Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
koceyla

En Algérie, «des policiers m'ont dit qu'ils arrêtaient tous les Noirs»

Recommended Posts

[h=1]En Algérie, «des policiers m'ont dit qu'ils arrêtaient tous les Noirs»[/h] Par Redha Slimani, Correspondance à Alger — 17 octobre 2017 à 18:551065124-an-african-migrant-sits-with-her-son-beside-her-tent-at-a-makeshift-camp-set-up-under-the-bridge-of-.jpg?modified_at=1508259333&width=960 A Alger, en juin. Photo Zohra Bensemra. Reuters

[h=2]Les autorités ont lancé une nouvelle vague d'interpellations et d'expulsions des migrants subsahariens.[/h]

  • En Algérie, «des policiers m'ont dit qu'ils arrêtaient tous les Noirs»

«Je suis dans un bus. Nous avons dépassé Djelfa. Je ne sais pas où l’on va.» Mardi matin, Sanogo, un migrant ivoirien, est transporté avec plusieurs centaines d’autres migrants subsahariens en direction du sud de l’Algérie. Le convoi d’autobus est encadré par la gendarmerie et le Croissant Rouge. Le jeune homme, manœuvre dans un chantier, a été interpellé la veille devant la porte de son domicile, à Blida, 55 kilomètres au sud d’Alger. «Des policiers m’ont dit qu’ils arrêtaient tous les Noirs, qu’on les emmerdait et qu’on devait rentrer chez nous», raconte-t-il, en précisant que les forces de l’ordre ont cassé les portes de plusieurs logements proches du sien pour pouvoir y entrer et y interpeller des migrants.

 

 

 

Depuis le début du mois de septembre, les forces de l’ordre algériennes ont procédé à l’arrestation de plus d’un millier de migrants subsahariens dans la capitale. Presque chaque jour, des gendarmes et des policiers interpellent principalement des hommes, dans la rue, sur les chantiers, dans les logements, dans les bus et dans les taxis. Cette semaine, les arrestations se sont étendues à la wilaya voisine de Blida et laissent craindre une extension de l’opération policière. [h=3]Bottes en caoutchouc[/h]

«J’étais au travail, sur un chantier géré par une entreprise chinoise, et d’un seul coup un convoi de gendarmerie est arrivé. C’était la panique, tous les ouvriers africains sont montés dans les étages du bâtiment en courant. Les gendarmes sont repartis, mais depuis on se cache dans le chantier la nuit et on dort à tour de rôle», explique Prospère, un Guinéen à peine majeur. «Si on t’attrape, tu perds tout. Tes économies, tes affaires, le salaire que te doit encore le patron. Alors on court dès qu’on voit la gendarmerie», ajoute Benoit, un Béninois.

 

Dans la périphérie ouest de la capitale algérienne, où les chantiers de logements emploient des dizaines d’ouvriers subsahariens en situation irrégulière, les entreprises sont inquiètes. «On ne comprend pas ce qu’il se passe, explique un chef de chantier qui demande à rester anonyme. Un matin, je n’aurai plus assez d’ouvriers pour faire le travail. On me demande de respecter les délais, mais je ne pourrai pas.» Dans une vidéo filmée par un migrant interpellé, on voit parmi les personnes arrêtées des hommes encore en tenue de chantier, bottes en caoutchouc et vêtements maculés de poussière blanche. Certains sous-traitants vont désormais chercher eux-mêmes les migrants avec lesquels ils travaillent, pour éviter qu’ils ne se fassent arrêter dans les transports en commun. [h=3]«Dans des conteneurs»[/h]

Les migrants interpellés sont emmenés à Tamanrasset (dans le sud du pays) puis expulsés au Niger, quelle que soit leur nationalité. «Une fois arrivés à Agadez, les Nigériens sont pris en charge par les autorités, les autres sont récupérés par l’Organisation internationale des migrations (OIM)», explique un acteur associatif d’Agadez. Que se passe-t-il entre Tamanrasset et Agadez ? Selon les vidéos publiées sur les réseaux sociaux, les migrants sont transportés jusqu’à la frontière entre l’Algérie et le Niger. Ils doivent ensuite marcher 12 kilomètres dans le désert jusqu’à la première ville nigérienne, vraisemblablement Assamaka. Leurs conditions de détention ne sont pas claires. «Il y a des Maliens à Tamanrasset dans des conteneurs, sous 50 degrés. On refuse l’accès au camp au consul», a déclaré Cherif Mohamed Haïdara, le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne, à la chaîne de télévision Africable. «Dans le camp, des gendarmes ont violenté des migrants qui réclamaient des explications», témoigne le Camerounais Ibrahim.

 

Cette vague d’arrestations est la deuxième depuis 2012, date à laquelle Alger a suspendu les expulsions à la frontière avec le Mali, pour cause de conflit entre groupes armés dans le nord du pays. En décembre, les autorités avaient arrêté plus de mille migrants subsahariens. La moitié d’entre eux avait été emmenée à Agadez. L’autre moitié avait fini par être relâchée à Tamanrasset. Les autorités n’ont pour le moment donné aucune explication sur cette opération.

 

Au mois de juin, le ministre de l’Intérieur, Nourredine Bedoui, avait annoncé qu’un fichier national de recensement des migrants était en préparation, dans le but de régulariser certains travailleurs, tout en étudiant «la possibilité de leur emploi sur des chantiers de construction, entre autres, considérant que l’Algérie a un besoin de main-d’œuvre». Si elles sont au courant des arrestations et des expulsions, les associations qui travaillent habituellement avec les migrants, en délicatesse avec le pouvoir, n’ont fait aucune déclaration. «La situation est dramatique,estime l’une d’elles. Pour y pallier, on essaye d’organiser des rapatriements volontaires avec l’OIM.»

Redha Slimani Correspondance à Alger

Share this post


Link to post
Share on other sites

qui va travailler si on les vire, les arabes zahma ? impossible les chantiers aadl ne finiront jamais et l'agriculture ne va jamais demarrer .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un ivoirien, un malien, un béninois, etc. ce n'est pas normal et je suis sûre que leur destination finale est l'europe. La majorité ne travaille pas et mendie, ils n'ont ni toit ni nourriture, il est très difficile de vivre dehors en famille, c'est les pays d'origine qui doivent solutionner tout comme pour nos harragas, tous pense que l'herbe est plus verte ailleurs. L'algérien n'aime pas les étrangers.

 

J'ai vu la grande mosquée, les travaux ont bien avancé masjed ela'dam je crois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

oh que si ils travaillent !!! un cousin qui a une societe de btp dans le sud m'a dit qu'il avait confier un fossé a creuser qui selon lui aurait du prendre une semaine a un algerien ,si ce n'est plus -au bout de 24h l'africain est parti lui reclamer l'argent parce qu'il avait fini lol ...depuis il m' a assuré qu'il ne prenait plus que les subsahariens pour travailler et jamais d'algeriens ,trop casse pieds et pas bosseurs....tous les entrepreneurs savent que sans les subsahariens ou les chinois ,tous les chantiers s'arretent ...avec les algeriens , c'est le salarié qui decide de la durée du projet -andi mariage /andi janazza -rdoua manjich yema mrehda -redoua anndi chroul ! lol et surtout les prix que demande l'algerien ne sont pas les memes -par exemple si tu as un champs de pomme de terre contenant disons 5000 dinars d'equivalent pomme de terre a recolter ; avec l'africain tu peux negocier 1500/2000 dinars pour le faire ...l'algerien tu lui expliques qu'il n'y a que 5000 dinars ,il va te demander 10000 dinars pour faire la recolte lol -c'est des verités...je pense que c'est une grave erreur de les expulser surtout de la sorte a un moment ou on a besoin de reprendre les travaux penibles comme l'agriculture .

 

 

quel gachis cette mosquée ! surtout que l'emplacement choisit a 300 metres du littoral aurait pu accueillir un grand hotel touristique ! -elle est moche ,on dirait une zone industrielle!...j'espere qu'ils vont faire payer l'entrée pour rentabiliser le truc!

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aujourd'hui avec la pluie, ils étaient sous une tente, franchement il faut les aider. Le problème est qu'on ne peut faire entrer chez soi des inconnus venus d'autres pays malgré l'hospitalité des arabes.

 

Garafagué garafagué (à prononcer avec agressivité hahaha ça veut dire comment ça va en nigérian je crois).

 

La mosquée est très jolie, elle est juste en face des sablettes... Nous ne voulons pas de touriste, faites un essaie en Kabylie pour voir le résultat.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...