Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
hadj jilali

L’Emir Abdelkader en Kabylie (1838-1839)

Recommended Posts

L’Emir Abdelkader en Kabylie (1838-1839)

________________________________________

bonjour gens honorables de la tribu de fa .

comme promis !

regardons un peu dans le rétroviseur !

 

 

L’Emir Abdelkader en Kabylie (1838-1839)

 

x614abdelkader3.jpg

 

Préparé dès 1803 par Napoléon 1er pour contrôler la Méditerranée et damer ainsi le pion à l’Angleterre qui avait aussi des visées d’occupation des

« pays barbaresques », le plan de débarquement des troupes françaises à Sidi Fredj, le 14 juin 1830, ne fut mis en œuvre par Charles X que près de trente ans plus tard.

 

 

Cette invasion n’avait certainement pas son origine dans un soi-disant « coup d’éventail » qu’aurait donné le dey Hussein au consul français Deval lors d’une entrevue au sujet d’un contentieux portant sur du blé vendu à la France par la Régence à l’époque de la Révolution.

 

Les motifs étaient bel et bien de coloniser une riche contrée

« non loin des côtes de France »

et de dominer la Méditerranée face à l’hégémonie ambitieuse de l’Angleterre .

 

Cependant, bien que la Régence ait été sérieusement affaiblie par le déclin de l’Empire ottoman, le débarquement d’une armée forte de plus de 35 000 hommes près d’Alger se heurta à la réaction vigoureuse des populations qui se mobilisèrent spontanément pour résister à l’invasion.

 

Les tribus de la Mitidja et de la Kabylie se portèrent sur le champ de bataille pour renforcer les troupes du dey, notamment lors de la bataille de Staouéli.

 

Les populations paysannes venues renforcer le corps des Janissaires.

Mal entraînés aux batailles frontales, armés de quelques vieux fusils, de yatagans et de flissas, sans entraînement militaire aucun,

 

ils ne pouvaient faire face, malgré leur bravoure et leurs sacrifices, à une armée expérimentée, technologiquement plus avancée et maîtrisant parfaitement l’art de la guerre.

 

L’armée du dey, ou son semblant, mal préparée pour résister à une des meilleures armées d’Europe, de surcroît mal commandée par un parent du dey décrit comme incompétent et timoré, dut céder en quelques jours, après un baroud d’honneur, ouvrant ainsi la voie à la reddition de la ville, de son dey et du trésor de la Régence, au général de Bourmont le 5 juillet 1830.

 

La résistance populaire ne cessa point cependant.

 

Ainsi, lors de l’expédition menée par l’armée d’occupation pour la prise d’Oran, les chefs de tribus mobilisèrent les populations pour résister à l’envahisseur.

 

Le jeune et futur Emir Abdelkader, accompagnant au combat son père El Hadj Mahieddine, se serait distingué par son sang-froid et son audace lors de la défense de la ville .

 

Devant l’ampleur de l’épreuve à laquelle il fallait faire face, El Hadj Mahieddine mesura le désarroi des populations et leur peine.

 

Ainsi, quand les chefs des Hachem, des Béni Amer( ma tribu), des Garaba et des autres tribus offrirent à Hadj Mahieddine la lourde charge d’Emir pour mener la lutte contre les troupes d’occupation, il déclina cet honneur en raison de son âge et proposa son jeune fils pour diriger la résistance.

Le 22 Novembre 1832, dans la plaine d’Eghris, Abdelkader fut élevé au rang de chef par toutes les tribus de la région.

 

Le jeune Emir savait qu’il venait d’être investi d’une charge lourde de responsabilités.

Sa première mission, la plus urgente et non des moindres, consistait à réaliser l’unité nationale afin de faire face à un adversaire puissant et bien armé.

 

Il n’était point facile, en effet, de taire les dissensions entre tribus, les égoïsmes et les querelles qui déchiraient les populations, longtemps sous-administrées et livrées à elles-mêmes.

 

Il devait vaincre les résistances de certains chefs de tribu dont les comportements féodaux et les compromissions leur faisaient rejeter toute tentative d’unité nationale et de résistance à l’occupant.

 

L’Emir n’avait alors d’autre voie que le recours à la force

- procédé qu’il n’appréciait guère pourtant-

pour châtier les collaborateurs, fussent-ils puissants, comme ce fut le cas du caïd de Bethioua qui commerçait avec l’occupant en lui vendant des chevaux.

 

La réputation de sagesse et de justice du jeune Abdelkader, ses qualités de chef, dépasseront bientôt l’ouest du pays pour gagner toute l’Algérie.

 

Ainsi, comme l’écrivit plus tard un officier français au sujet de l’Emir :

 

« Si l’on avait contesté l’empire universel à l’élu de quelques tribus, on sentait peu à peu l’importance d’y laisser parvenir celui qui se montrait, à l’œuvre, digne en effet de commander sur tous. » .

 

à suivre !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

suite de la visite de l'emir en kabylie

 

suite :

 

emirabdelkader.gif

 

De fait, l’influence d’Abdelkader s’étendit très rapidement à tout le pays, et notamment en Kabylie, on l’on s’inquiétait vivement de la présence à Alger des troupes françaises.

 

Les tribus de la région envoyèrent à l’Emir un messager en la personne d’El Hadj Ali Ould Sidi Saïd des Aït Khalfoun, pour solliciter son appui et lui faire part de leur désir de combattre sous son autorité.

 

Abdelkader conféra le titre de khalifa à El Hadj Ali et le chargea de porter des messages aux chefs des tribus, notamment à celui des Flissa, El Hadj Ben Zamoum et à Belkacem Ou Kaci de la tribu des Amraoua, pour leur annoncer sa prochaine visite et leur demander d’apporter, en attendant, un appui effectif à son khalifa désigné.

El Hadj Ali revint donc en Kabylie en 1837, escorté par une colonne de l’Emir composée d’une vingtaine de cavaliers .

 

Un an plus tard, El Hadj Ali retourna vers Abdelkader pour lui faire part des résultats de sa mission et lui signaler, notamment, le traitement qu’il a dû subir auprès de quelques tribus arrogantes des Koulouglis

(métis issus de mariages mixtes entre autochtones et Turcs),

établis à l’est de la Mitidja, qui refusèrent de reconnaître son autorité.

 

Ce qui rendait ces tribus coupables aux yeux de l’Emir, c’était la collaboration ouverte qu’elles entretenaient avec l’occupant, bravant les ordres qu’il avait donnés de ne point commercer avec l’ennemi.

 

L’attitude de défiance de leur caïd El Bayram, irrita Abdelkader au plus haut point.

 

L’Emir se présenta donc en Kabylie avec une armée régulière de cavalerie et d’infanterie et installa son camp pour un temps à Bordj Bouira.

 

Quand les tribus apprirent que l’Emir conduisait ses troupes en personne, toutes se présentèrent à lui pour accueillir l’homme dont l’aura avait gagné tout le pays.

 

Dans sa magnanimité, il accorda le pardon aux tribus Koulouglis dissidentes afin de renforcer les rangs de la résistance et chargea ses lieutenants de ramener les fuyards en les assurant de son pardon .

 

Les tribus kabyles allèrent à la rencontre de l’Emir, chargées de présents ; ainsi, les Amraoua lui offrirent 150 mulets chargés de figues, de raisin sec, d’huile et de cire pour les besoins de son armée.

 

L’Emir proposa le commandement du Sebaou à Belkacem Oukaci chef des Amraoua.

 

Ce dernier déclina avec respect cet honneur en indiquant à l’Emir que dans l’état de guerre qui sévissait, le premier rôle devait revenir, comme de tradition, aux chérifs ; il suggéra à l’Emir de conférer le titre de Khalifa à Si Ahmed Ben Salem qui appartenait à la noblesse et déclara qu’il se contenterait, pour sa part, du second rang.

 

L’Emir, favorablement impressionné par l’humilité de Belkacem Oukaci, fit alors appeler Si Ahmed Ben Salem qu’il investit devant le public du titre de Khalifa en le revêtant d’un burnous et en faisant jouer la musique en son honneur .

 

Ahmed Ben Salem appartenait à la tribu des Béni Djaâd ; cette dernière était étroitement liée à la tribu des Béni Yala.

Les Béni Djaâd étaient assez puissants en nombre et pouvaient réunir une armée forte de 2 600 fusils.

 

Ahmed Ben Salem était alors âgé d’une quarantaine d’années.

 

Sa force morale et sa piété étaient reconnues de tous selon les témoignages de l’époque ; les tolbas le citent comme un homme instruit, laborieux et plein de dignité dans ses manières ; les guerriers vantent sa prudence au conseil, sa bravoure dans le combat et son habilité à manier un cheval .

 

Au nord des territoires des Béni Djaâd, se trouvait le vaste territoire montagneux des Flissa Oum El Lil sur lequel commandait la famille Ben Zamoum.

 

D’après la légende, le qualificatif d’ « Oum El Lil » attaché aux Flissa, qui signifierait « enfants de la nuit », viendrait de combats nocturnes très audacieux qu’ils livraient aux Turcs,

 

combats autour desquels ils leurs détruisirent plusieurs camps .

 

Des l’annonce de l’arrivée de l’Emir en Kabylie, El Hadj Ben Zamoum se rendit à sa rencontre ; Abdelkader l’investit aussitôt du titre d’Agha des Flissa, des Maâtka, des Beni Khalfoun, des Nezlyoua, des Guechtoula, des Oulad Aziz et des autres tribus situées sur son territoire.

 

Quant au commandement de Ben Salem, il fut complété par un remaniement opéré par l’Emir ; il détacha l’Aghalik des Béni Slimane du Beylik de Médéa et l’adjoignit au Sebaou puis ces dispositions prises, et après avoir prescrit l’établissement d’un poste a Bordj Sebaou, Abdelkader recommanda encore une fois aux différents aghas d’accorder aide et obéissance à son Khalifa Ben Salem, puis il retourna dans l’Ouest.

En 1839, Abdelkader visita une seconde fois la Kabylie accompagné de cent cavaliers. Ben Salem le rejoignit à Bordj Hamza où il campait, le conduisit dans sa famille à Bel Karoube et lui offrit l’hospitalité .

 

 

à suivre !

Share this post


Link to post
Share on other sites

suite:

 

emirabdelkader286469654.jpg

 

C’est à l’occasion de cette deuxième visite que I’Emir, accompagné par son Khalifa, parcouru de long en large toute la Kabylie, se rendant à l’Est jusqu’à Béjaïa, et à l’Ouest, à Thenia, non loin d’Alger déjà occupée depuis le 5 juillet 1830.

De Bel Karoube, Ben Salem accompagna Abdelkader à Bordj Boghni et à Sidi Ali Moussa.

« Tous les habitants surent bientôt que l’Emir Abdelkader,

 

le ‘’jeune sultan’’ qui avait fait aux chrétiens une guerre acharnée », était chez eux.

 

La présence d’un tel homme dans leurs montagnes fit une vive sensation, et les Maâtka, les Guechtoula, les Béni Zemenzar, les Beni Abd El Moumen, les Beni Aïssi, et les Flissa vinrent le visiter

 

La tente de l’Emir était pressée par les Zouaoua qui le regardaient avec des yeux étonnés ; aucun d’eux toutefois n’osait y pénétrer ;

les moins indiscrets, accroupis à l’entour, en relevaient les bords pour voir sans être vus .

De Sidi Ali Moussa, l’Emir se rendit à Bordj Tizi Ouzou chez les Amraoua où il passa la nuit.

Il partit ensuite pour Dellys, accompagné par Sid Abd er Rahman, lieutenant et parent de Ben Salem.

 

A Dellys, Abdelkader aurait fait remarquer à son compagnon que la place ne présentait aucune sécurité contre une éventuelle invasion des troupes d’occupation.

Daumas rapporte l’anecdote suivante d’une conversation entre l’Emir et Sid Abd er Rahman :

Citation:

« Comment pouvez-vous vous résoudre à habiter une ville du littoral ?

Quant à moi, je n’y passerais pas une nuit sans me faire bien garder de crainte d’être surpris par les chrétiens. »

Sid-Abder-Rahman répondit :

Citation:

qu’il y restait sans inquiétude, parce que, aux dires des gens du pays, deux marabouts, Sidi Soussan et Sidi Abdelkader, protégeaient la ville contre les attaques des infidèles, l’un du côté de la terre, l’autre du côté de la mer.

Citation:

Etiez-vous présent,

lorsque ces marabouts firent les promesses sur la foi desquelles vous dormez ?

demanda l’Emir à Sid-Abd-er-Rahman !

Citation:

Non.

Citation:

Eh bien, négligez ces propos populaires,

puisque rien ne peut s’opposer à la volonté divine.

Prenez donc vos précautions.

Nous ne devons avoir aucune confiance.

La paix ne peut durer.

L’Emir aurait ajouté :

Citation:

« Envoyez vos bagages à la montagne, et ne laissez ici que votre famille et votre cheval. » .

Après son séjour à Dellys, Abdelkader alla visiter le marabout de Bou Berrak, situé dans le pays des Ouled-Si-Omar-el-Cherif ; il y déjeuna et alla passer la nuit à Haouch-el-Nahal, chez les Issers.

 

Les chefs de ces tribus vinrent l’y trouver ; il les engagea à transporter tous leurs effets sur les points culminants, et surtout à ne pas laisser leurs grains dans la plaine, mais à les enfouir dans des silos sauvages.

Il donna les mêmes conseils à toutes les tribus qui campaient dans les vallées.

Citation:

« Ne croyez pas, leur disait-il, à la continuation de la paix ; bientôt elle sera rompue. »

Lors de sa visite aux Issers,

l’Emir se rendit au marabout de Bou-Mendass (Boumerdès ?), auprès d’EI-Djebil.

C’était un pic élevé d’où il pouvait découvrir Alger. Il se fit donner sa longue vue et sonda la ville avec soin, s’informant de tous les points et recueillant des observations minutieuses sur le pays qui s’offrait à ses yeux.

 

à suivre !

Share this post


Link to post
Share on other sites

suite:

 

 

abdelkadercherif.jpg

 

 

 

L’Emir continuant son périple, se rendit chez les Béni Aïcha, fraction des Khechna.

Il y fut bien reçu et force coups de fusils furent tirés en signe de réjouissance.

 

Comme on pensait qu’il y passerait la nuit, on lui prépara la diffa

(repas des invités de marque)

mais à la tombée du jour il partit, et alla coucher à Bou-el-Ferad.

 

Le lendemain, on le vit de bonne heure à Tamdiret chez les Flissa où se trouvait le camp de Ben Salem .

Apres son séjour chez les Flissa où il aurait passé deux jours et deux nuits, il se rendit à Sidi Naâmane, chez les Amraoua.

Les gens de l’Oued Neça (Oued Sebaou ?)

vinrent lui offrir des présents considérables qui consistaient en figues, huile, cire et savon.

 

Il manifesta ensuite l’intention de se rendre chez les Zouaoua et de pousser ensuite jusque sur les hauteurs de Béjaïa.

Les chefs des Amraoua et des Flissa l’accompagnèrent à Tamda, près de Ras Oued-el-Neça.

De là, il se rendit à Akbou, puis chez les Sidi-Yahya-bou-Hatem, au-dessus des Beni-Ourghlis, ensuite chez les Toudja, de là chez les Tamzalet, patrie de la famille des Ouled-ou-Rabah ; il se rendit ensuite chez les Beni-bou-Messaoud,

enfin chez les Sidi Mohammed-ou-Maâmeur, sur la Soummam, en face de Béjaïa .

 

Pendant toute la durée de sa visite, l’Emir fut l’objet d’un accueil exceptionnel, fidèle en cela aux coutumes et traditions des peuples de la région.

Daumas en donne encore le témoignage suivant :

Citation:

Pendant tout le trajet, Abdelkader fut bien traité ; plus d’une fois il eut à subir une très importune quoique très généreuse hospitalité.

A peine arrivé au gîte, de nombreux Kabyles, tête nue et le bâton à la main, venaient lui présenter la diffa de leur pays, énormes plats en terre

(djefena)

remplis de couscous et parsemés de quelques morceaux de viande sèche et prièrent leur hôte de manger dans leur djefena ; pour ne pas faire de jaloux, Abdelkader fut ainsi forcé de toucher aux plats sans nombre dont il était entouré .

Après sa visite aux tribus de la Soummam, sur le chemin du retour, Abdelkader se rendit à Khelil-ou-Iguefes et dut coucher chez les Beni-Brahim. La, Ben Salem le quitta après avoir reçu ses instructions et s’en retourna chez lui avec le chef des Flissa, El Hadj Ben Zamoum.

 

L’Emir arriva à Bordj el Bouira, en passant derrière les monts Djurdjura. Il parcourut en longueur et en largeur la plaine de Hamza, et disparut bientôt en s’enfonçant dans le Gharb .

L’empreinte laissée par l’Emir dans l’esprit des populations de la région durant sa visite ne s’estompa qu’au fil des générations.

 

A la qualité de l’accueil qui lui fut réservé, la dimension humaine, religieuse et militaire de son auguste personne fut reconnue de tous, comme en témoignent des écrits sur cette période héroïque de la résistance nationale. Son autorité fut obéie par l’ensemble des tribus durant ses années de lutte et jusqu’à sa reddition en 1847.

 

Tel fut l’accueil qu’Abdelkader, aux plus beaux jours de sa puissance, reçut dans les montagnes de Kabylie.

 

Pendant ce court trajet, il avait su se faire apprécier des fiers et énergiques montagnards.

La simplicité et la pureté de ses mœurs, son affabilité, sa piété, sa science, sa brillante réputation de guerrier, son éloquence de prédicateur, tout en lui saisissait.

Aucun de ceux qui purent le voir et l’entendre n’échappèrent à cette influence.

Des poètes en firent le sujet de leurs chants .

Ainsi devait écrire à son sujet, non sans un sincère respect, le colonel Daumas, officier français, chef du Bureau arabe d’Alger, qui connaissait bien l’Emir pour l’avoir maintes fois combattu.

 

à suivre !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hadj Jilali, je te remercie pour cette ballade historique.

 

Tamourth, wallah tu me surprend avec tes déclarartions infondées et sans arguments. Tous les 1er révolutionnaires avaient la même colère dans les 4 coins du pays, et ils étaient obligés de se voir et se réunir pour se completer mutuellement (Arabes, berbers, ... et je ne sais quoi encore).

 

Afin de calmer ta hargne réactionnaire, je t'invite à partager avec moi un des PUZZLES de la révolution ''nationale'' :

 

 

La Révolte des Mokrani, survenue le 16 mars 1871 en Algérie, est la plus importante insurrection contre le pouvoir colonial français depuis le début de la conquête de l'Algérie en 1830. Elle est menée par le cheikh Mohamed El Mokrani et du cheikh Haddad, chef de la confrérie des Rahmaniya, en Kabylie.

 

Il y a 137 ans, El-Mokrani et cheikh El Haddad soulevaient la Kabylie contre le colonialisme français. La mise en branle de la machine répressive coloniale contre la paysannerie algérienne sera accompagnée par la dépossession de ces derniers par des moyens illégaux, de leurs meilleures terres situées sur les riches plaines et terroir. Toutes les régions du pays ont répondu par des soulèvements populaires à l’occupation coloniale française dont le plus important a été incontestablement l’insurrection d’avril 1871 menée par les Mokrani d’Ath Abbas auxquels s’étaient joints le cheikh El Haddad de Seddouk, chef spirituel de la confrérie Rahmania, à laquelle adhéraient près de 200 tribus.

 

Ce soulèvement des tribus paysannes de la vallée de la Soummam galvanisées par la foi et la détermination à combattre l’ennemi déterminé à asseoir sa domination par la force, l’oppression, l’arbitraire d’un demi-siècle d’occupation, aggravées par la misère induite par trois années de sécheresse et d’invasion de criquets (1866 à 1869), auxquels était venu s’ajouter le décret Crémieux de 1870, objet d’une discrimination, qui a accordé aux juifs d’Algérie le privilège d’accès à la nationalité française et aux droits qui en découlent, sont autant d’ingrédients qui ont conduit à la révolte qui prendra forme le 16 mars 1871, et sera dirigée par Mohamed El Mokrani. Une véritable «déclaration de guerre» par laquelle il avertissait qu’il s’apprêtait à combattre.

 

El-Mokrani, à la tête d’un bataillon de 6000 hommes, signa alors le premier attentat contre une caserne militaire à Bordj Bou Arréridj. Cheikh Mohand Améziane El Haddad de Seddouk, qui jouissait d’un charisme dans la région, contribuera au soulèvement des masses populaires déjà très affectées. La bataille qui s’ensuivra se soldera par de nombreux morts dont Mohamed El Mokrani, tué à Bouira le 05/05/1871.

Share this post


Link to post
Share on other sites
YSN, tout cela est bien instructif mais sa ne rapporte en aucun cas d'une alliance avec l'émir abd el kader, le refus de la part des tribus kabyles de s'allier a l'émir est un fait historique, je ne comprend pas ce désir éxacerbé de réecrire l'histoire pour le tourner a votre avantage, a cete époque la le nationalisme n'éxistait pas au maghreb et la Kabylie ne faisait pas parti de l'Algérie qui venait de naitre de l'imagination francaiseet n'avait aucune existence administrative

 

Au lieu de vouloir dire à tout prix que se sont les autres qui réécrivent l'histoire à leur avantage donnes nous ta version à toi supportée par des récits d'historiens et d'anthropologues bien entendu...

 

Ps: Une personne proche de moi d'origine kabyle se prénomme "Abdelkader" car de père en fils toute sa tribu a voulu rendre hommage à l'Emir le grand homme qu'ont connu leurs aïeuls quand il est venu à la conquête de la kabylie..

Share this post


Link to post
Share on other sites
YSN, tout cela est bien instructif mais sa ne rapporte en aucun cas d'une alliance avec l'émir abd el kader, le refus de la part des tribus kabyles de s'allier a l'émir est un fait historique, je ne comprend pas ce désir éxacerbé de réecrire l'histoire pour le tourner a votre avantage, a cete époque la le nationalisme n'éxistait pas au maghreb et la Kabylie ne faisait pas parti de l'Algérie qui venait de naitre de l'imagination francaiseet n'avait aucune existence administrative

c'est vrai il ne faut pas trafiquer l'histoire et la mémoire sinon on sera dans la position de ce peuple qui ne connait pas son passé et qui est condamné à le revivre,il faut dire la vérité quelqu'elle soit et essaraha raha;parce qu'à tout vouloir romancer voilà qu'aujourd'hui on se complait dans la médiocrité et qu'on vit un présent en total déphasage avec le passé:stop;çà suffit!!!!.Et quoiqu'on dise de l'Emir Abdelkader çà ne sera jamais assez et on sera toujours à des années lumière de la vérité sur l'Homme en question surtout sur la plan de la spiritualité;par ailleurs il ne faut pas contonner l'Emir Abdelkader à l'Algérie puisqu'au bout du compte il a fini par atteindre une dimension quasi universelle et ne pas non plus voir en lui uniquement un homme de guerre et de stratègie,il était bien plus que cela et à coté de lui les militaires français étaient des sauvages et des criminels mais surtout ils n'avaient pas les memes valeurs que l'Emir;il est dommage qu'il n'ait pas servi d'exemples aux algériens qui sont venus après lui peut etre parce qu'il pensait en tant que musulman et pas en tant qu'algèrien qui aurait été à l'école française...

Share this post


Link to post
Share on other sites
l'émir Abd-el kader est en effet venue en Kabylie, pour chercher une alliance avec les tribus kabyles, mais il a éssuyer un refus catégorique, n'éssaie pas de réecrire l'histoire a la sauce nationaliste algérienne, pour faire croire que les "algériens" existent depuis la nuit des temps et qu'ils ont toujours été unis et indivisible

 

 

alors dis moi comment se nommer cette partie d'afrique du nord entre le maroc et la tunisie avant la venue des frenchouzes TOUTES RACES CONFONDUES ?

Qu'etait la nationalité de ses habitants ?

2 questions de géo !

pourtant si simples ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
l'émir Abd-el kader est en effet venue en Kabylie, pour chercher une alliance avec les tribus kabyles, mais il a éssuyer un refus catégorique, n'éssaie pas de réecrire l'histoire a la sauce nationaliste algérienne, pour faire croire que les "algériens" existent depuis la nuit des temps et qu'ils ont toujours été unis et indivisible

c'est vrai le mot algerie est une dérivation d'alger ,à l'origine c'était bar el djazair-بر الجزائر- et le mot lui-meme est une invention française mais cela ne doit pas nous faire oublier des siècles de cohabitation au sein de l'ISLAM le grand danger vient de là:oublier justement la culture et l'environnement qui ont produit des hommes comme l'Emir,parce que si on oublie çà on n'a pas d'avenir logique puisqu'on aura oublié notre passé et le présent ne sera qu'instabilité entre les deux

Share this post


Link to post
Share on other sites

il faut toujours placer l'Emir dans un contexte universel qui est celui de l'ISLAM pour comprendre ses actes et sa philosophie car partout où il est passé il a laissé une empreinte particulière qui lui a valu autant d'amis que d'ennemis et pas uniquement en Algérie: disons qu'il a eu la chance inouie de défendre l'ISLAM comme personne ne l'a fait pendant au moins 3 ou 4 siècles

Share this post


Link to post
Share on other sites
c'est vrai le mot algerie est une dérivation d'alger ,à l'origine c'était bar el djazair-بر الجزائر- et le mot lui-meme est une invention française mais cela ne doit pas nous faire oublier des siècles de cohabitation au sein de l'ISLAM le grand danger vient de là:oublier justement la culture et l'environnement qui ont produit des hommes comme l'Emir,parce que si on oublie çà on n'a pas d'avenir logique puisqu'on aura oublié notre passé et le présent ne sera qu'instabilité entre les deux

 

bonsoir monsieur !

c'est juste !

le mot algerie est une derivation du nom d'alger la capitale ; mais pas le "bar el djazaiir" .

EN ARABE veux dire plusieurs iles "el jazaiir"

ou as tu tirer le mot "bar"

vraiment drole !

par contre !

On sait que le mot Algérie, qui sert à désigner le pays de ce nom, est une appellation géographique qui par décision du Ministre de la Guerre en date du 14 octobre 1839 a remplacé l'expression peu précise de

"Possessions Françaises dans le Nord de l'Afrique ",

qui elle-même avait été substituée après la conquête d'Alger à

"Régence ou Royaume d'Alger",

appellation n'ayant plus sa raison d'être après la disparition du gouvernement du dey.

Cependant le mot Algérie

se trouvait déjà dans l'oeuvre de Fontenelle

 

(Entretiens sur la pluralité des mondes, 1686)

 

de même que le mot algérien

(Eloges des académiciens, 1708)

 

où M. Maurice Da Costa les a découverts récemment

(voir Afrique, février-mars 1954).

 

Si Fontenelle, ou un autre avant lui, a forgé le mot Algérie suivant un système de dérivation familier à la langue française, en prenant comme base Alger,

il fallait le retentissement de la conquête pour le lancer dans la circulation des idées et lui donner une audience universelle.

 

Avant que ce terme ait pris place dans la nomenclature géographique

d'une manière exclusive et définitive,

le pays qu'il désigne a, dans le passé, porté des appellations diverses dont l'étude n'est pas sans présenter un intérêt géographique, historique et linguistique évident.

 

L'Algérie fait partie d'une contrée appelée de nos jours Afrique du Nord et qui, dans le passé, en a porté beaucoup.

Dans les Siècles obscurs du Maghreb,

E.F. Gautier dit

que l'Afrique du Nord est un pays sans nom.

C'est une boutade.

Il serait plus exact de dire qu'elle en a eu trop, d'où une confusion qui déroute parfois l'historien ou le géographe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour celles et ceux qui s'intéressent à la vie de l'Emir Abdelkader je conseille le livre de Waciny Laredj "Le livre de l'Emir" aux éditions Sindbad.

On trouve aussi de magnifiques livres dans les librairies d'Alger (peut-être introuvables en France) notamment celles situées tout près de sa statue et de la Grande poste.

Share this post


Link to post
Share on other sites

suite des noms de l'algerie !

avant mm la venue des frenchouzes !

c'est à dire , pendant l'occupation ottoman !

 

en 1649 Le Père Dan ( un geopolitique de renom )

décrit les Régences d'Alger et de Tunis sous les Turcs.

dans son ouvrage: intitulé :

"Histoire de la Barbarie et de ses corsaires"

(1637, 2"'e éd. 1649

 

En même temps qu'ils faisaient d'Alger la capitale politique et militaire du pays algérien, les Turcs donnèrent à celui-ci une organisation qui engloba peu à peu, tant bien que mal, plutôt mal que bien, les futurs départements français

d'Alger,

de Constantine

et d'Oran.

Cette organisation s'appuyait, d'après L. Rinn

sur quatre territoires politiques et administratifs:

 

1° Dar Es-Soltâne ou domaine de la couronne sous la dépendance directe du dey d'Alger et comprenant les villes d'Alger, Blida, Koléa. Cherchell et Dellys et des districts et cantons appelés El-Watan, sous les ordres de caïds turcs

 

2° Beylik el-Titteri

(beylik signifie "territoire gouverné par un bey")

chef-lieu Médéa, comprenant un certain nombre de districts et de tribus

 

3° Beylik Ouarane, chef-lieu Oran, comprenant des groupes de tribus sous le commandement de trois chefs:

l'agha des Douaïr,

l'agha des Zméla

et le khalifa Ech-Chenoy;

4° Beylik Qsantina,

chef-lieu Constantine

comprenant surtout des territoires autour de cette ville, le reste de la province étant sous la dépendance de puissants chefs arabes ou berbères.

 

Ces provinces étaient habitées par des tribus, fractions et groupes ethniques parmi lesquels on distinguait les rayat ou sujets

et les ahl el-makhzen

ou gens du gouvernement

"guerriers, apanagistes ou fermiers"

et d'autre part, les alliés et vassaux des Turcs

et les indépendants dont les territoires constitués en fiefs plus ou moins héréditaires échappaient au contrôle des Turcs comme la kabylie .

 

En même temps qu'ils poursuivaient leur effort d'organisation et d'emprise fiscale, les Turcs essayaient de fixer les limites de leurs possessions territoriales à l'Est et à l'Ouest tout comme un paysan anatolien se précautionne contre les empiètements du voisin .

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'OÙ VIENT LE MOT " ALGÉRIE "?

 

Tiré de :

« Esquisses anecdotiques et historiques du vieil Alger »

Fernand ArnaudièsOutremers –

 

Éditions A.Barthélémy, Avignon – 1990

 

 

-------En 1602 , Conestraggio Jéromine a publié à Venise:

 

"Relationne dell'apperecchioper sorprendire Algeri. "

 

Cette brochure de seize pages a été traduite en français en 1882

par Henri de Grammont,

président de la Société historique africaine.

Dans les traductions latines de la Description de l'Afrique, par Léon l'Africain,

on trouve les mots: Algira, Algiram (1632).

Plus tard, en 1754, on trouve encore:

Algéri en 1754:

Istorid degli stati di Algéri, Tunisi, Tripoli et Maracco.

Mais tous ces termes:

 

Algéri,

Algara,

Algiram

 

désignent la ville ou la résidence d'Alger

et non ce que l'on a appelé "Algérie ".

 

-------Actuellement, les Italiens et les Anglais disent:

Algé'ria pour Algérie.

A quelle époque a-t-on introduit le mot en France ?

On ne le trouve guère qu'à partir de 1832 dans un ouvrage intitulé:

Sur les colonies militaires de l'Algérie par le général Dubourg.

Puis en 1839 dans une étude d'Aristide Guibert: De la colonisation du Nord de l'Afrique, nécessité d'une exploitation industrielle et agricole de l'Algérie.

 

-------On trouve enfin cette appellation dans un document officiel, un arrêté pris à Oran par le général comte Clauzel et daté du 17 novembre 1835.

 

Le document se rapporte aux droits de patente et de navigation.

L'article 2 de cet arrêté est ainsi libellé:

sera exécutoire dans lesports de l'Algérie, trois jours après..., etc.

 

-------Le Dictionnaire de la Langue française avec latin et manuel d'orthographe et de néologie de Boiste-

deuxième édition de l'an XI (1803)

-indique bien:

 

1) Alger (Algenanum), royaume de Barbarie ;

2) Alger (Ruscurrum), ville capitale du royaume de même nom ;

3) Algérien (nc) adjectif d'Alger (Algériensas).

 

Le mot Algérie est donc bien inconnu à cette époque.

 

AUTEUR : Fernand Arnaudiès

Share this post


Link to post
Share on other sites
il faut toujours placer l'Emir dans un contexte universel qui est celui de l'ISLAM pour comprendre ses actes et sa philosophie car partout où il est passé il a laissé une empreinte particulière qui lui a valu autant d'amis que d'ennemis et pas uniquement en Algérie: disons qu'il a eu la chance inouie de défendre l'ISLAM comme personne ne l'a fait pendant au moins 3 ou 4 siècles

c'est juste monsieur !

l'emir ce poete grand guerrier soufi et homme de valeurs humaines exceptionnelles depasse largement l'envergure des hommes de son temps

mm ses ennemis feroces en temoignent !

Share this post


Link to post
Share on other sites

algerie et alger avant mm les français !

 

le pays appelé " algerie" par les français ?

ET EL JAZAIIR PAR LES ARABES !

 

Du temps du poète Ennius contemporain de la 2è guerre Carthaginoise, n'aurait que Pline pour nous dire ce qu'étaient avant l'âge Chrétien,

les pays que nous appelons aujourd'hui l'Algérie...

 

Emergée !

dit-on

telle une presqu'île rattachée à l'Europe,

elle se serait détachée pendant une révolution géologique

en ouvrant le détroit de Gibraltar !

 

Sous le joug successif des Phéniciens, Romains, Byzantins, Barbares du nord et Arabes,

 

cette terre attira les Croisés venus pour y implanter leur foi..

 

Uhe étrange croyance affirmait que les Romains avaient péri jusqu'au dernier sous le brûlant soleil d'Afrique !

Pourtant les habitants de Tébessa se disaient fils de Romains quoiqu'Islamiques et se servaient de monnaies Romaines, lors de l'entrée de nos soldats en 1842...

et les Ouled-et-Asker "fils de fantassins " de la Kabylie Orientale ont une profonde empreinte du type Romain.

 

Les Castillans vainqueurs de Grenade, ayant à leur tête Ferdinand l'aïeul de Charles Quint, soumettront Oran, Bougie, Mostaganem et Alger, Tlemcen même leur paiera tribut, succès éphémère que Charles Quint malgré son surnom d'Africanus ne pourra conserver !

Seul vestige de la domination Espagnole, Oran demeurera garnison Espagnole jusqu'en 1791.

 

D'une rade, oeuvre des Phéniciens, la cité empruntant son nom aux 20 compagnons d'Hercule (Eikosi) se nomme Icosium ou Ikosim à ses origines. Colonie Romaine sous Auguste en 25 après Jésus-Christ, sous la tutelle du Roi de Maurétanie résidant à Cherchell, elle devient Al Djazair vers 950.

 

Les Arabes et les Turcs la nomment " Gezaïr-et-Garb "

les îles de l'occident en 1505 à cause des iles qui sont en face d'Alger et dont le fort protège la ville contre les corsaires Mahométans;

ce fort incommodant Cheref-ed-Din, le père de Barberousse, sera détruit par lui en 1530.

Le port au fond du golfe d'Alger

fut une ville Berbère florissante au Xè et XIèsiècles.

 

Repaire de pirates dès le XIIIè siècle, elle sera le noeud de la piraterie en Méditerranée occidentale.

 

Au XVIè siècle les Algérois pour se débarrasser des Espagnols retranchés dans la forteresse

" Penon "

élevée sur un îlot par Pedro Navarro en 15I0, feront appel à deux corsaires Turcs : Aroudj

et Kheir-ed-Dine " Barberousse ".

Les Turcs.s'installeront dans la ville vers 1516 et emporteront d'assaut le penon en 1529.

 

Ce sera le commencement de la puissance Turque dans la Régence et l'organisation de la piraterie en Méditerranée...

 

Toutes les tentatives dirigées contre Alger aboutiront à des échecs et captifs chrétiens et prises de navires se succéderont pendant 3 siècles !

 

Entièrement détruite en 1717 par un terrible tremblement de terre qui se fera sentir pendant 9 mois et jettera les 4/5 de la ville par terre, obligeant sa population qui avait fui à camper dans les champs, on ne connaîtra à cette époque qu'un moyen de faire cesser le fléau

"Etrangler le Dey régnant ! "

 

Un prodigieux passage de sauterelles en 1722 et en 1794 ravage la ville. Tout fut dévoré en un instant, prés, feuilles des arbres, plantes, légumes et il fit nuit pendant 48 h. Même les gens ne surent où se réfugier !

 

Une terrible épidémie de peste, d'ailleurs endémique à Alger, ravagea la ville en 1787 'et 1788.

 

Rélistant aux Espagnols et à Charles Quint, la régence d'Alger connaîtra son apogée au XVII° siècle.

 

A cette époque la population d'Alger se compose de

--10 000 Turcs " fins " et 5.000 Koulouglous (fils de Turcs et de Mauresques) qui seuls tiennent le royaume entier sous le despotisme le plus barbare et le plus absurde !

--10 à 12 000 Juifs.

--des Maures des montagnes ou Kabyles très indépendants et souvent placés chez les Consuls.

--des Maures des villes pliés sous le joug des conquérants.

--des Biskeris (habitants de Biskra) surtout portefaix.

--des Mozabis " excellentes gens " pour les tueries et pour les bains, travaillant dans les boucheries, meuneries et bains publics.

Ces Mozabis indigènes de race Berbère considérés comme hérétiques seront expulsés de la Régence d'Alger et se réfugieront en plein désert où ils créeront des oasis et des villes dont la principale Ghardaia à 550 kms d'Alger.

--un certain nombre de nègres esclaves et affranchis venus de Touboutou (Tombouctou). Libres ils sont musiciens, vanniers et boulangers

Share this post


Link to post
Share on other sites

le mot "barr" ou en arabe"بر" pourrait avoir la signification de "territoire" sous la gouvernance ou la régence de la ville d'alger et c'est un territoire qui ne devait etre limité à l'époque que par la juridiction turque.

Share this post


Link to post
Share on other sites
le mot "barr" ou en arabe"بر" pourrait avoir la signification de "territoire" sous la gouvernance ou la régence de la ville d'alger et c'est un territoire qui ne devait etre limité à l'époque que par la juridiction turque.

BONSOIR MONSIEUR !

ok monsieur !

mais on doit lire " berr

et nom "bar " comme tu l'a ecrit

d'ou la confusion

hahahaha;)

qui designe la "terre ferme" ou tell .

et non le desert !et pour les nomades et les marins

 

sans commentaire et bonsoir monsieur !

à demain !

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Tamurth

 

Bonjour monsieur Tamurth !

 

Mais c'est ce que j'éssaye de t'expliquer, avant la France le nationalisme n'éxistait pas au maghreb, il ny avait pas de nation,les gens n'avaient pas de nationalité,

 

Mais qui te parle de nationalisme ?

On disserte sur l’existence du mot « Algerie » que tu sembles renier !

Tu disais qu’elle n’existait pas !

J’ai démontré le contraire avec fortes références à l’appui.

Certes le nationalisme n’y était pas !

Oui !

Mais la terre ou le territoire occupé par nos siens y était !

Alors ! Appelons la résistance au nom du patriotisme puisque tu réfutes l’islam comme étendard rassembleur.

 

J’espère que tu retireras ta bêtise insultante en disant que

« les kabyles n’étaient pas intéressés » En refusant d’aider le sultan dans son djihad contre les envahisseurs.

A moins que tu considères qu’ils étaient indépendants ET SOUVERAINS de la porte SUBLIME.

Ce qui est totalement faux !

Revoie tes lectures !

A moins que t’es formaté par des raisons obscures en déniant le sens de l'honneur et du combat à ces vrais hommes libres (amazighs ).

 

Tu vois les choses avec le prisme du nationalisme,

 

Donc ! Ce n’est pas moi ?

Que la vue est déformée.

Car : je dis et persiste que les berbères en général et les kabyles en particulier étaient des vaillants patriotes , surtout les touaregs dont personne ne cite car loin des feux de la rampe .

 

le maghreb a été dominé par des dynasties , c'étaient une domination d'une ou plusieurs tribus sur d'autres tribus,il n'y avait pas d'unité nationale,le touaregh et le kabyle, ne se sentaient pas "frères",il ignorer meme pour beaucoup leurs existences mutuel.

 

Içi on pârle de « l’algerie « et de la domination politique !

Tu semble réduire à sa simple expression : le joug infernal des ottomans contre notre pays .

COMME si on n’a subit aucuns malheur de leur oppression !

N’extrapole pas monsieur SVP pour noyer le sujet

Soyez objectif !

 

 

Personne ne crier "tahya el ziridi" ou "almohadirie uni et indivisible" tout cela son des slogans repris a la France, le nationalisme francais et son jacobinisme,

Simple

elles n’existaient pas !

Par contre !

On criait haut et fort !

Allah wa akbar

 

et tahia el amir !

 

mm par les kabyles qui ne connaisaient pas un mot d'arabe !

hahahahaha

 

tu sait trés bien que les tribus kabyles ont refusé d'aider l'émir abd el kader, ce qui as précipité sa fuite au Maroc mais tu refuse de l'admettre car sa remet en cause la pseudo-union algérienne qui as en écouter les nationalistes algériens existent depuis la nuit des temps.

 

Je te repete monsieur !

Jamais !

Au grand jamais !

Les kabyles ne ce sont débinaient du combat, ni avec l’émir, ni avec mm Syphax !

(qui fut un algérien sans le vouloir )dont la majorité était avec Massinissa .

 

 

Donc pour bien resumer , pour répondre a ta question, il n'y avait ni nation, ni nationalité,ne regarde pas l'histoire du maghreb a travers le nationalisme

(qui est de plus en contradiction avec la religion, toi qui parle souvent de oumma) ,

Juste !

Mais monsieur !

La nation n’est pas en contradiction avec le patriotisme

Et je conçois que le nationalisme (c’est une opinion perso) fut est tjr un faux slogan mm mtn !

T’es satisfait ?

Monsieur quand je te parle ?

Ce n’est pas ce que je pense moi !

Mais ce qu’est la real politique d’hier et today .

ALORS NE RAMENE TJR PAS les choses à nos petites personnes.

Ce pays appelé « el jazaiir » fut défendu mm par ton grand père, car c’était sa terre et sa patrie !

Et les motifs pour sa défense sont multiples .

Qui utilise la religion , qui la race , qui le peuple , et c’etait surtout l’honneur , pour nos femmes et notre terre et nos cheptels .

BONNE JOURNEE MONSIEUR !

Revenons à nos moutons !

Ctd

L’Emir et les kabyles !

Share this post


Link to post
Share on other sites

au fait juste une question bete pour savoir ?

EST CE QUE " CHEZ LE PEUPLE KABYLE LES MOSLIMINES SONT MINORITAIRES ?"

Réponds et ne fuis pas la question !!!

sinon !

out mon top !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il est toujours intéressant de s'inscrire sur un forum pour échanger quand d'autres s'installent au mieux dans un dialogue (de sourds!) à deux têtes au pire dans un monologue.

Merci pour la richesse de vos échanges extérieurs à vous mêmes....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...