Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Laziz

Karl Popper: religion contre science ou vice-versa

Recommended Posts

«À l’opposé de ce mysticisme nébuleux et irresponsable, ou de ce verbiage prophétique, la science moderne nous oppose la discipline du contrôle expérimental. Contrairement aux faux prophètes, l’homme de science est responsable de ce qu’il affirme. »

 

À méditer. Est-ce vrai ou faux ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
l’homme de science est responsable de ce qu’il affirme. »

 

À méditer. Est-ce vrai ou faux ?

 

L'homme de science (au sens strictement moderne avec les clichés qui vont avec) ne se fixe pas pour but d'organiser et de bâtir une société, de l'éduquer, de l'harmoniser et de la guider. Au contraire du prophète.

 

Cette opposition homme de science/prophète part donc d'un postulat biaisé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne vois pas où est la contradiction ni le postulat biaisé. On parle de responsabilité dans l'affirmation. L'un sait ce qu'il raconte, d'après lui, l'autre prophétise.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Karl Popper et le sophisme

 

Je dis que c'est faux. Que la proposition est confuse et délibérément prudente. C'est du sophisme. En fait il y a un contexte. Il s'oppose à Hegel et aussi à Toynbee. Mais à travers cet exemple, c'est peut-être la façon dont fonctionne cet esprit scientifique et rationnel. Trouver l'erreur. :noexpression:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Weber et l'impossibilité de trouver un sens à la création

 

Personne n'a résolu le problème, même partiellement? :o

 

Ici, Weber continue son essai sur la science et la religion. (Je résous le problème pour vous.)

 

«Et aujourd’hui? Qui croit encore aujourd’hui, mis à part quelques grands

enfants comme on en trouve précisément dans les science de la nature, que les

connaissances de l’astronomie, de la biologie, de la physique ou de la chimie

pourraient nous apprendre quelque chose concernant le sens du monde, ne

serait-ce que sur la voie qui pourrait nous permettre de trouver la trace d’un tel

‘’sens’’, si jamais il existe?»

 

- Mais ils sont des signes, nous enseigne fort à propos le Coran.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Karl Popper 2

 

«À l’opposé de ce mysticisme nébuleux et irresponsable, ou de ce verbiage prophétique, la science moderne nous oppose la discipline du contrôle expérimental. Contrairement aux faux prophètes, l’homme de science est responsable de ce qu’il affirme. »

 

À méditer. Est-ce vrai ou faux ?

 

Pourtant ça frappe à l’œil, du moins mon œil. À quoi oppose-t-il l’homme

de science? Il n’a pas écrit le vocable «mysticisme» seul, mais l’a qualifié

de «nébuleux et irresponsable». On peut donc supposer ou en déduire

que le vrai mysticisme n’est pas de cette trempe. Sinon, vous pourriez

également prendre l’expression ‘‘ces américains bêtes et méchants’’

comme voulant dire tous les américains, ce qui n’a pas de sens, vous en

conviendrez… Ensuite, au verbiage prophétique il oppose la science

moderne … Je vais encore paraître réactionnaire mais la science moderne

n’est pas en reste, c’est un véritable capharnaüm de débauches

technologiques et d’expériences pratiquée dans une inconscience

meurtrière. Dois-je à nouveau en faire la démonstration? Les journaux

pullulent des dérives de la science moderne. Je vous dirige tout de même

vers un article que j’ai écrit il y a quelques jours à ce sujet. Donc, on

achoppe sur le même problème que son mysticisme ; il y a science et

science, tout comme il y a prophète et prophète. Et, enfin, pour ce qui est

de la responsabilité, Popper s’exprime, à mon œil, en théoricien idéaliste.

Pourtant, en tant qu’homme de science, il aurait pu être plus réaliste.

 

:plane:

Share this post


Link to post
Share on other sites

La cosmologie d'Aristote.

 

Je change de focus mais je reste sur la même problèmatique.

Voici, et je le dis avec une bonne dose d'ironie, une sacrée déclaration à propos d'un grand Saint,

comme c'est écrit, en S majuscule, pour être sûr de l'objectivité de part et d'autre. On peut y

distinguer toute la différence entre la manière d'acquérir le savoir occidental et celle de la tradition

hindoue, mais plus particulièrement védique. Car ici on parle de la vision d'Aristote en regard de

l'Univers. En Inde, jamais on ne mettait en doute l'enseignement du guru, contrairement à notre

façon de faire qui, ultimement, culminera dans le fameux slogan : Ni maître ni Dieu. Pourquoi, les

Hindous étaient-ils si bêtes, comme on nous l'a toujours laissé entendre, sauf quelques intellectuels,

et non des moindres, à une certaine époque ? Lisez.

 

« Saint Thomas dit quelque part, que la science a pour but de savoir, non ce que les hommes

ont pensé, mais qu'elle est en soi la réalité des choses. Cette belle déclaration montre bien ce

que jugeait le grand docteur de l'objectivité de la science : toutes les sciences étaient alors

comprises sous le nom de philosophie. Elle montre encore qu'on ne doit pas répéter l'affirmation

du maître, parce qu'elle est du maître, mais parce qu'on y est arrivé à y saisir, sous une formule

nette, ce que l'on a compris de la vérité. Le maître n'est qu'un initiateur ; il montre la bonne piste.

Nous devons y entrer avec lui, la bien reconnaître, quelquefois la rectifier et toujours pousser plus

avant.

 

Toutefois, il y a un puissant intérêt à connaître exactement l'opinion des grands hommes qui ont

fait l'époque dans la science. Alors même que cette opinion a été abandonné depuis, il est bon de

rechercher comment elle s'est formée, à quel point de vue s'était placé son auteur, qu'elles sont les

considérations qui l'ont décidé. Il ressort souvent de cette étude d'utiles leçons pour la formation

de l'esprit. »

Share this post


Link to post
Share on other sites
Personne n'a résout le problème, même partiellement? :o

 

Ici, Weber continue son essai sur la science et la religion. (Je résous le problème pour vous.)

 

«Et aujourd’hui? Qui croit encore aujourd’hui, mis à part quelques grands

enfants comme on en trouve précisément dans les science de la nature, que les

connaissances de l’astronomie, de la biologie, de la physique ou de la chimie

pourraient nous apprendre quelque chose concernant le sens du monde, ne

serait-ce que sur la voie qui pourrait nous permettre de trouver la trace d’un tel

‘’sens’’, si jamais il existe?»

 

- Mais ils sont des signes, nous enseigne fort à propos le Coran.

 

la je trouve que c'est weber qui joue a l'enfant .....

 

le hiatus est dans le mot sens du monde .....la science ne se pose pas la question du sens ....mais le comment ca marche ...de quoi c'est fait ..quelles loi conduisent les choses ....

 

voir des signes dans la marche de la nature n'est pas exlusive au coran ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait, Max Weber ne s'attaque pas à la science, stricto sensu, mais à l'idéologie scientiste qui a prévalu à son époque, c'est à dire au XIXe siècle avec le positivisme d'Auguste Comte, puis au XXe siècle avec le matérialisme scientifique des marxistes; idéologies qui se veulent, en quelque sorte, des alternatives aux interprétations classiques du monde (particulièrement religieuses)...

Share this post


Link to post
Share on other sites
En fait, Max Weber ne s'attaque pas à la science, stricto sensu, mais à l'idéologie scientiste qui a prévalu à son époque, c'est à dire au XIXe siècle avec le positivisme d'Auguste Comte, puis au XXe siècle avec le matérialisme scientifique des marxistes; idéologies qui se veulent, en quelque sorte, des alternatives aux interprétations classiques du monde (particulièrement religieuses)...

C'est une bonne intervention. Il faut tout de même faire remarquer que personne ne s'attaque stricto sensu

à la science. On s'attaque à ses dérives et surtout aux hommes qui sont derrière des idéologies

scientifiques. Mais si voulez vraiment faire avancer le schmiliblick, il faudrait d'abord définir la science

et à quoi elle sert. Les choses deviendront plus claires par la suite.

Bien à vous

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faut pas suivre les judeo chretien car en gros leur pouvoir se base sur la methode ''diviser pour regner'' chez eux le pouvoir se considere comme un étranger chez lui, il est toujours menacer d'exclusion..

Iles judeo chretiens je parle de la classe riche a un probléme identitaire..si elle epouse p'identité de la masse elle se fond et disparait..

Vous etes entrain de ma'ger ainsi dire de la table servie par ce groupe..

Au fond il n'ya rien d'interessant la phylosophie chez eux c'est l'art d'inventer la divison et creer les oppositions...

Revenant au sujet des scientifiques et prophéte..le but du prophéte c'est surtout le rapel des positions des Bornes a ne pas dépasser..

Le scientifique passe par deux etapes..s'enrichir par son savoir faire, et ensuite atteindre le stade de la justesse..il deviendra un expert juridique sur lequel un juge se base pour rendre un jugement

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mais si voulez vraiment faire avancer le schmiliblick, il faudrait d'abord définir la science et à quoi elle sert.

 

 

Le mot science est aujourd'hui tellement galvaudé qu'on lui fait dire et faire tout et n'importe quoi, et notamment on confond souvent la science avec les applications de la science, et parfois avec le scientisme. Pour la définition du terme lui-même, il suffit de revenir à un dictionnaire. Voici, par exemple, ce que donne le TLF :

Science : Ensemble structuré de connaissances qui se rapportent à des faits obéissant à des lois objectives (ou considérés comme tels) et dont la mise au point exige systématisation et méthode.

Il s'agit donc de connaissances systématisées et structurées. Ce qu'on fait de ces connaissances, la manière dont on les instrumentalise, ne dépend plus de la science elle-même, mais de ses utilisateurs et des fins qu'ils visent derrière cette utilisation.

 

De la même manière, le scientisme est ainsi défini (même source) :

Scientisme : Attitude consistant à considérer que toute connaissance ne peut être atteinte que par les sciences, particulièrement les sciences physico-chimiques, et qui attend d'elles la solution des problèmes humains.

Il s'agit donc d'une posture idéologique qui ne dépend que de ceux qui l'adoptent, et non de la science en tant que telle.

 

 

J'espère que cela fera "avancer le schmiliblick"...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je rajoute

Si la science et le 3ilm on peut lui donner cette définition

''La science c'est l'aboutissement du savoir de la genese''...

Tout scientifique essaye d'aboutire a connaitre le point de départ le commencement...

 

Les autres savoirs comme la'creation des outils et l'usage de la mesure c'est generalement l'art....tout ce qui se fait par l'usage des mains le manuel ou les savoirs manuels.....

 

Il ya un autre domaine de savoir qui n'est de la main ni de la reflexion celui du domaine des sentiments et qu'ils generent comme situation..

Parfois on sit les scie'ces comporteme'tal ou psychologie..

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'espère que cela fera "avancer le schmiliblick"...

Bonjour Doni, j'apprécie l'effort que vous faites pour nous expliquer votre point de vue.

"Revenir à un dictionnaire" comme vous dites, c'est bien, mais ce n'est pas assez. Vous

vous doutez bien que je connais la définition du mot science. Sachez, cependant, que

"science" n'a pas la même valeur aujourd'hui qu'hier, par exemple. On dit, dans l'éducation,

les Sciences sociales ou les Science humaines pour désigner un groupe de disciplines,

l'histoire, la paléontologie, l'archéologie, la médecine, etc. Votre définition du dictionnaire

ne nous dit pas ce qu'il faut en penser de ces disciplines. À vrai dire, cette définition nous

apprend que ce ne sont pas des sciences. Or elles sont enseignées comme telles. Allez comprendre !

 

L'explication de la définition que vous donnez par la suite reste très neutre et n'apporte

pas beaucoup de lumière. C'est seulement un idéal. Un préjugé. Il n'y a pas de science

par elle-même, cela n'existe pas. C'est pareil que, si vous me permettez, la laïcité. Elle

prétend être neutre mais c'est un miroir aux alouettes ; elle ne prend pas en compte que

l'athéisme fait sa loi dans ce système, et l'athéisme est aussi une religion, une religion

sans dieu mais une religion, dans le sens qu'elle est une croyance organisée qui place la

toute puissance de l'Homme, avec un grand H comme référence première et quasi absolue,

et souvent en conflit avec les religions Il en va de même avec la science..

 

Merci encore pour votre participation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Parfois on sit les scie'ces comporteme'tal ou psychologie..

 

Je viens d'aborder cet aspect dans le message précedent.

 

PS. Votre clavier n'est pas adapté à l'écriture et votre ordi n'a pas de correcteur ?

Ou vous êtes trop fatigué quand vous décidez de nous répondre ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Science et histoire dévoyées

 

« Saint Thomas dit quelque part, que la science a pour but de savoir, non ce que les hommes ont pensé, mais qu'elle est en soi la réalité des choses. »

 

Pour les Occidentaux, vivant à l'origine dans les cavernes et errant à travers monts et vallées,

c'est normal de procéder ainsi : les hommes préhistoriques -leurs ancêtres, par revendication

culturelle (et biologique)-, n'avaient rien à la base pour appuyer leurs recherches cognitives :

ni révélation, ni texte, ni sage. Sauf qu'ils étaient des animaux avant d'être des hommes. Et

il faut s'arrêter une minute sur ce qu'ils entendaient par animaux ! Rien à voir avec l'émergence

du végétarisme actuel et des groupes de protection des animaux. La perception que l'on a des

animaux aujourd'hui, de leur intelligence et de leur sensibilité, se distingue nettement de celle

d'autrefois : ils n'étaient alors que des choses, "des biens immobiliers", sans âme ni intelligence.

Mais quand on argumente, pour récupérer cette nouvelle donne sociale, que les scientifiques y

sont pour quelque chose, c'est prendre des canards sauvages pour les enfants du bon dieu.

 

 

C'est ainsi que travaillent les scientifiques : ils font des affirmations péremptoires puis, 10 ans

plus tard ils rectifient leurs erreurs. C'est leur conception de la Science ! Et quand vous leur

faites remarquer cette singularité, pour user d'un euphémisme, ils vous répondent que les

scientifiques n'affirment pas, qu'ils n'ont jamais prétendu détenir la vérité !

 

Aristote ne savait pas grand-chose de l'Univers et ce qu'il en a dit ne fut que stupidités pour la

plus grande part.

 

Pourtant, en Inde, et bien avant Aristote, quelques millénaires disons, les Hindous parlaient précisément

des planètes et de leur position. Et pas seulement dans le ciel, mais dans le cosmos qu'ils savaient

d'une limite indéfinissable pour nos sens, du moins pour nous, Occidentaux, car grâce à leurs calculs

avancés, ils se faisaient une idée assez claire de son immensité.

 

À souligner que c'est de chez eux que les Arabes ont appris à utiliser les nombres et notamment le zéro,

dont la compréhension leur était encore inconnue.

 

Je prends pour exemple du savoir védique, cette illustration dont la description se trouve dans le Vishnou

Purana. Elle représente un avatar de Dieu, sous la forme d'un sanglier, qui sort la Terre du fond de l'océan

cosmique; un démon féroce et extrêmement puissant l'y ayant précipitée. L'artiste montre, au-delà de la

validité ou non d'une telle réalité surnaturelle, que les Hindous avaient conscience que la Terre était ronde.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Science et progrès dans le sang et les larmes

 

Il est vrai que la technologie progresse, qu'elle évolue. Les tracteurs ont permis par le

sang et le fer, abusant des paysans sans défense, un rendement extraordinaire. Ce

faisant, ce développement a compensé la monstrueuse injustice faite aux agriculteurs

dépossédés de leur terre en soulageant la faim dans le monde. À quelque chose malheur

est bon, faut croire.

Sur cette illustration, Vidura conseille à son frère, le roi, d'abandonner son nouveau-né

dont les signes de mauvais augures font craindre le pire. Mais parce que ce dernier y sera

attaché, le fils vivra et sera la cause de la grande bataille de Kurukshetra.

 

2961d1422722184-karl-popper-religion-contre-science-ou-vice-versa-vidura-et-le-bien-de-tous-pour-le-progres.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Science et progrès dans le sang et les larmes

 

Les plus grandes famines organisées par des gouvernements démoniaques seront déclarées

durant cette révolution verte, ce fut le cas en Inde, en URSS ou en Afrique. Et les produits

chimiques, à la Monsanto, pour ne citer que cette méga entreprise, ainsi que les semences

manipulées génétiquement pour accélérer leur croissance et protéger artificiellement les plantes,

donneront de gros et colorés légumes, sans imperfection. ( La qualité nutritive, cependant, est

plus que médiocre.)

 

L'image du verre à moitié plein que ces industries phytosanitaire (encore un euphémisme)

entretiennent pour les médias et le peuple, et qui en redemandent à l'envie, de cette techno-

science, occulte soigneusement que la vie partout se meure.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est ce qu'ils appellent la Science. Aristote ne savait pas grand-chose de l'Univers et ce qu'il en a

dit n'était que stupidités pour la plus grande part. Pourtant, en Inde, et bien avant lui, quelques

millénaires, les Hindous parlaient des planètes et de leur position. Et pas seulement dans le

ciel, mais dans le cosmos qu'ils savaient également d'une limite indéfinissable, du moins pour

nous -mais dont ils connaissaient l'immensité par leurs mesures. (À souligner que c'est d'eux

que les Arabes ont appris à utiliser les nombres et notamment le zéro, dont la compréhension

leur était encore inconnue.)

 

Je prends pour exemple du savoir védique, ces illustrations dont la description se trouve dans le

Vishnou Purana. Elle représente Dieu ayant pris la forme d'un sanglier pour sortir la Terre du

fond de l'océan cosmique; un démon féroce et extrêmement puissant l'y avait jetée. Elle nous

montre, au-delà de la validité d'une telle réalité, que les Hindous savaient que la Terre était ronde.

si tu pouvais nous donner un seul exemple equivalent a l"ORGANON" d'Aristote dans la culture indou ...ce serais plus déjà un peu plus convaincant ....

 

nous mettre un sanglier tenant la terre sur son groin .....pour l’opposer a Aristote ...c'est d'un comique que seul toi peut saisir ..

 

ces illustration datent de quelque siècle ? .ou de quelle année plutot ...moi je dirais 2014 ..parler de millénaires d'avance ...c'est tout simplement de la foutaise pure et simple ....

Share this post


Link to post
Share on other sites

saint thomas et les grands maîtres qui se sont trompés

 

Selon Aristote, dont l'extrait ci-dessous fait référence, le génie sur lequel l'Occident repose sa

conception du savoir et de l'évolution :

 

Toutefois, il y a un puissant intérêt à connaître exactement l'opinion des grands hommes qui ont

fait l'époque dans la science. Alors même que cette opinion a été abandonné depuis, il est bon de

rechercher comment elle s'est formée, à quel point de vue s'était placé son auteur, qu'elles sont les

considérations qui l'ont décidé. Il ressort souvent de cette étude d'utiles leçons pour la formation

de l'esprit. »

 

Drôle de critère pédagogique. Ils se sont plantés la plupart du temps mais ce sont de grands hommes

tout de même... À bien y regarder cependant, 2000 après que Saint-Thomas ait prononcé ces paroles,

la méthode est bien appliquée : professeurs, historiens, biologistes ou experts en tel ou tel domaine peuvent

enseigner leur version des choses comme vérité objective, jusqu'à ce que quelqu'un d'autre, souvent de

la génération suivante, prouve le contraire. Et, selon Popper et sa "falsification", cette méthode s'appelle

la science. Il faut la défendre bec et ongle contre les dénigrateurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Laziz...je suis de formation scientifique...jamais un professeur m'a dit ; "Voici la vérité"

 

J'ai toujours entendu, au dela des certitudes démontrées dans un référentiel donne : "Dans l'état actuel des connaissances...nous pensons que....certains explorent la voie de...d'autres pensent que...etc

 

Il est sans doute plausible que les certitudes aient été plus fortes au début de l'exploration scientifique du monde...mais les choses ont bien changées...la caractéristique communes à tous les grands savants est sans doute l'humilité....

Share this post


Link to post
Share on other sites

La cosmologie d'Aristote versus celle des Védas

 

Voici l'idée soi-disant scientifique que se faisait Aristote de l'univers.

 

J'ai repris les informations que je reproduis ici d'un site dont je vais vous

dire quelques mots.

 

"le monde d'Aristote (-384 -322 av JC) est divisé en trois parties. La sphère

terrestre, la sphère céleste et la sphère des étoiles. Le monde terrestre jusqu'à

l'orbite de la Lune est imparfait. Le monde céleste parfait est représenté par

des sphères et des cercles. Le modèle cosmologique de cette époque est centré

sur la Terre et hiérarchisé jusqu'à la dernière sphère, celle des étoiles fixes qui

marque la frontière du cosmos."

 

ob_95f2e9_monde-geocentrique-aristote.jpg

 

Je vous donne ces informations pour vous rendre compte de l'état du savoir en

Occident, comparé à celui que l'on trouvait en Inde. Malgré cette différence on

néglige traditionnellement et avec obstination cette dernière. On préfère trompeter

sans complexe la supériorité de la culture grecque sur le reste du monde, culture

barbare dont on se revendique avec fierté.

 

Je vous donne un exemple. Sur le site en question, Vision anthropocentrique et géocentrique ? Astronoo

sur cette même page, à gauche, il y a un paragraphe intitulé Des esprits et des dieux.

Il a été mis à jour le 01 juin 2013.

 

On y mentionne inéluctablement l'homme de Néandertal, les Babyloniens, les Égyptiens,

les Chinois, et le miracle grec, « l'âge d'or de la science et de la philosophie dont nous

héritons les bienfaits, encore aujourd'hui. »

 

Rien sur l'Inde. Faut croire qu'aux yeux de l'auteur de ce site, l'Inde n'a jamais existé.

Mais ne croyez pas que c'est un cas, particulier; c'est souvent ainsi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

un jour j'avais rédigé un texte, je ne sais pas, si je peux le retrouver sur la définition de la science ...

 

Des épistémologistes, des philosophes et des scientifiques ont dit que on dirait que c'est karl popper qui parle :)

 

Je vous jure que c'était la première que j'entends le nom de ce grand homme

 

du coup j'ai acheté ces livres mais comme je ne suis pas philosophe je n'ai pas tout compris :confused:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...