'ordre de marche..en direction de la ville ....aisha a tout entendu puisqu'elle a entendu mahomed donner l'ordre..elle se leve devance les troupes....fait ses galipettes avec son amant durant tout le nuit., rentre avec lui et leur raconte ce GROS MENSONGE..

 

dépasser = Passer devant quelqu'un...

 

 

 

Salut himar,

 

Dépasser (passer devant quelqu'un) aurait ici ce sens que parce que toi as décidé (par misogynie?) de faire marcher Aïcha à l'arrière de la troupe. Or, comme je l'ai démontré plus haut, Aïcha ne peut être placée à l'arrière de la troupe étant donné son rang d'épouse du chef. Elle devait donc être à l'avant sur sa monture. De ce fait, elle ne peut dépasser la troupe sauf en marchant vers la troupe qui est en arrière.

 

Ceci compris, on pourrait bien traduire le mot jâza par "dépasser" en ayant en tête que le point de repère dépassé est derrière soi, quelque soit la direction vers laquelle on va.

 

 

 

 

 

Edited by An-Nisr

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je trouve cette histoire troublante en plusieurs points :

 

1) de toute évidence un discours de ce type ne peut pas être tenu dans la bouche d'une enfant de 12 ans.

 

Bonjour,

 

Ceci pour la bonne et simple raison que Aïcha n'a jamais épousé le Prophète à l'âge qu'on lui a donné (9 ans). Ce témoignage ainsi que l'âge de sa demi soeur le confirment. Aïcha devait avoir 17-18 ans minimum quand elle a épousé le Prophète, et 20-21 ans quand cette affaire a éclaté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Bonjour,

 

Ceci pour la bonne et simple raison que Aïcha n'a jamais épousé le Prophète à l'âge qu'on lui a donné (9 ans). Ce témoignage ainsi que l'âge de sa demi soeur le confirment. Aïcha devait avoir 17-18 ans minimum quand elle a épousé le Prophète, et 20-21 ans quand cette affaire a éclaté.

 

a 9/12 ans on est encore innocent pour faire de telles choses , ça correspond plus a l'age de 17/18 ans - mais sommes nous sur de la date de l'expedition ? a elle eu lieu des qu'elle s'est mariée ou bien plusieurs années apres ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

a 9/12 ans on est encore innocent pour faire de telles choses , ça correspond plus a l'age de 17/18 ans - mais sommes nous sur de la date de l'expedition ? a elle eu lieu des qu'elle s'est mariée ou bien plusieurs années apres ....

  • La version officielle est que Aïcha aurait épousé le Prophète quand elle été âgée de 9 ans, et que l'affaire de la calomnie a eu lieu quand elle en avait 12 (soit 3 ans après)
  • Si on admet qu'elle n'avait pas 9 ans et qu'au moment de l'affaire elle n'en avait pas 12 non plus, et en analysant certains éléments par rapport à l'âge de sa demi soeur, alors on pourrait conclure qu'elle a été mariée à 17-18 ans minimum et que l'affaire a eu lieu quand elle avait 20-21 (c'est-à-dire 3 ans après le mariage si on veut garder pour repère les 3 années qui sépare les deux événements). Mais elle pu avoir plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

il y a des centaines de milliers de hadiths , les raconteurs ont raconté meme le maniere de s'asseoir d'aller au toilette , de manger , de prier du prophete -s'interessant au moindre detail et la ouma n'aurait pas l'age exacte de la mere des croyants a son mariage ? on ne peut pas contredire ce qui est admis de tous parce que la morale a changé et qu'elle est defavorable au prophete aujourd'hui .... donc si ils disent 12 ans, au moment de cette affaire, c'est 12 ans , c'est un detail trop important dans la vie du prophete pour qu'il en soit autrement , surtout que aicha a une place prépondérante dans le sunnisme ,elle en est meme a l'origine ...aicha est la femme qui a transferer le pouvoir de mohamed a abu bakr son pere , aicha est la femme qui a combattu ali pour favoriser le califat othmanien puis celui de muawia ...il est impossible que les musulmans aient oublié son histoire .

 

le texte avec lequel tu la defends montre juste que les femmes etaient matures tres tot a l'epoque -l'esperance de vie n'atteignait pas 40/50 ans donc il fallait etre adulte rapidement - et si elle etait prete a des rapports avec le prophete ; elle etait prete psychologiquement a assumer une vie d'adulte ...on le remarque dans des conditions de vie difficiles , les enfants ont tendance a assumer des responsabilités tres tot ... a l'epoque une fille de 12 ans devait etre considerée comme une femme tout simplement -rien a voir avec maintenant ou elle passe son temps a envoyer des sms et des photos sur facebook de sa chambre ...on a connaissances de mariage ayant eu lieu a 12/13 ans en algerie, parmis les vielles femmes agées, des mariages qui ont du avoir lieu dans les années 1900 donc en 650 ça devait etre quelque chose de normal .

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a des centaines de milliers de hadiths , les raconteurs ont raconté meme le maniere de s'asseoir d'aller au toilette , de manger , de prier du prophete -s'interessant au moindre detail et la ouma n'aurait pas l'age exacte de la mere des croyants a son mariage ? on ne peut pas contredire ce qui est admis de tous parce que la morale a changé et qu'elle est defavorable au prophete aujourd'hui .... donc si ils disent 12 ans, au moment de cette affaire, c'est 12 ans , c'est un detail trop important dans la vie du prophete pour qu'il en soit autrement , surtout que aicha a une place prépondérante dans le sunnisme ,elle en est meme a l'origine ...aicha est la femme qui a transferer le pouvoir de mohamed a abu bakr son pere , aicha est la femme qui a combattu ali pour favoriser le califat othmanien puis celui de muawia ...il est impossible que les musulmans aient oublié son histoire .

 

le texte avec lequel tu la defends montre juste que les femmes etaient matures tres tot a l'epoque -l'esperance de vie n'atteignait pas 40/50 ans donc il fallait etre adulte rapidement - et si elle etait prete a des rapports avec le prophete ; elle etait prete psychologiquement a assumer une vie d'adulte ...on le remarque dans des conditions de vie difficiles , les enfants ont tendance a assumer des responsabilités tres tot ... a l'epoque une fille de 12 ans devait etre considerée comme une femme tout simplement -rien a voir avec maintenant ou elle passe son temps a envoyer des sms et des photos sur facebook de sa chambre ...on a connaissances de mariage ayant eu lieu a 12/13 ans en algerie, parmis les vielles femmes agées, des mariages qui ont du avoir lieu dans les années 1900 donc en 650 ça devait etre quelque chose de normal .

 

Non justement! Les textes se contredisent: d'un côté on nous présente une fillette jouant à la poupée avec les copines de son âge, d'un autre on nous donne ce témoignage de femme mure! Les accusations dont sont victimes les femmes et non des fillettes de 12 ans! Ses sentiments à elle, ses réflexes, ses paroles, etc.

 

Non il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.

 

Pour moi l'âge de Aïcha a été ramené au plus bas pour des raisons politiques et idéologiques. D'ailleurs le 9 ans rappelle le 9 ans de Ali. Tout comme lui, elle se devait d'être sous la tutelle du Prophète à cet âge.

 

Peut-être que la biographie et le rôle de Aïcha se construiront par rapport à la figure de Ali. D'ailleurs, le fin mot de l’historie est que ces deux personnages se sont retrouvés TÊTE A TÊTE dans un conflit majeur.

 

Dans l’intrique telle qu'elle se dessine, qui d'autre que l'épouse pour faire de l’ombre au quasi-fils qui était là avant elle? C'est une guerre de clans et un différent (partisans de Aïcha vs. ceux de Ali) qui a finit en schisme.

Edited by An-Nisr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comment un Prophète avec sa lourde mission pourrait-il se fiancer à une fillette immature de 6 ans ! En quoi ça l'aiderait dans sa noble mission, comprendrait-elle la lourde responsabilité ? Est-ce qu'on sait ce qu'est un couple à 9 ans ? Le pire est que l'histoire raconte qu'elle était fiancée avant de l'être avec le Prophète, à quel âge ?

 

C'est comme si vous me disiez qu'un chef d'état avait pris en mariage une fille de 9 ans, y'a un sacré problème.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Salut himar,

 

Dépasser (passer devant quelqu'un) aurait ici ce sens que parce que toi as décidé (par misogynie?) de faire marcher Aïcha à l'arrière de la troupe. Or, comme je l'ai démontré plus haut, Aïcha ne peut être placée à l'arrière de la troupe étant donné son rang d'épouse du chef. Elle devait donc être à l'avant sur sa monture. De ce fait, elle ne peut dépasser la troupe sauf en marchant vers la troupe qui est en arrière.

 

Ceci compris, on pourrait bien traduire le mot jâza par "dépasser" en ayant en tête que le point de repère dépassé est derrière soi, quelque soit la direction vers laquelle on va.

 

 

 

 

 

Bonsoir ,

 

ceci n'est qu'une supposition de ta part, on peut très bien penser qu'elle se soit juste écartée de la troupe , d'ailleurs était-elle la seule femme dans l'expédition ?, aucune femme pour l'accompagner, veiller sur elle ?

Il y a trop d'approximation dans cette histoire, mais comme celle-ci est sacrée , personne ne veut de clarification.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Salut himar,

 

Dépasser (passer devant quelqu'un) aurait ici ce sens que parce que toi as décidé (par misogynie?) de faire marcher Aïcha à l'arrière de la troupe. Or, comme je l'ai démontré plus haut, Aïcha ne peut être placée à l'arrière de la troupe étant donné son rang d'épouse du chef. Elle devait donc être à l'avant sur sa monture. De ce fait, elle ne peut dépasser la troupe sauf en marchant vers la troupe qui est en arrière.

 

Ceci compris, on pourrait bien traduire le mot jâza par "dépasser" en ayant en tête que le point de repère dépassé est derrière soi, quelque soit la direction vers laquelle on va.

 

 

 

 

 

Salut

 

cette image illustre le verbe dépasser....TU NE PEUX DÉPASSER UNE PERSONNE QUE SI ELLE MARCHE DANS LA MÊME DIRECTION QUE TOI...

7d691f62c065bb54c33c693e60e6fe6991c5fb12_depassement-regles.jpg.a99f2ab1cb2797e589f37066a67384cc.jpg

 

j''espère que tu te relis avant de poster....,

Ceci compris, on pourrait bien traduire le mot jâza par "dépasser" en ayant en tête que le point de repère dépassé est derrière soi, quelque soit la direction vers laquelle on va.

 

C'est exactement ce que aicha a fait...et c'est ce que je ne cesse de répéter....

 

Quand l’Envoyé d’Allah eut terminé cette expédition, nous prîmes le chemin de retour. Comme on était près de Médine lors du retour, le Prophète ordonna une nuit de se mettre en marche. A l’instant où l’ordre de marche était donné, je me levai et marchai jusqu’à ce que j’eusse dépassé les troupes

 

Aicha se lève....ceci prouve que les troupes avaient fait une halte, et l'ordre leur fut donne de se mettre en route mais avant ils doivent plier les bagage,et préparer leur monture et cela prend du temps.... alors pourquoi les a t-elle pas rencontré a son retour...et si les troupes étaient encore a se préparer, elle aurait retrouver ses domestiques..

 

La version que aicha donne pour cacher sa nuit avec son amant, contient une incohérence flagrante, en plus elle rajoute qu'elle s'est voilée a la vue de safwan alors que le port du voile n’était pas obligatoire selon les dires de aicha ,et si les femmes portaient le voile avant l'islam alors mahomed n'a fait que prendre une pratique bédouine et en faire d'elle une charia...

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

soubhan allah il y avait deja une affaire tarek ramadan au feminin il y a 14 siecles :)- je suis perdu la , mais keyboard a raison - elle est plus en securité pres de la tete de l'expedition que de longer toute l'armee derriere -avec le risque que les hommes aussi se soient eparpillés pour faire leurs besoins avant de partir - la tete de l'expedition est plus sur que l'arriere puisque mohamed et l'elite de la troupe n'etait pas loin et que l'espace devant l'expedition est vide alors que l'arriere est occupé .... je crois qu'elle a cedé a la tentation allah ghaleb !-le collier perdu c'est bizarre aussi en plus elle le retrouve -pour le retrouver il a juste fallut refaire marche arriere sur ses pas donc cela ne lui pas pris du temps -elle a quand meme pas fait 5kilometres et si elle avait zigzagué ,elle ne l'aurait jamais retrouvé dans la nuit ...si elle a pas pris l'expedition c'est parce que abou soufayan le lui a demandé -va savoir comment ils ont passé la nuit ...abou sofyan 20 ans elle 17/18 ans ou 12 ans , mohamed 60 ans pour moi c'est clair :).... qu'est ce qu'il foutait a l'arriere abou soufyan tout seul ... et ali qui trouve normal de la repudier ,il est plus jeune que mohamed ,il a du entendre des bruits bien avant cette histoire ...y a rien de sacré aicha etait la fille de abu bakr , une etrangere pour mohamed -il l' a gardé parce qu'il craignait abu baker -et apres ils ont sorti l'histoire qu'allah a revelé qu'elle etait innocente - avec tous les problemes qu'allah a dans le monde , il va s'occuper des pirouettes de aicha ...tmeskhrou bina ! les vandales ,les romains , les kabyles lmachakel partout avec des sabres et allah etudie le dossier de aicha pour l'innocenter ! kdeb , c'est abu bakr qui a du ecrire le verset pour preserver sa reputation et celle de mohamed -allah n'a que faire de aicha fille d'abu bakr -a la rigueur fatima oui mais pourquoi aicha , elle n'a rien a voir avec mohamed , elle se comporte mal ,il la jette et c'est tout .

 

heureusement fi had louekt makench youtube sinon le monde entier aurait entendu parler de cette histoire ! de plus on voit bien que aicha etait autoritaire , elle a fait disparaitre la fille du prophete ,fatima -on entend plus parler de aicha que de la descendante direct du prophete ....c'est quand meme bizarre !

 

il aurait du la repudier !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne crois pas du tout à cette version des faits, trop de zones d'ombre, trop d'approximation, trop de chance quoi !

un coup monté.

l'histoire du collier c'est le noeud de l'affaire, je pense que c'est l'alibi pour ne pas rejoindre l'expédition.

l'intrigue , elle est là, le reste c'est que de la littérature.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Bonsoir ,

 

ceci n'est qu'une supposition de ta part, on peut très bien penser qu'elle se soit juste écartée de la troupe , d'ailleurs était-elle la seule femme dans l'expédition ?, aucune femme pour l'accompagner, veiller sur elle ?

Il y a trop d'approximation dans cette histoire, mais comme celle-ci est sacrée , personne ne veut de clarification.

 

 

 

Bonjour Angel,

 

Pourquoi aurait-elle besoin d'une femme pour veiller sur elle? Elle n'est pas une fillette de 12 ans à ce que je sache!

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Salut

 

cette image illustre le verbe dépasser....TU NE PEUX DÉPASSER UNE PERSONNE QUE SI ELLE MARCHE DANS LA MÊME DIRECTION QUE TOI...

[ATTACH=JSON]{"data-align":"none","data-size":"full","title":"7d691f62c065bb54c33c693e60e6fe6991c5fb12_depassement-regles.jpg","data-attachmentid":5934750**[/ATTACH]

 

j''espère que tu te relis avant de poster....,

 

 

C'est exactement ce que aicha a fait...et c'est ce que je ne cesse de répéter....

 

Aicha se lève....ceci prouve que les troupes avaient fait une halte, et l'ordre leur fut donne de se mettre en route mais avant ils doivent plier les bagage,et préparer leur monture et cela prend du temps.... alors pourquoi les a t-elle pas rencontré a son retour...et si les troupes étaient encore a se préparer, elle aurait retrouver ses domestiques..

 

La version que aicha donne pour cacher sa nuit avec son amant, contient une incohérence flagrante, en plus elle rajoute qu'elle s'est voilée a la vue de safwan alors que le port du voile n’était pas obligatoire selon les dires de aicha ,et si les femmes portaient le voile avant l'islam alors mahomed n'a fait que prendre une pratique bédouine et en faire d'elle une charia...

 

 

Salut himar

 

Quel est ton problème?

 

Même si on devait supposer qu'elle marchait vers l'avant de la troupe et qu'elle l'a dépassée, où est ton problème?

  • Elle se lève alors que la troupe lève le camp et se met en marche
  • Elle dépasse la troupe, trouve un endroit protégé des regards pour qu'elle puisse se soulager
  • En revenant vers le camp elle se rend compte qu'elle a perdu son collier
  • Elle rebrousse chemin pour rechercher son collier
  • La troupe continue sa marche
  • Elle revient et ne trouve personne

Quel est ton problème?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je ne crois pas du tout à cette version des faits, trop de zones d'ombre, trop d'approximation, trop de chance quoi !

un coup monté.

l'histoire du collier c'est le noeud de l'affaire, je pense que c'est l'alibi pour ne pas rejoindre l'expédition.

l'intrigue , elle est là, le reste c'est que de la littérature.

 

Bien sûr que c'est un coup monté. Mais Aïcha en est plutôt la victime que l'instigatrice (pour le coup, tout comme Marie Antoinette dans l'affaire du collier). Peut-être qu'il y avait autour du Prophète des personnes qui voulaient rompre ce mariage.

 

Le coup a foiré et, s'il n'a pas rompu le mariage de Aïcha, a peut-être été suffisant pour rompre la confiance de certains par rapport aux autres. Et au final cet épisode a planté les jalons d'un conflit majeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

elle trouve abou soufyan :) c'est ça le probleme ....la mere des croyants en faisant un signe a mohamed aurait pu retarder l'expedition ,elle pouvait demander a ses porteurs de l'attendre , abou sofyan aurait pu etre positionné plus pres de l'arriere de la troupe pour ne pas laissé le temps a aicha de s'endormir :) et rattrapé la troupe en 10/15mn -il aurait pu etre accompagné ,pourquoi un homme seul en arriere ?...il semble qu'ils ont passé un bon moment ensemble.

 

cette femme est difficile , mohamed en avait entre 9 et 13 et c'est la seule qu'on connait , waaara bezef ,c'est tout a fait possible qu'elle lui rendait la vie impossible !.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...