Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
FAïste

LA BIOGRAPHIE MÉCONNUE DE MAHOMET

Recommended Posts

Les biographies de Mahomet des 20° et 21° siècles sont souvent des biographies angéliques, des hagiographies. Un des meilleurs exemples est le livre « Le nectar cacheté » de l'hindou Safiur Rahman Mubarakpuri. Il en est de même du film Al-Rissala (Le Message). C’est pourquoi le but de cet essai est de les contrebalancer (compenser leur excès ? rétablir l’équilibre ?) en ne présentant que les aspects défavorables de la vie de Mahomet et qui sont occultés ou minorés. Cet angélisme excessif explique que le côté belliciste de la doctrine islamique est ignoré par l’écrasante majorité des musulmans. Cet essai se base exclusivement sur des sources musulmanes primaires, telles que les recueils de hadiths sahih (Bukhari, Muslim, …), Al-sira ennabawiya (Ibn Ishaq), Tarikh al oumam wal moulouk (At-Tabari), Kitab At-Tabaqat Al-Kabir (Mohamed ben Saad), Al bidaya wannihaya (Ibn Kathir), etc. Ces ouvrages servent de base à l’étude de l’islam dans toutes les institutions musulmanes (dont Al-Azhar). Certains commentateurs ou érudits musulmans contemporains rejettent ces auteurs alors même qu’ils sont incontournables pour faire l’apologie de l’islam et de son prophète. Et c’est dans ce même sens que, pour invalider tel hadith encombrant, ils font souvent appel au théologien albanais contemporain controversé, Al-Albani.

Il faut savoir que Mahomet, ayant été confié à une nourrice, a été privé d'affection maternelle durant au moins les deux premières années de sa vie. Les hadiths précisent que son apostolat commença par des rêves et que par la suite, à Médine, il a été constaté qu’il lui arrivait de croire qu’il avait fait une chose qu’il n’avait pas faite. Le récit de l’apparition de l’ange appelé Gabriel à Mahomet en 610 est sujet à caution dans la mesure où il ignorait que ce dernier ne savait pas lire et il n’annonce pas à Mahomet qu’il sera prophète. Ce sera Waraqa ibn Nawfal, judéo-chrétien et cousin de sa première femme polythéiste, qui le lui annoncera. Peu de temps après la révélation du premier verset du Coran, Waraqa meurt et la révélation s’interrompit. C’est ainsi que Mahomet  envisagea de se suicider en se jetant du haut d’une montagne. Mais la révélation des versets reprit, après une période allant jusqu’à 3 ans, selon les sources.

Les versets concernant les personnages bibliques verront le jour à la fin de la période mecquoise (avant 622). Si le Coran et la Sunna affirment que les personnages tels qu’Ibrahim, Ismaël, Isaac, Dawud (David), Moussa (Moise), Souleyman (Salomon), ‘Issa (Jésus), etc. appartiennent à l’islam ; on peut constater que ces prénoms n’apparaissent jamais chez les compagnons de Mahomet ni chez d’autres personnes du Hedjaz avant l’Hégire (622), preuve en est que l’islam n’existait pas avant Mahomet. Par contre des patronymes commençant par ‘Abd (esclave de) ou ‘Oubayd (diminutif de Abd) sont antérieurs à l’islam.

Au début, Quraych les polythéistes de la Mecque, rejetèrent la nouvelle religion de Mahomet et brutalisèrent ses compagnons pauvres ou esclaves pour les obliger à quitter l’islam (l’esclave noire Sumayyah bint Khayyat fut tuée). Ces persécutions furent à l’origine d’une première émigration de musulmans vers l’Abyssinie. Une campagne de boycott commercial contre les musulmans échoua. Lorsqu’on demanda à Mahomet quelle était la pire chose que les polythéistes lui firent subir, il évoqua l’épisode suivant. Après que les polythéistes se soient moqués de lui, Mahomet leur déclara « Par Celui qui détient mon âme en Son pouvoir, je vous menace d'avoir la gorge coupée » (Musnad Ahmad Ibn Hanbal). Le lendemain, ‘Uqba ibn Abu Mu'ayt essaya de l’étrangler avant l’intervention de son ami et beau-père Abou Bakr pour les séparer. Pour ce geste, ce polythéiste fut décapité après avoir été capturé lors de la bataille de Badr en 624. Un hadith du Sunan Abou Dawud évoque ce meurtre et où ce polythéiste demande à Mahomet qui s’occupera de ses enfants après sa mort. Mahomet répondit : « l’enfer ! ». Un autre prisonnier, Nadr ibn al-Harith, fut aussi décapité. Son seul tort démontré était d’avoir dit qu’il connaissait des histoires meilleures que celles du coran. Sa décapitation est représentée dans une miniature du manuscrit « Siyar-I Nabi » de l'ottoman Mustafa Darir.

Les polythéistes de la Mecque se rendirent à Médine, pour demander aux rabbins si Mahomet était ou non un imposteur. Les rabbins proposèrent alors aux émissaires de la Mecque de poser à Mahomet trois questions dont les réponses se trouvent dans les textes bibliques. De retour à la Mecque ils posèrent les trois questions à Mahomet. Il leur fit savoir qu’il répondrait à leurs questions le lendemain, mais il ne donna les réponses que 15 jours plus tard.

Le Coran (S16 V103) affirme que les polythéistes disaient que Mahomet suivait un enseignement. Le Coran  ne dément pas le fait que ce dernier recevait un enseignement, il admet juste que cette langue n’était pas arabe. Les noms des judéo-chrétiens que fréquentait Mahomet sont : Bel ‘ame, Ya ‘ich, Yassar et Jabr.

Lorsque les polythéistes ont mis le dieu de Mahomet au défi de les punir et de faire pleuvoir des pierres sur eux, il leur répondit par le verset S8 V33 du Coran qui prend pour prétexte le fait que Mahomet soit au milieu d’eux. Ils demandèrent à Mahomet qu’il cesse de se moquer de leurs divinités, d’insulter leurs croyances et de créer la division entre eux, mais en vain. A la proposition de syncrétisme proposée par les polythéistes, la réponse négative de Mahomet fut donnée par l’intermédiaire du coran : « A vous votre religion, et à moi ma religion ». (Sourate 109 Les infidèles). En revanche, s’ils acceptaient l’islam, Mahomet leur proposait le projet par lequel les arabes leur seront redevables et que les non-Arabes leur paieront la jizya (Jami` at-Tirmidhi). Donc dès le départ, Mahomet avait un projet expansionniste. Voilà qui expliquerait son rejet de toutes les propositions des polythéistes (argent, pouvoir, etc.). Avant la mort d’Abou Talib en 619, oncle et protecteur de Mahomet, les notables de la ville s’engagèrent à protéger son neveu. Celui-ci refusera d’assister à l’enterrement de son oncle vu que, sur son lit de mort, ce dernier refusa la demande de Mahomet d’embrasser l’islam.

Durant douze années (610 à 622), les prêches, à l’adresse des différentes tribus arabes polythéistes qui venaient à la Mecque à l’occasion du pèlerinage annuel, n’aboutirent pas. Mahomet fut même l’objet de jets de pierres de la part d’enfants à Taif. Un an avant l’Hégire, seule une douzaine de polythéistes de Médine accepta d’embrasser l’islam. Ce sera le premier serment d'allégeance d'al-‘Aqaba. Au pèlerinage suivant, juste avant l’Hégire, ce sera le second serment d'allégeance d'al-‘Aqaba. Cet accord, qui sera considéré comme une déclaration de guerre par les mecquois, confirmera le projet expansionniste de Mahomet. Alors que les médinois allaient prêter allégeance à Mahomet, un des leurs, appelé al-Abbâs ibn 'Ubâda, les arrêta en disant : « Savez-vous pourquoi vous prêtez allégeance à cet homme » ? Ils répondirent « Oui ». « Vous vous engagez à faire la guerre à tous les hommes » (au rouge et au noir  dans le texte). Mahomet leur promit, en échange, le paradis. Cet épisode est mentionné dans un hadith repris par At-Tabari. Cet accord sera canonisé par le verset S22 V39 du Coran : « Autorisation est donnée à ceux qui combattent [Lilladhīna Yuqātalūna] parce qu’ils ont été lésés ». Le dogme musulman considère cela comme un ordre d’Allah d’autoriser la guerre. 73 hommes et 2 femmes de Médine embrassèrent l’islam à l’issue de cet accord sans lequel l’islam n’aurait probablement pas existé.  

Contrairement à ce que dit le Coran, aussi bien dans les différentes biographies que dans les sahih de Bukhari ou de Muslim, aucune prétendue expulsion ou confiscation de biens n’est décrite lors du départ vers Médine. Plusieurs exemples sont cités où les polythéistes mecquois regrettent ou s’opposent même au départ des musulmans. Lorsqu’Abou bakr, bras-droit et beau-père de Mahomet lui demandait s’il pouvait partir avec lui pour Médine, ce dernier lui répondait : « j’attends l’ordre d’Allah ». Son cousin et gendre, Ali, est partit trois jours après lui. Ce sera la deuxième émigration qui sera appelée « l’Hégire » (vers Médine) et qui s’étalera de juillet à septembre 622. Dix mois après son arrivée à Médine, Mahomet est rejoint par sa femme Aicha, âgée de 9 ans qu’il avait épousée alors qu’elle était âgée de 6 ou 7 ans. Aucun musulman n’a remis en cause cet âge avant le 20ième siècle qui est confirmé par différents narrateurs dans plusieurs hadiths. Cette fuite vers Médine servira comme point de départ du calendrier musulman qui ne sera créé par le deuxième calife Omar qu’en 638.

L’histoire de la tentative d’assassinat de Mahomet par les mecquois, avant le départ pour Médine, telle que décrite par Ibn Ishaq, est tout simplement abracadabrante : des assassins qui passent toute la nuit à attendre devant la maison de Mahomet sans entrer…, ce dernier qui sort et qui dépose sur leurs têtes de la poussière sans qu’ils le voient…, etc.

Sur les neuf oncles paternels de Mahomet, un seul un embrassera l’islam volontairement et sans conviction préalable, Hamza. Son deuxième oncle Abbas ou ses  cousins tels que Abū Sufyān ibn al-Hārith ou Abu Sufyan ibn Harb et la quasi-totalité des mecquois ne se convertiront à l’islam qu’à l’occasion de la prise de la Mecque en 630.

Entre 610 et 622, avec les moyens pacifiques, Mahomet n’a réussi à faire embrasser l’islam qu’à une centaine de mecquois. Dix ans après, il régnait sur tout le territoire du Hedjaz et le nombre de guerriers musulmans s’élevait à plusieurs milliers (30 000 selon certaines sources).

A son arrivée à Médine, Mahomet rédige un écrit (modus vivendi) entre les musulmans venus de la Mecque (Émigrés) et ceux de Médine (Ansars) et par lequel il s’engage envers les juifs. Il prescrit les droits et obligations des juifs sans que leur consentement n’apparaisse dans l’écrit. Le sang et la rançon sont des thèmes qui reviennent souvent dans ce pacte, appelé à tort, « constitution de Médine » par certains auteurs.

 

LISTE NON EXHAUSTIVE DES EXPÉDITIONS DE MAHOMET : de 623 à 632

Première expédition d’Al-‘Is : 9 à 10 mois après son arrivée à Médine, Mahomet envoie 30 hommes commandés par son oncle Hamza vers la côte, entre la Mecque et Médine, mais la caravane est défendue par trois-cents cavaliers Mecquois.

2ème expédition de ‘Ubaydah ibn al-Harith à la même période : Mahomet envoie une soixantaine d’hommes à la rencontre d’une autre caravane protégée par deux cents hommes.

3ème expédition de Kharrar au 11ème mois de l’Hégire : menée par Sa`d ibn Abi Waqqas sur la route de la Mecque, mais la caravane était déjà passée.

4ème expédition de Waddan  au 2ème mois de l’An II : pas de combat entre les belligérants (commandée par Mahomet).

5ème expédition de Buwwat au 3ème mois de l’An II : Mahomet à la tête de 150 hommes n’intercepte pas la caravane à qui avait changé d’itinéraire

6ème expédition d’Al ‘Ushayra au 6ème mois de l’an II : Mahomet à la tête de 200 hommes n’arrive pas à intercepter une caravane mecquoise.

7ème expédition de Nakhla au 7ème mois de l’An II : Mahomet envoie une expédition supposée rapporter des renseignements, mais le groupe attaqua les quatre caravaniers et tua l’un d’entre eux. Cette attaque eut lieu durant un des 4 mois sacrés où les arabes du Hedjaz s’interdisaient de faire la guerre. Pour faire faire face à la réprobation des polythéistes, la réponse de Mahomet vint par l’intermédiaire du verset S2 V217 du Coran qui affirma, entre autres, que l'association est plus grave que le meurtre. Ce verset vient donc légitimer une violation délibérée d’une trêve sacrée. Mahomet paya le prix du sang de la victime, remis en liberté les deux prisonniers, mais les textes ne font pas mention de la remise du butin à leurs propriétaires. Dans cette affaire, les intentions de Mahomet sont douteuses. Envoyer huit hommes pour rapporter des informations sur une caravane commerciale composée de quatre caravaniers n’était pas justifié, d’autant plus qu’ils n’ont rapporté aucune information. Ne faire lire la lettre donnant les instructions (rapporter des informations sur la caravane) qu’après deux jours de marche, c’était mettre les hommes devant le fait accompli. Cacher, au départ, le but de l’expédition, si ce n’était que pour rapporter des informations sur une caravane commerciale, n’est pas crédible.

La 8ème expédition au 9ème mois de l’An II (mars 624), c’est la bataille de Badr où Mahomet projeta d’attaquer une importante caravane. Informés de ce projet les polythéistes mecquois auraient envoyé 800 hommes pour protéger la caravane. Vu le nombre de polythéistes tués (50) et faits prisonnier (70), le chiffre de 800 polythéistes parait peu crédible car il restait environ 680 polythéistes face à moins de 300 musulmans. Le butin fut partagé suivant la Tradition : 1/5ème pour Mahomet.

Peu de temps après la bataille de Badr, Mahomet expulsa la première des trois principales tribus de Médine, les Banu Qaynuqa, après un siège de 15 jours. Les juifs de cette tribu avaient assassiné un musulman qui avait tué un bijoutier juif qui avait offensé une musulmane. D’après Ibn Hisham et Ibn kathir, Mahomet avait l’intention de tuer les 700 hommes de la tribu. Abd-Allah ibn Ubayy, chef de l’une des deux tribus musulmanes de Médine l’en empêcha. Le Coran fait référence à ce dernier en évoquant les hypocrites, notamment le verset S9 V84.

9ème expédition, quelques temps après la bataille de Badr : meurtre de Ka'b ibn al-Ashraf, un poète juif. Mahomet dit: “Qui pour Ka'b ibn al-Ashraf ? Il a insulté Allah et son messager”. Mahomet autorisa le chef du commando, Muhammad ibn Maslama, à mentir. Ils se firent passer pour des ennemis de Mahomet et le tuèrent chez lui.

10ème expédition de Sawiq au 12ème mois de l’An II : il s’agissait de poursuivre des polythéistes de La Mecque qui avaient fait une incursion à Médine et avaient tué deux musulmans.

11ème expédition de Dhi Amr au 2ème mois de l’An III : Mahomet, à la tête de 450 hommes, séjourna durant un mois dans le territoire voisin du Nejd, à l’Est de Médine sans qu’il n’y ait eu de combat.

12ème expédition de Buhran au 4ème et 5ème mois de l’An III : Mahomet, à la tête de 300 hommes, séjourna durant deux mois entre Médine et La Mecque sans qu’il n’y ait eu de combat.

13ème expédition d’Al-Qarada au 6ème mois de l’An III : Pour éviter la route habituelle de la Syrie (à l’Ouest de Médine), la caravane passa par le territoire du Nejd. Elle fut attaquée par un détachement militaire commandé par Zayd ibn Harithah, fils adoptif de Mahomet, qui s’empara du butin.

Au 10ème mois de l’An III, c’est la bataille d’Uhud où les polythéistes de La Mecque vinrent défier les musulmans près de Médine et cherchaient à prendre leur revanche après la défaite de Badr. Après que le corps de son oncle Hamza fut mutilé, Mahomet dit: «S i je prends le dessus, je mutilerai les corps de trente hommes d’entre eux». Mahomet regrettera ensuite ces paroles et cela se traduira par le verset S16 V126 du Coran.

Au 2ème mois de l’an IV, des polythéistes piégèrent les musulmans en demandant à Mahomet de lui envoyer des missionnaires : 6 ou 10 (selon les sources) furent massacrés à Raji’. Et à la même période, 40 (ou 70) missionnaires musulmans furent massacrés à Bir Ma'una en représailles de l'assassinat du polythéiste Khalid bin Sufyan par des compagnons de Mahomet.

Au 3ème mois de l’an IV, Mahomet expulsa la deuxième tribu juive de Médine, les Banu Nadir, après avoir brûlé leur palmeraie. D’après lui, ils auraient tenté de l’assassiner, mais il ne présenta de preuves à personne. Les premiers versets de la sourate 59 (l’exode) sont consacrés à cette expulsion où il est fait mention de butin revenant entièrement à Mahomet étant donné qu’il n’y a pas eu de combat. Mahomet ayant coupé leurs palmiers, le verset S59 V5 du Coran légitime cet acte (il a bon dos Allah !).

14ème expédition de Dhat al-Riqa’, Mahomet à la tête de 400 hommes, dans le territoire du Nejd au 4ème ou 5ème mois de l’An IV, sans combat.

15ème expédition de Badr au 8ème mois de l’An IV. Les polythéistes ne se présentèrent pas au rendez-vous.

16ème expédition de Dumat al-Jandal au 3ème mois de l’An V, à la limite du territoire byzantin, à plusieurs centaines de Kms au nord de Médine, soit 15 jours de marche, sans qu’il n’y ait eu de combat.

Au 10ème mois de l’an V eu lieu la bataille du fossé par laquelle les polythéistes de La Mecque se coalisèrent avec les Ghatafan, une tribu située au Nord de Médine dans le Nejd, pour attaquer les musulmans. La tranchée et le vent finirent par obliger les coalisés à mettre fin au siège de Médine.

Aussitôt après le départ des coalisés Mahomet assiégea durant une vingtaine de jours la tribu juive des Banu Qurayza en lui reprochant de l’avoir trahi alors qu’elle n’a pas pris part au combat et est restée neutre. Tous les mâles de cette tribu furent égorgés, les femmes et les enfants vendus en tant qu’esclaves. Une femme juive fut décapitée pour avoir tué un musulman en jetant sur lui un moulin (hadith d’Aicha : « on ne tua de leurs femmes qu’une seule… »).

Aucune des trois tribus juives expulsée ou massacrée n’est mentionnée dans l’accord conclu entre les musulmans venus de la Mecque (Émigrés) et ceux de Médine (Ansars).

17ème expédition, quelques temps après la bataille de la tranchée. Mahomet envoya un groupe de musulmans pour éliminer le vieux poète juif Abou Rafi’. Abdullah ibn 'Atik s'est rendu chez lui de nuit et l'a tué. Le prétexte était que c’était un ennemi déclaré de l’islam et que l’une des deux tribus musulmanes originaire de Médine (Khazraj) voulait imiter l’autre (Aws) qui avait assassiné le poète juif Ka'b ibn al-Ashraf.

18ème expédition de Muhammad ibn Maslamah au 1er mois de l’An VI : Mahomet envoya 30 hommes dans le territoire du Nejd contre la tribu des Banu Bakr. Le butin fut de 150 chameaux et 3000 chèvres.

19ème expédition de Banu Lahyan au 4ème mois de l’An VI : A la tête de 200 hommes, Mahomet voulait vengeait les musulmans tués à Raji, mais la tribu des Banu Lahyan s’était réfugié dans les montagnes.

20ème expédition de Zayd ibn Haritha à la même période : les Musulmans prirent des captives et du butin.

21ème expédition de Dhu Qarad au 5ème mois de l’An VI : pour rattraper des polythéistes de Ghatafan qui ont tué un berger musulman et volé ses bêtes.

La 22ème expédition eu lieu au 8ème mois de l’an VI (décembre 627) dans le territoire de la tribu des Banu Mustaliq vers le littoral à plus de 250 km de Médine. Plusieurs hadiths expliquent que Mahomet attaqua cette tribu alors qu’ils faisaient abreuver leurs troupeaux insouciamment. Il approuva le viol des captives en autorisant ses compagnons à ne pas pratiquer le coït interrompu par rapport au risque de grossesse (la valeur marchande d’une esclave enceinte diminuerait). En distribuant les captives, la belle Juwayriyya bint al-Harith, fille du chef de la tribu, tomba dans le lot d’un des guerriers de Mahomet. Par la suite, elle demanda à Mahomet de l’aider pour racheter sa liberté. Il lui proposa alors le mariage, ce qui permit la libération d’une centaine de familles de sa tribu qui devint musulmane.

Sur le chemin du retour vers Médine, après une halte, la troupe leva le camp, ignorant qu’Aisha, la jeune épouse de Mahomet, n’était pas dans le palanquin de son chameau. Elle fut retrouvée et ramenée par un guerrier qui était en retard sur la troupe, mais ils ne purent rejoindre le groupe que le lendemain. Se répandit alors à Médine la rumeur selon laquelle elle avait commis l’adultère. Le Coran attendit un mois pour déclarer Aisha innocente (or ce délai correspond à la durée nécessaire pour ôter tout doute sur une éventuelle grossesse).

Au 11ème mois de l’an VI (mars 628) fut signé le traité de Houdaybiya qui prévoyait une trêve de 10 ans entre les musulmans de Médine et Quraysh, les polythéistes de la Mecque. Durant les négociations Abu bakr, beau-père et bras droit de Mahomet, dit à un polythéiste : « va sucer le clitoris d’Al-Lat ». Ce traité permettait aux musulmans de ne faire le pèlerinage qu’à partir de l’année prochaine, était limité à trois jours et encadrait le port d’arme. Mahomet devait renvoyer à Médine les mecquois qui le rejoindraient sans la permission de leur tuteur. Mais il ne respecta pas ce dernier point puisqu’il refusa de remettre, à leur tuteur, des mecquoises converties à l’islam et qui l’avaient rejoint. Le coran décréta à cette occasion le verset S60 V10 permettant de ne pas remettre des musulmanes (il a bon dos Allah !). Si les compagnons de Mahomet ont considéré ce traité comme humiliant, il s’avèrera stratégique puisqu’il laissera la voie libre à Mahomet pour attaquer les autres cités du Hedjaz. D’ailleurs, après ce traité, Mahomet envoya des lettres aux souverains voisins dans lesquelles il les appelait à embrasser l'islam et dans lesquelles il précisait : « Si tu deviens musulman, tu auras la vie sauve » (entre autres lettre envoyée à Héraclius selon le Sahih Bukhari).

En réalité, les attaques contre les caravanes des polythéistes ne cessèrent jamais malgré la trêve. Elles furent l’œuvre de groupuscules d’esclaves nouvellement convertis à l’islam et ayant fuit leurs maitres polythéistes.

23ème expédition au début de l’an VII (juin 628): Mahomet attaqua sans raison réelle et sérieuse, Khaybar et Fadak, les dernières cités juives du Hedjaz situées à 150 km au nord de Médine. Mahomet autorisa un de ses guerriers à choisir une femme parmi les captives. Le père et le mari de la femme choisie, une nouvelle mariée de 17 ans, venaient juste d’être tués. Lorsqu’on décrivit à Mahomet la beauté de cette femme et lorsqu’il la vit, il demanda au guerrier de choisir une autre femme. Sur le chemin du retour, il coucha avec elle sans observer le délai de viduité nécessaire afin d'éviter les conflits de filiation paternelle. Ce délai, même ramené à sa moitié pour les femmes esclaves, est prévu par le Coran (Idda). En guise de dot pour le mariage, il lui offrit l’affranchissement de sa situation d’esclave. Dans un hadith cependant, elle avait dit : “le prophète était pour moi l’homme le plus détestable, il a tué mon mari, mon père et mon frère”.

Du 3ème au 10ème mois de l’an VII, eurent lieu diverses petites expéditions militaires.

Au 11ème mois de l’an VII, Mahomet accomplit le petit pèlerinage comme prévu par le Traité de Houdaybiya et sous l’autorité des polythéistes. Ils lui demandèrent de quitter les lieux le troisième jour. Le fait que le premier pèlerinage eu lieu sous l’autorité des polythéistes pourrait expliquer le fait que Mahomet ait exonéré les musulmanes du port du niqab et des gants lorsqu’elles sont en état de sacralisation.

24ème expédition au 5ème mois de l’an VIII (août 629) : Mahomet envoya une armée de 3 000 hommes à Mu’tah,  à plus de 1 000 Km de Médine (dans l’actuelle Jordanie), expédition qui se solda par la perte des 3 chefs musulmans.

25ème expédition au 9ème mois de l’an VIII (janvier 630) : Mahomet envahit La Mecque avec 10 000 hommes violant ainsi le traité de Houdaybiya conclu pour 10 ans. Le prétexte invoqué est que les polythéistes mecquois aidèrent une tribu alliée, les Banu Bakr, à attaquer la tribu des Khuza'a, alliée des musulmans. Ibn Ishaq (né en 704) prétend que la tribu des Banu Bakr (avec les polythéistes) et celle des Khuza’ah (avec les musulmans) étaient liées au traité de Houdaybiya. Or les recueils de hadiths de Bukhari, Muslim ou Abu Dawud, ne font pas mention de ces deux tribus dans le traité. Par ailleurs, certains hadiths relatifs à ce traité mentionnent deux narrateurs sources, Marwan ibn al-Ḥakam et Miswar Ben Makhrama, qui n’avaient que 6 ans au moment du traité. Au cours de cette conquête, Mahomet autorisa de nouveau le mariage temporaire pour une période de 15 jours qu’il avait déconseillé en 628 à Khaybar. Au moins un homme fut assassiné sur son ordre, Ibn Khatal. Il ordonna de tuer aussi, Abd Allâh ibn Saad, un scribe qui avait apostasié et qui était retourné à La Mecque. Uthman ibn Affan (futur 3ième calife), qui était son frère de lait, intercéda en sa faveur pour qu’il soit gracié (Sunan Abu Dawud).

Mahomet détruisit toutes les idoles du panthéon, mettant fin ainsi à la tolérance vis-à-vis des religions qui y étaient représentées.

26me expédition à la même période : Mahomet envoya Khalid ibn al-Walid pour détruire le lieu dédié à la déesse al-‘Uzza

27ème expédition de Banu Jadhima à la même période : Mahomet envoya Khalid ibn al-Walid afin de convier la tribu Banu Jadhimah à l’Islam. Ils acceptèrent mais une partie d’entre eux fut massacrée seulement pour avoir dit « nous sommes devenus sabéens ». Mis au courant de ce massacre, Mahomet se contenta de dire à Khalid ibn al-Walid : « je suis innocent de ce que tu as fait ».

28ème expédition de Hunayn au 10ème mois de l’an VIII : Mahomet, à la tête de 10 000 musulmans auxquels s’ajoutèrent les 2 000 nouveaux musulmans de la Mecque partit en campagne pour s’opposer à plusieurs tribus polythéistes qui décidèrent de marcher contre les musulmans. Après leur défaite, une partie de ces tribus se réfugia à Taïf à 80 km de La Mecque.

29ème expedition d’Awtas, juste après celle de Hunayn, où Mahomet avec 12 000 soldats s’oppose à une coalition de tribus polythéistes. A l’occasion de cette bataille, le Sahih Muslim cite un hadith de Mahomet où il cautionne le viol des captives mariées et le canonisa par les versets S4 V24 « … et parmi les femmes, les dames (qui ont un mari), sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété …».

30me expédition de Taïf, juste après celle d’Awtas : Après un siège qui dura plus de 15 jours et au cours duquel Mahomet coupa leurs vignes et utilisa des catapultes, les tribus de la région finirent, à la longue, par accepter l’islam. Mahomet autorisa ses soldats à attaquer les païens avec la probabilité d’exposer leurs femmes et leurs enfants au danger depuis les batailles d’ Al-Abwa ou de Waddan où il dit: "Ils font partie d'eux, il n'y a de protection que pour Allah et son messager". (Sahih Bukhari).

Mahomet revint s’installer à Médine au 11ème mois de l’an VIII .

31ème expédition de 'Uyayna bin Hisn au 1er mois de l’an IX : Mahomet envoya une cinquantaine d’hommes contre la tribu des Banu Tamim qui avait refusé de lui payer l’aumône (pratique sectaire ?). Il ont tué des hommes et firent des captives.

32ème expédition de Qutbah ibn Amir au 2ème mois de l’an IX : Mahomet envoya une vingtaine d’hommes pour attaquer la tribu des Banu Khath'am. Le butin composé de bétail et de femmes fut ramené à Médine distante de plusieurs centaines de kilomètres.

33ème expédition de Dahhak Ibn Sufyan al-Kilabi au 3ème mois de l’an IX : Mahomet envoya un commando contre la tribu des Banu Kilab pour leur demander de devenir musulmans. La tribu s’échappa, mais un des jeunes musulmans réussit à rattraper son propre père et a participé à son meurtre parce qu’il avait insulté l’islam.

34ème expédition d’Ali ibn Abi Talib au 3ème mois de l’an IX : Mahomet envoya 150 d’hommes contre les Banu Tayy, une tribu en partie chrétienne, dans le territoire du Nejd, pour détruire la statue de la divinité païenne al-Fuls. La tribu finit par accepter l’islam.

35ème expédition de Tabouk au 7ème mois de l’an IX (octobre 630) : Mahomet à la tête de plusieurs milliers d’hommes voulait combattre les blonds (les Byzantins) et aurait séjourné une dizaine de jours à Tabouk à plus de 600 km de Médine. Sur le chemin du retour, Mahomet  s’arrêta dans un village, à la demande de ses habitants, pour inaugurer une mosquée. Mais il ordonna finalement qu’elle soit brûlée au motif qu’elle ait été construite sur ordre d’un chrétien ennemi de l’islam et qui avait fuit entretemps. Le Coran évoque cet évènement (S9 V107).

Premier pèlerinage à la Mecque sous autorité musulmane au 11ème mois de l’an IX au cours duquel Mahomet envoya son cousin et gendre Ali pour déclarer que le pèlerinage sera interdit aux non musulmans après cette année et que seul les pactes à durée déterminée ne seront pas rompus. Les pactes à durée indéterminée seront ramenés à quatre mois à l’issue desquels les polythéistes seront combattus jusqu’à ce qu’ils embrassent l’Islam. Les  versets S9 V1 à V7 de la sourate « le désaveu » (Bara'ah) font allusion à la rupture par Allah et son prophète des pactes qui les lient aux polythéistes.

36ème expédition de Khalid ibn al-Walid à Najran (Yemen) vers juin 631 (5ème mois de l’An X) pour convertir la tribu des Banu Harith de force s’ils refusent l’islam. En les recevant, Mahomet leur dit :« Si Khalid ibn al-Walid ne m'avait pas écrit que vous aviez embrassé l’islam, j’aurais mis vos têtes sous vos pieds » (cité par Tabari).

Au 11ème mois de l’An X (mars 632), 80 jour avant son décès, eut lieu l’unique pèlerinage de Mahomet appelé « le pèlerinage d’adieu », au cours duquel il déclara qu’il ne savait pas s’il ferait le pèlerinage après celui-ci et où il dit : « Aujourd’hui, j'ai clos pour vous votre religion » (Coran S5 V3). Ces deux phrases sont à mettre en relation avec le fait que quelques jours avant sa mort il ressentait toujours la douleur causée par la nourriture qu’il avait mangée lors de l’expédition de Khaybar. En outre Mahomet dit que c’est lui-même qui clos l’islam et non pas Allah, même si ensuite il ajoute qu’il a transmis le message.

37ème expédition de Dhul Khalasa en avril 632 : Mahomet envoie 150 hommes pour détruire la Kaaba du Yémen. Ils la démolirent et tuèrent ceux qui s’y trouvaient. A leur retour, Mahomet pria pour eux (da`wa).

38ème expédition d'Usama bin Zayd au 2ème mois de l’An XI (mai 632) dans le but d’attaquer des tribus de Palestine (l’expédition s’acheva après la mort de Mahomet).

Durant les derniers jours de la maladie précédant sa mort (3ème mois An XI, juin 632), Mahomet dit à sa femme Aicha : « Je ressens toujours la douleur causée par la nourriture que j'ai mangée à Khaybar et j'ai l'impression que mon aorte est coupée par ce poison". La juive qui l’avait empoisonné fut tuée sur ordre de Mahomet après qu’un de ses compagnons décéda de cet empoisonnement (Sunan Abou Dawud). Aussitôt après la mort de Mahomet, le futur calife, Abou bakr, récita le verset « . Muhammad n'est qu'un messager … » (S3 V144). Voici ce que dit le narrateur du hadith : « Par Allah, c’est comme si les gens ne savaient pas qu’Allah l’avait révélé avant qu’Abou bakr ne le récite. Les gens l’ont appris de lui et tout le monde s’est mis à le réciter » (Sahih Bukhari).

 

QUELQUES HADITHS MÉCONNUS PAR LES MUSULMANS  

Durant ces 10 années de djihad guerrier, Mahomet avait conforté l’esclavagisme. Le Sahih Muslim cite : « un homme, avait prévu au moment de son décès d’affranchit 6 esclaves. Le messager d’Allah les a divisés en 3 groupes de deux et a tiré au sort. Il a libéré deux d’entre eux et a maintenu les 4 autres en esclavage ». Le Sahih Bukhari cite : ‘un musulman avait fait de son esclave un mudabbar (esclave qui est libre à la mort de son maître). Quand le Prophète l’apprit, il dit : ‘Qui veut l’acheter pour moi ?’. Nu’aim ibn an Nahham l’acheta pour 800 dirhams ». Autre exemple :  Son épouse, Maymuna Bint al-Harith avait libéré une esclave sans lui demander la permission. Le jour où il est venu la voir, il lui a dit: « Si tu l'avais donné à tes oncles maternels, tu aurais eu une plus grande récompense ». Ibn Qayyim al-Jawziyya, dans son ouvrage « Zâd al-Ma'âd », cite les noms de quatre femmes esclaves de Mahomet, d’une vingtaine d’hommes esclaves non affranchis ainsi que de huit serviteurs dont Bilal ibn Rabah. A l’époque de Mahomet et des premiers califes les esclaves affranchis restaient au service de leur maître et avaient le statut de mawla.

Hadith recueilli par Bukhari où un homme a été accusée de fornication avec une femme esclave du messager d'Allah. Le messager d'Allah a dit à Ali : « Va lui couper le cou ». Lorsque Ali le trouva se rafraichissant dans un puits, il lui prit la main et l'en fit sortir. Mais il était castré, il n'avait pas de sexe.  Ali ne lui fit rien, il revint vers le messager d'Allah et lui dit : « il est majboub, il n'a pas de sexe ».

Hadith recueilli par Bukhari où Mahomet dit à une de ses femmes : « la révélation ne me vient jamais quand je suis dans l’habit d’une femme, sauf [celui d’] Aicha ».

Dans un hadith recueilli par Bukhari et Abu Dawud, Mahomet utilise un mot vulgaire dans une question à un homme : « l’as-tu baisée » (Anektaha ?)

Le coran reconnaît l’iniquité de la polygamie (S4 V129 : « Vous ne pourrez jamais être équitable entre vos femmes… »), mais l’autorise quand même ! Alors même que l’islam l’autorise, Mahomet empêcha son gendre, Ali, de prendre une deuxième épouse. Il lui dit que ce qui faisait du tort à sa fille lui faisait aussi du tort, et que s’il voulait prendre une deuxième épouse, il fallait au préalable qu’il divorce de sa fille (Sahih Bukhari). Le prétexte, que la femme qu’Ali voulait épouser était la fille d’un polythéiste ne peut être retenu vu que Mahomet s’était aussi marié avec une fille de polythéiste.

Le Coran S58 V12 demande aux musulmans de faire précéder d'une aumône leur entretien confidentiel avec Mahomet et affirme que la zakat et les aumônes sont destinées aux pauvres. En réalité elles étaient récoltées par Mahomet et les califes qui lui ont succédé mais n’ont pas étés ou peu distribuées aux pauvres. Il en est de même pour la part du butin revenant à Mahomet et aux califes - un cinquième – et qui n’a pas été ou peu distribuée aux pauvres.

 

 

Edited by FAïste

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas lu et rien que la torsion "Mahomet" est un blaspheme ! Vous tordez le chemin de la vérité et la réalité des Prophètes, vous inventez et vous mentez, comme les Bani Israel qui ont décidé de tuer leur frère, ont accusé Nouh d'inceste et d'alcoolisme, ont traité 'Issa ibnu Maryam de sorcier et charlatan,

Aujourd'hui on trouve des bio de sahabas homo, ppeffffffff quelle dépravation que notre époque et que de MENTEURS !

Mecqua est à Pétra et tout cela sous la brillante recherche américaine et c'est aujourd'hui que Faiste nous sort la véritable bio de mahomet  Apprenez d'abord à prononcer correctement son Prénom ! Ya ayouha eldjahiloune !

Edited by L'aghabie l'aghabie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi Mahomet serait un  blasphème ? c'est son nom en Français tout simplement. Ce n'est pas la véritable bio de mahomet, c'est LA BIOGRAPHIE MÉCONNUE DE MAHOMET. Si Mahomet te gêne remplace le par Mohammed , ma fiha walou.

Edited by FAïste

Share this post


Link to post
Share on other sites

La science, étudie et utilise des matières premières pour "créer" "inventer", elle suit ce qui est déjà dans la nature, Ah nan hein pas moamed.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel est le rapport entre ces vidéos et mon topic ? Aucun... Quel est le rapport entre ces vidéos et le forum Islam, Religions & Philosophies ? Aucun..

Share this post


Link to post
Share on other sites

Kiffech aucun rapport ? Faiste pourriez-vous nous expliquer qui a appris à ces oiseaux à faire leur nid ? La science leur a appris ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, L'aghabie l'aghabie said:

Kiffech aucun rapport ? Faiste pourriez-vous nous expliquer qui a appris à ces oiseaux à faire leur nid ? La science leur a appris ?

salut

 

Dieu a tout crée et a donné ses propres caractéristique et comportement a chacune des ses créature....ça meme le diable le sait...et je ne vois pas ou tu veux en venir avec tes videos...

Au fait j'ai une questions qui a appris a mahomed a violer...,tuer.... voler...et a decapiter...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
17 hours ago, KEYBOARDZAPPER said:

salut

 

Dieu a tout crée et a donné ses propres caractéristique et comportement a chacune des ses créature....ça meme le diable le sait...et je ne vois pas ou tu veux en venir avec tes videos...

Au fait j'ai une questions qui a appris a mahomed a violer...,tuer.... voler...et a decapiter...

 

Ce sont vos mensonges habituels qui lui collent d'ignobles attributs ignobles créature !

Share this post


Link to post
Share on other sites
23 hours ago, L'aghabie l'aghabie said:

Kiffech aucun rapport ? Faiste pourriez-vous nous expliquer qui a appris à ces oiseaux à faire leur nid ? La science leur a appris ?

Tu dis Kiffech aucun rapport ? mais tu montres pas ce rapport ? Tu poses des questions qui n'ont rien à voir avec mon topic ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
1 hour ago, L'aghabie l'aghabie said:

Ce sont vos mensonges habituels qui lui collent d'ignobles attributs ignobles créature !

Comment peux-tu parler de mensonges alors que tu n'as même pas lu le texte. Si ton prétexte c'est Mahomet je vais le changer ya lalla ... Je rappelle que les sources primaires musulmanes sont mentionnées. Tu ne pourras pas dire c'est les les Bani Israel.

 

Edited by FAïste

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les biographies de Mohamed  des 20° et 21° siècles sont souvent des biographies angéliques, des hagiographies. Un des meilleurs exemples est le livre « Le nectar cacheté » de l'hindou Safiur Rahman Mubarakpuri. Il en est de même du film Al-Rissala (Le Message). C’est pourquoi le but de cet essai est de les contrebalancer (compenser leur excès ? rétablir l’équilibre ?) en ne présentant que les aspects défavorables de la vie de Mohamed  et qui sont occultés ou minorés. Cet angélisme excessif explique que le côté belliciste de la doctrine islamique est ignoré par l’écrasante majorité des musulmans. Cet essai se base exclusivement sur des sources musulmanes primaires, telles que les recueils de hadiths sahih (Bukhari, Muslim, …), Al-sira ennabawiya (Ibn Ishaq), Tarikh al oumam wal moulouk (At-Tabari), Kitab At-Tabaqat Al-Kabir (Mohamed ben Saad), Al bidaya wannihaya (Ibn Kathir), etc. Ces ouvrages servent de base à l’étude de l’islam dans toutes les institutions musulmanes (dont Al-Azhar). Certains commentateurs ou érudits musulmans contemporains rejettent ces auteurs alors même qu’ils sont incontournables pour faire l’apologie de l’islam et de son prophète. Et c’est dans ce même sens que, pour invalider tel hadith encombrant, ils font souvent appel au théologien albanais contemporain controversé, Al-Albani.

Il faut savoir que Mohamed , ayant été confié à une nourrice, a été privé d'affection maternelle durant au moins les deux premières années de sa vie. Les hadiths précisent que son apostolat commença par des rêves et que par la suite, à Médine, il a été constaté qu’il lui arrivait de croire qu’il avait fait une chose qu’il n’avait pas faite. Le récit de l’apparition de l’ange appelé Gabriel à Mohamed  en 610 est sujet à caution dans la mesure où il ignorait que ce dernier ne savait pas lire et il n’annonce pas à Mohamed  qu’il sera prophète. Ce sera Waraqa ibn Nawfal, judéo-chrétien et cousin de sa première femme polythéiste, qui le lui annoncera. Peu de temps après la révélation du premier verset du Coran, Waraqa meurt et la révélation s’interrompit. C’est ainsi que Mohamed   envisagea de se suicider en se jetant du haut d’une montagne. Mais la révélation des versets reprit, après une période allant jusqu’à 3 ans, selon les sources.

Les versets concernant les personnages bibliques verront le jour à la fin de la période mecquoise (avant 622). Si le Coran et la Sunna affirment que les personnages tels qu’Ibrahim, Ismaël, Isaac, Dawud (David), Moussa (Moise), Souleyman (Salomon), ‘Issa (Jésus), etc. appartiennent à l’islam ; on peut constater que ces prénoms n’apparaissent jamais chez les compagnons de Mohamed  ni chez d’autres personnes du Hedjaz avant l’Hégire (622), preuve en est que l’islam n’existait pas avant Mohamed . Par contre des patronymes commençant par ‘Abd (esclave de) ou ‘Oubayd (diminutif de Abd) sont antérieurs à l’islam.

Au début, Quraych les polythéistes de la Mecque, rejetèrent la nouvelle religion de Mohamed  et brutalisèrent ses compagnons pauvres ou esclaves pour les obliger à quitter l’islam (l’esclave noire Sumayyah bint Khayyat fut tuée). Ces persécutions furent à l’origine d’une première émigration de musulmans vers l’Abyssinie. Une campagne de boycott commercial contre les musulmans échoua. Lorsqu’on demanda à Mohamed  quelle était la pire chose que les polythéistes lui firent subir, il évoqua l’épisode suivant. Après que les polythéistes se soient moqués de lui, Mohamed  leur déclara « Par Celui qui détient mon âme en Son pouvoir, je vous menace d'avoir la gorge coupée » (Musnad Ahmad Ibn Hanbal). Le lendemain, ‘Uqba ibn Abu Mu'ayt essaya de l’étrangler avant l’intervention de son ami et beau-père Abou Bakr pour les séparer. Pour ce geste, ce polythéiste fut décapité après avoir été capturé lors de la bataille de Badr en 624. Un hadith du Sunan Abou Dawud évoque ce meurtre et où ce polythéiste demande à Mohamed  qui s’occupera de ses enfants après sa mort. Mohamed  répondit : « l’enfer ! ». Un autre prisonnier, Nadr ibn al-Harith, fut aussi décapité. Son seul tort démontré était d’avoir dit qu’il connaissait des histoires meilleures que celles du coran. Sa décapitation est représentée dans une miniature du manuscrit « Siyar-I Nabi » de l'ottoman Mustafa Darir.

Les polythéistes de la Mecque se rendirent à Médine, pour demander aux rabbins si Mohamed  était ou non un imposteur. Les rabbins proposèrent alors aux émissaires de la Mecque de poser à Mohamed  trois questions dont les réponses se trouvent dans les textes bibliques. De retour à la Mecque ils posèrent les trois questions à Mohamed . Il leur fit savoir qu’il répondrait à leurs questions le lendemain, mais il ne donna les réponses que 15 jours plus tard.

Le Coran (S16 V103) affirme que les polythéistes disaient que Mohamed  suivait un enseignement. Le Coran  ne dément pas le fait que ce dernier recevait un enseignement, il admet juste que cette langue n’était pas arabe. Les noms des judéo-chrétiens que fréquentait Mohamed  sont : Bel ‘ame, Ya ‘ich, Yassar et Jabr.

Lorsque les polythéistes ont mis le dieu de Mohamed  au défi de les punir et de faire pleuvoir des pierres sur eux, il leur répondit par le verset S8 V33 du Coran qui prend pour prétexte le fait que Mohamed  soit au milieu d’eux. Ils demandèrent à Mohamed  qu’il cesse de se moquer de leurs divinités, d’insulter leurs croyances et de créer la division entre eux, mais en vain. A la proposition de syncrétisme proposée par les polythéistes, la réponse négative de Mohamed  fut donnée par l’intermédiaire du coran : « A vous votre religion, et à moi ma religion ». (Sourate 109 Les infidèles). En revanche, s’ils acceptaient l’islam, Mohamed  leur proposait le projet par lequel les arabes leur seront redevables et que les non-Arabes leur paieront la jizya (Jami` at-Tirmidhi). Donc dès le départ, Mohamed  avait un projet expansionniste. Voilà qui expliquerait son rejet de toutes les propositions des polythéistes (argent, pouvoir, etc.). Avant la mort d’Abou Talib en 619, oncle et protecteur de Mohamed , les notables de la ville s’engagèrent à protéger son neveu. Celui-ci refusera d’assister à l’enterrement de son oncle vu que, sur son lit de mort, ce dernier refusa la demande de Mohamed  d’embrasser l’islam.

Durant douze années (610 à 622), les prêches, à l’adresse des différentes tribus arabes polythéistes qui venaient à la Mecque à l’occasion du pèlerinage annuel, n’aboutirent pas. Mohamed  fut même l’objet de jets de pierres de la part d’enfants à Taif. Un an avant l’Hégire, seule une douzaine de polythéistes de Médine accepta d’embrasser l’islam. Ce sera le premier serment d'allégeance d'al-‘Aqaba. Au pèlerinage suivant, juste avant l’Hégire, ce sera le second serment d'allégeance d'al-‘Aqaba. Cet accord, qui sera considéré comme une déclaration de guerre par les mecquois, confirmera le projet expansionniste de Mohamed . Alors que les médinois allaient prêter allégeance à Mohamed , un des leurs, appelé al-Abbâs ibn 'Ubâda, les arrêta en disant : « Savez-vous pourquoi vous prêtez allégeance à cet homme » ? Ils répondirent « Oui ». « Vous vous engagez à faire la guerre à tous les hommes » (au rouge et au noir  dans le texte). Mohamed  leur promit, en échange, le paradis. Cet épisode est mentionné dans un hadith repris par At-Tabari. Cet accord sera canonisé par le verset S22 V39 du Coran : « Autorisation est donnée à ceux qui combattent [Lilladhīna Yuqātalūna] parce qu’ils ont été lésés ». Le dogme musulman considère cela comme un ordre d’Allah d’autoriser la guerre. 73 hommes et 2 femmes de Médine embrassèrent l’islam à l’issue de cet accord sans lequel l’islam n’aurait probablement pas existé.  

Contrairement à ce que dit le Coran, aussi bien dans les différentes biographies que dans les sahih de Bukhari ou de Muslim, aucune prétendue expulsion ou confiscation de biens n’est décrite lors du départ vers Médine. Plusieurs exemples sont cités où les polythéistes mecquois regrettent ou s’opposent même au départ des musulmans. Lorsqu’Abou bakr, bras-droit et beau-père de Mohamed  lui demandait s’il pouvait partir avec lui pour Médine, ce dernier lui répondait : « j’attends l’ordre d’Allah ». Son cousin et gendre, Ali, est partit trois jours après lui. Ce sera la deuxième émigration qui sera appelée « l’Hégire » (vers Médine) et qui s’étalera de juillet à septembre 622. Dix mois après son arrivée à Médine, Mohamed  est rejoint par sa femme Aicha, âgée de 9 ans qu’il avait épousée alors qu’elle était âgée de 6 ou 7 ans. Aucun musulman n’a remis en cause cet âge avant le 20ième siècle qui est confirmé par différents narrateurs dans plusieurs hadiths. Cette fuite vers Médine servira comme point de départ du calendrier musulman qui ne sera créé par le deuxième calife Omar qu’en 638.

L’histoire de la tentative d’assassinat de Mohamed  par les mecquois, avant le départ pour Médine, telle que décrite par Ibn Ishaq, est tout simplement abracadabrante : des assassins qui passent toute la nuit à attendre devant la maison de Mohamed  sans entrer…, ce dernier qui sort et qui dépose sur leurs têtes de la poussière sans qu’ils le voient…, etc.

Sur les neuf oncles paternels de Mohamed , un seul un embrassera l’islam volontairement et sans conviction préalable, Hamza. Son deuxième oncle Abbas ou ses  cousins tels que Abū Sufyān ibn al-Hārith ou Abu Sufyan ibn Harb et la quasi-totalité des mecquois ne se convertiront à l’islam qu’à l’occasion de la prise de la Mecque en 630.

Entre 610 et 622, avec les moyens pacifiques, Mohamed  n’a réussi à faire embrasser l’islam qu’à une centaine de mecquois. Dix ans après, il régnait sur tout le territoire du Hedjaz et le nombre de guerriers musulmans s’élevait à plusieurs milliers (30 000 selon certaines sources).

A son arrivée à Médine, Mohamed  rédige un écrit (modus vivendi) entre les musulmans venus de la Mecque (Émigrés) et ceux de Médine (Ansars) et par lequel il s’engage envers les juifs. Il prescrit les droits et obligations des juifs sans que leur consentement n’apparaisse dans l’écrit. Le sang et la rançon sont des thèmes qui reviennent souvent dans ce pacte, appelé à tort, « constitution de Médine » par certains auteurs.

 

LISTE NON EXHAUSTIVE DES EXPÉDITIONS DE MOHAMED  : de 623 à 632

Première expédition d’Al-‘Is : 9 à 10 mois après son arrivée à Médine, Mohamed  envoie 30 hommes commandés par son oncle Hamza vers la côte, entre la Mecque et Médine, mais la caravane est défendue par trois-cents cavaliers Mecquois.

2ème expédition de ‘Ubaydah ibn al-Harith à la même période : Mohamed  envoie une soixantaine d’hommes à la rencontre d’une autre caravane protégée par deux cents hommes.

3ème expédition de Kharrar au 11ème mois de l’Hégire : menée par Sa`d ibn Abi Waqqas sur la route de la Mecque, mais la caravane était déjà passée.

4ème expédition de Waddan  au 2ème mois de l’An II : pas de combat entre les belligérants (commandée par Mohamed ).

5ème expédition de Buwwat au 3ème mois de l’An II : Mohamed  à la tête de 150 hommes n’intercepte pas la caravane à qui avait changé d’itinéraire

6ème expédition d’Al ‘Ushayra au 6ème mois de l’an II : Mohamed  à la tête de 200 hommes n’arrive pas à intercepter une caravane mecquoise.

7ème expédition de Nakhla au 7ème mois de l’An II : Mohamed  envoie une expédition supposée rapporter des renseignements, mais le groupe attaqua les quatre caravaniers et tua l’un d’entre eux. Cette attaque eut lieu durant un des 4 mois sacrés où les arabes du Hedjaz s’interdisaient de faire la guerre. Pour faire faire face à la réprobation des polythéistes, la réponse de Mohamed  vint par l’intermédiaire du verset S2 V217 du Coran qui affirma, entre autres, que l'association est plus grave que le meurtre. Ce verset vient donc légitimer une violation délibérée d’une trêve sacrée. Mohamed  paya le prix du sang de la victime, remis en liberté les deux prisonniers, mais les textes ne font pas mention de la remise du butin à leurs propriétaires. Dans cette affaire, les intentions de Mohamed  sont douteuses. Envoyer huit hommes pour rapporter des informations sur une caravane commerciale composée de quatre caravaniers n’était pas justifié, d’autant plus qu’ils n’ont rapporté aucune information. Ne faire lire la lettre donnant les instructions (rapporter des informations sur la caravane) qu’après deux jours de marche, c’était mettre les hommes devant le fait accompli. Cacher, au départ, le but de l’expédition, si ce n’était que pour rapporter des informations sur une caravane commerciale, n’est pas crédible.

La 8ème expédition au 9ème mois de l’An II (mars 624), c’est la bataille de Badr où Mohamed  projeta d’attaquer une importante caravane. Informés de ce projet les polythéistes mecquois auraient envoyé 800 hommes pour protéger la caravane. Vu le nombre de polythéistes tués (50) et faits prisonnier (70), le chiffre de 800 polythéistes parait peu crédible car il restait environ 680 polythéistes face à moins de 300 musulmans. Le butin fut partagé suivant la Tradition : 1/5ème pour Mohamed .

Peu de temps après la bataille de Badr, Mohamed  expulsa la première des trois principales tribus de Médine, les Banu Qaynuqa, après un siège de 15 jours. Les juifs de cette tribu avaient assassiné un musulman qui avait tué un bijoutier juif qui avait offensé une musulmane. D’après Ibn Hisham et Ibn kathir, Mohamed  avait l’intention de tuer les 700 hommes de la tribu. Abd-Allah ibn Ubayy, chef de l’une des deux tribus musulmanes de Médine l’en empêcha. Le Coran fait référence à ce dernier en évoquant les hypocrites, notamment le verset S9 V84.

9ème expédition, quelques temps après la bataille de Badr : meurtre de Ka'b ibn al-Ashraf, un poète juif. Mohamed  dit: “Qui pour Ka'b ibn al-Ashraf ? Il a insulté Allah et son messager”. Mohamed  autorisa le chef du commando, Muhammad ibn Maslama, à mentir. Ils se firent passer pour des ennemis de Mohamed  et le tuèrent chez lui.

10ème expédition de Sawiq au 12ème mois de l’An II : il s’agissait de poursuivre des polythéistes de La Mecque qui avaient fait une incursion à Médine et avaient tué deux musulmans.

11ème expédition de Dhi Amr au 2ème mois de l’An III : Mohamed , à la tête de 450 hommes, séjourna durant un mois dans le territoire voisin du Nejd, à l’Est de Médine sans qu’il n’y ait eu de combat.

12ème expédition de Buhran au 4ème et 5ème mois de l’An III : Mohamed , à la tête de 300 hommes, séjourna durant deux mois entre Médine et La Mecque sans qu’il n’y ait eu de combat.

13ème expédition d’Al-Qarada au 6ème mois de l’An III : Pour éviter la route habituelle de la Syrie (à l’Ouest de Médine), la caravane passa par le territoire du Nejd. Elle fut attaquée par un détachement militaire commandé par Zayd ibn Harithah, fils adoptif de Mohamed , qui s’empara du butin.

Au 10ème mois de l’An III, c’est la bataille d’Uhud où les polythéistes de La Mecque vinrent défier les musulmans près de Médine et cherchaient à prendre leur revanche après la défaite de Badr. Après que le corps de son oncle Hamza fut mutilé, Mohamed  dit: «S i je prends le dessus, je mutilerai les corps de trente hommes d’entre eux». Mohamed  regrettera ensuite ces paroles et cela se traduira par le verset S16 V126 du Coran.

Au 2ème mois de l’an IV, des polythéistes piégèrent les musulmans en demandant à Mohamed  de lui envoyer des missionnaires : 6 ou 10 (selon les sources) furent massacrés à Raji’. Et à la même période, 40 (ou 70) missionnaires musulmans furent massacrés à Bir Ma'una en représailles de l'assassinat du polythéiste Khalid bin Sufyan par des compagnons de Mohamed .

Au 3ème mois de l’an IV, Mohamed  expulsa la deuxième tribu juive de Médine, les Banu Nadir, après avoir brûlé leur palmeraie. D’après lui, ils auraient tenté de l’assassiner, mais il ne présenta de preuves à personne. Les premiers versets de la sourate 59 (l’exode) sont consacrés à cette expulsion où il est fait mention de butin revenant entièrement à Mohamed  étant donné qu’il n’y a pas eu de combat. Mohamed  ayant coupé leurs palmiers, le verset S59 V5 du Coran légitime cet acte (il a bon dos Allah !).

14ème expédition de Dhat al-Riqa’, Mohamed  à la tête de 400 hommes, dans le territoire du Nejd au 4ème ou 5ème mois de l’An IV, sans combat.

15ème expédition de Badr au 8ème mois de l’An IV. Les polythéistes ne se présentèrent pas au rendez-vous.

16ème expédition de Dumat al-Jandal au 3ème mois de l’An V, à la limite du territoire byzantin, à plusieurs centaines de Kms au nord de Médine, soit 15 jours de marche, sans qu’il n’y ait eu de combat.

Au 10ème mois de l’an V eu lieu la bataille du fossé par laquelle les polythéistes de La Mecque se coalisèrent avec les Ghatafan, une tribu située au Nord de Médine dans le Nejd, pour attaquer les musulmans. La tranchée et le vent finirent par obliger les coalisés à mettre fin au siège de Médine.

Aussitôt après le départ des coalisés Mohamed  assiégea durant une vingtaine de jours la tribu juive des Banu Qurayza en lui reprochant de l’avoir trahi alors qu’elle n’a pas pris part au combat et est restée neutre. Tous les mâles de cette tribu furent égorgés, les femmes et les enfants vendus en tant qu’esclaves. Une femme juive fut décapitée pour avoir tué un musulman en jetant sur lui un moulin (hadith d’Aicha : « on ne tua de leurs femmes qu’une seule… »).

Aucune des trois tribus juives expulsée ou massacrée n’est mentionnée dans l’accord conclu entre les musulmans venus de la Mecque (Émigrés) et ceux de Médine (Ansars).

17ème expédition, quelques temps après la bataille de la tranchée. Mohamed  envoya un groupe de musulmans pour éliminer le vieux poète juif Abou Rafi’. Abdullah ibn 'Atik s'est rendu chez lui de nuit et l'a tué. Le prétexte était que c’était un ennemi déclaré de l’islam et que l’une des deux tribus musulmanes originaire de Médine (Khazraj) voulait imiter l’autre (Aws) qui avait assassiné le poète juif Ka'b ibn al-Ashraf.

18ème expédition de Muhammad ibn Maslamah au 1er mois de l’An VI : Mohamed  envoya 30 hommes dans le territoire du Nejd contre la tribu des Banu Bakr. Le butin fut de 150 chameaux et 3000 chèvres.

19ème expédition de Banu Lahyan au 4ème mois de l’An VI : A la tête de 200 hommes, Mohamed  voulait vengeait les musulmans tués à Raji, mais la tribu des Banu Lahyan s’était réfugié dans les montagnes.

20ème expédition de Zayd ibn Haritha à la même période : les Musulmans prirent des captives et du butin.

21ème expédition de Dhu Qarad au 5ème mois de l’An VI : pour rattraper des polythéistes de Ghatafan qui ont tué un berger musulman et volé ses bêtes.

La 22ème expédition eu lieu au 8ème mois de l’an VI (décembre 627) dans le territoire de la tribu des Banu Mustaliq vers le littoral à plus de 250 km de Médine. Plusieurs hadiths expliquent que Mohamed  attaqua cette tribu alors qu’ils faisaient abreuver leurs troupeaux insouciamment. Il approuva le viol des captives en autorisant ses compagnons à ne pas pratiquer le coït interrompu par rapport au risque de grossesse (la valeur marchande d’une esclave enceinte diminuerait). En distribuant les captives, la belle Juwayriyya bint al-Harith, fille du chef de la tribu, tomba dans le lot d’un des guerriers de Mohamed . Par la suite, elle demanda à Mohamed  de l’aider pour racheter sa liberté. Il lui proposa alors le mariage, ce qui permit la libération d’une centaine de familles de sa tribu qui devint musulmane.

Sur le chemin du retour vers Médine, après une halte, la troupe leva le camp, ignorant qu’Aisha, la jeune épouse de Mohamed , n’était pas dans le palanquin de son chameau. Elle fut retrouvée et ramenée par un guerrier qui était en retard sur la troupe, mais ils ne purent rejoindre le groupe que le lendemain. Se répandit alors à Médine la rumeur selon laquelle elle avait commis l’adultère. Le Coran attendit un mois pour déclarer Aisha innocente (or ce délai correspond à la durée nécessaire pour ôter tout doute sur une éventuelle grossesse).

Au 11ème mois de l’an VI (mars 628) fut signé le traité de Houdaybiya qui prévoyait une trêve de 10 ans entre les musulmans de Médine et Quraysh, les polythéistes de la Mecque. Durant les négociations Abu bakr, beau-père et bras droit de Mohamed , dit à un polythéiste : « va sucer le clitoris d’Al-Lat ». Ce traité permettait aux musulmans de ne faire le pèlerinage qu’à partir de l’année prochaine, était limité à trois jours et encadrait le port d’arme. Mohamed  devait renvoyer à Médine les mecquois qui le rejoindraient sans la permission de leur tuteur. Mais il ne respecta pas ce dernier point puisqu’il refusa de remettre, à leur tuteur, des mecquoises converties à l’islam et qui l’avaient rejoint. Le coran décréta à cette occasion le verset S60 V10 permettant de ne pas remettre des musulmanes (il a bon dos Allah !). Si les compagnons de Mohamed  ont considéré ce traité comme humiliant, il s’avèrera stratégique puisqu’il laissera la voie libre à Mohamed  pour attaquer les autres cités du Hedjaz. D’ailleurs, après ce traité, Mohamed  envoya des lettres aux souverains voisins dans lesquelles il les appelait à embrasser l'islam et dans lesquelles il précisait : « Si tu deviens musulman, tu auras la vie sauve » (entre autres lettre envoyée à Héraclius selon le Sahih Bukhari).

En réalité, les attaques contre les caravanes des polythéistes ne cessèrent jamais malgré la trêve. Elles furent l’œuvre de groupuscules d’esclaves nouvellement convertis à l’islam et ayant fuit leurs maitres polythéistes.

23ème expédition au début de l’an VII (juin 628): Mohamed  attaqua sans raison réelle et sérieuse, Khaybar et Fadak, les dernières cités juives du Hedjaz situées à 150 km au nord de Médine. Mohamed  autorisa un de ses guerriers à choisir une femme parmi les captives. Le père et le mari de la femme choisie, une nouvelle mariée de 17 ans, venaient juste d’être tués. Lorsqu’on décrivit à Mohamed  la beauté de cette femme et lorsqu’il la vit, il demanda au guerrier de choisir une autre femme. Sur le chemin du retour, il coucha avec elle sans observer le délai de viduité nécessaire afin d'éviter les conflits de filiation paternelle. Ce délai, même ramené à sa moitié pour les femmes esclaves, est prévu par le Coran (Idda). En guise de dot pour le mariage, il lui offrit l’affranchissement de sa situation d’esclave. Dans un hadith cependant, elle avait dit : “le prophète était pour moi l’homme le plus détestable, il a tué mon mari, mon père et mon frère”.

Du 3ème au 10ème mois de l’an VII, eurent lieu diverses petites expéditions militaires.

Au 11ème mois de l’an VII, Mohamed  accomplit le petit pèlerinage comme prévu par le Traité de Houdaybiya et sous l’autorité des polythéistes. Ils lui demandèrent de quitter les lieux le troisième jour. Le fait que le premier pèlerinage eu lieu sous l’autorité des polythéistes pourrait expliquer le fait que Mohamed  ait exonéré les musulmanes du port du niqab et des gants lorsqu’elles sont en état de sacralisation.

24ème expédition au 5ème mois de l’an VIII (août 629) : Mohamed  envoya une armée de 3 000 hommes à Mu’tah,  à plus de 1 000 Km de Médine (dans l’actuelle Jordanie), expédition qui se solda par la perte des 3 chefs musulmans.

25ème expédition au 9ème mois de l’an VIII (janvier 630) : Mohamed  envahit La Mecque avec 10 000 hommes violant ainsi le traité de Houdaybiya conclu pour 10 ans. Le prétexte invoqué est que les polythéistes mecquois aidèrent une tribu alliée, les Banu Bakr, à attaquer la tribu des Khuza'a, alliée des musulmans. Ibn Ishaq (né en 704) prétend que la tribu des Banu Bakr (avec les polythéistes) et celle des Khuza’ah (avec les musulmans) étaient liées au traité de Houdaybiya. Or les recueils de hadiths de Bukhari, Muslim ou Abu Dawud, ne font pas mention de ces deux tribus dans le traité. Par ailleurs, certains hadiths relatifs à ce traité mentionnent deux narrateurs sources, Marwan ibn al-Ḥakam et Miswar Ben Makhrama, qui n’avaient que 6 ans au moment du traité. Au cours de cette conquête, Mohamed  autorisa de nouveau le mariage temporaire pour une période de 15 jours qu’il avait déconseillé en 628 à Khaybar. Au moins un homme fut assassiné sur son ordre, Ibn Khatal. Il ordonna de tuer aussi, Abd Allâh ibn Saad, un scribe qui avait apostasié et qui était retourné à La Mecque. Uthman ibn Affan (futur 3ième calife), qui était son frère de lait, intercéda en sa faveur pour qu’il soit gracié (Sunan Abu Dawud).

Mohamed  détruisit toutes les idoles du panthéon, mettant fin ainsi à la tolérance vis-à-vis des religions qui y étaient représentées.

26me expédition à la même période : Mohamed  envoya Khalid ibn al-Walid pour détruire le lieu dédié à la déesse al-‘Uzza

27ème expédition de Banu Jadhima à la même période : Mohamed  envoya Khalid ibn al-Walid afin de convier la tribu Banu Jadhimah à l’Islam. Ils acceptèrent mais une partie d’entre eux fut massacrée seulement pour avoir dit « nous sommes devenus sabéens ». Mis au courant de ce massacre, Mohamed  se contenta de dire à Khalid ibn al-Walid : « je suis innocent de ce que tu as fait ».

28ème expédition de Hunayn au 10ème mois de l’an VIII : Mohamed , à la tête de 10 000 musulmans auxquels s’ajoutèrent les 2 000 nouveaux musulmans de la Mecque partit en campagne pour s’opposer à plusieurs tribus polythéistes qui décidèrent de marcher contre les musulmans. Après leur défaite, une partie de ces tribus se réfugia à Taïf à 80 km de La Mecque.

29ème expedition d’Awtas, juste après celle de Hunayn, où Mohamed  avec 12 000 soldats s’oppose à une coalition de tribus polythéistes. A l’occasion de cette bataille, le Sahih Muslim cite un hadith de Mohamed  où il cautionne le viol des captives mariées et le canonisa par les versets S4 V24 « … et parmi les femmes, les dames (qui ont un mari), sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété …».

30me expédition de Taïf, juste après celle d’Awtas : Après un siège qui dura plus de 15 jours et au cours duquel Mohamed  coupa leurs vignes et utilisa des catapultes, les tribus de la région finirent, à la longue, par accepter l’islam. Mohamed  autorisa ses soldats à attaquer les païens avec la probabilité d’exposer leurs femmes et leurs enfants au danger depuis les batailles d’ Al-Abwa ou de Waddan où il dit: "Ils font partie d'eux, il n'y a de protection que pour Allah et son messager". (Sahih Bukhari).

Mohamed  revint s’installer à Médine au 11ème mois de l’an VIII .

31ème expédition de 'Uyayna bin Hisn au 1er mois de l’an IX : Mohamed  envoya une cinquantaine d’hommes contre la tribu des Banu Tamim qui avait refusé de lui payer l’aumône (pratique sectaire ?). Il ont tué des hommes et firent des captives.

32ème expédition de Qutbah ibn Amir au 2ème mois de l’an IX : Mohamed  envoya une vingtaine d’hommes pour attaquer la tribu des Banu Khath'am. Le butin composé de bétail et de femmes fut ramené à Médine distante de plusieurs centaines de kilomètres.

33ème expédition de Dahhak Ibn Sufyan al-Kilabi au 3ème mois de l’an IX : Mohamed  envoya un commando contre la tribu des Banu Kilab pour leur demander de devenir musulmans. La tribu s’échappa, mais un des jeunes musulmans réussit à rattraper son propre père et a participé à son meurtre parce qu’il avait insulté l’islam.

34ème expédition d’Ali ibn Abi Talib au 3ème mois de l’an IX : Mohamed  envoya 150 d’hommes contre les Banu Tayy, une tribu en partie chrétienne, dans le territoire du Nejd, pour détruire la statue de la divinité païenne al-Fuls. La tribu finit par accepter l’islam.

35ème expédition de Tabouk au 7ème mois de l’an IX (octobre 630) : Mohamed  à la tête de plusieurs milliers d’hommes voulait combattre les blonds (les Byzantins) et aurait séjourné une dizaine de jours à Tabouk à plus de 600 km de Médine. Sur le chemin du retour, Mohamed   s’arrêta dans un village, à la demande de ses habitants, pour inaugurer une mosquée. Mais il ordonna finalement qu’elle soit brûlée au motif qu’elle ait été construite sur ordre d’un chrétien ennemi de l’islam et qui avait fuit entretemps. Le Coran évoque cet évènement (S9 V107).

Premier pèlerinage à la Mecque sous autorité musulmane au 11ème mois de l’an IX au cours duquel Mohamed  envoya son cousin et gendre Ali pour déclarer que le pèlerinage sera interdit aux non musulmans après cette année et que seul les pactes à durée déterminée ne seront pas rompus. Les pactes à durée indéterminée seront ramenés à quatre mois à l’issue desquels les polythéistes seront combattus jusqu’à ce qu’ils embrassent l’Islam. Les  versets S9 V1 à V7 de la sourate « le désaveu » (Bara'ah) font allusion à la rupture par Allah et son prophète des pactes qui les lient aux polythéistes.

36ème expédition de Khalid ibn al-Walid à Najran (Yemen) vers juin 631 (5ème mois de l’An X) pour convertir la tribu des Banu Harith de force s’ils refusent l’islam. En les recevant, Mohamed  leur dit :« Si Khalid ibn al-Walid ne m'avait pas écrit que vous aviez embrassé l’islam, j’aurais mis vos têtes sous vos pieds » (cité par Tabari).

Au 11ème mois de l’An X (mars 632), 80 jour avant son décès, eut lieu l’unique pèlerinage de Mohamed  appelé « le pèlerinage d’adieu », au cours duquel il déclara qu’il ne savait pas s’il ferait le pèlerinage après celui-ci et où il dit : « Aujourd’hui, j'ai clos pour vous votre religion » (Coran S5 V3). Ces deux phrases sont à mettre en relation avec le fait que quelques jours avant sa mort il ressentait toujours la douleur causée par la nourriture qu’il avait mangée lors de l’expédition de Khaybar. En outre Mohamed  dit que c’est lui-même qui clos l’islam et non pas Allah, même si ensuite il ajoute qu’il a transmis le message.

37ème expédition de Dhul Khalasa en avril 632 : Mohamed  envoie 150 hommes pour détruire la Kaaba du Yémen. Ils la démolirent et tuèrent ceux qui s’y trouvaient. A leur retour, Mohamed  pria pour eux (da`wa).

38ème expédition d'Usama bin Zayd au 2ème mois de l’An XI (mai 632) dans le but d’attaquer des tribus de Palestine (l’expédition s’acheva après la mort de Mohamed ).

Durant les derniers jours de la maladie précédant sa mort (3ème mois An XI, juin 632), Mohamed  dit à sa femme Aicha : « Je ressens toujours la douleur causée par la nourriture que j'ai mangée à Khaybar et j'ai l'impression que mon aorte est coupée par ce poison". La juive qui l’avait empoisonné fut tuée sur ordre de Mohamed  après qu’un de ses compagnons décéda de cet empoisonnement (Sunan Abou Dawud). Aussitôt après la mort de Mohamed , le futur calife, Abou bakr, récita le verset « . Muhammad n'est qu'un messager … » (S3 V144). Voici ce que dit le narrateur du hadith : « Par Allah, c’est comme si les gens ne savaient pas qu’Allah l’avait révélé avant qu’Abou bakr ne le récite. Les gens l’ont appris de lui et tout le monde s’est mis à le réciter » (Sahih Bukhari).

 

QUELQUES HADITHS MÉCONNUS PAR LES MUSULMANS  

Durant ces 10 années de djihad guerrier, Mohamed  avait conforté l’esclavagisme. Le Sahih Muslim cite : « un homme, avait prévu au moment de son décès d’affranchit 6 esclaves. Le messager d’Allah les a divisés en 3 groupes de deux et a tiré au sort. Il a libéré deux d’entre eux et a maintenu les 4 autres en esclavage ». Le Sahih Bukhari cite : ‘un musulman avait fait de son esclave un mudabbar (esclave qui est libre à la mort de son maître). Quand le Prophète l’apprit, il dit : ‘Qui veut l’acheter pour moi ?’. Nu’aim ibn an Nahham l’acheta pour 800 dirhams ». Autre exemple :  Son épouse, Maymuna Bint al-Harith avait libéré une esclave sans lui demander la permission. Le jour où il est venu la voir, il lui a dit: « Si tu l'avais donné à tes oncles maternels, tu aurais eu une plus grande récompense ». Ibn Qayyim al-Jawziyya, dans son ouvrage « Zâd al-Ma'âd », cite les noms de quatre femmes esclaves de Mohamed , d’une vingtaine d’hommes esclaves non affranchis ainsi que de huit serviteurs dont Bilal ibn Rabah. A l’époque de Mohamed  et des premiers califes les esclaves affranchis restaient au service de leur maître et avaient le statut de mawla.

Hadith recueilli par Bukhari où un homme a été accusée de fornication avec une femme esclave du messager d'Allah. Le messager d'Allah a dit à Ali : « Va lui couper le cou ». Lorsque Ali le trouva se rafraichissant dans un puits, il lui prit la main et l'en fit sortir. Mais il était castré, il n'avait pas de sexe.  Ali ne lui fit rien, il revint vers le messager d'Allah et lui dit : « il est majboub, il n'a pas de sexe ».

Hadith recueilli par Bukhari où Mohamed  dit à une de ses femmes : « la révélation ne me vient jamais quand je suis dans l’habit d’une femme, sauf [celui d’] Aicha ».

Dans un hadith recueilli par Bukhari et Abu Dawud, Mohamed  utilise un mot vulgaire dans une question à un homme : « l’as-tu baisée » (Anektaha ?)

Le coran reconnaît l’iniquité de la polygamie (S4 V129 : « Vous ne pourrez jamais être équitable entre vos femmes… »), mais l’autorise quand même ! Alors même que l’islam l’autorise, Mohamed  empêcha son gendre, Ali, de prendre une deuxième épouse. Il lui dit que ce qui faisait du tort à sa fille lui faisait aussi du tort, et que s’il voulait prendre une deuxième épouse, il fallait au préalable qu’il divorce de sa fille (Sahih Bukhari). Le prétexte, que la femme qu’Ali voulait épouser était la fille d’un polythéiste ne peut être retenu vu que Mohamed  s’était aussi marié avec une fille de polythéiste.

Le Coran S58 V12 demande aux musulmans de faire précéder d'une aumône leur entretien confidentiel avec Mohamed  et affirme que la zakat et les aumônes sont destinées aux pauvres. En réalité elles étaient récoltées par Mohamed  et les califes qui lui ont succédé mais n’ont pas étés ou peu distribuées aux pauvres. Il en est de même pour la part du butin revenant à Mohamed  et aux califes - un cinquième – et qui n’a pas été ou peu distribuée aux pauvres.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur les quelques lignes sur lesquelles ce sont posées mes yeux, que du mensonge ! L'homme est ainsi pour sa majorité, il ment et déguise tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites
5 hours ago, L'aghabie l'aghabie said:

Sur les quelques lignes sur lesquelles ce sont posées mes yeux, que du mensonge ! L'homme est ainsi pour sa majorité, il ment et déguise tout.

Quels sont ces mensonges ? Les sources sont les recueils de hadiths sahih (Bukhari, Muslim, …), Al-sira ennabawiya (Ibn Ishaq), Tarikh al oumam wal moulouk (At-Tabari), Kitab At-Tabaqat Al-Kabir (Mohamed ben Saad), Al bidaya wannihaya (Ibn Kathir), etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

l

5 hours ago, L'aghabie l'aghabie said:

C'est un Prophète, ce titre est amplement suffisant pour prouver sa bonne foi et faire de vous des renégats,

le gars de ourgla aussi a dit qu'il est  prophete , pourquoi tu ne le crois pas ?....nous sommes a l'ere de la preuve , si tu n'apportes pas une preuve irrefutable que tu es un prophete , tu ne l'es pas !  ce n'est pas parce que les arabes le jurent qu'il faut les croire -les arabes ont un conflit d'interet ,ils l'ont utilisé pour leur expansion -un peuple qui aurait du rester dans l'anonymat pour l'eternité  a eu son heure de gloire grace a lui donc ils ne peuvent pas etre impartiaux .

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
1 hour ago, koceyla said:

l

le gars de ourgla aussi a dit qu'il est  prophete , pourquoi tu ne le crois pas ?....nous sommes a l'ere de la preuve , si tu n'apportes pas une preuve irrefutable que tu es un prophete , tu ne l'es pas !  ce n'est pas parce que les arabes le jurent qu'il faut les croire -les arabes ont un conflit d'interet ,ils l'ont utilisé pour leur expansion -un peuple qui aurait du rester dans l'anonymat pour l'eternité  a eu son heure de gloire grace a lui donc ils ne peuvent pas etre impartiaux .

 

Un Prophète est un messager de Dieu, il vient avec un Livre, quel est le Livre de ton gars de Ouargla ? Un Prophète avant lui a-t-il annoncé sa venue ? Quels sont ses miracles ? A-t-il été visité par l'Archange Gabriel ? Quelle valeur morale a-t-il ? Etc.

Donne-moi un livre équivalent au Coran Elkarim ? Il y a des choses qui ne trompent pas. Le mois de Ramadan n'a pas d'équivalent..

L'humanité a une histoire, actuellement on est dans un mélange incroyable, on y comprend plus rien, la religion est très attaquée et le matériel et futile sont mis en avant, les gens de mal mis en avant etc.

Rien de plus sûr pour moi que La ileh ila Allah wa Mouhammed rassoulou Allah

 

Edited by L'aghabie l'aghabie

Share this post


Link to post
Share on other sites
On 07/10/2019 at 05:12, L'aghabie l'aghabie said:

Sur les quelques lignes sur lesquelles ce sont posées mes yeux, que du mensonge ! L'homme est ainsi pour sa majorité, il ment et déguise tout.

Tu as dit que du mensonge ... mais tu ne montres pas quels sont ces mensonges ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
On 06/10/2019 at 08:03, L'aghabie l'aghabie said:

Ce sont vos mensonges habituels qui lui collent d'ignobles attributs ignobles créature !

bonjour

avec toi meme si on te cite les hadiths,un verset et son tafsir, tu nous traite de menteur.....faut un jour arrêter d’écouter les prêcheurs et lire par toi-même les textes islamique...pour arriver a une meilleur conclusion qui  te fera prendre bonne conscience...

http://www.coranix.free.fr/biblio/mahomet_sirat.htm

https://la-voie-de-la-raison.blogspot.com/

Edited by KEYBOARDZAPPER

Share this post


Link to post
Share on other sites
10 hours ago, KEYBOARDZAPPER said:

.....faut un jour arrêter d’écouter les prêcheurs et lire par toi-même les textes islamique...

Si elle lit les textes islamiques (pas sûr qu'elle lise l'arabe), elle va découvrir que les djihadistes sont ceux qui appliquent le vrai islam , l'islam des versets non abrogés ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

sa

On 10/10/2019 at 09:14, FAïste said:

Si elle lit les textes islamiques (pas sûr qu'elle lise l'arabe), elle va découvrir que les djihadistes sont ceux qui appliquent le vrai islam , l'islam des versets non abrogés ...

c'est sûr ils ont le meilleur exemple en mahomed...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...