Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
An-Nisr

Ali: le Grand prêtre de l'Islam

Recommended Posts

 

Qui te parle d'imprimerie ? C'est dans les livres que se trouvent l'histoire. Non maintenant on essaie de vous donner une identité qui n'est pas la vôtre les peuples se construisent et vous n'êtes certainement pas les anciens peuples puisque contemporains !

Du quel livres tu parle !

l'histoire sur les livres est toujours écrite par l'occupant

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Du quel livres tu parle !

l'histoire sur les livres est toujours écrite par l'occupant

 

pourquoi accabler le petit occupant français qui n'est resté que 130 ans - as tu des remlaques a faire sur l'occupant turco musulman qui est resté 300 ans et l'autre avec les gandoura qui a fait tout seul pres de 1000 ans puis avec les copains turcs 300 ans et qui a negocié ensuite avec les français son retour a l'hegemonie une fois les français dehors ... ils n'ont pas ecrit de livres eux ?...tu as une opinion a geometrie variable -quand c'est le français ,c'est un occupant et quand il prononce allah ouakbar c'est un ami ...kif kif haje moussa et moussa l'hage c'est le meme ...la seule difference c'est l'adhesion au din qui a transformé les cerveaux des indigenes , il n'y a pas plus de 10% d'arabité ethnique en algerie ...le probleme de la langue est un probleme d'education par les ecoles coraniques +l'arabisation etatique apres l'independance .

 

va faire ton test adn -pour beaucoup de monde cette question a deja trouvé une reponse ...un peu de respect aux kabyles qui representent les indigenes de souche encore dans le moule original, le seul vrai reflet du miroir identitaire et c'est ça qui vous derange .

 

continuer a utiliser les memes arguments des arabo musulmans sur les kabyles proches de la france - va voi youtube et tape guerre d'algerie il n'y a que des burnous et des femmes kabyles sous les bombadement des avions français , je ne vois aucun arabe ni en gandoura ni avec une barbe noir ni en hidjab ...ou sont ces arabes resistants ? ou sont les arabes tout court ....il y a des archives maintenant .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Du quel livres tu parle !

l'histoire sur les livres est toujours écrite par l'occupant

 

N'importe quoi ! Quel occupant ? La mouvance des peuples est ainsi, si on part vous partire aussi puisque vous n'existiez pas à l'origine du monde, pfff. !

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

pourquoi accabler le petit occupant français qui n'est resté que 130 ans - as tu des remlaques a faire sur l'occupant turco musulman qui est resté 300 ans et l'autre avec les gandoura qui a fait tout seul pres de 1000 ans puis avec les copains turcs 300 ans et qui a negocié ensuite avec les français son retour a l'hegemonie une fois les français dehors ... ils n'ont pas ecrit de livres eux ?...tu as une opinion a geometrie variable -quand c'est le français ,c'est un occupant et quand il prononce allah ouakbar c'est un ami ...kif kif haje moussa et moussa l'hage c'est le meme ...la seule difference c'est l'adhesion au din qui a transformé les cerveaux des indigenes , il n'y a pas plus de 10% d'arabité ethnique en algerie ...le probleme de la langue est un probleme d'education par les ecoles coraniques +l'arabisation etatique apres l'independance .

 

va faire ton test adn -pour beaucoup de monde cette question a deja trouvé une reponse ...un peu de respect aux kabyles qui representent les indigenes de souche encore dans le moule original, le seul vrai reflet du miroir identitaire et c'est ça qui vous derange .

 

continuer a utiliser les memes arguments des arabo musulmans sur les kabyles proches de la france - va voi youtube et tape guerre d'algerie il n'y a que des burnous et des femmes kabyles sous les bombadement des avions français , je ne vois aucun arabe ni en gandoura ni avec une barbe noir ni en hidjab ...ou sont ces arabes resistants ? ou sont les arabes tout court ....il y a des archives maintenant .

 

Pourquoi tu ne demandes pas aux français de ne laisser que le sang franc et de mettre les wisigoths et les gaulois dehors ? Il faudra aussi pourchasser le sang celte il doit y'en avoir. Les kabyles vous ne connaissez rien de votre origines.

 

As-tu fait un test adn, es-tu suédois ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Je n'ai pas encore perdu la tête pour renier Dieu, memento mori !

 

Oui c'est cela oui,le jour ou tu ouvriras un vrai livre,je crains que tu tombes de haut !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

N'importe quoi ! Quel occupant ? La mouvance des peuples est ainsi, si on part vous partire aussi puisque vous n'existiez pas à l'origine du monde, pfff. !

Les livres imprimés à Damas ou au Liban ?

 

Je te parle de l'histoire écrite sur (les rochers de nos montagnes , sur les tombes des amazighs , sur les sites Romain ... ou plus proche de toi , sous le métro d'Alger ) Comment voulez vous savoir l'histoire sans faire des recherches ou autoriser au spécialiste de faire des fouilles archéologiques.

vous attendez que l'histoire vous saute aux yeux comme le cas de l'histoire amazigh " trouvé " lors des travaux ( métro d'Alger, construction des bâtiments chinois à Constantine, Le barrage d'eau de Batna, les puits de pétrole au sud ....)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les livres imprimés à Damas ou au Liban ?

 

Je te parle de l'histoire écrite sur (les rochers de nos montagnes , sur les tombes des amazighs , sur les sites Romain ... ou plus proche de toi , sous le métro d'Alger ) Comment voulez vous savoir l'histoire sans faire des recherches ou autoriser au spécialiste de faire des fouilles archéologiques.

vous attendez que l'histoire vous saute aux yeux comme le cas de l'histoire amazigh " trouvé " lors des travaux ( métro d'Alger, construction des bâtiments chinois à Constantine, Le barrage d'eau de Batna, les puits de pétrole au sud ....)

 

 

Ah oui sah ça y est ils ont ouvert la station de sahet acchouhada y'a une semaine de cela, je n'y suis pas encore allée Qui vous a nommé les Amazighs ? Mazigh était un roi et cela ne donne pas l'ethnie, les rum présents en Algérie sont les bizantins et c'est les turcs l'empire romain d'orient auquel l'Algérie appartenait c'est byzance. Tu veux dire que les livres imprimés en syrie ou au liban ne sont pas valables wa li mada ? Y'a rien d'écrit sur les montagnes Koceyla nous l'aurait dit, demande le lui.

 

L'archéologie dit des choses mais pas tout et très peu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les chiites associent 'Ali radia Allah 'anhu au Prophète, une fois je suis tombée sur un livre chiite que l'on m'a donné à Paris, je pensais que c'était un simple livre de religion jusqu'à arriver à l'insulte de 'Omar, 'Aicha etc. Le chiisme est une dérive sectaire, il faut être sérieux en recherchant la religion voyez toutes les portes qui nous appellent, Rabbi yahdina kama hada elawaline, amin.

 

La protection des faibles, qui y pense aujourd'hui ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les chiites associent 'Ali radia Allah 'anhu au Prophète, une fois je suis tombée sur un livre chiite que l'on m'a donné à Paris, je pensais que c'était un simple livre de religion jusqu'à arriver à l'insulte de 'Omar, 'Aicha etc. Le chiisme est une dérive sectaire, il faut être sérieux en recherchant la religion voyez toutes les portes qui nous appellent, Rabbi yahdina kama hada elawaline, amin.

 

La protection des faibles, qui y pense aujourd'hui ?

 

NON ce n'est pas les chiites qui prennent ali pour le prophete , c'est comme ça que les sunnites parlent des chiites c'est different et moi meme j'ai toujours pensé avant de m'y interesser vraiment que les sunnites suivaient le prophete et les chiites suivaient ali ...pour moi il n'y a pas de secte chiite il y a justes des fideles qui suivent quelques sahabas abu baker ,omar et othmane -a l'origine du sunnisme et puis les partisans d'ALi qui deviendront les chiites ...apres si quelque chose a ete inventé par la suite par des oulamas partisans d'ali -on est plus dans les origines du chiisme et c'est nul et non avenu des lors que ce n'est plus conforme au coran ....pour moi le chiisme c'est la divergence soit sur le pouvoir soit sur des rajouts qui ont ete fait aux textes religieux apres le deces du prophete mais c'est les memes fondations -un coraniste par exemple ne fera aucune difference entre les deux branches de l'islam puisqu'il se base sur le coran .

 

comment peux tu parler de secte alors que ali a aussi ete calife, il a aussi frequenté le prophete , il a epousé fatima fille du prophete et il etait la depuis le depart de l'islam -si il etait sectaire ;je pense que le prophete etait mieux placé que quiconque pour s'en debarasser . Ali donne naissance a hussein ;petit fils du prophete -crois tu une seconde que le prophete aurait choisi le camps de ses assassins ? -qui a tué hussein ,les sunnites !...

 

tu ne trouves pas etrange que les peres de hafsa et de aicha finissent califes et qu'on connaisse a peine les autres femmes ?

tu ne trouves pas etrange le hadith concernant khawla bint el hakim - elle serait la tante maternelle du prophete et elle se serait offerte a lui -certains disent pour le mariage d'autre juste comme ça - et lorsque le verset autorisant le prophete a accepter son offre a ete revelé , aicha prise de jalousie ou pour d'autres raisons aurait dit au prophete que allah repondait a toutes ses fantaisies ...aicha croyait elle vraiment a la revelation ? croyait elle que mohamed etait prophete ou etait elle la dans l'attente d'une prise de pouvoir par son pere ....tu peux chercher en tapant khawla bint el hakim tu auras l'histoire .

 

il y a plein d'indices bizarres sur omar ,abu baker et othmane pourquoi sont ils les plus mis en avant dansl'islam sunnite...que sont devenus les autres sahabas en dehors d'ali ? ou est leur place -par exemple on sait que celui qui est a l'origine de la formule du salam aleykoum a ete condamné a l'exil -etrange non !- on sait aussi qu'un autre proche du prophete quelques années apres son deces raconte qu'il ne reconnait plus rien de l'islam prophetique ,que tout a ete devoyé -pas 1000 ans apres mais quelques années .

 

on sait que tous les califes du debut ont ete assassiné sauf abu baker qui est mort de mort naturelle mais il n'a regné que 2 ans -4 califes , 3 assassinats je trouve que ça fait beaucoup pour un systeme qui fonctionne a merveille :) .

 

an nisr a raison , il faut chercher pourquoi ALI est devenu la bete noire de l'equipe des 3 sahabas et de aicha , etait ce juste par appetit de pouvoir -tout le monde connait les arabes quand ils attrapent une chaise de pouvoir ils mettent de la super glue pour rester assis dessus a vie ou alors c'etait une difference sur l'interpretation de la prophetie -il faut aussi verifier si ALI etait integre et propre - ses positions sur l'esclavage , les captives de guerre , le peuple amazigh et la maniere de le faire entrer en islam :) et les autres peuples en general -ali n'a pas fait de conquete durant son regne par exemple ...si il est propre ,il merite qu'on s'interesse a lui, si il a le meme casier judiciaire que les autres ,faut tout jeter definitivement et passer a autre chose-pourquoi pas l'occidentalisme par exemple .

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

NON ce n'est pas les chiites qui prennent ali pour le prophete , c'est comme ça que les sunnites parlent des chiites c'est different et moi meme j'ai toujours pensé avant de m'y interesser vraiment que les sunnites suivaient le prophete et les chiites suivaient ali ...pour moi il n'y a pas de secte chiite il y a justes des fideles qui suivent quelques sahabas abu baker ,omar et othmane -a l'origine du sunnisme et puis les partisans d'ALi qui deviendront les chiites ...apres si quelque chose a ete inventé par la suite par des oulamas partisans d'ali -on est plus dans les origines du chiisme et c'est nul et non avenu des lors que ce n'est plus conforme au coran ....pour moi le chiisme c'est la divergence soit sur le pouvoir soit sur des rajouts qui ont ete fait aux textes religieux apres le deces du prophete mais c'est les memes fondations -un coraniste par exemple ne fera aucune difference entre les deux branches de l'islam puisqu'il se base sur le coran .

 

comment peux tu parler de secte alors que ali a aussi ete calife, il a aussi frequenté le prophete , il a epousé fatima fille du prophete et il etait la depuis le depart de l'islam -si il etait sectaire ;je pense que le prophete etait mieux placé que quiconque pour s'en debarasser . Ali donne naissance a hussein ;petit fils du prophete -crois tu une seconde que le prophete aurait choisi le camps de ses assassins ? -qui a tué hussein ,les sunnites !...

 

tu ne trouves pas etrange que les peres de hafsa et de aicha finissent califes et qu'on connaisse a peine les autres femmes ?

tu ne trouves pas etrange le hadith concernant khawla bint el hakim - elle serait la tante maternelle du prophete et elle se serait offerte a lui -certains disent pour le mariage d'autre juste comme ça - et lorsque le verset autorisant le prophete a accepter son offre a ete revelé , aicha prise de jalousie ou pour d'autres raisons aurait dit au prophete que allah repondait a toutes ses fantaisies ...aicha croyait elle vraiment a la revelation ? croyait elle que mohamed etait prophete ou etait elle la dans l'attente d'une prise de pouvoir par son pere ....tu peux chercher en tapant khawla bint el hakim tu auras l'histoire .

 

il y a plein d'indices bizarres sur omar ,abu baker et othmane pourquoi sont ils les plus mis en avant dansl'islam sunnite...que sont devenus les autres sahabas en dehors d'ali ? ou est leur place -par exemple on sait que celui qui est a l'origine de la formule du salam aleykoum a ete condamné a l'exil -etrange non !- on sait aussi qu'un autre proche du prophete quelques années apres son deces raconte qu'il ne reconnait plus rien de l'islam prophetique ,que tout a ete devoyé -pas 1000 ans apres mais quelques années .

 

on sait que tous les califes du debut ont ete assassiné sauf abu baker qui est mort de mort naturelle mais il n'a regné que 2 ans -4 califes , 3 assassinats je trouve que ça fait beaucoup pour un systeme qui fonctionne a merveille :) .

 

an nisr a raison , il faut chercher pourquoi ALI est devenu la bete noire de l'equipe des 3 sahabas et de aicha , etait ce juste par appetit de pouvoir -tout le monde connait les arabes quand ils attrapent une chaise de pouvoir ils mettent de la super glue pour rester assis dessus a vie ou alors c'etait une difference sur l'interpretation de la prophetie -il faut aussi verifier si ALI etait integre et propre - ses positions sur l'esclavage , les captives de guerre , le peuple amazigh et la maniere de le faire entrer en islam :) et les autres peuples en general -ali n'a pas fait de conquete durant son regne par exemple ...si il est propre ,il merite qu'on s'interesse a lui, si il a le meme casier judiciaire que les autres ,faut tout jeter definitivement et passer a autre chose-pourquoi pas l'occidentalisme par exemple .

 

C'est des soap que tu racontes pas de religion. Jamais je ne t'ai lu parlé de Dieu, tu as le même problème que les convertis et les soi disant repentis, il n'y connaissent rien à la religion. La religion = l'adoration de Dieu, laisse tomber abu bakr 'omar 'ali hafsa et les autres, l'ultime but c'est connaitre Allah Tabaraka wa Ta'ala et te conformer aux lois.

 

Abu bakr ou 'omar font parties des compagnons intimes du Prophète, le kahlifa de 'Omar est connu pour être très juste, qui a dit que 'Ali était sectaire ? Le chiisme est arrivé bien après lui ! Les chiites se fouettent jusqu'au sang, font le pelrinage à kerbala, le noir est leur habit, depuis quand es-tu chiite ?

Lorsqu'ils prient ils ont une espèce de pierre ronde avec des inscriptions qu'ils mettent par terre et pose leur tête dessus pendant la prosternation.

 

Il n'y a ni coraniste ni chi'a ni wallou, un hadith parle de ahlu assuna wel djama'a c'est tout. La sunna c'est suivre la tradition du Prophète. Demande aux Profs d'islamologie tu connaitras tous les khalifats de mou'awiya jusqu'à...

 

La formule du salem 'alaykoum ? Elle est dans le Coran ya djahel ! Le prophète a dit que les meilleures générations en Islam sont la sienne, ceux après et ceux après., ashab elrassol wa tabi'ines.

 

Non on assassine celui qui est juste, c'est ainsi. Ali n'a jamais été la bête noire c'est des mythos inventés par tes copains chiites et Annisr s'est bien caché et à chaque fois qu'il nous sortais des théories farfelues on lui disait tu es chiite il disait non. Le peuple amazigh n'existait même pas !

 

Tu es déjà occidental et pire même.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

la femme a l'origine de la fitna :)... lisez et comprenez vous memes , faites vous un avis par rapport a l'histoire pas par rapport a ce que raconte x ou y en usant de mots doux mais qui vous decapitera des qu'il en a la possibilité !.... chacun a le droit de se faire une opinion c'est comme ça chez les amazighs ! il ne faut plus rien prendre pour argent comptant ,lisons l'histoire !

 

[h=1]L'histoire d'Aïcha, la femme qui fit entrer l'islam en politique[/h]

Robin Verner — 15 juillet 2017 à 13h39 — mis à jour le 15 juillet 2017 à 13h39 [h=2]L'histoire du monde et la tradition musulmane ont retenu d'Aïcha la réputation d'épouse préférée de Mahomet. Mais si elle soulève encore les passions, c'est pour le rôle moteur qu'elle a assumé en politique. À rebours de l'image de la femme musulmane exclue du débat public, Aïcha s'est affirmée comme une figure majeure de la première crise de conscience de l'islam et, par son combat, a indirectement provoqué la séparation entre chiites et sunnites.[/h]

C'était en juin dernier. Des soldats irakiens, arrachant peu à peu la ville de Mossoul aux hommes de l'État islamique, étalaient sur les murs tout le bien qu'ils pensaient d'Aïcha, l'une des femmes de Mahomet. Ils écrivaient ainsi: «Aïcha est en enfer». Comme le notait l'expert des questions islamistes Romain Caillet, cette expression hostile était conforme à la pensée d'une forme fondamentaliste du chiisme. Il faut se reporter quatorze siècles en arrière, au cœur du VIIe siècle de notre ère, ou du Ier selon le calendrier musulman, pour comprendre l'origine de la postérité contrastée d'Aïcha. En 656, année qui voit le troisième calife de l'islam Uthman mourir sous les coups de ses assassins avant de se faire enterrer à la sauvette, elle est la première à dénoncer ce crime et à défier de fait le pouvoir du nouveau calife, Ali.

 

 

 

Cette opposition entre Aïcha et ce dernier, figure cardinale et fondatrice de ce qui deviendra le chiisme, a fait de la veuve la plus célèbre de l'Arabie, l'épouse «bien-aimée» du Prophète, un personnage éminemment politique. Tournant le dos à l'image d'une musulmane nécessairement exclue du débat public, Aïcha a pris la tête d'un vaste mouvement de contestation qui a allumé les premiers feux de la Fitna, la discorde en français, qui amènera à terme la rupture entre deux branches antagonistes du monothéisme né en Arabie. [h=3]Une éducation sophistiquée[/h]

Mais bien avant de s'affirmer en leader politique et religieux, Aïcha est en premier lieu pour la tradition une fille et une épouse. Elle est en effet la fille d'Abou Bakr, premier converti mâle à l'islam et grand argentier du culte au moment des persécutions et des combats, et qui sera le premier calife des musulmans. L'âge auquel elle se marie à Mahomet demeure incertain. Pour la plupart des sources cependant, elle est une petite fille de 6 ans au moment où l'union est prononcée et de 9 ou 10 ans lorsqu'elle est consommée. Pour d'autres toutefois, les choses se font plus tard, Aïcha perdant sa virginité à l'adolescence.

 

Ce qui est certain, c'est que le milieu dans lequel Aïcha a évolué dès l'enfance lui a permis de bénéficier des lumières d'une éducation très sophistiquée. Fille d'un riche commerçant, elle ne manquait pas de moyens et, promise au prophète des musulmans, elle s'est vue entourée de soucis pédagogiques nouveaux. Geneviève Chauvel, auteure d'Aïcha, la bien aimée du Prophète, connaît bien cette phase de sa vie.

«Dès qu'elle a été fiancée au Prophète, on l'a mise auprès d'un lettré pour apprendre la calligraphie et l'art oratoire. Elle savait évidemment lire mais elle était moins érudite que son père qui parlait plusieurs langues, dont l'araméen. Mais, grâce à l'érudition de celui-ci, elle a eu accès aux nombreux manuscrits qu'il possédait»
, décrit-elle.

[h=3]La blessure de l'Ifk, premier grief contre Ali[/h]

Si Aïcha aura un veuvage agité, sa vie d'épouse est exemplaire. Un épisode douloureux est cependant venu s'inscrire dans ce mariage. Il est désigné sous le vocable d'Ifk en arabe, ou «la Calomnie» en français. Selon la version qu'en donne un hadith –les hadith sont les traditions relatives aux actes ou aux paroles de Mahomet et de ses compagnons–, Aïcha avait accompagné Mahomet lors d'une expédition guerrière. Alors que le convoi s'acheminait, au retour, vers Médine, Aïcha, s'en éloigna durant une halte. Lors de ce détour, elle perdit son collier et, à force de s'échiner à le retrouver, la troupe partit sans elle, les porteurs de son palanquin ne s'apercevant pas que la passagère n'y était plus pour ajouter un poids supplémentaire sur leurs épaules. Aïcha revint au bivouac dans l'espoir que son absence soit remarquée. Elle n'eut pas à attendre si longtemps car un soldat de la troupe de Mahomet, attardé à l'arrière, se chargea de la ramener à bon port.

 

Ce retour accompagné, ses heures passées à deux dans l'intimité du désert, ne pouvaient que faire jaser et le bruit se répandit qu'Aïcha avait trompé son mari. Ce dernier ne savait trop qu'en penser et tergiversa pendant un mois. Une révélation régla le problème, convainquit Mahomet de la chasteté de sa femme, et lui fournit la matière de la sourate dite de «La Lumière» où certains versets font référence à l'Ifk. Dans ces circonstances, Ali, cousin, pupille et gendre de Mahomet et par ailleurs l'un des chefs de guerre des premiers musulmans, s'était illustré d'une manière peu flatteuse aux yeux d'Aïcha.

«Ali a fait comprendre à Mahomet que s'il répudiait Aïcha, il n'aurait pas de mal à se trouver une autre femme»
, explique Geneviève Chauvel.

C'est une première pomme de discorde dans les rapports qu'entretiennent dès lors Ali et Aïcha. Mais l'élément psychologique va céder la place à la contradiction politique et mener à une sanglante rupture vingt-quatre ans après la mort de Mahomet. [h=3][/h] icon-fb.svg

partie 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

[h=3]partie 2

 

Aïcha s'oppose au calife[/h]

En 656, le calife Uthman, troisième calife de l'histoire de l'islam, meurt à Médine, assassiné par une bande d'insurgés après un siège établi depuis plusieurs semaines autour de sa maison. Sa gestion de l'empire et la probité parfois douteuse des siens sont à l'origine de sa perte. Dans la foulée, Ali, nanti du soutien populaire, récupère le commandement des croyants. Mais au cours des mois qui suivent, on sent bien que ce début de règne ne bénéficie pas du même état de grâce que ceux de ses prédécesseurs et même qu'il ne ravit pas tout le monde.

 

Tout d'abord, les provinces de l'empire sont divisées. La province syrienne va même jusqu'à refuser, à travers son gouverneur, de faire allégeance. Et certains parmi les sahaba, c'est-à-dire les «compagnons» de Mahomet, font attendre la leur. Bon gré, mal gré, pourtant, trois mois passent sans accident majeur. C'est par l'action d'Aïcha que les choses vont brusquement se décanter.

 

Depuis La Mecque où elle s'est réfugiée alors que la situation se tendait déjà à Médine, la «Mère des croyants» plaide pour que l'assassinat d'Uthman ne reste pas impuni et qu'on condamne ses bourreaux. Dans le quatrième volume de son Histoire des prophètes et des rois, l'historien du IXe et Xe siècles Tabari a cité la prédication véhémente d'Aïcha contre ces derniers dans ces journées troublées: «Ils ont répandu le sang illicite, ils ont violé la ville sacrée de Médine, pris les biens sacrés et ont violé le mois sacré».

 

 

Problème: Ali, qui en tant que calife devrait conduire ce désir de justice, leur doit son titre et le sait. Dès lors, les positions sont inconciliables, les éléments du drame sont en place. Dans son ouvrage, La Grande Discorde, consacré à la Fitna, l'historien et essayiste Hichem Djaït a analysé:

«C'est donc en tant que musulmane que Aïcha demande réparation pour le sang de Uthman, selon la loi de Dieu. La première, elle déchire le voile et lance cet appel à la conscience islamique. (…) L'action de Aïcha ne se proclame ni comme une conjuration ni comme rébellion contre Ali, mais comme l'expression d'une exigence de vérité et de justice. Elle est tournée contre les meurtriers d'Uthman à qui il faut demander des comptes, qu'il faut poursuivre et châtier. Le plus habilité à le faire est le calife, mais tout musulman peut réclamer que la loi divine soit appliquée et oeuvrer pour cela. Et il se trouve que Aïcha est la “Mère des croyants”, elle s'attribue de ce fait une responsabilité vis-à-vis de ses enfants qui constituent la masse de l'Umma.»

Geneviève Chauvel nous brossse le tableau des motivations à l'origine de la sainte colère d'Aïcha: «Elle veut préserver la continuité califale. Le problème d'Ali en lui-même ne préoccupe pas Aïcha. C'est un problème de justice qu'elle pose. C'est l'idée d'un calife assassiné de cette façon qui la trouble et surtout l'idée de son corps jeté dans un terrain vague, aux chiens. A ce moment-là, elle n'avait qu'une autorité morale».

 

Cette autorité se trouve bientôt singulièrement dopée par un renfort de poids. Un double renfort, même. Talha et Zubayr, deux éminents compagnons de Mahomet, viennent la rejoindre et s'associer à sa cause. Ils ont pourtant, pour leur part, donner leur baya, leur allégeance. Mais ils la révoquent aussitôt et assurent qu'elle leur a été extorquée sous la contrainte. [h=3]Direction Bassorah[/h]

C'est un rude coup porté à la légitimité du calife désigné et la nouvelle n'a pas le temps de s'atténuer car Aïcha, Talha et Zubayr décident d'aller au devant des soutiens qui se sont prononcés en leur faveur. Direction Bassorah donc, qui est alors une forme de vaste camp militaire né, quelques années à peine auparavant, au moment de la conquête de l'actuel Irak. Ce voyage lui-même a une importance politique et historique majeure pour le monde musulman, comme l'a remarqué Hichem Djaït dans son ouvrage:

«C'est la décision de Aïcha, de Talha et de Zubayr qui est responsable du transfert du califat lui-même à l'extérieur de l'Arabie.»

Durant les trois premières décennies d'existence de l'islam, Médine, la ville qui a appelé à elle le prophète des musulmans au moment où sa propre cité de La Mecque le menaçait lui et les siens, a dominé tant symboliquement que politiquement et militairement. Tout va changer, à cause de ce périple d'Aïcha qui exporte pour la première fois un dilemme religieux et institutionnel hors de la péninsule. Désormais, les affaires musulmanes seront expédiées ailleurs: à Damas d'abord, à Bagdad ensuite, puis en Egypte ou à Istanbul.

 

Mais pour l'heure, la destinée islamique se joue entre Bassorah et Kufa, une autre cité militaire où Ali a pris ses quartiers pour mater la rébellion menée par ses adversaires. C'est un instant de fusion et de doute pour les uns, qui se préparent à protéger les positions défendues par la femme du Prophète mais de fait à lever leurs armes contre le calife, c'est-à-dire le compagnon des compagnons, Ali, et pour les autres, qui ont eux pris fait et cause pour ce dernier mais vont donc s'opposer à d'autres proches de Mahomet et à son épouse. Pour Hichem Djaït, ce déchirement qu'on trouve à la racine de la Fitna, cette guerre civile entre musulmans, forme une conscience politique nouvelle pour ce peuple qui vient de trouver sa foi:

«Penser ou ne pas penser, être dans le doute ou ne pas l'être, c'était là ce qui travaillait le monde tribal fortement islamisé de Bassorah. C'était en fait le vocabulaire qui allait jalonner toute la
Fitna
. Naissance de l'opinion politico-religieuse à la faveur de la division!»

[h=3]Aïcha, (quasi) cheffe de guerre[/h]

La bataille est inévitable, et on tarde pourtant à la livrer. Jusqu'ici, jamais les musulmans n'ont combattu d'autres musulmans. Elle se produit finalement le 10 Jumada II de l'an 36, selon le calendrier musulman, ou le 4 décembre 656 dans l'agenda chrétien. Les armées se font face du côté d'al-Khurayba, près de Bassorah. La bataille n'en portera jamais le nom pour prendre celui, plus imagé, de bataille du Chameau, en référence à la monture supportant le palanquin qui abrite Aïcha et autour duquel se concentrent vite les combats.

 

Ali a réussi à rameuter 20.000 hommes, Aïcha et ses deux acolytes 30.000. L'un des soldats, sans qu'il soit désormais possible de savoir à quel camp il appartenait, s'avance face aux ligne d'en face, un Coran (dont les exemplaires livresques circulent depuis peu par la volonté du calife assassiné), bien en évidence, à la main, afin de tenter une conciliation. Il est abattu et l'engagement est lancé.

 

Dans le quatrième volume, cité plus haut, de l'Histoire des rois et des prophètes, Tabari pose que dans les premiers moments du combat, Aïcha, dans son palanquin en quelque sorte blindé par des cottes de mailles et des panneaux de fer, exhorte les hommes d'Ali à abandonner les armes, les appelle ses «enfants». Le procédé n'ayant pas l'effet escompté, elle encourage bientôt ses guerriers au combat. Les deux autres têtes de ce triumvirat de révoltés, il ne faut, vite, plus y penser. Talha, blessé au genou, quitte le champ de bataille pour mieux mourir de ses blessures. Zubayr s'enfuit et il est tué dans cette ultime échappée.

 

L'événement ne s'en resserre que davantage autour de l'abri d'Aïcha et du chameau qui lui prête son dos. Longtemps, les fantassins des deux obédiences tombent comme des mouches autour de l'animal dont ils cherchent à prendre, ou à garder, le contrôle. De guerre lasse, on finit par s'entendre quand il devient clair qu'Ali ne sera pas vaincu. Et, toujours selon la tradition transmise par Tabari, un des belligérant tranche les jarrets du chameau d'Aïcha qui s'écroule, en même que prend fin par cette chute, la bataille à laquelle il servira d'emblème.

 

Ali accorde l'amnistie à ses opposants et ordonne qu'on n'achève pas les blessés. Il retrouve alors Aïcha à Bassorah où elle a été ramenée par son frère, comme le rapporte cette fois Hichem Djaït dans son livre La Grande Discorde, et se contente d'un simple blâme. «Elle se réconcilie avec lui après la bataille du Chameau. Lui, de son côté, la protège et la renvoie comme une grande dame en Arabie», nous précise Geneviève Chauvel. [h=3]La mère des hadith[/h]

La fin de l'équipée guerrière d'Aïcha ne donne pas son terme à la Fitnaqu'elle a ouverte. Après cinq ans de conflit contre Mu'awiya, le gouverneur de la Syrie, qui reprend le flambeau de la «Mère des croyants», Ali est finalement tué à son tour par des fanatiques alors qu'il accomplissait sa prière. Le califat passe alors à son rival syrien qui fonde la dynastie des Ommeyyades et guide la majorité des musulmans. Mais certains des anciens partisans d'Ali ne désarment pas et continue d'honorer le souvenir d'Ali dont ils suivent d'abord les fils, puis la descendance, formant ce qu'on appelle bientôt le chiisme.

 

Mais désormais, tout ça se passera sans Aïcha. Revenue à Médine après sa défaite, elle n'exerce plus d'activité politique. Elle se replie dans un champ moins risqué mais tout aussi crucial: celui de l'éducatio«Elle fonde la première école coranique pour enseigner l'islam aux enfants. Sans elle pour organiser cette première madrassa, il n'y aurait pas eu autant de gens pour s'imprégner de la tradition», nous signale Geneviève Chauvel qui note aussi qu'«elle vit alors coomme une nonne, en quelque sorte. Elle réside dans une petite cellule construite dans l'ancienne chambre de méditation du Prophète. Elle est toujours l'héritière du message prophétique et on vient de loin pour la consulter. Elle avait en plus toujours eu une mémoire étonnante: 2.000 hadith viennent d'elle!»

 

Lorsqu'elle s'éteint en 678, 46 ans après son mari, Aïcha s'est constitué un legs religieux, politique et historique immense, sans toujours le vouloir, ni même le savoir. Dépositaire d'une bonne part de la tradition, elle a exporté le centre du pouvoir califale et a conduit, par ses actions et ses discours à une époque où personne n'osait prendre l'initiative, à l'émergence d'une conscience plus directement politique des fidèles de Mahomet et a initié, à son corps défendant, la grande divergence qui parcourt du VIIe siècle à nos jours le monde musulman, déchiré entre sunnites et chiites. Et ça, les graffitis sur les murs de Mossoul n'en parlent pas.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

que dit ce texte en gros !

 

1/ othmane assassiné et jeté dans un terrain vague aux chiens ....bizarre pour un calife bien guidé et aimé des musulmans :)

 

2/ali a la ferveur populaire ...pourquoi donc ?

 

3/aicha trouve un pretexte de justice pour renverser ali successeur de othmane -elle est donc la premiere a s'opposer au califat -pour elle le califat n'est sacré que lorsque son clan est au pouvoir ,les fideles de son pere ...une sorte de clan de oujda :) contre le clan des democrates -ali avait la ferveur populaire -les musulmans de la mecque n'ont rien fait pour empecher que othmane soit tué tellement le peuple en avait marre d'eux !...

 

4/une petite histoire pour savoir pourquoi le califat de othmane est une honte ....Abī as-Sarh 1 est un général arabe, issu de la tribu d'Amer, une famille koraïchite, frère de lait du calife Uthman ibn Affan. Il est gouverneur de l'Égypte musulmane de 645 à 656 et cofondateur de la première flotte musulmane avec Muawiya.Secrétaire de Mahomet à Médine, chargé notamment de rédiger la Révélation, Abd Allah apostasie. Il commet par la suite plusieurs crimes (meurtres de musulmans, vols, pillages de caravanes musulmanes... ). Condamné à mort lors de la prise de La Mecque, il est gracié par le Prophète sous l'insistance de Uthman.....ce sarh est le premier envahisseur de chamal ifriqya - un voyou , un renegat a l'islam -un bandit nommé representant de l'islam en afrique du nord -maarifa kho ...le prophete voulait le tuer mais othmane etait contre ...dommage qu'il l'a pas zigouillé , on aurait aujourd'hui plusieurs centaines d'edition de larousse en berbere .:)... c'est vraiment etrange pour un calife bien guidé de nommer un gouverneur d'egypte qui volait les caravanes et qui n'a jamais cru a la revelation alors qu'il etait le scribe du prophete -c'est lui qui ecrivait les versets .... toujours normal ????.

 

 

5/ aicha a elle fait tout ça parce que ali trouve anormal qu'une femme se perde dans le desert avec un homme ...une femme blessée par des accusations d'adultere peut elle condamner les musulmans a la discorde pour se venger ? les sunnites ne manquent pas pourtant de meres des croyants puisque mohamed avait au moins une dizaine de femmes -meme si aicha etait innocente ,ils auraient pu en choisir une autre de mere , je ne vois pas pourquoi ils insistent tant pour la garder au premier plan avec son historique -peut etre que c'est parce qu'elle etait la fille de abu baker ...les sunnites ont preferé soutenir une femme accusé d'adultere plutot que de porter leur confiance a ali -mari de fatima la fille du prophete , un des premiers guerrier de l'islam qui a meme protegé le prophete contre le sabre de khalid ibn walid .

 

 

je crois qu'on nous a beaucoup beaucoup menti ... je suis pas chiite :) je suis un observateur neutre mais c'est vraiment pas facile de le rester au vu de ce qui remonte a la surface quand on s'interesse au sujet .

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai lu et je recherche d'autres versions, mon clavier ne marche plus. On peut rapporter la même chose de plusieurs manières. [h=5][/h] Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Suite à l’assassinat de ‘Uthman (icon-3.gif) une discorde ("fitna") a vu le jour entre les Compagnons quant à l'attitude à adopter face aux meurtriers de Uthmân. C'est un droit des parents de la victime que de réclamer aux autorités que les meurtriers de leur parent soient jugés et exécutés. Malheureusement Alî n'a pour le moment pas les moyens de juger les insurgés et de leur appliquer le talion. En effet, il sent bien qu'appliquer le talion en pareilles circonstances risque de provoquer un embrasement généralisé ; il pense donc laisser les choses se calmer et juger plus tard les meurtriers ; quelques mois passent ainsi.

C'est cette absence d'application du talion qui va être mal interprétée par d'illustres Compagnons : Aïcha, Tal'ha, al-Zubayr, Mu'âwiya et 'Amr ibn al-'As, lesquels vont d'autant plus se méprendre sur les intentions de Alî que les insurgés lui ont massivement fait allégeance, le soutiennent et évoluent dans son entourage.

Dans la ville de La Mecque, où ils se sont rendus, Talha et al-Zubayr vont rencontrèrent Aïcha, qui y était allée pour le pèlerinage. Ils ne comprennent pas les intentions de Alî et – en toute bonne foi – croient que c'est parce que les insurgés le soutiennent qu'il refuse de leur appliquer la loi du talion.

A la tête de tout un groupe, ils partent donc de La Mecque pour l'Irak – pour la ville de Bassora précisément –, pensant y appeler les gens à soutenir leur demande de l'application de la loi du talion sur les assassins du calife ‘Uthman.

Quand il apprend la nouvelle du départ de ces trois personnages pour l'Irak, Alî craint que cela soit le point de départ d'une division de la communauté. Il décide alors, avec l'objectif de clarifier les choses, d'aller, à la tête lui aussi d'un groupe, trouver les trois Compagnons partis pour Bassora. Son fils al-Hassan l'implore de ne pas quitter Médine et d'attendre que les choses se calment d'elles-mêmes (Voir Ibn al-Athîr), mais Alî part quand même ; al-Hassan n'aura d'autre choix que celui de se joindre à son père à cœur défendant.

Questionné au sujet de cette marche qu'il a entreprise, avait-elle comme source un dire du Prophète (icon--1.gif) ou bien un avis personnel, Alî répondra : "Le Prophète ne m'a rien recommandé à ce sujet, ce n'est qu'un avis personnel" (Abû Dâwûd).

Si les deux groupes sont sortis avec des effectifs, nul n'a l'intention d'en découdre avec l'autre : Kulayb al-Jarmî raconte que les gens de Alî disaient : "Nous ne sommes pas sortis pour les combattre – car nous ne combattrons que si eux nous attaquent en premier –, mais pour apaiser". Alî lui-même lui a dit des propos allant dans le même sens. Abû Mûssa al-Ash'arî (qui était gouverneur de la ville de Kufa avant l'accession de Alî au poste de calife, et que Alî a gardé à ce poste) pense pour sa part que la situation est délicate et, bien que Alî lui demande de mobiliser des gens de Kufa pour venir grossir ses effectifs, il n'est pas décidé à le faire. Alî respecte son choix et envoie alors à Kufa son fils al-Hassan ainsi que 'Ammâr ibn Yâssir pour mobiliser des gens.

Arrivés face à face, Alî parle en aparté avec al-Zubayr et lui demande : "N'avais-tu pas entendu le Prophète (icon--1.gif) dire, alors que tu pliais ma main : "Tu le combattras alors qu'il sera dans son droit, puis il aura le dessus ?" – J'avais effectivement entendu cela ; je ne te combattrai donc pas" répond al-Zubayr, qui quitte alors les lieux et prend le chemin de Médine. La situation est en bonne voie d'être résolue pacifiquement.

Malheureusement, pendant la nuit, des insurgés parmi les fauteurs de trouble contre ‘Uthmân, présents dans le camp de Alî, attaquent le camp de Aïcha. Pensant être attaqué par Alî, le groupe de Aïcha prend les armes pour se défendre. Voyant le groupe de Aïcha l'attaquer sans raison apparente, Alî appelle son groupe à prendre à son tour les armes pour se défendre. Et c'est le début de la bataille dite du Chameau (parce que Aïcha sera, au cours du combat, dans un palanquin sur un chameau). Ceci se passe en Djumâdâ al-âkhira 36 H.

La bataille ne dure qu'une journée et se termine en faveur du groupe de Alî. Alî proclame :"N'achevez aucun blessé, ne tuez aucun fuyard et n'entrez dans aucune demeure".

Pendant le combat, hélas, Tal'ha a été tué par une flèche (FB 12/354, 7/105).

Al-Zubayr (dont nous avons vu qu'il avait pris le chemin de Médine avant que les combats débutent) a été tué pendant son sommeil par 'Amr ibn Jurmûz, un homme qui était dans le groupe de Alî, qui avait retrouvé al-Zubayr et qui croyait bien faire en l'assassinant. Quand Amr ibn Jurmûz apporte la nouvelle à Alî, celui-ci lui annonce que le Prophète (icon--1.gif) lui avait dit un jour : "Celui qui tuera le fils de Safiyya (al-Zubayr), fais-lui l'annonce de la géhenne".

Aïcha est traitée par Alî avec tous les égards qui lui sont dus. Il demande à Muhammad ibn Abî Bakr, frère de Aïcha, de la conduire à Médine.

Le Prophète (icon--1.gif) avait dit un jour à Alî : "Quelque chose surviendra entre toi et Aïcha. – Je serai alors le plus malchanceux des humains ! s'était exclamé Alî. – Non, mais quand cela arrivera, fais-la retourner à son lieu de sécurité".

D'ailleurs, alors qu'elle était en chemin vers Bassora, bivouaquant près d'un point d'eau une nuit, Aïcha, entendant les chiens aboyer, demanda : "Quel est ce point d'eau ?" Quand on lui eut dit qu'il s'agissait de Haw'ab, elle s'était exclamée : "Je ne pense pas que je vais faire autre chose que retourner." Questionnée, elle dit qu'elle avait entendu le Prophète (icon--1.gif) un jour dire à ses épouses : ”Qu'en sera-t-il de l'une d'entre vous, les chiens de Haw'ab aboyant contre elle ?". Mais al-Zubayr avait insisté pour qu'elle continue.

Nous signalons au passage que la bataille du Chameau n'a été menées par ces Compagnons ni à cause d'une faiblesse de leur foi (wa-l-'iyâdhu bil-llâh) ni à cause d'une recherche du pouvoir, mais à cause d'interprétations différentes (ijtihâd) de certains textes et de ce que le contexte rendait nécessaire ; ces Compagnons ont été de toute bonne foi ; nous les aimons tous et ne dénigrons aucun d'entre eux.

Ceci étant un bref résumé de la bataille du Chameau.

Aïcha (qu’Allah soit satisfait d’elle) n’a donc pas été faite prisonnière durant cette bataille. Car dans ses combats 'Alî avait pris et parmi des engagements parmi lesquels figure le fait qu’il devait combattre sans faire de prisonnier ni prendre le butin. Les biographes et les historiens ont mentionné que dans la discussion qui a eu lieu entre Ibn 'Abbâs et les Khawâridj sur cette question qu’ils reprochaient tant à 'Alî, ces derniers ont rapporté à propos de 'Alî ce qui suit : « Il combat mais ne fait pas de prisonniers et ne prend pas de butin. S’il est licite de verser leur sang alors il est licite de prendre leurs biens et s’il interdit de prendre leurs biens, alors il est interdit de verser leur sang. » Ibn 'Abbâs leur dit : « Allez-vous capturer votre mère (Aïcha) ou déclarer licite avec elle ce qui est licite avec une autre femme ? Si vous dites qu’elle n’est pas votre mère alors vous êtes mécréants et si vous dites qu’elle est votre mère et que vous déclarez permis le fait de la capturer alors vous êtes également mécréants… »

 

Et Allah sait mieux.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

ton texte est un dessin animé de walt disney :) mais qu'est ce que c'est que cette façon de rapporter l'histoire -du miel et du sucre partout :)...ils se sont retrouvé par hasard sur un champ de bataile , ils se sont tapés dessus involontairement ,ils frappaient en esperant ne pas faire de victimes- un complot des insurgés - tu vois les arabo musulmans adoraient les complots deja complots ca datait deja a cette epoque :)....vraiment on a ete grave nya - c'est comme ça qu'on nous a tout enlevé la langue ,l'histoire , l'ecriture , notre culture ....makench kedabin kima l'ahreb .

 

mon texte est plus structuré ,plus logique -dans la vie les choses se passent comme dans mon texte -ton truc c'est TOM ET JERRY ...c'est incroyable qu'on ecrive des choses comme ça en etant normal et qu'on apprenne cela aux fideles dans les mosquées .

 

j'ai beaucoup d'admiration pour les kharidjites - si un calife est un tyran faut l'envoyer rejoindre ibliss...je pense que les insurgés etaient des kharidjites ,ils soutenaient ali car ils pensaient qu'il allait retablir ordre et justice apres 2 califats califat voué a la corruption ,et la hogra - rien de special en faite c'est exactement ce que nous vivons dans tous les pays arabo musulmans jusqu'a aujourd'hui ...et cette histoire prouve que ceux qui nous disent que nous vivrons au paradis sous un califat devraient nous expliquer pourquoi deja a l'epoque c'etait UNE CATASTROPHE -profiter de nya des fideles et de leur absence de references historiques c'est pas bien .

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je te trouve très injuste, pourquoi les chiites détestent Omar il n'était pas présent. Le Prophète 'alayhi assalat wa salem aimait les sahabas et avait confiance en eux donc cela est suffiant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
comment cela se fait que les femmes du Prophète ne fassent pas partie des ahlu elbayt ?

 

Parce que le Prophète lui même aurait, si l'on croit le Sahîh Muslim, désigné clairement qui étaient son Ahlu l-Bayt: Ali, Fatima, Hassan et Husseïn.

 

 

Edited by An-Nisr

Share this post


Link to post
Share on other sites
ton texte est un dessin animé de walt disney :) mais qu'est ce que c'est que cette façon de rapporter l'histoire -du miel et du sucre partout :)...ils se sont retrouvé par hasard sur un champ de bataile , ils se sont tapés dessus involontairement ,ils frappaient en esperant ne pas faire de victimes- un complot des insurgés - tu vois les arabo musulmans adoraient les complots deja complots ca datait deja a cette epoque :)....vraiment on a ete grave nya - c'est comme ça qu'on nous a tout enlevé la langue ,l'histoire , l'ecriture , notre culture ....makench kedabin kima l'ahreb .

 

mon texte est plus structuré ,plus logique -dans la vie les choses se passent comme dans mon texte -ton truc c'est TOM ET JERRY ...c'est incroyable qu'on ecrive des choses comme ça en etant normal et qu'on apprenne cela aux fideles dans les mosquées .

 

j'ai beaucoup d'admiration pour les kharidjites - si un calife est un tyran faut l'envoyer rejoindre ibliss...je pense que les insurgés etaient des kharidjites ,ils soutenaient ali car ils pensaient qu'il allait retablir ordre et justice apres 2 califats califat voué a la corruption ,et la hogra - rien de special en faite c'est exactement ce que nous vivons dans tous les pays arabo musulmans jusqu'a aujourd'hui ...et cette histoire prouve que ceux qui nous disent que nous vivrons au paradis sous un califat devraient nous expliquer pourquoi deja a l'epoque c'etait UNE CATASTROPHE -profiter de nya des fideles et de leur absence de references historiques c'est pas bien .

 

 

C'est qu'on appelle HAGIOGRAPHIE. Personne n'est coupable, tout le monde s'aime, que de belles choses...Entre temps, des guerres, des conflits majeurs, l'islam s'est fracturé en deux et, crime suprême, la famille du Prophète décimée.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Parce que le Prophète lui même aurait, si l'on croit le Sahîh Muslim, désigné clairement qui étaient son Ahlu l-Bayt: Ali, Fatima, Hassan et Husseïn.

 

 

Donc ni ses femmes ni la mère de ses enfants ni ses autres filles, ni les autres membres de sa famille ne font partie de ahlu beyt ? Sa famille c'est 'Ali Fatima et leurs enfants ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...