Jump to content

Karim Tabbou et Ihsane El Kadi interpellés


Recommended Posts

Le militant politique et porte-parole du parti non agréé de l’Union démocratique et sociale (UDS), Karim Tabbou, a été arrêté, ce jeudi 10 juin 2021, près de chez lui à Alger, a annoncé son frère, Djeffar Tabbou, sur sa page Facebook. Dans le même après-midi, le journaliste et directeur de Radio M, Ihsane El Kadi, a été interpellé par la DGSI, annoncent le site d’information éponyme et le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Karim Tabbou est sous contrôle judiciaire par le juge d’instruction près le tribunal de Bir Mourad Raïs depuis le 29 avril 2021. Le porte-parole de l’UDS était visé par une plainte de Bouzid Lazhari, président du Conseil national des Droits de l’Homme, hué et chassé par Karim Tabou et d’autres citoyens mardi, lors de l’enterrement de Me. Ali Yahia Abdennour.

Il faisait également l’objet d’un an de prison avec sursis, prononcé à son encontre par le tribunal de Koléa en décembre 2020.

Son frère n’a pas donné plus de détails, quant aux raisons et circonstances de l’arrestation de M. Tabou.

Ihsane El Kadi toujours sous contrôle judiciaire

Le journaliste Ihsane El Kadi, a été interpellé à sa sortie du bureau, fait savoir Radio M, dont la rédaction dit ignorer les raisons de cette arrestation.

Ihsane El Kadi a été placé sous contrôle judiciaire par le juge d’instruction près tribunal de Sidi M’hamed à Alger le 18 mai dernier. Une décision confirmée par la Cour d’Alger la semaine dernière.

La magistrat qui l’a placé sous contrôle judiciaire lui a signifié l’interdiction de quitter le territoire national et le retrait de son passeport, l’interdiction de quitter la wilaya d’Alger sans autorisation et l’obligation de se présenter devant le magistrat chaque lundi matin.

Ihsane El Kadi a été, rappelons-le, convoqué au même tribunal le 31 mars dernier avant d’être remis en liberté sans poursuites.

Selon les déclarations de sa défense à l’époque, Ihsane El Kadi a été convoqué pour son blog (article d’opinion) dans lequel il évoque le mouvement islamiste Rachad et sa relation avec le Hirak. Il s’agit visiblement de la même affaire, puisque El Kadi Ihsane a été entendu au sujet de ce même écrit.

Un écrit qui l’expose à l’article 46 de la loi portant charte pour la paix et la réconciliation nationale, qui stipule qu’est « puni d’un emprisonnement de trois (3) ans à cinq (5) ans et d’une amende de 250.000 DA à 500.000 DA, quiconque qui, par ses déclarations, écrits ou tout autre acte, utilise ou instrumentalise les blessures de la tragédie nationale, pour porter atteinte aux institutions de la République algérienne démocratique et populaire (…) ».

Quant à la partie plaignante, elle n’est autre que le ministère de la Communication.

24HDZ
10/06/2021

Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Plusieurs activistes du Hirak, Karim Tabbou, Kadi El Ihsane, Khaled Draremi et d'autres, ont été interpellé la veille des élections légsilatives par la DGSI (ex-DRS). Selon l'avocate Zouibida Assoul, Khaled Drareni est interrogé à la caserne Antar

Elle est belle la Nouvelle Algérie ! Des citoyens algériens sont arrêtés par la police politique sans notification de la part de la justice juste parcequ'ils soutiennent le Hirak et sont contre la mascarade électorale du 12 juin

Viennent après des gens pour critiquer le slogan du Hirak : « Mokhabarat Irahibia » !
 

spacer.png

 

Edited by shadok
Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Le pouvoir passe à la vitesse supérieure en amendant le code pénal par ordonnance à 48h seulement d'une nouvelle assemblée !

Avec cet article 87 bis qui considère comme terroriste tout ceux qui militent pour un changement de régime en dehors du cadre constitutionnel

Tout militant pour une période de transition, une constituante, une conférence nationale ou même une démocratie directe sera considéré comme terroriste

Les partis politiques, associations ou militants comme ceux faisant partie du PAD ou le PT ou bien même la Ligue Algérienne des Droits de L'homme seront arrêtés et jugés pour terrorisme. Pareil pour ceux qui scandent Yetna7aw Ga3 !

On nage en plein délire, une dérive autoritaire gravissime, du jamais vu depuis l'indépendance de l'Algérie !

Jamais le scénario égyptien n'a été aussi palpable !

spacer.png

 

Edited by shadok
Link to post
Share on other sites

Les chyatinesnet les supporters des dictateurs vont rien dire.

La presse internationale a qualifié le régime algérien de régime militaire avec une façade civile

Link to post
Share on other sites

La répression contre les activistes du Hirak bat son plein

Arrestation aujourd'hui de Mr Bouchachi et Mme Nabila Smail  à la fin de la marche à Tizi-Ouzou. Ils ont été relachés

 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...