Jump to content

Textes de PAULO COELHO


Recommended Posts

  • Replies 87
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Guest cerisecerise
Bonjour Serise.

 

D'après vous quel est le moment le plus émouvant de toute l'histoire ?

 

bonsoir

plein de moments sont émouvants, quand il croise son père devenu alcoolique, quand j'apprends la mort d'Emilie, quand le valet se fait tabasser insulté, parce qu'il est arabe....quand j'apprends que Hadda se prostitue

Link to post
Share on other sites
Guest cerisecerise
parrait que de fortes accusationsz de plaggia plannent sur cette ouvrage en particulier.

 

bonsoir

je viens de lire l'article, lequel n'est pas très convainquant. En effet, ce genre de comparaison tu peux le retrouver chez différents auteurs : comment parler de la colonisation si ce n'est que de faire évoluer différents types de personnages dès les années 3O. Comment parler de la condition des arabes, des juifs, des espagnols, des français, si ce n'est que de prendre une bande de potes : un arabe instruit (parce que tonton, parce qu'un européen), un arabe colonisé, un pied noir, un français colon.... et le tout sur-élevé d'un amour impossible, une amitié travestie, des sentiments trop passionnels, au delà de la réalité (je peux te dire que le gars , il l'aurait reçu dans sa gueule son cheval en bois avec moi, ou le père entouré de malchance sans qu'il ne veuille ne serait-ce qu'une fois savoir pourquoi, qui a fait cela?). Donc les comparaisons à l'emporte pièces, ne fonctionnent pas avec moi. Par ailleurs, j'ai regardé ses critiques vis à vis du bouquin de Michel Onfray : c'est plus un amas de préjugés sur la personne qu'une réelle critique du livre.

voilà

Link to post
Share on other sites
bonsoir

je viens de lire l'article, lequel n'est pas très convainquant. En effet, ce genre de comparaison tu peux le retrouver chez différents auteurs : comment parler de la colonisation si ce n'est que de faire évoluer différents types de personnages dès les années 3O. Comment parler de la condition des arabes, des juifs, des espagnols, des français, si ce n'est que de prendre une bande de potes : un arabe instruit (parce que tonton, parce qu'un européen), un arabe colonisé, un pied noir, un français colon.... et le tout sur-élevé d'un amour impossible, une amitié travestie, des sentiments trop passionnels, au delà de la réalité (je peux te dire que le gars , il l'aurait reçu dans sa gueule son cheval en bois avec moi, ou le père entouré de malchance sans qu'il ne veuille ne serait-ce qu'une fois savoir pourquoi, qui a fait cela?). Donc les comparaisons à l'emporte pièces, ne fonctionnent pas avec moi. Par ailleurs, j'ai regardé ses critiques vis à vis du bouquin de Michel Onfray : c'est plus un amas de préjugés sur la personne qu'une réelle critique du livre.

voilà

 

Oui parfois on trouve des ressemblances criantes surtout si le sujet est d'actualité. Le thème et la trame développés dans Les vigiles par Tahar Djaout sont presque les même qu'on trouve dans La malédiction de Rachid Mimouni. Peut-on dire pour autant que l'un a plagié l'autre, quand on sait qu'ils étaient amis très proches, et que Mimouni a dédicacé la deuxième édition de son roman Ansi "À la mémoire de mon ami, l'écrivain Tahar Djaout, assassiné par un marchand de bonbons sur l'ordre d'un ancien tôlier"

Link to post
Share on other sites
Guest cerisecerise
... et que Mimouni a dédicacé la deuxième édition de son roman Ansi "À la mémoire de mon ami, l'écrivain Tahar Djaout, assassiné par un marchand de bonbons sur l'ordre d'un ancien tôlier"

 

c'est en cela que je reconnais les algériens, cet humour qui n'appartient qu'à eux seuls, inégalé, criant de vérité, burelesque, décalé....Magnifique

Link to post
Share on other sites

Non!!!

 

Coelho est un patronyme d'origine portugaise signifiant "Lapin". Il est porté par les personnalités suivantes (par ordre alphabétique) :

 

Dyego Rocha Coelho (1983-), footballeur brésilien.

Eduardo Teixeira Coelho (1919-2005), dessinateur de bande dessinée portugais.

Gonçalo Coelho (vers 1452-1512), explorateur portugais.

Humberto Coelho (1950-), joueur et entraîneur de football portugais

Jackson Avelino Coelho (1986-), footballeur brésilien.

Manuel Rodrigues Coelho (vers 1555 - vers 1635), compositeur, organiste et claveciniste portugais.

Nicolau Coelho (†1503), navigateur portugais.

Paulo Coelho (1947-), écrivain brésilien.

Philippe Coelho (1974-), ingénieur conception/calcul de structures portugais..

 

 

coelho : définition de coelho et synonyme de coelho (français)

Il veut dire ptit cochon en reference a l'histoire.En effet,suite a farro d'ou le nom de la ville de l'alentejo(au-dela du fleuve o tejo...comme son nom l'indique...).L'eglise avait recuperé tous les enfants de moins douze ans...pour les evangilser.O fado est la pour rememorer les esprits de cette tristesse portugaise.
Link to post
Share on other sites
  • 1 month later...
Guest dounia25

"A trente-quatre ans,Préseren entra un jour dans une église et aperçut une jeune adolesente,Julia Primic,dont il tomba éperdument amoureux.Tels les ménestrels d'autrefois,il se mit à composer des poémes pour elle avec l'espoir de l'épouser.

Or Julia issue d'une famille de la haute bourgeoisie,et,hormis cette vision fortuite dans l'église,Préseren ne réussit plus jamais à l'approcher.Mais cette rencontre lui inspira ses plus beaux vers et fit naitre la légende qui entoure son nom.

Sur la petite place centrale de Ljubljana,la statue du poéte garde les yeux fixés dans une certaine direction:en suivant son regard,on découvre,de l'autre côté de la place,le visage d'une femme sculpté dans le mur d'une maison,celle là même où vivait Julia.Ainsi,même dans la mort,Préseren contemple pour l'éternité son amour impossible."

 

je partage avec vous ce passage qui m'a beaucoup plu tiré de "Véronika décide de mourir" de Paulo Coelho.:)

Link to post
Share on other sites
  • 1 year later...
Guest dounia25

Il était une fois un oiseau, doté d'une paire d'ailes parfaites aux plumes étincelantes et aux couleurs merveilleuses. Bref, un animal fait pour voler librement dans le ciel, à la plus grande joie de ceux qui l'observaient.

Un jour, une femme vit cet oiseau et s'en éprit. Elle le regarda voler, bouche bée d'admiration, le coeur battant la chamade, les yeux brillants d'émotion. Il l'invita à l'accompagner, et ils volèrent ensemble en complète harmonie. Elle admirait, vénérait, célébrait l'oiseau.

 

Mais un jour la femme pensa: "Peut-être aimerait-il découvrir des montagnes lointaines ?" Elle eut peur. Peur de ne plus jamais éprouver cela avec un autre oiseau. Et elle se sentit jalouse - jalouse du pouvoir de voler de l'oiseau.

Elle se sentit seule.

"Je vais lui tendre un piège, pensa-t-elle. La prochaine fois que l'oiseau apparaîtra, il ne repartira plus."

L'oiseau, qui était lui aussi épris, revint la voir le lendemain. Il tomba dans le piège et fut emprisonné dans une cage.

Chaque jour, la femme le contemplait. Il était l'objet de sa passion, et elle le montrait à ses amies, qui s'exclamaient: "Tu es une personne comblée !"

Cependant, une étrange transformation commença à se produire: comme l'oiseau était à elle et qu'elle n'avait plus besoin de le conquérir, la femme s'en désintéressa. L'animal, qui ne pouvait plus voler ni exprimer le sens de sa vie, dépérissait et perdait son éclat, il enlaidit - et la femme ne lui prêtait plus attention que pour le nourrir et nettoyer sa cage.

Un beau jour, l'oiseau mourut. Elle en fut profondément attristée et ne cessa dès lors de penser à lui. Mais elle ne se souvenait pas de la cage, elle se rappelait seulement le jour où elle l’avait aperçu pour la première fois, volant, heureux, aussi haut que les nuages.

 

Si elle s'était observée elle-même, elle aurait découvert ce qui l'avait tellement émue chez l'oiseau, c'était sa liberté, l'énergie de ses ailes en mouvement, et non son aspect physique.

 

Sans l'oiseau, sa vie même perdit son sens, et la mort vint frapper à sa porte.

 

"Pourquoi es-tu venue?", lui demanda la femme.

 

"Pour que tu puisses voler de nouveau avec lui dans les cieux", répondit la mort. Si tu l'avais laissé partir et revenir à chaque fois, tu l'aurais aimé et admiré bien davantage; désormais, tu as besoin de moi pour pouvoir le retrouver."

 

onze minutes.

Link to post
Share on other sites
Guest dounia25

Imaginez une chenille. Elle passe la plus grande partie de son existence à regarder d'en bas les oiseaux voler, et s'indigne de son propre destin et de sa forme. " Je suis la plus méprisable des créatures, pense-t-elle, laide, répugnante condamnée à ramper sur la terre."

Un jour cependant, la Nature lui demande de tisser un cocon. La voilà effrayée : jamais elle n'a tissé de cocon. Croyant être en train de bâtir sa tombe, elle se prépare à mourir. Bien que malheureuse du sort qui était le sien jusque-là, elle se plaint encore à Dieu : " Au moment où je m'étais enfin habituée, Seigneur vous me retirez le peu que je possède ! " Desespérée, elle s'enferme dans son cocon et attend la fin.

Quelques jours plus tard, elle constate, qu'elle s'est transformée en un superbe papillon. Elle peut voler dans le ciel et les hommes l'admirent. Elle s'étonne du sens de la vie et des desseins de Dieu.

 

- Maktub - Paulo Coelho -

 

 

chenille.jpg

Link to post
Share on other sites
  • 2 years later...

L'homme est-il bon ou mauvais? Entraîné par un mystérieux étranger, les habitants d'un petit village ont une semaine pour choisir entre le Bien et le Mal.

Une parabole éblouissante sur le combat que se livrent en nous les ténèbres et la lumière, et une réflexion sur la liberté que nous avons, à chaque instant de choisir notre chemin.

 

Paulo Coelho "Le Démon et Mademoiselle Prym".

Link to post
Share on other sites
Le petit garçon regardait son grand-père écrire une lettre. A un certain moment, il demanda :

« Tu écris une histoire qui nous est arrivée ? Est-ce par hasard une histoire sur moi ? »

Le grand-père cessa d’écrire, sourit, et déclara à son petit-fils :

« J’écris sur toi, c’est vrai. Mais plus important que les mots est le crayon que j’utilise.

 

« Quatrième qualité : ce qui compte vraiment dans le crayon, ce n’est pas le bois ou sa forme extérieure, maint de tous tes actes. »

 

Extrait du livre « Comme le fleuve qui coule »

de PAULO COELHO.

:mdr:

C'est un idiot ce paulo coelho

Link to post
Share on other sites

Avec les revolutionnaire républicains français et europeen toujours une regle chez eux

''Si quelqu'un on lui gonfle par les media et les maisons d'editions sans aller le verifier dites vous que c'est un idiot''

 

Je connais un copain il etait petit entrain de jouer nibli et la toupie,

Il a raté le titre de prix nobel d'un cheuveux..on le proposé comme un candidat africain .....

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...