Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Kael`

« Les allures demeurent parfois trompeuses. »

Recommended Posts

Salutations,

 

C'est la première fois que j'écris quelque chose, je sais que c'est loin d'être parfait, mais soyez indulgents je suis loin d'avoir un talent précoce, je suis encore qu'au CEM :x.

Donc voilà, merci de pas critiquer l'orthographe, je ferais la correction quand mon texte sera achevé.

Sinon, je veut rendre mon texte plus poétique, quelqu'un peut m'aider et y porter ses modifications, sa serais très sympathique. =)

 

 

« Les allures demeurent parfois trompeuses. »

 

 

La mer, cette étendue d’eau si flegmatique et paisible… Aussi loin que pouvais percevoir mon regard la mer ne cessais de refléter le bleu cristallins du ciel, au loin, le soleil semblais briser ces éclats orangés dans une crête, la crique toute en bas était presque démunis d’occupants, il en restait uniquement quelques-uns qui demeurais ébahie par l’éclat qu’émaner le paysage féérique...

Un homme, il semblait venir de loin, gardant l’amertume d’un long périple, dès que quelqu’un lui proclamer la parole, son regard muta ravi, dès la fin de la discussion il s’en allait toute en maintenant un sourire aux lèvres, sa couleur de peau était obscure, un homme du désert probablement, il s’avançais à la rive, et soudain, ces yeux devenais de plus en plus vif, il était illuminé, les foules qu’il l’entourais le dévisagé étonnamment, mais au fond d’eux-mêmes ils étaient convaincus que c’était l’initiale fois qu’il contempler la mer.

L’imprudence de cet homme va le conduire à son échéance, au fur et à mesure qu’il s’avançait la mer était de plus en plus enfoncée, il défia les vagues avec audace, je le percevais de moins en moins, cependant, les individus autour de moi ne semblais guère se soucié de lui, j’avais un mauvais présage à son égard, et ne je pouvais point intervenir, le vent haletais de plus en plus intensivement, formant des vagues encore plus dominantes. Pendant un instant, je le percevais peu, la colère de la mer commençait à s’apaiser, quand soudainement, je le discerne au loin, submerger par les vagues, la mort il encourue, au secours il criait, toutes les foules se sont dressées sur la rive le regardant mourir de loin, mais personne n’eut l’audace d’aller à son secours, ses yeux déclinais, et il commencé a coulé, c’est ainsi que fût sa fin, mort dans la mer, le sourire pâle aux lèvres, probablement par ce que il s’est contenté du ravissement que lui accorder un tel paysage..

Tout était passé si tôt, j’étais témoin d’une scène théâtrale qui s’est joué dans brèves instants…C’est ainsi, la mer attribut le contentement et l’apaisement de l’âme à l’observer, néanmoins, elle ôte lâchement l’existence a d’autres.

 

 

Merci d'avance.

Enjoy.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salutations,

 

C'est la première fois que j'écris quelque chose, je sais que c'est loin d'être parfait, mais soyez indulgents je suis loin d'avoir un talent précoce, je suis encore qu'au CEM :x.

Donc voilà, merci de pas critiquer l'orthographe, je ferais la correction quand mon texte sera achevé.

Sinon, je veut rendre mon texte plus poétique, quelqu'un peut m'aider et y porter ses modifications, sa serais très sympathique. =)

 

 

« Les allures demeurent parfois trompeuses. »

 

 

La mer, cette étendue d’eau si flegmatique et paisible… Aussi loin que pouvais percevoir mon regard la mer ne cessais de refléter le bleu cristallins du ciel, au loin, le soleil semblais briser ces éclats orangés dans une crête, la crique toute en bas était presque démunis d’occupants, il en restait uniquement quelques-uns qui demeurais ébahie par l’éclat qu’émaner le paysage féérique...

Un homme, il semblait venir de loin, gardant l’amertume d’un long périple, dès que quelqu’un lui proclamer la parole, son regard muta ravi, dès la fin de la discussion il s’en allait toute en maintenant un sourire aux lèvres, sa couleur de peau était obscure, un homme du désert probablement, il s’avançais à la rive, et soudain, ces yeux devenais de plus en plus vif, il était illuminé, les foules qu’il l’entourais le dévisagé étonnamment, mais au fond d’eux-mêmes ils étaient convaincus que c’était l’initiale fois qu’il contempler la mer.

L’imprudence de cet homme va le conduire à son échéance, au fur et à mesure qu’il s’avançait la mer était de plus en plus enfoncée, il défia les vagues avec audace, je le percevais de moins en moins, cependant, les individus autour de moi ne semblais guère se soucié de lui, j’avais un mauvais présage à son égard, et ne je pouvais point intervenir, le vent haletais de plus en plus intensivement, formant des vagues encore plus dominantes. Pendant un instant, je le percevais peu, la colère de la mer commençait à s’apaiser, quand soudainement, je le discerne au loin, submerger par les vagues, la mort il encourue, au secours il criait, toutes les foules se sont dressées sur la rive le regardant mourir de loin, mais personne n’eut l’audace d’aller à son secours, ses yeux déclinais, et il commencé a coulé, c’est ainsi que fût sa fin, mort dans la mer, le sourire pâle aux lèvres, probablement par ce que il s’est contenté du ravissement que lui accorder un tel paysage..

Tout était passé si tôt, j’étais témoin d’une scène théâtrale qui s’est joué dans brèves instants…C’est ainsi, la mer attribut le contentement et l’apaisement de l’âme à l’observer, néanmoins, elle ôte lâchement l’existence a d’autres.

 

 

Merci d'avance.

Enjoy.

 

- Je n'ai pas commencé la lecture, mais j'avoue que je suis bloquée sur cette phrase là :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je remarque plutôt des fautes d'accord (pluriel: les individus ne semblais, se soucié (2 verbes qui se suivent....) sinon pour le style c'est très bien pour une collégien....

une autre remarque, je crois bien que le plus souvent, les élèves fuient le passé simple, mais dans ton cas chapeau...

Share this post


Link to post
Share on other sites

- Ben, si ta un talent et que t'es encore au CEM, c'est que t'es précoce. Enfin, c'est "la logique dans la négation" de ta phrase

 

mais soyez indulgents je suis loin d'avoir un talent précoce, je suis encore qu'au CEM

 

...C'est parce que t'es au CEM que ta pas un talent précoce?? :confused:

 

- Pour le texte, j'aime bien, t'as pas donné trop de détailles sur l'endroit, mais j'ai réussi à visualiser la crique, et c'était beau :o

 

- Pour l'homme qui a vu la mer pour la première fois, tu m'a rappelé une grande tante a moi, merci :)

 

- Pour le coté poétique, je suis nulle :chut:, je ne peux pas t'aider :confused:, désolée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

- Pour le texte, j'aime bien, t'as pas donné trop de détailles sur l'endroit, mais j'ai réussi à visualiser la crique, et c'était beau :o

C'est justement ça que je veut, donner plus de détails sur l'endroit, mais j'avoue, j'y arrive pas.

Sinon, je pense que l'histoire n'est pas très développée non plus. : /

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Sally

Puisque tu sais que tes fautes sont nombreuses, tu aurais du prendre le temps de les corriger avant de poster.

 

Le choix des mots est important. Par exemple, les yeux qui ''déclinent'', j'ai du mal avec cette association.

 

Une certaine incohérence à la fin.

 

J'aime la présentation de la mer et ensuite de l'homme.

 

Est-ce de toi? Tu l'as également posté sur un autre forum?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, c'est de moi.

Sur les autres forums, je n'est eu aucune réponse, pour l'instant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Zancko

Très beau. Même si ta pas écouter mon conseil :(

 

Ps : Maman si on compare Kael' et moi c'est comme incomparable :mdr:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Légères modifications, j'ai essayé d'accroître la description de l'endroit.

 

 

« Les allures demeurent parfois trompeuses. »

 

 

La mer, cette étendue d'eau si flegmatique et paisible... Aussi loin que pouvais percevoir mon regard la mer ne cessais de refléter le bleu cristallins du ciel, au loin, le soleil semblais briser ces éclats orangés dans une crête, la crique toute en bas était presque démuni d'occupants, il en restait uniquement quelques-uns qui demeuraient ébahie par l'éclat qu'émaner le paysage féérique... La nuit tombée, le jour s'en vas, laissant une grande obscurité s'édifiée sous nos regards illuminés, la mer qui se décolore de son bleu cristallins, un noir profond qui inspire la monotonie venait de remplacer ce dernier, les étoiles commençait à crépiter au bord de l'eau. Malgré cela, le soleil continuait à accroître de ses embrasements le paysage qui demeurait de plus en plus sombre.

Sur mon rocher humide où les vagues venaient me dorloter les jambes, je percevais au loin un homme, il semblait venir de loin, gardant l'amertume d'un long périple, dès que quelqu'un lui proclamer la parole, son regard muta ravi, dès la fin de la discussion il s'en allait toute en maintenant un sourire aux lèvres, sa couleur de peau était obscure, un homme du sud probablement, il s’avançait à la rive. Et soudain, ses yeux devenaient de plus en plus vif, il était illuminé, les foules qu'il l’entourait le dévisagé étonnamment, mais au fond d'eux-mêmes ils étaient convaincus que c'était la première fois qu'il contemplé la mer.

L'imprudence de cet homme va le conduire à son échéance, au fur et à mesure qu'il s'avançait la mer était de plus en plus enfoncée, il défia les vagues avec audace, je le percevais de moins en moins, cependant, les individus autour de moi ne semblais guère se souciais de lui, j'avais un mauvais présage à son égard et ne je pouvais point intervenir, le vent haletait de plus en plus intensivement, formant des vagues encore plus dominantes. Pendant un instant, je le percevais peu, la colère de la mer commençait à s'apaiser, quand soudainement, je le discerne au loin, submerger par les vagues, la mort il encourue, au secours il criait, toutes les foules se sont dressées sur la rive le regardant mourir de loin, mais personne n'eut l'audace d'aller à son secours, ses yeux déclinaient et il commencé à être complètement engloutit, c'est ainsi que fût sa fin, mort dans la mer, le sourire pâle aux lèvres, probablement parce qu'il s'est contenté du ravissement que lui accorder un tel paysage..

Tout était passé si tôt, j'étais témoin d'une scène théâtrale qui s'est joué dans brèves instants...C'est ainsi dernière une apparence calme et paisible se cache un monstre lugubre qui ne doute pas à ôter la vie à tous ceux ou celles qui osent s'aventurer dans ses entrailles, néanmoins, elle confère contentement et ravissement à l'observer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...