Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Guest Risk

Ballades Nocturnes...

Recommended Posts

Guest salamalgerie

Il pleut des cordes ce soir...tes ténébreux poèmes riment magnifiquement avec la météo riskou...BRAVO

 

Pluie funèbre...je pique à GALL ce couplet

 

"Il n'reste que du brouillard sur les chaines de télé"

 

Et même si en écoutant les gouttes ruisseler...Je brule du désir de prier...Je me sens comme foudroyée

 

Mektoub énigmatique ...mixture d'espoir et de désespoir...tente énigmatiquement de me rasséréner...et je repique à GALL quelques couplets

 

Le monde tient à un fil

Moi je tiens à mon rêve

Rester maître du temps et des ordinateurs

Retrouvons-nous d'un coup au temps d'Adam et Eve

Coupe les machines à rêves

Écoute parler mon cœur

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk
Il pleut des cordes ce soir...tes ténébreux poèmes riment magnifiquement avec la météo riskou...BRAVO

 

Pluie funèbre...je pique à GALL ce couplet

 

"Il n'reste que du brouillard sur les chaines de télé"

 

Et même si en écoutant les gouttes ruisseler...Je brule du désir de prier...Je me sens comme foudroyée

 

Mektoub énigmatique ...mixture d'espoir et de désespoir...tente énigmatiquement de me rasséréner...et je repique à GALL quelques couplets

 

Le monde tient à un fil

Moi je tiens à mon rêve

Rester maître du temps et des ordinateurs

Retrouvons-nous d'un coup au temps d'Adam et Eve

Coupe les machines à rêves

Écoute parler mon cœur

 

n'as-tu pas remarqué très chère

que la musique de la pluie...adoucit les nuits

calme le cœur...laisse s'échapper l'esprit

que le gris qui l'accompagne, est magnifique

doux pour l'âme et ses fenêtres

rappellent d'agréable moments du passé fertile

pour étancher la soif du présent aride

arme le malheureux contre un futur sans horizon

 

 

tes paroles sont belles

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Émerauda

Il m'accuse, à tord, que je m'entour de mur d'acier

Pourquoi ne pense-til pas, que la prudence j appris

peu à peu je l'aperçois

oui bien sur, il fait du progrés

c un charmeure je l'accorde cet devise, c vrai

mais en même temps n'es t il pas un renard

qui veut profiter de mon temps gris?

Je ne veux succomber, c laire, je lui dis

et il ose me répondre que mes murs l'affaiblis

Peut être pour lui je ne suis qu'un défit

qu'il veux le gagner mais avec un peu de garanti

deverai-je le faire comprendre que l'amour je maudis

que son attitude romantic ne va pas avec mon gré

je ne suis pas un con comme lui

c'est tt ce qu'il a trouvé à dire? c pas vrai !!

Innaccessible, infranchissable, ces qualité il apprécis

mais veux tellement que je fasse une exception, un tri

avec ma douceur, général pétier réagis !!

Mais je m'amuse pas, WALLAH

c'est juste que j'attend du concré

Et j'avoue même que je ne peux le nier

qu'il a sû comment, faire place ds mes pensée

Mais à mes sentiment, maintenant ? jamais !!

Mes dires sont loins detre un poem je sais

Mais par ici j comptais sur la générosité que j sentis

et par ici au moins, je ne serai pas rédiculisée

pas du tout battu est surtt pas jugée

 

à ne pas commenter

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest salamalgerie
n'as-tu pas remarqué très chère

que la musique de la pluie...adoucit les nuits

calme le cœur...laisse s'échapper l'esprit

que le gris qui l'accompagne, est magnifique

doux pour l'âme et ses fenêtres

rappellent d'agréable moments du passé fertile

pour étancher la soif du présent aride

arme le malheureux contre un futur sans horizon

 

 

tes paroles sont belles

 

Tes mots sont si soyeux cher riskou je :wub:

 

Mais sais-tu mon ami

que la musique de la pluie...m'engourdit

égare mon cœur...laisse trainasser mon esprit

que son gris magnifique, m'est satirique

que le gris que le vent accompagne...fait claquer les fenêtres de mon âme

rappellent de divers moments du passé fatal

pour épancher la soif du présent illisible

désarme le malheureux contre un futur inaccessible

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest salamalgerie
Il m'accuse, à tord, que je m'entour de mur d'acier

Pourquoi ne pense-til pas, que la prudence j appris

peu à peu je l'aperçois

oui bien sur, il fait du progrés

c un charmeure je l'accorde cet devise, c vrai

mais en même temps n'es t il pas un renard

qui veut profiter de mon temps gris?

Je ne veux succomber, c laire, je lui dis

et il ose me répondre que mes murs l'affaiblis

Peut être pour lui je ne suis qu'un défit

qu'il veux le gagner mais avec un peu de garanti

deverai-je le faire comprendre que l'amour je maudis

que son attitude romantic ne va pas avec mon gré

je ne suis pas un con comme lui

c'est tt ce qu'il a trouvé à dire? c pas vrai !!

Innaccessible, infranchissable, ces qualité il apprécis

mais veux tellement que je fasse une exception, un tri

avec ma douceur, général pétier réagis !!

Mais je m'amuse pas, WALLAH

c'est juste que j'attend du concré

Et j'avoue même que je ne peux le nier

qu'il a sû comment, faire place ds mes pensée

Mais à mes sentiment, maintenant ? jamais !!

Mes dires sont loins detre un poem je sais

Mais par ici j comptais sur la générosité que j sentis

et par ici au moins, je ne serai pas rédiculisée

pas du tout battu est surtt pas jugée

 

à ne pas commenter

 

Merci c'est très touchant :wub:

 

Même si tu nous l'a bien recommandé

Je ne peux m’empêcher de commenter:p

 

T'as arrêté de jouer

Ton regard me taxe de fille exaspérée

C'est vrai...Et je ne sais vraiment pas si je devrais te regretter

Et malgré tout ce qui s'est passé...et tout ce qui ne s'est pas passé

J'étais je suis et je serais peut être à toi même avant de t'avoir croisé

Maintenant à toi de rejouer...Je veux te voir et te sentir retenter

J'aimerais tant que cette fois ci...sera une partie gagnée

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Émerauda
Merci c'est très touchant :wub:

 

Même si tu nous l'a bien recommandé

Je ne peux m’empêcher de commenter:p

 

T'as arrêté de jouer

Ton regard me taxe de fille exaspérée

C'est vrai...Et je ne sais vraiment pas si je devrais te regretter

Et malgré tout ce qui s'est passé...et tout ce qui ne s'est pas passé

J'étais je suis et je serais peut être à toi même avant de t'avoir croisé

Maintenant à toi de rejouer...Je veux te voir et te sentir retenter

J'aimerais tant que cette fois ci...sera une partie gagnée

 

 

Merci ma soeur, tu me touche toujours avec ton hospitalité !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des entrailles de ton cœur, tes pleurs, laves de sang,

Jaillissent de tes yeux, sur tes souvenirs ardents,

Dévastant ton être et ta vie, qu’avec tant d’amour,

Tu avais construit croyant au mot « toujours »

 

De longues années ont coulé dans cet aride désert.

Plus rien ne pousse sur ton austère cœur lunaire.

Les saisons se ressemblent. Le temps n’existe plus.

Les tempêtes t’effleurent. Plus rien à perdre. Tu as tout perdu.

 

Ton âme s’habille de gris et tes plus beaux souvenirs

Se réduisent en cendres dans d’interminables soupirs.

Ton cœur de pierre brûle le jour, grelotte la nuit.

Le temps t’aspire, te laissant vide et sans vie.

 

Sais tu que pour fleurir les plantes doivent souffrir ?

Sais tu que d’une chrysalide endormie, le papillon va surgir ?

Le ciel dans sa compassion t’inondera de ses pleurs

Et de ton cœur désert et aride jailliront les plus belles fleurs .

 

 

 

 

 

CRIS

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk

merci pour vos participations!

 

Salama: tu as beaucoup de choses à raconter.

Emeraude: tu te cherche, mais ce n'est pas sur FA que tu te trouveras.

Proscrit: j'aime beaucoup!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest salamalgerie
merci pour vos participations!

 

Salama: tu as beaucoup de choses à raconter.

Emeraude: tu te cherche, mais ce n'est pas sur FA que tu te trouveras.

Proscrit: j'aime beaucoup!

 

oh...pas tant que ça cher riskou:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk

comprends-tu ce que je te dis?!

je te hais!

 

ta faiblesse me répugne

toi qui te dit fort de caractère

marchant le dos courbé...marchandant la paix

maladroitement négociée

 

quoi? tu le nie?

cela ne m'étonne guère c'est bien toi ca

toujours à vouloir enterrer le mauvais

tu veux que je te dise? je te méprise!

 

ho tu le sais, ces noirs sentiments ne sont pas que mien

ne t'étonne pas de te découvrir un ennemi

un des plus délicieux en plus, tu veux savourer?

 

ils te haïssent, te disent égocentrique

ramenant tout à toi, te faisant placer au centre de l'univers

uni vers...

 

quand je pense que je suis obligé de te supporter encore

mais il m'est interdit de me débarrasser de toi

un meurtre!, c'est mon manque de courage qui te sauve

remercie la lâcheté, tu dois bien la connaitre

elle t'habite, te sauve la vie en la rendant moins belle

plante la graine du doute et du remord

 

 

c'est ainsi...le ressentit d'une journée de fourmi, on se penche sur nos misérables vies, chacun regardant ses pieds, accablé par les supplices, combien de personnes, jetées au buché pour donner l'exemple, pour rendre les esprits dociles et serviables.

 

arrêter de penser, oui c'est ce que je veux, je veux devenir débile, inconscient, insouciant, comme un fou qui gambaderait en faisant de tout le dehors sont chez soit, traverser la rue sans faire attention aux monstres de fer, se dire...rien.

 

qu'est ce que c'est noir ici, qu'est ce qu'il fait froid.

 

toi qui as prit le risk de t'aventurer ici, le gouffre de l'âme en tourment t'aspirera, ou te rendra débile.

 

risk, le guerrier sans classe, ennemi des forts, ami des damnés, chevaliers de la table carrée, où festoient tristesse, mélancolie et nostalgie... t'invite a poursuivre ton voyage au pays de la mélancolie, ne crois pas que ce n'est qu'un essai, ce serait ta plus grave erreur... laisse toi guider par mon phare noir, dans ces journées jaunes où les misérables se dénudent pour se gorger tel des plantes, de la lumière de cet affreux soleil...

 

 

ne pensons plus aux adieux, l'heure présente sera gâchée

le dernier repas du condamné, n'est en fait que l'ultime torture.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest mimineVnoir
Guidé par mes pas...

J’avance dans le noir de la nuit...

Sous un plafond sombre troué par des lueurs ...

 

La fumée empoisonnée s’échappe de mes narines...

Rythmée par mes guides, soulevée par la brise...

Un mur pour m’adosser, libéré de ses occupants du jour...

 

Je la voyais, elle cherchait elle aussi mon regard...

Au travers des nuages…, si pâle, si belle, que j’en devins bavard...

Merci! lui criais-je, merci d’être là...

Même après plusieurs départs tu m’es restée fidèle...

Ces mots, reprit par l’écho, transportés au loin me revinrent ...

Un sourire me soulagea le visage, pathétique je le savais je semblais...

 

Pourtant, elle me fixait toujours...

Tu dois être jalouse de ta voisine !

Colorée, grouillante de vie et toi…toujours pâle…

Pourtant, tu ne devrais pas ! De près, elle porte d’étranges cicatrices !

Elle vomit de l’or sal, que ses enfants s’empressent d’amasser

Pour nourrir des monstres de fer, pour construire des tours de béton

Tu es bien, là où tu es

Celui qui est mort ne peut mourir encore

Ta voisine gémit par moment ne l’entends-tu pas ?!

Elle vibre, pleure ; ne le vois-tu pas ?!

 

Etranges sont ces nuits... étrange est cette vie...

Tristement belle, joyeusement triste...

Joyeusement courte, tristement drôle...

 

Retranscrits par des mains fébriles ces mots

Se placent devant vous, passez votre chemin cher ami

Le supplice d’un autre ne doit pas être votre

Libéré je deviens quand je lâche mon esprit

Conscient je demeure, inconscient je souhaite devenir

Emmuré dans du chagrin, étouffé par du satin

Le rêveur éveillé ne souhaite plus se réveiller...

 

Superbe , vraiment superbe .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk
Bravooooooooooooooo ..... Que dire de plus ... Ah si moi Je jouis encore de la pluie car oui chez moi il pleut encore je me dis profites en puisque les jours qui suivront seront surrement arides !

 

 

 

 

Thanemirth amisstmourth :)

 

thanemrith a yéllis outhrariw.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk
Superbe , vraiment superbe .

 

merci à toi mon ami.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk
Yakhi ça va ? :confused:

 

a9lagh.

 

je reçois toujours des leçons de cette vie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk
Ayhouh !!!!!! Ce aqlagh en dit long !

 

Thazridh belli aqlin dha au cas ou :cool:

 

je sais frangine, ca vaut aussi pour toi :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Esquimau
comprends-tu ce que je te dis?!

je te hais!

 

ta faiblesse me répugne

toi qui te dit fort de caractère

marchant le dos courbé...marchandant la paix

maladroitement négociée

 

quoi? tu le nie?

cela ne m'étonne guère c'est bien toi ca

toujours à vouloir enterrer le mauvais

tu veux que je te dise? je te méprise!

 

ho tu le sais, ces noirs sentiments ne sont pas que mien

ne t'étonne pas de te découvrir un ennemi

un des plus délicieux en plus, tu veux savourer?

 

ils te haïssent, te disent égocentrique

ramenant tout à toi, te faisant placer au centre de l'univers

uni vers...

 

quand je pense que je suis obligé de te supporter encore

mais il m'est interdit de me débarrasser de toi

un meurtre!, c'est mon manque de courage qui te sauve

remercie la lâcheté, tu dois bien la connaitre

elle t'habite, te sauve la vie en la rendant moins belle

plante la graine du doute et du remord

 

 

c'est ainsi...le ressentit d'une journée de fourmi, on se penche sur nos misérables vies, chacun regardant ses pieds, accablé par les supplices, combien de personnes, jetées au buché pour donner l'exemple, pour rendre les esprits dociles et serviables.

 

arrêter de penser, oui c'est ce que je veux, je veux devenir débile, inconscient, insouciant, comme un fou qui gambaderait en faisant de tout le dehors sont chez soit, traverser la rue sans faire attention aux monstres de fer, se dire...rien.

 

qu'est ce que c'est noir ici, qu'est ce qu'il fait froid.

 

toi qui as prit le risk de t'aventurer ici, le gouffre de l'âme en tourment t'aspirera, ou te rendra débile.

 

risk, le guerrier sans classe, ennemi des forts, ami des damnés, chevaliers de la table carrée, où festoient tristesse, mélancolie et nostalgie... t'invite a poursuivre ton voyage au pays de la mélancolie, ne crois pas que ce n'est qu'un essai, ce serait ta plus grave erreur... laisse toi guider par mon phare noir, dans ces journées jaunes où les misérables se dénudent pour se gorger tel des plantes, de la lumière de cet affreux soleil...

 

 

ne pensons plus aux adieux, l'heure présente sera gâchée

le dernier repas du condamné, n'est en fait que l'ultime torture.

 

Peux mieux faire !:whistling:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk
Peux mieux faire !:whistling:

 

saha l'iskimou :)

 

oui, mais pour l'heure, je me contente de faire les choses correctement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest salamalgerie

Je désire sentir le Jasmin de la nuit à tes cotés...une nuit d'été

Sentir exhaler ton essence une nuit...quand le jasmin sera éveillé

Sous la lueur de la Lune...de Bonheur...je pleurerai...Allah Seul je louerai

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Esquimau
saha l'iskimou :)

 

oui, mais pour l'heure, je me contente de faire les choses correctement.

 

Je suis d’accord avec toi .

Mais n’oublies pas que c'est juste une ballade ..........comme tant d'autres .:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk
Je suis d’accord avec toi .

Mais n’oublies pas que c'est juste une ballade ..........comme tant d'autres .:)

 

impossible de l'oublier :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk

"Qu’est ce que je fous ici ?"

 

Le dos collé à un lampa d’aire allumé, des insectes s’agitant frénétiquement à son sommet, fusant comme les idées et souvenirs le faisant dans ma tête.

On m’a privé de mon poison, jadis il m’aidait à surmener les pentes… autrefois, je mêlais mon destin à celui des autres pour en avoir, dorénavant je me retrouvais à mâcher de la gomme en sucre…il faisait sombre, un plafond invisible couvrait un autre qui était encore plus sombre, aucune lueur n’en filtrait, juste de la dentelle écarlate qui était parvenu à percer l’épaisse couverture légère pour s'abattre contre les toits des monstres de fer….je contemplais la vie morte, et bientôt, le temps s’arrêta, les chaines de la réalité cédèrent et l’esprit s’envola pour commencer sa ballade.

 

Je vis des gens danser autour d’un feu, des éclats de rires, des peaux trouées, des cris, des chants…un visage angélique, une tornade, des chevaux galopant, des os se briser….mélange tourbillonnant, flux de souvenirs submergeant mon être, mes pieds ne touchaient plus le sol et ma tête s’alourdissait, une douleur s’immisça dans celle-ci, me fit mordre ma lèvre, ensuite la blesser, j’eus si tôt le gout du sel dans ma bouche quand soudain, tout s’arrêta.

 

Le noir épais lourd comme du béton, le sifflement calme du vent, je ne voyais même pas mes mains, un picotement me rappela que j’en avais encore deux, avec vingt doigts, où suis-je ?!

 

Panique, sueur et humidité, langue sèche, le temps toujours suspendu, son cousin étiré…il était là, quelque part mais bien présent, j’eus l’image d’un sourire sarcastique, de dents reluisantes même dans ces ténèbres…. :

Tu m’as l’air bien mal en point

finalement tu m'as rejoins

en cette nuit, tu te retrouve si loin

 

Ici ou ailleurs, je suis chez moi

Hé...Efface dont ces émois

Tu me connais bien plus que tu ne le crois

 

"Qui es-tu ?!" lançai-je d’une voix tremblante

Appréhension et peur latentes

Rendaient insupportable l’attente

 

" J’étais là quand tout commença

Je serais là quand tous s’arrêtera

J’étais là quand ce fut la première

Je resterais là quand ce sera la millième

 

Je rigole souvent de te voir

Venir ici tout les soir

En quête de ton misérable espoir

Mais je t'applaudis dans le noir

 

tu as peur ? ce n’est pourtant pas mensonge

Tu ne devrais pas, ce n’est qu'un songe

La douleur te ronge mais pourtant... je la rallonge"

 

"Mais qui est-tu ?" lui criais-je une seconde fois

mots emplis de désarrois

 

Ahahaha, pathétique et innocent

Tu te rappel de ces gens

Que l’avidité emporta comme le vent

Emporte les feuilles des êtres mourants

 

De ces vies délicieuses

Volées par des rieuses

Empoisonnées par des diseuses

Perdues pour des foutaises

 

Tant de bêtises commises

Et pourtant toujours la récidive

Vous êtes bien curieux

Pour des êtres sérieux

 

Je suis toi, lui... elle, eux

de certain je suis le vœu

d'autres je reste le désaveu

 

Je suis tout ce que tu hais et tout ce que tu aime

Tout ce qui a un nom, et tout ce qui n’en a point

Toutes ces mélodies et ces fresques

Toutes ces questions et visions grotesques

 

de mon étreinte j’accueille les lâches

avec ma froideur je sanctionne les braves

 

Je suis un et tout à la fois

J’étais là bien avant l'autrefois

Ne cherche plus à me connaitre je sens ton désarroi

Peut être qu’il est encore tôt pour toi.

 

 

soudain j'eus mal aux yeux

une lumière les brulait comme le feu

un monstre métallique me regardait avec ses feux

et la bestiole Samsung vibrait contre ma peau

On me demanda d’aller voter

Un devoir disaient t-ils...sans blague il faut oser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Esquimau

Salut Risky

Moi aussi je me demande ,qu'est que je fou ici dans ton poste ,en plus j'ai rien compris a ton charabia ?:crazy::rolleyes:

 

Comme l'horizon qui a perdu ses nuances

Galvanisé par ses monomanies noires

Ô! Être qui se cherche dans la divergence

Guidé par le crissement de l'assommoir

Ravaudes tes convictions et ton espoir

Par le glaive de l'évidence

Tu retrouveras ton omnipotence

Oubliant ainsi toute inappétence.:cool:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Risk
Salut Risky

Moi aussi je me demande ,qu'est que je fou ici dans ton poste ,en plus j'ai rien compris a ton charabia ?:crazy::rolleyes:

 

Comme l'horizon qui a perdu ses nuances

Galvanisé par ses monomanies noires

Ô! Être qui se cherche dans la divergence

Guidé par le crissement de l'assommoir

Ravaudes tes convictions et ton espoir

Par le glaive de l'évidence

Tu retrouveras ton omnipotence

Oubliant ainsi toute inappétence.:cool:

 

salut l'iskimou

si tu ne comprends pas

c'est que je ne l'ai pas voulu :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Esquimau
salut l'iskimou

si tu ne comprends pas

c'est que je ne l'ai pas voulu :)

 

Maintenant je sais ........ que c’était intentionné :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Scapine

Risk berka mathetref

Assthinid d'El mahdi ay thoughalad el hif

Toussa, paskou thouguaddadd tawriqth el vot

Ilaqak la gifle souliboudd:mdr:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...