Jump to content

Les monts d'el merdja (SAIDA).


Recommended Posts

saidapancarte.jpg

 

Saida

Superficie (km2) : 6631

Nombre de communes : 16

Nombre de dairas : 02

Nom des dairas :

Ain El-Hadjar, El-Hassasnas.

 

Principales localites :

Ain El Hadjar, Ain Sekhouna, Ain Soltane, Doui Thabet, El hassasna, Hounet, Maamora, Moulay Larbi, Ouled Brahim, Ouled Khaled, Saida, Sidi Ahmed, Sidi Amar, Sidi Boubekeur, Tircine, Youb.

 

Relief :

climat chaud et sec en ete (36 a 38), froid en hiver (0 a 4 degres) avec gelees frequentes ; montagnes : partie occidentale, monts de Dhaia ; au sud hautes plaines ;

 

pulvimetrie :

 

en moyenne 200 a 600 mm/an ; forets (21,8% de la superficie totale) ; principaux oueds : Saida, Abd, Tifret, Berbour.

 

Situation géographique :

 

Se trouvant dans l’ouest algérien et s’étendant sur une superficie de 6613 km², Saïda est distante de 173 km au sud de la ville d’Oran, de 540 km au nord de la ville de Bechar et à une centaine de kilomètres à vol d’oiseau de la mer.

Climat :

 

Semi aride, le climat de la région est sec et chaud en été et très froid en hiver. Il est rude et sec, tempéré par l’altitude mais plein de contrastes.

En hiver, la température peut descendre à -10°C au mois de décembre ; la neige est fréquente et un vent froid descend des plateaux enneigés.

En été, la température peut grimper jusqu’à 50°C à l’ombre (en juillet et août).

Les pluies sont irrégulières et la moyenne pluviométrique dans la wilaya, est d’environ 300 à 400 mm / an.

Relief :

 

Saïda se situe dans les derniers contreforts tabulaires du versant sud de l’atlas tellien qui est formé par les monts de Tlemcen, de Daya et de Saïda et au seuil des hautes plaines steppiques des hauts plateaux.

Elle est située entre l’extrémité des monts de Daya au nord et la région des hauts plateaux au sud. Elle s’étend au pied de ces deux massifs de l’Atlas tellien que traverse l’oued de Saïda.

Située au fond d’une vallée à une altitude moyenne de 800 m, Saïda est entourée par les monts de Daya à l’ouest (Sidi Ahmed Zeggaï), au sud par la montagne de Sidi Abdelkader et les fameux tétons de Aicha, à l’est par les monts de Saïda avec entre autre le djebel Tiffrit qui culmine à 1200 m.

La vallée est recouverte d’une vaste superficie forestière de 156 Ha soit 23,5% de la superficie globale de la wilaya.

Les terres situées au nord de la wilaya sont fertiles et adaptées à la culture céréalière ainsi qu’à la culture maraîchère.

Au sud, les terres steppiques recouvertes d’alfa et d’épineux, constituent d’excellents pâturages et s’étendent sur une superficie de près de 60.000 Ha.

Bien arrosée par les cours d’eau, notamment le pus important, l’oued de Saïda qui prend sa source à 1200 m d’altitude à 14 km au sud de Saïda et s’encaisse dans la roche dure lors de son passage dans les gorges du vieux Saïda ou Madinet El Ogbane.

Son alimentation est surtout pluviale mais sa grande richesse, c’est qu’il y a de l’eau en toute saison. Il n’est jamais à sec même durant les grandes chaleurs. Plusieurs petites sources déversent leur eau dans l’oued de Saïda.

Le potentiel agro-pastoral :

 

L’activité agro-pastorale est considérée comme production essentielle de la wilaya bien qu'il existe cependant un savoir faire maraîcher, arboricole et pastoral.

L’approche à court et moyen terme serait principalement :

Un développement intégré agriculture pastoralisme.

Un développement agricole en relation avec les disponibilités hydriques.

Un développement pastoral tenant compte de la contrainte de protection des parcours et qui associe l’acteur principal à savoir : l’exploitant

Le potentiel forestier :

 

La région compte l’un des grands potentiels forestiers de l’ouest algérien avec Tlemcen et Sidi Bel Abbes.

En effet, son patrimoine forestier couvre une superficie globale de 156 401 hectares toutes formations végétales confondues.

A cela, il faut ajouter une zone steppique de 120.000 ha dont 29.000 ha de nappes alfatières potentiellement exploitables pour les besoins industriels et artisanaux.

Les principales essences forestières sont les suivantes :

Le pin d’Alep (espèce prédominante).

Le Boulot vert.

Le Chêne vert à gland doux.

Le Genévrier oxycédre.

La Garigue de thuya ou le thuya de berbéris.

Le palmier nain.

Le chêne nain, le jujubier sauvage.

Les lentisques, l’eucalyptus …

La wilaya de Saïda couvre trois grands ensembles écologiques assez distincts qui constituent les centres d’intérêt en matière de développement forestier ; Il s’agit :

De la zone écologique du chêne vert (chênaie d’El Hassasna).

De la pineraie de Saida.

De la zone steppique

 

Élevage:

 

Deux types d’élevage sont pratiqués dans la commune, le premier, assez familial et traditionnel, est pratiqué par des agriculteurs pour assurer un revenu à leur famille avec des effectifs inférieurs à 20 ovins et caprins tandis que le second est du type éleveur professionnel avec des troupeaux dépassant les centaines de têtes avec prépondérance d’ovins. Ces deux formes d’élevage constituent la première activité économique de la commune. C’est également une réponse de l’agriculteur et de l’éleveur face à des conditions climatiques peu favorables et à des rendements agricoles (céréaliculture essentiellement) aléatoires. En l’espace de 20 ans, l’effectif du cheptel ovin a connu une augmentation de plus de 37 % ; il constitue une source de thésaurisation sûre

 

note/ en rouge nos specifités

Link to post
Share on other sites
JillA tu triche :mdr:

 

Ce n'est pas une photo des gens de Saida icon12.gif

 

Je connais très bien la personne qui a blogué cette photo, on fréquente le même forum (Celui Du Journal Le Monde).

 

je voulais faire allusion aux nomades de ma region !

et j'ai fait une erreur ; j'ai rectifié .

pl023_t.jpg

Link to post
Share on other sites
T'as été faire tes ablutions à Hammam Boukhours?

et le mausolée de Sidi Ahmed Ezzegaï, il y est toujours?:cool:

depuis que j'ai Ramassé la tete decapité du dec de boukhors sur la route de berthelot (daoud) En laissant son cadavre decapité ,sur elle de merine(zegla) je n'ai pas mis les pieds au hammam.

JE RENTRE ET JE SORS EN COUP DE VENT DIRECT MERDJA .

tu a ressucité un mauvais souvenir pour moi.

Dommage !

Link to post
Share on other sites
T'as été faire tes ablutions à Hammam Boukhours?

et le mausolée de Sidi Ahmed Ezzegaï, il y est toujours?:cool:

je te parle d'assassinat d'un ami et toi tu parle ou se laver les c....YA BOUDJEROUA!!!

Link to post
Share on other sites

c'est lui et lui qui ont pardonné !

pas nous!!!!!!

pt_boutef.07.07.jpeg

 

 

Bouteflika : “Par ailleurs, j’entends, en ma qualité de chef suprême des forces armées, que la lutte contre les résidus terroristes redouble d’intensité.”

Les attentats persistent en Algérie et nous connaissons les terribles tueries que ce pays a subi : têtes d’enfants éclatées contre un mur, mères violées, pères égorgés, comme cela sans connaitre leurs idées ; sans leur donner la possibilité de plaider leur cause d’innocents.

Quand ce ne sont pas les bombes qui tuent aveuglément . Avez vous vus déjà des morceaux d’êtres humains ayant subi la déflagration ? Alors quand on entend certains pseudo humanistes mettre en cause l’armée algérienne, notre sang ne fait qu’un tour ! De nouveau donc, des jeunes sont assassinés en Algérie.

Al Qaéda-Maghreb a reçu manifestement une quantité colossale d’explosifs : nous en sommes à une vingtaine de tonnes. Il y a des complices quelque part. L’armée doit faire son devoir, n’en déplaise aux moralisateurs.

D’ailleurs le Président Bouteflika, pour la célébration de la fête nationale du 5 juillet, n’a pas hésité à donner des instructions fermes à l’assistance, essentiellement composée des membres du Haut Commandement militaire,

Bouteflika aura radicalement recentré son discours résolument éradicateur : il y a longuement encensé l’armée qu’il exhorte à extirper définitivement le terrorisme.

 

Il a poursuivi : “la réconciliation nationale” n’a été évoquée que furtivement et pour juste introduire un ferme appel à la lutte antiterroriste ! “Cette paix nous devons la consolider et pour cela, d’abord, poursuivre sans relâche la lutte contre les entreprises criminelles et terroristes de ceux qui, refusant l’appel magnanime de la nation, se déclarent résolument ennemis du peuple et voudraient perturber le mouvement de refondation de la cohésion nationale qui se développe et se renforce de jour en jour”.

Reconnaissant à l’Armée le mérite d’avoir su “au plus fort du déchirement national, quand l’Etat algérien avait failli être emporté, préserver l’Etat (cette armée) est investie de la mission de venir à bout de ces menées résiduelles avec le concours des services de sécurité”. Il ira plus loin encore :

“Je veux l’assurer de la confiance et rendre hommage à l’engagement et à l’abnégation dont font preuve nos djounoud et nos officiers dans l’accomplissement de leur devoir.”

NB :il voulmait obtenir le prix Nobel .

Link to post
Share on other sites
Tu la connais ? :D

 

Surtout avec les femmes :mdr:

 

Tu sais chez nous

.... depuis ma naissance

.... soit que je suis a Oran

.... soit que mes aines

.... me racontent Oran

.... et Kheira Taxi du Petit Lac

.... Yamina de Sidi El Houari

.... Si Benalima le navigateur

.... et bien d'autres font partie

.... de ma culture

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...