Jump to content

«Ali Aoun est victime de la mafia du médicament»


Recommended Posts

Ses avocats ont mis en évidence le sacrifice qu'il a consenti pour Saïdal

 

Son nom se confond avec celui de l'entreprise qu'il dirige. Quand les gens parlent de Saïdal, c'est à Ali Aoun qu'ils pensent. Lorsqu'en 1995 il est désigné pour liquider cette entreprise, les 2 150 travailleurs qui ne percevaient déjà plus leur salaire depuis 6 mois, étaient loin de se douter qu'ils allaient, grâce à leur mobilisation et à la ténacité de celui qui allait désormais présider à la destinée de l'entreprise, réaliser un véritable miracle. Redresser Saïdal et en faire le fleuron de l'industrie pharmaceutique du pays. Ces arguments ont été développés tour à tour par les avocats de Ali Aoun dont «tout le monde se désole de le retrouver sur le banc des accusés» et contre lequel le procureur général a requis 4 ans de prison ferme avec mandat de dépôt à l'audience et privation des droits civiques.

 

Après avoir été en situation de faillite, Saïdal est devenue exportatrice vers l'Afrique du Sud, le Niger, le Soudan, le Mali, le Yémen et le Mexique. De 2 150 travailleurs, elle est passée à 4 300 dont 1 600 cadres universitaires. Elle comprend aujourd'hui 12 unités de production, un centre de recherches et de développement. En 1995, l'entreprise ne produisait pas plus de 85 médicaments, elle en fabrique 210 présentement. Elle détient 5 brevets propres à elle.

 

 

Hier, non remboursés par la CNAS, les prix des médicaments de Saïdal sont pris comme référence de remboursement par la Caisse nationale des assurés sociaux. «C'est dire l'économie d'argent qu'il a fait gagner au pays», disent ses avocats. «Cependant, cette réussite n'a pas été du goût de tout le monde. Particulièrement de la mafia du médicament», dira Me Abdelkader Brahimi qui a estimé que de gros sous étaient en jeu et il n'était pas question de lui pardonner. Surtout pas le projet de la construction de l'usine d'insuline de Constantine pour laquelle des bâtons dans les roues ont été mis. «En mars 2003, lorsque le véhicule C5 pour lequel il était accusé de corruption, était dans le parc de Pharmal, Ali Aoun se trouvait à Constantine.»

 

 

Il attendait, dans la voiture avec le chauffeur, l'arrivée des camions transportant le béton armé. «Ce n'est pas à l'intérieur de la C5 qu'il a passé la nuit.» C'est à ce moment que le chef de parc de Pharmal, filiale de Saïdal l'appelle pour lui demander comment obtenir son extrait de naissance afin de régulariser la voiture donnée par Khalifa comme mesure d'accompagnement inhérente à la convention signée entre KRG et Pharmal. «C'est à ce moment que mon client découvre que la voiture était à son nom.» Une fois à Alger, poursuit Me Brahimi Abdelkader, il prend attache avec le liquidateur qui lui dira qu'il allait le traiter comme tous les autres VIP. Et l'avocat d'ajouter: «Il a remboursé la voiture en y ajoutant les intérêts comme s'il avait pris un crédit. Quant à la carte de thalassothérapie, il l'a restituée sans l'avoir jamais utilisée.»

 

 

«Où est la corruption ?» s'est-il interrogé avant de préciser que Pharmal a signé avec KRG pour la mise ne place d'une usine de production de médicaments contre le sida. Saïdal n'a pas dépensé un seul sou. Il a au contraire profité de ce que Abdelmoumene Khalifa ait été le seul à obtenir le brevet pour ce médicament de l'Afrique du Sud. D'autre part, l'avocat a indiqué que Ali Aoun n'a pas fait de dépôt à terme à El Khalifa Bank. Il avait plutôt ouvert des comptes d'encaissement pour les clients de l'entreprise qui étaient domiciliés à la banque privée, et qu'il était beaucoup plus facile de récupérer de l'argent à El Khalifa Bank que de déposer les chèques dans les banques publiques domiciliatrices de Saïdal. Me Brahimi Abdelkader précisera également, pour démonter l'accusation de corruption et de trafic d'influence, que Ali Aoun n'est pas un fonctionnaire, mais un P-DG élu par son conseil d'administration. De plus, quand il n'y a pas d'intérêts, il n'y a pas d'action. «Donc l'accusation de corruption tombe d'elle-même.» Et d'ajouter : «Pensez-vous que si mon client était corrompu il aurait réussi à combattre la mafia du médicament. Il a été plutôt victime d'un attentat qu'on a attribué au terrorisme, mais j'en doute.»

 

 

Foudad Adda, en détention arbitraire

 

Ce sont pas moins de sept avocats qui se sont succédéhier à la barre pour défendre Foudad Adda, ex-commissaire divisionnaire, et ex-directeur de l'école de police de Aïn Benian qui se trouve derrière les barreaux alors qu'il est accusé de délits et non de crimes, le juge d'instruction ayant abandonné les chefs d'inculpation d'association de malfaiteurs et de vol qualifié. Le premier de ses avocats a estimé incompréhensible qu'il soit maintenu en détention alors qu'il n'est accusé que de délits.

 

Des délits que Me Miloud Brahimi a tenté de détruire en usant de son savoir-faire et de sa technicité. Il indiquera que jusqu'à maintenant, personne n'a déposé plainte contre son client. «Cela veut dire que Foudad Adda n'a rien à voir avec El Khalifa Bank, cela n'a pas empêché le parquet de requérir 8 ans de prison contre lui alors que la loi dans ce cas n'en prévoit que 4.» Et se tournant vers le procureur général : «Vous avez doublé la mise !» L'ex-président de la Ligue algérienne des droits de l'Homme reprendra les articles sur la base desquels son client est poursuivi, notamment le 382 bis du code pénal qui lui-même renvoie à l'article 119 au demeurant abrogé par les dispositions de l'article 71 de la loi de février 2006 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption. Son client est donc concerné par l'article 28 de cette récente loi. L'avocat expliquera que Foudad Adda n'a pas commis de crime en procédant au nantissement pour récupérer son argent. «Ce, d'autant qu'il a pris le soin de prendre conseil auprès du directeur général de la BNA, du secrétaire général de la commission bancaire, du P-DG du CPA, M. Maghaoui, et de celui qui lui succédera, en l'occurrence, M. Djellab. Ils l'ont tous rassuré quant à la régularité et à la légalité de l'opération.»

Toutefois, et comme il l'a dit, au risque de déplaire à son client, Me Brahimi a relevé la stupidité avec laquelle a agi Foudad Adda en se laissant abuser par Khalifa qui lui a fait croire que son argent allait être rapatrié. «On a appris lors de ce procès que le P-DG de cette banque faisait sortir, avec l'aide de son personnel, de l'argent dans des sacs noirs. Ce n'est certainement pas pour rembourser Foudad Adda qui a déposé à Paris la somme de 600 000 euros. Il lui a fait croire que son argent a été rapatrié à Alger par le biais d'une attestation pour que mon client ne dépose pas plainte contre lui en France.»

 

 

Et Me Brahimi de préciser que son client était victime d'une machination. Surtout que la liquidation a bien précisé qu'aucun préjudice nFoudad Adda, en détention arbitraire'a été subi par la banque après l'opération de nantissement. L'avocat reviendra longuement sur la procédure et indiquera que son client a bénéficié de deux ordonnances de mise en liberté du juge instructeur contre lesquelles le parquet a fait automatiquement appel en invoquant la gravité de l'infraction qui, en fait, ne justifie pas le maintien en détention. Plus grave encore, c'est la chambre d'accusation qui rend des arrêts systématiques en défaveur des prévenus. Mieux encore, «elle écrit qu'elle se moque de ce que les accusations soient fondées ou non, que les ordonnances du juge le soient également ou non. C'est un scandale ! C'est honteux», lancera-t-il avant de demander la relaxe pour son client.

 

 

Faouzia Ababsa (La Tribune)

Link to post
Share on other sites

Il faut être aveugle pour ne pas se rendre compte qu'il y a un vrai complot contre l'intelligence Algérienne.

 

le harcelement contre l'intelligence Algérienne commence déja aux universités, puis après l'université, la politique du service militaire est l'une des formes qui montre le grand mépris de ce pouvoir envers les futures cadres de l'Algérie.

 

les poussant à l'exil ou vers une vie minable; et comme dans le cas de Mr Aoun, vers la prison pour des raisons plus que suspects, et les vrais coupables, quant à eux, bénificient de l'impunité totale.

 

Sidi said, le secretaire général de l'UGTA a déclaré que c'etait lui qui a ordonné le dépot de l'argent des CNAS à la banque khalifa, et déclare avec insolence : J'assume mes responsabilités. drole de phrase qu'ont appris les gens du pouvoir, cette phrase qui n'entraine aucune suite. Sidi said n'est pas en prison, et ne sera pas en prison pour les même griefs retenus contre les autres dans la même affaire, s'il fera un séjour dans les geôles Algériens, ça sera pour d'autres raisons bien sûr.

 

 

je continue à fumer mon RYM 12V en attendant que la justice soit vraiment justice.

 

plutoniquement.

Link to post
Share on other sites
Il faut être aveugle pour ne pas se rendre compte qu'il y a un vrai complot contre l'intelligence Algérienne.

 

le harcelement contre l'intelligence Algérienne commence déja aux universités, puis après l'université, la politique du service militaire est l'une des formes qui montre le grand mépris de ce pouvoir envers les futures cadres de l'Algérie.

 

les poussant à l'exil ou vers une vie minable; et comme dans le cas de Mr Aoun, vers la prison pour des raisons plus que suspects, et les vrais coupables, quant à eux, bénificient de l'impunité totale.

 

Sidi said, le secretaire général de l'UGTA a déclaré que c'etait lui qui a ordonné le dépot de l'argent des CNAS à la banque khalifa, et déclare avec insolence : J'assume mes responsabilités. drole de phrase qu'ont appris les gens du pouvoir, cette phrase qui n'entraine aucune suite. Sidi said n'est pas en prison, et ne sera pas en prison pour les même griefs retenus contre les autres dans la même affaire, s'il fera un séjour dans les geôles Algériens, ça sera pour d'autres raisons bien sûr.

 

 

je continue à fumer mon RYM 12V en attendant que la justice soit vraiment justice.

 

plutoniquement.

 

 

Le seul diplome valable

.... c'est le BTS

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...