Jump to content

Recommended Posts

salam

 

1598 - Narcisse - Le Caravage

 

"Narcisse cherche son reflet dans l’eau, il est en quête de son identité, mais l’image est floue, insaisissable. Narcisse ne peut se voir tel qu’il est, le miroir lui donne une image étrangère.

 

Le miroir a été représenté en peinture en même temps que la perspective, à la Renaissance, et n’a cessé de l’être jusqu’à nos jours. Les peintres n’hésitent pas à lui donner un sens fort car il fait intervenir le regard. C’est aussi ce qui pousse Caravage à peindre : il souhaite représenter la réalité telle qu’il la voit.

 

L’oeil est présent dans le tableau jusque dans sa structure : la courbe que forment les bras de Narcisse et leur reflet représente un œil."

 

Michelangelo_Caravaggio.jpg

 

Un peu de mythologie Grecque :

 

Narcisse est un personnage de la mythologie grecque. D’une grande beauté, il a un caractère fier et repousse toutes ses prétendantes. Un jour qu’il s’abreuve à une source, il aperçoit son reflet dans l’eau et en tombe amoureux. Il reste de longs jours à essayer d’attraper son image, en vain. Il finit par dépérir et mourir. A l’endroit où on vient retirer son corps, on aperçoit des fleurs blanches portant aujourd’hui son nom.

 

Narcisse est ici représenté comme un jeune homme richement vêtu, à genou, prenant appui sur les mains pour s’admirer dans la fontaine.

 

La scène est plongée dans un violent clair-obscur, caractéristique du style du Caravage.

Link to post
Share on other sites
  • Replies 96
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

salam

 

1513/14 - La Madone Sixtine - Raphaël

 

 

 

"La toile avec la Vierge, l'enfant Jésus, saint Sixte et sainte Barbe est habituellement appelée La madone sixtine. L'espace imaginaire est créé par les personnages eux-mêmes. Ils se tiennent sur un lit des nuages, encadré par de lourds rideaux qui s'ouvrent de l'un et l'autre côté.

La Vierge semble descendre d'un espace merveilleux. Le geste de saint Sixte et le regard de sainte Barbe semblent orientés vers le fidèle, que nous imaginons au-delà de la balustrade au bord de la peinture. Le diadème papal, qui repose sur cette balustrade, agit comme un pont entre l'espace réel et celui de la peinture.

 

La Madone apparaît derrière le rideau, confiante mais hésitante. Le rideau donne l'illusion de pouvoir la cacher aux yeux des spectateurs... ou de protéger la peinture de Raphaël. Celui-ci a ensuite souvent peint des madones avec un ou plusieurs putti se penchant sur la balustrade."

 

101201125947917459.jpg

 

Conception de l'oeuvre :

 

Le tableau était probablement destiné au tombeau de Jules II, parce que le pape saint Sixte était le saint patron de la famille Della Rovere alors que sainte Barbara et les deux angelots symbolisent une cérémonie funèbre.

 

La toile a été exposée dans le couvent de la rue Sixte et a plus tard été donnée par les moines à Auguste III, roi de Saxe. Elle a été conservée à Moscou après la deuxième guerre mondiale et est plus tard retournée à Dresde.

Link to post
Share on other sites

salam

 

~ 1485 - L'extraction de la pierre de folie - Jérôme Bosch (Jheronymus Bosch)

 

 

Son tableau « L’extraction de la pierre de folie », qu’il peignit en 1485, en est un parfait exemple : Au milieu d’un paysage d’été, nous pouvons voir un chirurgien extraire un objet du crâne d’un homme, assis sur une chaise. Un moine et une religieuse observent la scène d’opération. Celle-ci a lieu en plein air et sa forme circulaire peut soit faire penser à un miroir, soit représenter l’œil de l’observateur ou soit symboliser la terre. La forme ronde doit aussi nous rappeler la terre en harmonie avec l’être humain et le cosmos. Le fait que Bosch ait précisément choisi cette forme pour son tableau et pour ensuite y représenter une accusation de la stupidité humaine n’est pas le fruit du hasard.

Quant à l’espace, il est divisé en bandes de couleurs : dégradés de vert, d’ocre, de jaune puis d’ocre jusqu’au bleu du ciel très lumineux. Au loin on devine une ville. Ces formes et ces couleurs donnent donc à cette nature une harmonie et une quiétude qui contraste avec la folie des hommes.

 

BoschCureofFolly.jpg

 

 

 

"Le chirurgien ou le « tailleur de pierres » comme il est communément appelé au Moyen–âge est représenté avec un entonnoir de savoir porté à l’envers sur sa tête en guise de chapeau. C’est précisément ce symbole qui le caractérise comme médecin des fous. On peut également remarquer que la nonne ici présente fait un usage particulier du livre de la connaissance médicale puisqu’elle le laisse poser sur sa tête sans même le consulter. Et l’opéré nous fixe de son regard pathétique de bourgeois corpulent et niais.

Il est à noter que le soi-disant médecin (contrairement au titre de l’œuvre) n’extrait non pas une pierre de la tête du malade mais une plante tenue pour responsable de ses maux. Un objet similaire est déposé sur la table. On ne sait pas si cet objet est issu d’une opération précédente ou s’il est là pour servir à une prochaine supercherie.

 

L’inscription en lettres gothiques, tout autour du tableau, signifie « Maître ôte la pierre, mon nom est Lubbert Das » ce qui peut être traduit en Flandres par « Personne simple ».

 

 

L’intention allégorique du peintre devient alors évidente, il s’agit de dénoncer la naïveté et la bêtise humaine mais aussi de se moquer de l’ignorance et la tromperie faites aux malades. La lithotomie, puisque tel est son véritable nom, faisait en effet partie à l’époque de Jérôme Bosch des remèdes de charlatan. La folie, symbolisée par une pierre dans la tête, disparaissait au moment où la fameuse pierre en était extraite.

 

 

Fiction artistique, charlatanisme, symbole ou geste thérapeutique, l’opération des pierres de folie demeure problématique. En effet, il n’a été retrouvé aucun texte médical traitant de la question, la seule source est iconographique et se limite aux écoles hollandaises et flamandes du 15ème, 16ème et 17ème siècle.

A ces époques, la folie donnait l’idée répandue d’être matérialisée par la présence d’un corps étranger, souvent minéral dans le cerveau. Tenter de guérir la folie en supprimant sa cause revenait donc à l’extirpation de ce corps minéral et devenait ainsi une pratique légitime.

 

 

D’autres tableaux y font également référence d’un point de vue satirique. C’est notamment le cas de certains tableaux de Van Der Bruggen. Mais aucun de ces tableaux ne font allusion à l’authentique trépanation, pratique pourtant bien existante.

D’après ce que l’on peut tirer de ces illustrations, il s’agit d’une intervention superficielle non d’une chirurgie osseuse. Une incision verticale est pratiquée au milieu du front ou sur le cuir chevelu pour extraire des pierres de diverses grosseurs, attestant de la dextérité de l’opérateur. La réalité historique d’une telle opération mérite d’être mise en doute. En effet, après cette petite incision, le soigneur, par un tour de passe-passe, pouvait faire apparaître une petite pierre pour « prouver » au patient la complète réussite de l’opération. La pierre, la plupart du temps, sortait directement de la poche du soigneur !

 

 

C’est en partie, grâce à l’expérience du médecin grec Claudius Galenos (129-199) qui dit que l’ouverture du crâne ne devait pas obligatoirement avoir la mort pour conséquence que l’idée se propagea que « la méchante pierre du haut mal » pouvait être extraite cliniquement.

 

 

J. Bosch, peintre hollandais, n’est pas à proprement parler un humaniste mais son œuvre reflète les bouleversements de la pensée de son époque. Epoque où les certitudes spirituelles, les règles de conduite propres du moyen-âge vacillent. Ainsi son œuvre obéit à cet esprit nouveau tout en restant fidèle aux formes artistiques traditionnelles.

« L’extraction de la pierre de folie » nous montre qu’en dehors des péchés il y a aussi d’autres menaces comme : la crédulité, la stupidité, l’absurdité, la bêtise ou encore la folie qui conduisent les hommes à s’en remettrent à des charlatans ou à des médecins peut-être aussi fous qu’eux. Le fait aussi que l’église participe à une opération aussi grotesque, alors qu’elle devrait détenir le savoir, montre à quel point il est temps pour le peuple de se débarrasser des croyances médiévales au profit de l’esprit nouveau."

 

Par Odéliane.

Link to post
Share on other sites

geisgha l'un des mystére du japon,ds un monde tres fermé; les mayco plus souvent appelée geiko à Kyōto, est au Japon une dame de compagnie raffinée réservée à une clientèle très aisée, dédiant sa vie à la pratique d’excellence des arts traditionnels japonais. Le mot «geisha» peut s’interpréter comme «personne d’arts» ou «femme qui excelle dans le métier de l’art».

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

salam

 

~ 1512 - L'école d'Athènes - Raphael

 

L'Ecole d'Athènes de Raphaël est l'une des fresques les plus connues du peintre et la plus emblématique de la Renaissance italienne. C'est une vaste représentation (7.70m sur 4.40 m) d'une scène idyllique et symbolique qui regroupe les grandes figures de la philosophie classique Grecque : elle date de 1510. Elle orne la Chambre des signatures du palais du pape Jules II au Vatican à Rome, aujourd'hui incluse dans le musée du Vatican.

 

raphael_ecole_athenes.jpg

 

Partie intégrante à l'époque de la bibliothèque du pape, cette salle regroupe plusieurs fresques ayant pour thème l'illustration des idées platoniciennes, chères à la renaissance italienne.

L'Ecole d'Athènes est, selon la volonté du peintre Raphaël, une vaste synthèse des idées antiques et de la pensée chrétienne de la Renaissance.

 

 

La fresque symbolise la recherche du vrai, l'équilibre entre la Foi et la Raison.

 

Sur le tableau, sont réunies les figures majeures de la pensée antique dans un décor inspiré par les projets de Bramante, l'un des architectes de la nouvelle basilique du Vatican.

 

On y reconnait au centre Platon et Arsitote, sur les marches Diogène, à gauche Pythagore, au premier plan Héraclite. Le peintre mèle les figures de la grèce classique et les portraits de ses contemporains : Platon prend les traits de Léonard de Vinci, Héraclite de Michel Ange. Cette fresque symbolise tout l'héritage revendiqué par les penseurs et les artistes de la renaissance italienne.

 

 

 

 

Détails et perspectives de la fresque suivre le lien: Raphaël : L' école d'Athènes

Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...

coup de pot

 

j aurais dit influence manga, d apres ton avatar. Non?

 

sublime, ton tableau m a fait penser a quelque chose

y a longtemps j ai vu une serie de tableaux sur un livre.

C etait tres simple, des series de vases, mais sans relief, des tons marron-beige, je crois

ca ne vous dit rien?

c est ton tableau qui m y a fait penser. Mais ca n y ressemble pas, sauf par la simplicite des traits et la nuance des couleurs.

 

Dans la dolce vita, ils montrent un tableau de morandi:p

j ai pense que c etait lui et c est bien lui :p

 

le tableau dont je me souviens ressemblait a celui la

Résultats Google Recherche d'images correspondant à http://4.bp.blogspot.com/_CJSUenEiBDI/SL6FRHAP9lI/AAAAAAAAB-4/vBxXpNR4Hv0/s400/morandi%2Bstill%2Blife%2B1955.jpg

 

mais il avait encore moins de relief. Alors que celui du film en a plus.

 

Donc je pense qu il a evolue vers du plus en plus aplati.

 

Enfin, disons que dans ce sens la, ca me semble plus logique mais je n ai pas verifie :confused:

Link to post
Share on other sites
pour moi c'est:

la peinture impressionniste:crazy::crazy:

le mouvement impressionnisme:crazy:

claude-monet-05.jpg

Claude Monet

 

Printemps à Giverny

 

Nomade durant les dernières années, le peintre à quarante-deux ans et rêve d'un endroit fixe. «Je me mets en route jusqu'à ce que j'aie trouvé pays et maison à ma convenance » Monet a trouvé : Giverny, village de trois cents habitants. Le paysage est de toute beauté : vallées et prairies fleuries d'iris sauvages. Monet est inspiré par le lieu. Il se sent capable d'y « faire des chefs-d'oeuvre ».

 

un commentaire comme l'a précisé Moa , et bien là c'est TOUT moi LOL

 

on peut visiter sa maison avec les meubles d epoque a giverny. La 1ere fois j etais ado et j avais trouve ca tellement beau ( il avait repeint tous ses meubles avec des couleurs vives, la cuisine tout en turquoise si je me souviens bien) que je m etais dit que je ferai pareil plus tard.

Mais en fait, je crois que c est moche :mdr:

Link to post
Share on other sites

Trop classique, mais j'ai tout de suite pensé au radeau de la méduse de Géricault! :p

Un tableau qui me fascine et me fait peur à la fois lol. Géricault s'est basé sur un naufrage véridique et a fourni tant de détails dans son tableau se rapportant aux survivants, aux personnes mortes et aux circonstances de leur décès (il a mené des enquêtes, a été dans une morgue, ...), chaque personnage figurant sur le radeau a une histoire, ...

 

Je n'en parlerai pas mieux que Wiki Le Radeau de La Méduse - Wikipédia

 

Th%C3%A9odore_G%C3%A9ricault_-_Le_Radeau_de_la_M%C3%A9duse.jpg

Link to post
Share on other sites

mon peintre préféré est Claude Monet, ça a toujours été le cas depuis mon plus jeune âge, ayant un faible aussi pour les coquelicots je crois qu'il est facile de deviner quelles sont mes oeuvres préférées :p

 

je m'éxcuse je ne sais pas comment introduire des images.:)

 

mis à part ça, j'aime aussi la promenade 1875.

Pruniers en fleur (1879)

Impression soleil levant (1872)

Le port de Trouville (1870)

Link to post
Share on other sites

salam

 

Gaudi maitre le d'oeuvre de Barcelona... en revanche le trop plein de touristes vont finir par tuer les lieux en effet de fil en année la ville se dégrade de + en +, quel dommage...

 

La Pedrera

 

La Sagrada Familia façade représentant "la Passion"

 

(mais je préfère côté "La Nativité" oeuvre originale du maitre)

 

 

et bien sûr le Parc Guell et ses jardins sortis tout droit d'un conte...

 

ps : t'as oublié Camp Nou^^

Link to post
Share on other sites
Guest jagellon

Pas con le Ming Pei. Il a utilisé de l'extra-clair feuilleté. T’envoie la caillasse c'est la caillasse qui se brise. Ils ont ramené Thierry La fronde pour tester :04:

Link to post
Share on other sites

C'est l’hôtel mobile qui c'est posé sur le toit du palais de tokyo notamment.

Je crois qu'il est plus en fonction, mais le concept était pas mal.

 

La seconde je vois pas, un escalator mais où ?

 

Sinon, tu remplaces Sekini ? :D

Link to post
Share on other sites
salam

 

facile quand je te "cite" j'ai toutes les réponses lol

 

je ne connaissais ni l'un ni l'autre :

 

everland palais, le palais volant ?

 

et Atomium escalator

 

J'ai ma réponse :)

 

L'atomium, on aurait dit une image tiré d'un film de SF

Link to post
Share on other sites
salam

 

connais pas, le design ressemble à celui de la cité des sciences à Paris, tu l'as déjà emprunté cet escalator ?

Salut :)

Ça fait des années que je ne m'y suis pas rendu, je n'ai pas de souvenir de l'escalator.

Il est aussi flippant ? :D

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...