Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Le sage des sages

Poèmes aux personnes que vous aimez

Recommended Posts

Guest Shadow
Doucement Shadow,qu'ai-je dit,pour faire attention à mes mots?Illumine-moi (lol)

 

Trop tard; je voulais dire attention à ce que tu vas dire. Tu as été plus rapide que moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Shadow

As mon ami, c'est sans doute ma dernière visite ici avant un bon bout de temps. Je te souhaite de te porter bien et de retrouver au plus vite ta douce muse.:)

@ palice............à un de ces quatre.;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Trop tard; je voulais dire attention à ce que tu vas dire. Tu as été plus rapide que moi.

 

Alors tu devines d'avance ce que j'allais dire?A ce point?C'est de la télépathie?Pourtant je ne suis pas aussi dur que tu ne crois.J'aime ce qui est beau c'est tout.et tout ce qui est beau me fascine,me subjugue,me met en transe.:drinks_pepsi::54:

Share this post


Link to post
Share on other sites
As mon ami, c'est sans doute ma dernière visite ici avant un bon bout de temps. Je te souhaite de te porter bien et de retrouver au plus vite ta douce muse.:)

@ palice............à un de ces quatre.;)

 

shadow ne fait pas cette erreur

Share this post


Link to post
Share on other sites
As mon ami, c'est sans doute ma dernière visite ici avant un bon bout de temps. Je te souhaite de te porter bien et de retrouver au plus vite ta douce muse.:)

@ palice............à un de ces quatre.;)

Tu pars déjà...?Et ta promesse pour Opticien,nous devons te lire avant que tu ne partes!!!!!!!!!!!!!!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Shadow
Alors tu devines d'avance ce que j'allais dire?A ce point?C'est de la télépathie?Pourtant je ne suis pas aussi dur que tu ne crois.J'aime ce qui est beau c'est tout.et tout ce qui est beau me fascine,me subjugue,me met en transe.:drinks_pepsi::54:

 

Je sais et je te comprends bien plus que tu ne peux l'imaginer. Seulement, toi et moi, on diffère sur un certain point et je suis sûre que tu devines lequel.

Je vous dis bonne fin de soirée à tous les deux.:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Shadow
shadow ne fait pas cette erreur

 

 

Je ne m'en vais pas de gaieté de coeur tu sais. Je t'assure que j'ai mes raisons.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Shadow
Tu pars déjà...?Et ta promesse pour Opticien,nous devons te lire avant que tu ne partes!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Je ne l'oublie pas. Je me connecte dès que je le peux pour poster un de mes délires.:crazy::D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je ne l'oublie pas. Je me connecte dès que je le peux pour poster un de mes délires.:crazy::D

Merci et bon courage!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Shadow

Excusez mon manque d'inspiration.:confused:

 

 

 

 

Dans l’insondable solitude de ses nuits

En quête de quiétude, son âme s’en retourne

Vers les abysses de l’absolu et s’enfouit

Eperdument dans la vile trappe qui bistourne

 

Tel est son sort et que cela ne plaise

Aux âmes contant inlassablement les espérances

Affriolée par les ombres folles, elle n’en biaise

Que son infortuné ego prêtant l’allégeance

 

Conter son mal pour elle n’est que truisme

Et par ses mots nullement la sonde elle veut lancer

Pour l’éventuelle rémission du cœur à l’altruisme

Ayant repris l’absurde dévotion dépassée

 

Amis secrets, pour vous, opiniâtrement ce soir

L’ombre farfelue veut faire couler de l’encre

Pour que gratitude à votre indulgence de faire-valoir

Elle puisse traduire en vocables ô que non cancres !

 

Seulement voila, la plume d’entre ses mains file

A sa guise, en une fresque de démences indomptables

Et inéluctablement, les mots de leurs rangs se faufilent

Comme à l’accoutumée, pour nulle justesse de leur part elle table !

 

De grâce ! Daignez encore ne serait-ce que cette fois

Absoudre de ses frénésies les fous égarements

Otage de ce mal, elle ne peut être de bon aloi

Envers ces belles-lettres ô combien pour elle le seul apaisement !

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest opticien
Excusez mon manque d'inspiration.:confused:

 

 

 

 

Dans l’insondable solitude de ses nuits

En quête de quiétude, son âme s’en retourne

Vers les abysses de l’absolu et s’enfouit

Eperdument dans la vile trappe qui bistourne

 

Tel est son sort et que cela ne plaise

Aux âmes contant inlassablement les espérances

Affriolée par les ombres folles, elle n’en biaise

Que son infortuné ego prêtant l’allégeance

 

Conter son mal pour elle n’est que truisme

Et par ses mots nullement la sonde elle veut lancer

Pour l’éventuelle rémission du cœur à l’altruisme

Ayant repris l’absurde dévotion dépassée

 

Amis secrets, pour vous, opiniâtrement ce soir

L’ombre farfelue veut faire couler de l’encre

Pour que gratitude à votre indulgence de faire-valoir

Elle puisse traduire en vocables ô que non cancres !

 

Seulement voila, la plume d’entre ses mains file

A sa guise, en une fresque de démences indomptables

Et inéluctablement, les mots de leurs rangs se faufilent

Comme à l’accoutumée, pour nulle justesse de leur part elle table !

 

De grâce ! Daignez encore ne serait-ce que cette fois

Absoudre de ses frénésies les fous égarements

Otage de ce mal, elle ne peut être de bon aloi

Envers ces belles-lettres ô combien pour elle le seul apaisement !

 

 

 

 

Excellente ,comme toujours .

Il est difficile de remédier à notre propre tristesse parce que nous en sommes complices. Il est difficile de remédier à celle des autres parce que nous en sommes captifs.

 

Puisque tu dois partir encore une fois ,alors bonne chance !

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai choisi classique, puis le genre baroque, radio entièrement dédiée à ce style. Le baroque m'est une

musique infiniment "contatrice". Je suis mélancolique e’lleila. Je me laisse bercer par ce qui est plus

mélancolique que ma mélancolie. Les archets des violoncelles jouant en solo ma solitude, peignant mes

cheveux devenus longs, et plus fournis que mes larmes asséchées de par la saison des pluies des larmes

lointaines. Les figures mélodiques se défilent, j’en retiens une, celle qui se fait toute discrète se dérobant

du regard de mes oreilles … et cette demoiselle non trop citadine, juste un peu moins fine … mais ses

yeux me ruinent et je m’en fou que je me ruine car ses yeux m’illuminent … et font que les miens

s’évanouissent dans la douceur salée des eaux de ses yeux félines … cette reine des félines …

Share this post


Link to post
Share on other sites

Souvenirs, souvenirs

Avec eux subitement tu as choisi de partir

Avec eux sans même me prévenir

Tu as décidé de t’enfuir

Pourtant, un jour tu m’avais fait une belle promesse

Je m’en souviens encore, encore et encore…sans cesse

Qu’avant que tu t’en ailles et disparaisses

Sur le petit voilier….

Que sur les eaux mouvementées

Va naviguer et l’autre rive traverser

Je serais le premier à qui tu vas dire au revoir

Je serais le premier qui serait avisé par ton départ

Je serais le dernier que tes yeux vont voir

Je serais le dernier qui va sécher tes larmes par son mouchoir

Mais tu es partie sans aucun préavis

Tu ne m’as absolument rien dis

Et là je suis resté complètement surpris !

Encore une amie loin de mon horizon s’éloigne

Recherchant une vie meilleure, la porte du bonheur

Trouveras-tu ce que tu cherches ? Trouveras-tu la douceur ?

Je le souhaite de tout mon cœur

Malgré que ton départ a laissé derrière lui pourquoi

Rassures-toi moi amie, je ne t’en veux pas

Où que tu sois, souviens-toi que je pense souvent à toi

Au cas où tu aurais besoin de moi

Tu sais où tu peux me rejoindre, ne l’oublie surtout pas

Adieu mon amie à qui je dis mille merci

Refais ta vie, savoir que tu es heureuse cela me suffit

 

{…Shado…**

Share this post


Link to post
Share on other sites
Excusez mon manque d'inspiration.:confused:

 

 

 

 

Dans l’insondable solitude de ses nuits

En quête de quiétude, son âme s’en retourne

Vers les abysses de l’absolu et s’enfouit

Eperdument dans la vile trappe qui bistourne

 

Tel est son sort et que cela ne plaise

Aux âmes contant inlassablement les espérances

Affriolée par les ombres folles, elle n’en biaise

Que son infortuné ego prêtant l’allégeance

 

Conter son mal pour elle n’est que truisme

Et par ses mots nullement la sonde elle veut lancer

Pour l’éventuelle rémission du cœur à l’altruisme

Ayant repris l’absurde dévotion dépassée

 

Amis secrets, pour vous, opiniâtrement ce soir

L’ombre farfelue veut faire couler de l’encre

Pour que gratitude à votre indulgence de faire-valoir

Elle puisse traduire en vocables ô que non cancres !

 

Seulement voila, la plume d’entre ses mains file

A sa guise, en une fresque de démences indomptables

Et inéluctablement, les mots de leurs rangs se faufilent

Comme à l’accoutumée, pour nulle justesse de leur part elle table !

 

De grâce ! Daignez encore ne serait-ce que cette fois

Absoudre de ses frénésies les fous égarements

Otage de ce mal, elle ne peut être de bon aloi

Envers ces belles-lettres ô combien pour elle le seul apaisement !

 

 

 

 

Merci Hombré!Une fois encore tu vises juste,quoique je n'arrive pas à me situer tellement tu te ballades dans la métaphore ,néanmoins je trouve cela un délice que n'apprécie que Palice avec une certaine malice:holiday:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Apprends à T’écouter, être en moi, comme t’aurait écouté ton « Espoire » que ta conscience a paradoxalement enfuie en toi. Apprends à T’écouter, être en moi, comme t’aurait écouté ton « Chemin » que ma conscience a désormais détourné de toi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest opticien
Souvenirs, souvenirs

Avec eux subitement tu as choisi de partir

Avec eux sans même me prévenir

Tu as décidé de t’enfuir

Pourtant, un jour tu m’avais fait une belle promesse

Je m’en souviens encore, encore et encore…sans cesse

Qu’avant que tu t’en ailles et disparaisses

Sur le petit voilier….

Que sur les eaux mouvementées

Va naviguer et l’autre rive traverser

Je serais le premier à qui tu vas dire au revoir

Je serais le premier qui serait avisé par ton départ

Je serais le dernier que tes yeux vont voir

Je serais le dernier qui va sécher tes larmes par son mouchoir

Mais tu es partie sans aucun préavis

Tu ne m’as absolument rien dis

Et là je suis resté complètement surpris !

Encore une amie loin de mon horizon s’éloigne

Recherchant une vie meilleure, la porte du bonheur

Trouveras-tu ce que tu cherches ? Trouveras-tu la douceur ?

Je le souhaite de tout mon cœur

Malgré que ton départ a laissé derrière lui pourquoi

Rassures-toi moi amie, je ne t’en veux pas

Où que tu sois, souviens-toi que je pense souvent à toi

Au cas où tu aurais besoin de moi

Tu sais où tu peux me rejoindre, ne l’oublie surtout pas

Adieu mon amie à qui je dis mille merci

Refais ta vie, savoir que tu es heureuse cela me suffit

 

{…Shado…**

+1

Bravo! très bien dit.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Apprends à T’écouter, être en moi, comme t’aurait écouté ton « Espoire » que ta conscience a paradoxalement enfuie en toi. Apprends à T’écouter, être en moi, comme t’aurait écouté ton « Chemin » que ma conscience a désormais détourné de toi.

 

Écouter, c'est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu'u n . C'est lui dire tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là.

 

 

Écouter, c'est commencer par se taire...Avez-vous remarqué combien les dialogues sont remplis d'expressions de ce genre: "c'est comme moi quand...," ou bien " ça me rappelle..." Bien souvent, ce que l'autre dit n'est qu'une occasion de parler de soi.

 

Écouter, c'est commencer par arrêter son petit cinéma intérieur, son monologue portatif, pour se laisser transformer par l'autre. C'est accepter que l'autre entre en nous même comme il entrerait dans notre maison et s'y installerait un instant, s'asseyant dans notre fauteuil, y prenant ses aises.

 

Écouter, ce n'est pas chercher à répondre à l'autre, sachant qu'il a en lui-même les réponses à ses propres questions. C'est, refuser de penser à la place de l'autre, de lui donner des conseils et même de vouloir le comprendre.

 

Écouter, c'est accueillir l'autre avec reconnaissance, tel qu'il se définit lui-même, sans se substituer à lui pour lui dire ce qu'il doit être. C'est être ouvert, positivement, à toutes les idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions, sans interpréter, sans juger, laissant à l'autre le temps et l'espace de trouver la voie qui est la sienne.

 

Écouter, ce n'est pas vouloir que quelqu'un soit comme ceci ou cela, c'est apprendre à découvrir ses qualités spécifiques. Être attentif à quelqu'un qui souffre, ce n'est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c'est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s'en libérer.

 

Apprendre à écouter quelqu'un, c'est l'exercice le plus utile que nous puissions faire pour nous libérer de nos propres détresses.

 

Écouter, c'est donner à l'autre ce que l'on ne nous a peut-être jamais donné:de l'attention, du temps, une présence affectueuse.

 

C'est en apprenant à écouter les autres que nous arrivons à nous écouter nous même, notre corps et nos émotions, c'est le chemin pour apprendre à écouter la terre et la vie, c'est devenir poète, c'est sentir le coeur et voir l'âme des choses. A celui qui sait écouter est donné de ne plus vivre à la surface: il communie à la vibration intérieure de tout vivant.

 

Anonyme

 

N'être plus écouté : c'est cela qui est terrible lorsqu'on est vieux. [Albert Camus]

 

« Tu ne vaux que ce que valent tes rencontres, le seul luxe est celui des relations humaines » (Saint-Exupéry)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest l'esquimau
Excusez mon manque d'inspiration.:confused:

 

 

 

 

Dans l’insondable solitude de ses nuits

En quête de quiétude, son âme s’en retourne

Vers les abysses de l’absolu et s’enfouit

Eperdument dans la vile trappe qui bistourne

 

Tel est son sort et que cela ne plaise

Aux âmes contant inlassablement les espérances

Affriolée par les ombres folles, elle n’en biaise

Que son infortuné ego prêtant l’allégeance

 

Conter son mal pour elle n’est que truisme

Et par ses mots nullement la sonde elle veut lancer

Pour l’éventuelle rémission du cœur à l’altruisme

Ayant repris l’absurde dévotion dépassée

 

Amis secrets, pour vous, opiniâtrement ce soir

L’ombre farfelue veut faire couler de l’encre

Pour que gratitude à votre indulgence de faire-valoir

Elle puisse traduire en vocables ô que non cancres !

 

Seulement voila, la plume d’entre ses mains file

A sa guise, en une fresque de démences indomptables

Et inéluctablement, les mots de leurs rangs se faufilent

Comme à l’accoutumée, pour nulle justesse de leur part elle table !

 

De grâce ! Daignez encore ne serait-ce que cette fois

Absoudre de ses frénésies les fous égarements

Otage de ce mal, elle ne peut être de bon aloi

Envers ces belles-lettres ô combien pour elle le seul apaisement !

 

 

 

prends soin de toi et bon courage :):goodluck:

 

ps:reviens vite pour me traduire ton poème chinois !:crazy::p

Share this post


Link to post
Share on other sites
prends soin de toi et bon courage :):goodluck:

 

ps:reviens vite pour me traduire ton poème chinois !:crazy::p

 

bonne soirée esquimau ta visite suffit

 

haya un petit poème de ta part pour les amis et amies en meme temp moi je n'ai pas d'inspiration actuellement

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest l'esquimau
bonne soirée esquimau ta visite suffit

 

haya un petit poème de ta part pour les amis et amies en meme temp moi je n'ai pas d'inspiration actuellement

 

salut as ,je suis pas poète et tu le sais bien ,mais j'aime lire les poèmes .:);)

Share this post


Link to post
Share on other sites
salut as ,je suis pas poète et tu le sais bien ,mais j'aime lire les poèmes .:);)

 

meme moi je ne suis pas poète

 

c'est déja une bonne chose de lire les poèmes donc continue de lire

Share this post


Link to post
Share on other sites

ce poème est dédié au personnes qui ne respecte pas les sentiments des autres et qui les font fuir pour la vie

Elle est partieLe silence s'installe

Oppressant par sa puissance

Il fait ressurgir les pensées sales

Illustre parfaitement son absence

 

Les pas résonnent avec fracas

Sur les marches grinçantes de l'escalier

Ponctuent de souffrance mes tympans las

M'appellent vers un fond que je ne peux escalader

 

Les plaisanteries fusent autour de moi

Pour tenter de me faire rire

Mais peu importe les sourires grivois

Mon visage reste impossible à guérir

 

Toutes les couleurs ont disparu

Aspirées par le néant qui engloutit mon cœur

Les senteurs, la douleur, tout est confus

Le monde paraît pavé de sentence en ma défaveur

 

Les sons me parviennent assourdis

Comme passés à travers un mur de brique

Celui qui se reforme petit à petit

Autour de ma pauvre âme lyrique

 

Mon souffle s'épuise

Chaque seconde elle s'éloigne un peu plus

Le temps toujours s'amenuise

Et nous laisse seul lorsqu'il a disparu

 

Nouveau compte à rebours

Rien n'a plus de saveur

Et le voilà de retour

Mon vieil ennemi le malheur.

 

anonyme

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest mamicha
ce poème est dédié au personnes qui ne respecte pas les sentiments des autres et qui les font fuir pour la vie

Elle est partieLe silence s'installe

Oppressant par sa puissance

Il fait ressurgir les pensées sales

Illustre parfaitement son absence

 

Les pas résonnent avec fracas

Sur les marches grinçantes de l'escalier

Ponctuent de souffrance mes tympans las

M'appellent vers un fond que je ne peux escalader

 

Les plaisanteries fusent autour de moi

Pour tenter de me faire rire

Mais peu importe les sourires grivois

Mon visage reste impossible à guérir

 

Toutes les couleurs ont disparu

Aspirées par le néant qui engloutit mon cœur

Les senteurs, la douleur, tout est confus

Le monde paraît pavé de sentence en ma défaveur

 

Les sons me parviennent assourdis

Comme passés à travers un mur de brique

Celui qui se reforme petit à petit

Autour de ma pauvre âme lyrique

 

Mon souffle s'épuise

Chaque seconde elle s'éloigne un peu plus

Le temps toujours s'amenuise

Et nous laisse seul lorsqu'il a disparu

 

Nouveau compte à rebours

Rien n'a plus de saveur

Et le voilà de retour

Mon vieil ennemi le malheur.

 

anonyme

 

C'est vraiment très beau. Bravo à toi. Je vais prendre le temps de lire les autres poèmes.:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...