Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Souffre Annonyme

Mon enfer

Recommended Posts

Sur cette terre si austère,

Que des arrières goûts amer

Allant même jusqu'à faire détester sa mère.

Au profit d'inconnus en guise de père.

Se perdre et se confondre, quand ses pairs,

Ne donnent aucuns repères.

Te laissant seul avec tes affaires.

Tout un mystère

Dans cet enfer

Car l'enfer est bien sur terre

Heureux ceux qui jamais n'errent

Jamais dans les cimetières

Là où l'air semble me plaire

Eux n'en ont que faire

De ces risques suicidaires

Aucun lampadaire

Pour donner un peu de lumière

Rien juste une enfer limbaire

Pas de place aux plaintes seulement se taire

Ou se noyer au fond de la mer

Voila les seuls itinéraires.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis curieuse de savoir qu'est ce que tu dois faire

Quand tu aurais épuisé tout les mots finissant en "aire

Vas-tu avancer ou reculer en arrière

Ton poème digne de Voltaire

Oups, de Jacques Prévert

Si ce n'est ps rouge, c'est vert

Un grand patchwork , c'est clair:mdr:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sur cette terre si austère,

Que des arrières goûts amer

Allant même jusqu'à faire détester sa mère.

Au profit d'inconnus en guise de père.

Se perdre et se confondre, quand ses pairs,

Ne donnent aucuns repères.

Te laissant seul avec tes affaires.

Tout un mystère

Dans cet enfer

Car l'enfer est bien sur terre

Heureux ceux qui jamais n'errent

Jamais dans les cimetières

Là où l'air semble me plaire

Eux n'en ont que faire

De ces risques suicidaires

Aucun lampadaire

Pour donner un peu de lumière

Rien juste une enfer limbaire

Pas de place aux plaintes seulement se taire

Ou se noyer au fond de la mer

Voila les seuls itinéraires.

 

j'aime bien, c'est simple et ça exprime très bien ce que je ressens

Share this post


Link to post
Share on other sites

Rihame a fait doucement rire mon âme.

Preuve que n'est pas entièrement éteinte la flamme.

 

Si hier est certes derrière.

Demain n’exaucera pas mes prières.

Ce sera toujours la même galère.

Empirant de façon mortuaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Elle ne vit pas, elle subit.

Elle n'a pas le choix, elle est prisonnière.

Elle ne peut demander des avis.

Ni même exprimer le sien, elle doit vivre ce calvaire.

 

Se retrouvant affaiblie, n'ayant même pas d'amis,

Elle reste solitaire, souffrant dans sa chair.

Cherchant en vain la sortie, s'épuisant à l'infini,

Elle ne peut s'en complaire, cherchant à s'en défaire.

 

 

Elle lui a dis oui, croyait pour la vie.

Lui a tout donner, le rendant propriétaire,

Se faisant asservie, sans cesse avilie.

Personne de solidaire pour la soustraire de ses tortionnaires.

 

Elle avance de force, vivant la nuit sans envie,

Elle n'est plus que l'ombre d'une âme en guerre.

Se battant contre elle au profit de celui qui ne l'a pas guérie,

De l'aider il avait jurer, ce ne fut que le contraire la conduisant plus bas que terre.

 

La jetant vers les loups, il y a consenti, même s'il le renie.

L'étau se resserre et dans son cœur hivernal gronde le tonnerre.

Défraîchie, endolorie et vieillie elle garde bien enfoui,

Ses douleurs involontaires. Serait-elle victimaire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hey! Mister Souffre Anonyme qui ne l'est pas tant que ça:mdr:

 

 

Ah ! ben maintenant, on glisse des ouïes

Entre les airs

Comme si cela effacera les intentions enfouies

du Sir Voltaire

Mr, votre entrée est d'un vacarme inouïe

Que vous avez dissipez tout mystère

:D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plénitude complète

 

Elle est unique et seule,

Mais toutes les autres à la fois.

Elle a vécut milles et unes vies dans ses milles et unes nuits.

Des rêves à la réalités en passant par les cauchemars prémonitoires.

Elle est la vie et la mort, elle nourrit et récupère toujours au dépit de la fin.

Elle est toi, hier ou demain, tu l'a vu, l'a connu, l'a croisé.

Ses yeux t'ont parlé, l'histoire du monde ils t'ont contés.

Son cœur tu as entendu te mettant complètement à nu.

Te connaissant mieux que toi, elle lis au fond de toi.

Tu te perds au fond d'elle oubliant ton soi.

Te poussant toi au fond de tout, parti de tout, au sein de tout.

Commettant un matricide l'effaçant de nos esprits, elle est caché bien enfouie.

Des machines nous sommes devenues par la conséquence de cette disparue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pus forte en vers qu'en divination, je ne suis pas un garçon.

De vénus je viens et ardu est mon acclimation.

Mais je tente de me faire des raisons.

Même si souvent je m'dis que c'est con.

Bien que j'sois pas un garçon :)

 

Quant à Voltaire,

Quand on sait ses affaires,

Peut on aimer ses vers ?

L'oeuvre et l'auteur un seul signataire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pus forte en vers qu'en divination, je ne suis pas un garçon.

De vénus je viens et ardu est mon acclimation.

Mais je tente de me faire des raisons.

Même si souvent je m'dis que c'est con.

Bien que j'sois pas un garçon

 

 

de te faire une raison !!; pourquoi don?!

 

reste comme tu es et mord à mon hameçon.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils parlent, ils parlent, mais qui sais la réalité.

Qui sais ce que je peux ressentir et vivre.

Qui peut comprendre et à qui se confier ?

Quand tu sais que la vérité fera tout exploser,

La cachée est un acte de courage ou de lâcheté ?

Quand tu voudrais au fond tout faire exploser et crier ta douleur,

Mais tu as peur des conséquences, tu crains d'empirer les choses.

Tu les voit parler et s'agiter, donnant leur avis comme des spécialistes.

Tu vois les gens être indifférent.

Tu marche et tu vis, tu regard tout ces gens, leur regard, que se passe t-il dans leur tête ? Et si ils savaient, et si je parlais ?

Au risque de tout casser mais au moins se libérer.

Le poids du secret est peut-être encore plus dure que la violence du secret.

Mais à qui parler ?

À qui se plaindre ? Tu est et restera seule, incomprise à jamais.

 

 

 

..............................

 

 

Je suis morte et résignée, faisant semblant de vivre et d'aimer,

Je ne sais vers qui me tourner, je ne sais qui peut m'aider,

Au fond je ne veux pas être assistée,

Je préfère ma dignité.

Je me laisse aveuglé, je me laisse m'évader.

Mais je reste en souffrance à jamais.

Rien ne pourra me faire oublier cette réalité.

Je sais que personne peut me sauver,

Les sauveurs toutes façon m'ont enfoncées.

Il ne reste que des lueurs pour m'apaiser,

Mais rien ne peut me réconforter.

Je suis et je serais à jamais esseulée.

Face à toute cette adversité,

Sur moi seule je peux compter.

Je trouverais bien un jour une façon de m'échapper.

Et ce sera l'ultime chose que je ferais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tant d'indifférence devant la souffrance,

Comment ne pas entendre le silence

D'une existence de démence ?

Face à tant de négligence,

Ne provoquant aucune effervescence,

Comment ne pas parler d'indécence ?

Immense incohérences,

Faisant perdre patience.

Il est mieux de perdre conscience.

Pour ne plus jamais voir cette pestilence.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hurler à l'intérieur et sourire à l'extérieur,

Quoi de mieux pour atteindre la folie.

Se plaindre de ses malheurs,

Fait fuir les faux amis.

Comment faire mourir son cœur ?

Pour que soit enfin finit,

Ces insurmontables douleurs.

Où trouver une amie qui te dis,

Souffre pourquoi tout ces pleurs ?

Lui raconter les méandres de ta vie,

Et ce qui est destructeur,

Pour que d'un ton adouci,

Elle efface toutes ces peurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai si mal, existe t-il un bouton off, je voudrais mettre ma tête en pause, mon coeur se déchire et mes pensées se bousculent, ne me laissant une seconde de répit. Même en pleine nuit je m'en réveille, j'en perds le sommeil, comment en sortir, si ce n'est par l'échappatoire ultime ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'envie les malades,

Qui au chaud dans un hôpital,

Ont des soignant et des gens,

Les entourant, les protégeant,

La douleur du corps me ferait peut-être oublié,

La douleur de mon âme qui part en lambeaux au cœur des flammes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais comment ne pas être étrange,

Comment être normale, quand rien autour n'est simple,

Quand tout ou presque est noir, quand tu crois qu'il n'y a plus d'espoir,

Quand la mort est ton seul recours pour sortir de ce parcours,

Comment ne pas être étrange en ce monde ?

Comment ne pas en souffrir ?

Comment être comme ces autres,

Ceux que tu vois et qui ont une vie simple,

Une famille, des amis, un boulot, rien de trop,

Sauf pour toi où tout t'es inaccessible, même ce qui est gratuit.

 

 

.....

 

 

Seul reste ses yeux d'enfants,

Qui parfois font briller les mien.

Seul reste ses sourire,

Qui parfois me rende le mien.

Sans elle je ne serais plus,

Pour elle je suis tout.

Existe-il un autre Amour,

Plus grand que celui-ci ?

Le seul à te maintenir en vie ?

Même si élevé en est le prix.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh la la, c'est quoi ces poèmes? Souffre anonyme, souffre que je te dise que ton poème est sans âme. C’est une avalanche de mots «souffreteux» qui n’expriment aucun état. Il pourrait servir de lexique aux personnes en panne de vocabulaire sombre :angel:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et alors ?

Si t'a que ça à me dire tu peux le garder pour toi.

T'es contente c'est bien tu l'est pas c'est pareil. J'en ai strictement rien à faire.

Mes écrit sans âme expriment aucun état, ta réponse pleine d'arrogance et d'indifférence exprime une méchanceté gratuite.

Je préfère être sans âme qu'avoir une âme pourrie et indifférente comme à priori c'est le cas avec toi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Soizik
Oh la la, c'est quoi ces poèmes? Souffre anonyme, souffre que je te dise que ton poème est sans âme. C’est une avalanche de mots «souffreteux» qui n’expriment aucun état. Il pourrait servir de lexique aux personnes en panne de vocabulaire sombre :angel:

 

voici comment est présentée cette rubrique : Exprimez vos états d'âmes sans complexe avec les mots

 

si tu n'aimes pas, tu passes et ne dis rien...

 

ici, c'est section protégée...fais pas ton Ghost

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et alors ?

Si t'a que ça à me dire tu peux le garder pour toi.

T'es contente c'est bien tu l'est pas c'est pareil. J'en ai strictement rien à faire.

Mes écrit sans âme expriment aucun état, ta réponse pleine d'arrogance et d'indifférence exprime une méchanceté gratuite.

Je préfère être sans âme qu'avoir une âme pourrie et indifférente comme à priori c'est le cas avec toi.

 

 

allée, je vais t'avouer quelques choses

je suis certain, que tes états d'âmes, tu étais soulagée de les poster et tu espérais que quelqu'un s'y intéresse, et

ce quelqu'un n'est nul autre que, moi .

 

bizou

Share this post


Link to post
Share on other sites

si vous la rencontrez dans dans la rue

bizarrement parée

trainant dans la chaussée un talon dechaussée

et la tete et l'oeil bas..comme un pigeon blessé

messieurs ne cracher pas de juron ni d'ordure

au visage fardée de cette pauvre impure

qui famine a, par un soit d'hiver

contraint a relever son jupon an plein air

 

La femme qui est dans mon lit

N'a plus 20 ans depuis longtemps

Les yeux cernés

Par les années

Par les amours

Au jour le jour

La bouche usée

Par les baisers

Trop souvent, mais

Trop mal donnés

Le teint blafard

Malgré le fard

Plus pâle qu'une

Tâche de lune

 

La femme qui est dans mon lit

N'a plus 20 ans depuis longtemps

Les seins si lourds

De trop d'amour

Ne portent pas

Le nom d'appas

Le corps lassé

Trop caressé

Trop souvent, mais

Trop mal aimé

Le dos vouté

Semble porter

Des souvenirs

Qu'elle a dû fuir

 

La femme qui est dans mon lit

N'a plus 20 ans depuis longtemps

Ne riez pas

N'y touchez pas

Gardez vos larmes

Et vos sarcasmes

Lorsque la nuit

Nous réunit

Son corps, ses mains

S'offrent aux miens

Et c'est son cœur

Couvert de pleurs

Et de blessures

Qui me rassure

 

[YOUTUBE]F2ngigZwoMQ[/YOUTUBE]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et alors ?

Si t'a que ça à me dire tu peux le garder pour toi.

T'es contente c'est bien tu l'est pas c'est pareil. J'en ai strictement rien à faire.

Mes écrit sans âme expriment aucun état, ta réponse pleine d'arrogance et d'indifférence exprime une méchanceté gratuite.

Je préfère être sans âme qu'avoir une âme pourrie et indifférente comme à priori c'est le cas avec toi.

 

T'es fâchée! Comme je suis peinée!... comment me rattraper pour me faire pardonner. Des compliments? En voilà copieusement :

 

Tes vers sont si émouvants

Que je les lis avidement

En sanglotant et en soupirant

 

Tes vers sont si touchants

Que tout en reniflant

Et en me mouchant

J’essaye de taire tes gémissements

Qui me remuent profondément

 

Tes vers sont si troublants

Que tout en hoquetant

Je continue stoïquement

À lire tes grincements

 

Tes vers sont si bouleversants

Que mes larmes coulent abondamment

Creusant mes joues dangereusement

 

Cesse donc tes lamentations

Pour que finissent mes tourments

 

:hug::hug::hug:

 

Les plaintes et les jérémiades ne me laissent jamais indifférentes. Elles me hérissent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...