Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
momo 18

Serments II

Recommended Posts

Ah Momo...il y a des redditions, des abandons qui n'en sont pas...

Joli...merci...sans attendre demain...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ah Momo...il y a des redditions, des abandons qui n'en sont pas...

Joli...merci...sans attendre demain...

 

merci ma très tendre Féline. smiley-donne-fleur.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Luciana
quand la beauté est allégresse

la tristesse devient noblesse

les mots une douce caresse

et devant toi, je le confesse

la diablesse, ici sans délicatesse

se désintéresse et s'empresse

de se murer dans sa forteresse

aussi pour moi, point de liesse

juste un souvenir,................c'est ma faiblesse. :mdr:

Ne me dis pas que c'était une impro !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ne me dis pas que c'était une impro !!!

 

que puis je te répondre, sinon avouer

que les mots ne sont que pensées

des pensées,sur une feuille accouchées

quand le verbe est lui, hautement acclamé

tel un désir par des sens espérés

je cherche sur FA à oublier

toutes ces blessures du passé

un passé sans avenir, trépassé

comme un rêve sur la voie lacté

ou ne brille parfois, qu'une ombre étoilé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Soir obscure

 

Si le soir obscur étend ses ailes dorées

Sur l’ombre précoce d’une nuit d’été

Ton âme en liesse, vers les cieux se tourne

Comme une prière qu’un chant entonne

 

Si le trésor funeste aux couleurs blafardes

Sur le chemin complice, vient et t’aborde

Comme un cœur novice qui se langui

Hâte toi et fui cette innocence asservie

 

Si le soupir errant à l’éloquence trompeur

S’ingénu comme à son habitude sans peur

Avec charme et sourire mais sans fierté

Alors fuit ce son perfide sans te retourné

 

Si dans la mire, le reflet avoue son tourment

Et que les larmes deviennent accablement

Devant tant de rêves en doux naufrages

Alors, cours et ouvre ton cœur en hommage

 

demain peut être

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au diable

 

Ou diable cours-tu comme ça

Ne vois tu pas le temps pleurer

Le devenir devant toi, trépassera

A trop fuir devant le passé

 

Je ne sais ce qu’il faut faire ou dire

Pour que tu retrouve un jour

Sans pour autant tout enlaidir

Ce qui faisait l’essence du bonheur

 

Tu erre sans but consacré

De jours comme de nuit, insolente

Faisant fi de ces prières exaltées

Comme un spectre, qu’une image hante

 

Là-bas, au loin, se profile l’espoir

Ce souvenir brulant réchauffe les cœurs

Même si des blessures au sang noir

Entachent encore des pensées en fureur

 

Pour ma part, je reste la, assis

Ressassant de sombres idées indolentes

Le cœur transi par le froid de la nuit

Attendant sans espoir, la lueur absente

 

Ma peau, au souvenir douloureux

S’écaille sur des serments d’hier

Semant, de-ci de-là, aux amoureux

Le sel poivré de douces prières

 

Je veux retrouver la chaleur de ta peau

Me blottir dans la tendresse de tes bras

Goutter aux délices de ta bouche en feu

Et me réveiller, chaque matin, repu, près de toi

 

demain peut être.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le temps des mots

 

Sans même une adresse

Sur une lettre en détresse

Des mots couleur sang

Ravivent des blessures d’antant

 

J’ai bien appris du seigneur temps

Qu’on peut oublier sur le moment

Que bien des choses ont changées

Qu’il n’y a plus rien à partager

 

Qu’il est triste ce temps qui fuit

De peur d’être rattraper par la vie

Triste comme une nuit sans lune

Ou ère sans but, des cœurs en ruines

 

L’encre de mes veines trace et efface

Sur ce corps, des messages de glace

Des graffitis sans partage, sans voyage

Juste des peines en tristes héritages

 

Sur ces terres brulées, le ciel flamboie

Au loin, volent des mots d’autrefois

Une étincelle pleine de défis

À la nuit, à l’étoile infinie

 

L’encre peine encore à séché

Sur des envies parfois partagés

Un voyage vers des rives sans promesses

Ou ne s’échoue, qu’amour tristesse

 

demain peut être.

 

Écrit le 03/04/2016 à 15 H 20

 

 

 

...........................comme tjrs Très beau avec une touche de tristesse :o

Share this post


Link to post
Share on other sites
...........................comme tjrs Très beau avec une touche de tristesse :o

 

merci beaucoup Milka pour ton passage et ton commentaire. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Toujours un bonheur de te lire tonton :o

 

merci mon ange, ravie de te croiser dans ses parages...

 

ps: comment va ta carrière?????et fait un bisou à ta tante qui manque beaucoup au jardin.;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

les premier rayons de soleil

ce matin illumine ton sourire

je me blotti contre toi pareil

a ce parfum enivrant a en mourir

 

je voudrai repousser le temps

arrêter cette fuite en avant

je voudrai t'enchainer les mains

afin que sur nul autre ne se poseront

 

les prières tant de fois exprimer

ont percer ta carapace d'indifférence

aujourd'hui, ton regard enfin a oser

sonder ma frêle transparence

 

je met mon âme nue a tes pieds

tu peut la fouler si le cœur t'en dit

la briser, la déchirer, la nier

elle est a toi pour la vie

 

le destin peut sembler cruel

qu'importe cette souffrance

qu'importe ce triste rituel

du moment qu'avec toi, tout recommence

 

après demain, surement :p

Share this post


Link to post
Share on other sites
les premier rayons de soleil

ce matin illumine ton sourire

je me blotti contre toi pareil

a ce parfum enivrant a en mourir

 

je voudrai repousser le temps

arrêter cette fuite en avant

je voudrai t'enchainer les mains

afin que sur nul autre ne se poseront

 

les prières tant de fois exprimer

ont percer ta carapace d'indifférence

aujourd'hui, ton regard enfin a oser

sonder ma frêle transparence

 

je met mon âme nue a tes pieds

tu peut la fouler si le cœur t'en dit

la briser, la déchirer, la nier

elle est a toi pour la vie

 

le destin peut sembler cruel

qu'importe cette souffrance

qu'importe ce triste rituel

du moment qu'avec toi, tout recommence

 

après demain, surement :p

Magnifique et plein d'espoir surtout la dernière ligne :o

Share this post


Link to post
Share on other sites

Flèche

 

Les ravages du temps en sont témoins

la crédulité n’empêche pas l’ignorance

les blessures du cœur par ton dédain

Valent ces ongles au nacre factice

 

le cœur n’est pas un jouet de saison

qu’on se défait sitôt le gout passé

les chemins sans détour sont à l’abondons

sans tes pas pour les foulés

 

le temps ici-bas m’est compté

trop d’espoirs rejeté sur la rive

et si la mer semble agité

Ta larme est ma source affective

 

qu’importe les mots, le geste suffit

bardé de flèches, mon cœur l’est

résigné depuis longtemps aussi

Car ton silence est ma vérité

 

demain peut être

Share this post


Link to post
Share on other sites
même dans une embarcation de fortune,

 

tu saurais trouver les rimes, je ne me fais pas de souci pour toi :o

 

merci, je m’enivre dans la solitude en attendant des lendemains meilleurs........................peut être.

:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vois

 

Je vois mes doigts pianotant

Une symphonie de soupirs exaltés

Parcourant au grès du miel abondant

La vallée au jardin sublimé

 

Je vois ce corps en fièvre glacé

Se couvrir de perles nacrées

Ses yeux au regard révulsé

Dévoraient l'intrus d'un trait

 

Je vois tes mains se crispées

S’agrippant aux rêves fuyant

Cherchant dans les draps satinés

L’espoir d'un renouveau payant

 

Je vois sur tes lèvres gercées

Par des baisers trop mal données

L’invite muette d'une alliance mesurée

Le temps d'un soupir engendré

 

Je vois sur mon corps lacéré

Par des ongles en bataille jeté

Les prémices de joutes endiablées

Au son d'une musique exécuté

 

demain peut être

Share this post


Link to post
Share on other sites

La déraison

 

Je suis la, tout près de toi

dans ce jardin aux éclats d’antan

comme la grêle sur le toit

Je frappe, je frappe, en vain

 

l’encre de mon corps s’assèche

devant la chaleur de ta passion

aucune source ne vous empêche

De venir désaltérer à foison

 

L’ennui n’est qu’une étape de la vie

il suffit d’un rien, un simple sourire

Pour remplir le cœur d’envies.

Et à l’amour, faire vivre et mourir

 

ton existence est lié à la mienne

comme le jour épouse la nuit

Nos rêves en secret détiennent

les frissons oublié qui nous lies

 

Si je crains ici bas, le courroux des cieux

mon regard, aux larmes en prières

cherche le pardon dans tes yeux

alors, oui, la blessure est amère

 

la passion se nourrit de peines

Les larmes, le sel sans appétit

les sentiments, parfois n’amènent

que douleurs qu’un cœur honnis

 

les mises en scène de nos ébats

ne sont qu’éclat dans la nuit noire

et ces cries que le jours abat

Creusent les frondaisons de nos espoirs

 

à l’illusion, je préfère la déraison

Dans un baiser, la saveur de la mort

plutôt que la fuite et l’abandon

Devant le plaisir de l’aurore

 

je serai à tes envies ce démon

mordant à pleines dents tes atouts

cherchant dans ta source, abonnement

Vendant cette âme qu’on bafoue

 

demain peut être

 

Écrit le jeudi ‎2 ‎avril ‎2015, ‏‎00:28:05

Share this post


Link to post
Share on other sites

de toi à moi

 

comme un voile flottant sur l'horizon

son reflet caresse et agace mes sens

un souffle fuyant, un pas de danse

une ombre,....une nuit en déraison

 

immobile, un reflet dans le miroir

elle est la, souriante, spectre du passé

faisant fi du temps consommé

égrenant les souvenirs du désespoir

 

ou était tu mon Ange?

le ciel est ta patrie

cherchant dans les étoiles, un abri

pour caché un cœur qui se ronge

 

bien des fois, j'ai espéré

un signe, même fugace

seul le soupir des peines qu'on amasse

venait sur moi, se briser

 

les blessures de l’âme foisonnent

comme les épis dans un champs de blés

nourrissant une terre abusé

par des promesses aphones

 

demain peut être

 

écrit le 09/01/2017 à 20 H 33

Edited by momo 18

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le chemin

 

faut il une boussole

un guide, une escorte

ma pensée devient folle

devant l’ultime porte

 

je regarde et ne vois rien

je crie mais rien ne sort

je cherche et ne trouve point

mais ou est tu mon trésor

 

ce chemin que tu me cite

et devenu bien tortueux

mes sentiments illicites

s’estompent peu à peu

 

j’erre dans l’ombre de toi

espérant une frêle étincelle

en ton amour, demain je crois

car le mien, est éternel

 

demain peut être

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...