Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
zadhand

Visa Schengen

Recommended Posts

[h=1]Air France exige un visa Schengen pour des voyageurs algériens en transit à Paris[/h]

mardi 14 mars 2017 à 22:31

Source de l'article : huffpostmaghreb

n-AIR-FRANCE-FLIGHT-large570.jpg.48239b3eb6654fc49dc896db959314d5.jpg

 

 

Des voyageurs Algériens en transit par l’aéroport Charles-de-Gaulle de Paris pour rejoindre Beyrouth (Liban) ont été refoulés mardi 14 mars 2017 à l’aéroport Houari Boumediene d’Alger. Un visa Schengen pour pouvoir transiter dans un aéroport français leur a été exigé par la Police algérienne des frontières (PAF). Selon un « pafiste » intransigeant, cette mesure émane plutôt de la compagnie aérienne Air France …Ces voyageurs en partance ce matin vers des pays du Moyen-Orient, dont le Liban et la Jordanie devaient transiter par l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. Arrivés aux postes de la police des frontières de l’aéroport d’Alger après avoir enregistré leurs bagages, ils se sont vus demander de fournir un visa Schengen pour pouvoir embarquer à bord du vol Air France.Tandis que certains détenteurs de ce visa sont passés, d’autres ont été refoulés. Ils avaient beau souligner que transiter ne nécessitait pas cette autorisation mais les agents de la PAF disaient niet.« En recevant mon passeport, un des agents de la PAF m’a fait remarquer que j’avais, « heureusement », un visa Schengen. A une question sur le sort réservé aux autres voyageurs non détenteurs de ce visa, il a jargonné que les règles ont été modifiées, sans me confirmer s’ils seront refoulés ou non », raconte au HuffPost Algérie un des voyageurs en partance pour Beyrouth.

Les règles semblent justement claires. Sur son site Internet, la Diplomatie française maintient que « l’étranger qui effectue un transit par un aéroport situé en France pour se rendre dans un aéroport situé hors de l’espace Schengen, sans sortir de la zone internationale de cet aéroport français, n’est pas soumis au visa d’entrée ».

Malgré l’obstination de certains voyageurs à faire valoir leur droit de transit sans visa Schengen, pour 24H selon la loi européenne, certains agents de la PAF persistaient et signaient: « Nous ne pouvons pas vous laisser passer. Et dans le cas échéant, vous serez refoulés à l’aéroport Charles-de-Gaulle », affirmaient-ils. « Après le refus de la PAF de me céder le passage, j’ai pris attache avec les organisateurs d’un voyage d’affaires auquel je devais participer au Liban. Ils ont fait part de ce problème à l’Union européenne et celle-ci m’a communiqué un document détaillant les règles de circulation dans l’aéroport Charles-de-Gaulle », raconte une journaliste.Le document indiquait bien que les voyageurs, contrairement à l’aéroport de Rome (Italie), ont droit à 24H de transit sans visa dans cet aéroport français. Toutefois, la Police des frontières campait sur sa position.

La PAF s’explique, Air France injoignable

Un « pafiste » interrogé sur le changement des règles avancé aux voyageurs explique que cette mesure émane plutôt de la compagnie aérienne française Air France.

« Nous avons reçu une ‘note de service’ de la part de Air France nous instruisant que cette compagnie exige désormais un visa Schengen pour les passagers en transit dans un aéroport français ». Une mesure qui s’applique bien aux « voyageurs qui transitent par un aéroport situé en France pour se rendre dans un autre aéroport situé en France ou dans l’ »espace Schengen », rappelle la Diplomatie française sur son site.

Néanmoins, ces voyageurs se dirigeaient vers un aéroport hors-espace Schengen. La même source affirme que la mesure s’applique également à ce cas-là. « Nous pouvions bien les laisser passer mais ils finiraient par être refoulés », affirme-t-il. Jointe par le HuffPost Algérie, l’ambassade de France à Alger a démenti cette information, affirmant qu’Air France « n’a jamais exigé un visa Schengen pour des passagers en transit à Paris ». La représentation diplomatique a rajouté qu' »une délégation de journalistes algériens en partance pour Beyrouth a bel et bien embarqué ce matin à bord d’un vol Air France, sans difficultés ».

« Seuls les détenteurs du visa Schengen sont passés », précisent néanmoins les voyageurs refoulés.

La compagnie aérienne Air France, quant à elle, est restée injoignable.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Visa Schengen

une situation de blocage inédite

TSA Algérie

18 Juin 2017 à 18:00

TLS-9999x9999-c.jpg.b16846a8d5347f17b274fb866e42bd3e.jpg

 

Il est toujours impossible de prendre un rendez-vous auprès de TLS Contact pour effectuer une demande de visa Schengen vers la France. Les délais d’attente sont exceptionnellement longs et aucun créneau n’est disponible jusqu’à la fin de l’année 2017, si on se réfère au site internet de l’organisme.

 

| LIRE AUSSI : Visas pour la France : la situation se complique

 

Le 24 mai dernier, l’ambassade de France indiquait avoir mis en place une mesure « adaptée aux demandes urgentes d’avancement de rendez-vous » en donnant la possibilité au demandeur d’effectuer une « requête par courrier électronique, à l’adresse suivante :

[email="visas.alger-cslt@diplomatie.gouv.fr"]visas.alger-cslt@diplomatie.gouv.fr[/email]

».

Cette solution est destinée aux demandes à caractère « humanitaire ou médical, professionnel ou relevant des obligations internationales de la France ». Elle ne concerne toutefois que les demandeurs disposant déjà d’une date à laquelle ils pourraient se présenter pour déposer leurs dossiers.

 

| LIRE AUSSI : Visas Schengen : le consulat propose des solutions aux demandes urgentes

 

Ceux qui n’ont pas pu prendre un rendez-vous sur le site TLS Contact ces derniers mois se retrouvent désormais dans une situation de blocage inédite. Sans possibilité de faire de demande de dossier ni de demande de prise en charge rapide même si ces personnes se trouvent dans une situation d’urgence.

« Les créneaux pour les prises de rendez-vous continuent d’être ouverts chaque jour et se libèrent au fur et à mesure de la progression du calendrier, mais en nombre limité par les capacités de traitement. La prise de rendez-vous reste cependant une étape obligatoire », expliquait l’ambassade de France.

Contacté aujourd’hui, son service communication n’a pas souhaité commenter la situation de blocage. Il renvoie aux mesures communiquées le 24 mai dernier et indique que les « données restent les mêmes ».

 

| LIRE AUSSI : Visas français : la gronde citoyenne s’accentue autour de TLS Contact

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

[h=1]Visas pour la France

TLScontact perd son contrat[/h]

TSA Algérie

01 Juil. 2017 à 08:39

TLS-9999x9999-c.jpg.f3dcbafc8bfd7b7a477c8ce7035b5a77.jpg

TLScontact a perdu son contrat de prestation avec le ministère français des Affaires étrangères, a-t-on appris de source sûre. Un appel d’offres sera lancé dans les prochains jours pour sélectionner un nouveau prestataire de gestion des rendez-vous de dépôt des demandes de visa Schengen pour la France.Ce changement intervient alors que la gestion des visas pour la France connaît une situation chaotique. Depuis plusieurs jours, il est impossible d’obtenir un rendez-vous sur le site TLScontact. Selon nos sources, plusieurs dizaines de milliers de demandes antérieures à la crise sont actuellement en souffrance.

| LIRE AUSSI : Visa Schengen : une situation de blocage inédite

La quasi-totalité du personnel de TLScontact avait été licencié au lendemain de l’éclatement du scandale lié aux rendez-vous avancés. Depuis, le prestataire, déstabilisé, n’arrive plus à assurer le service. La situation devrait rester difficile pour les demandeurs de visas pendant encore plusieurs mois.

| LIRE AUSSI : Visas Schengen : des « rendez-vous avancés » au cœur d’un scandale

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Qatar accorde l’accès à son territoire aux algériens détenteurs d’un Visa Schengen

 

DIA-10 septembre 2017- 10h54

 

Le Ministère de l’Intérieur et l’Autorité du Tourisme du Qatar (QTA) ont annoncé, dans un communiqué transmis à DIA aujourd’hui 10 septembre 2017, de nouvelles mesures de visa pour l’accès au territoire des ressortissants du Royaume du Maroc et de République Algérienne. Ainsi, selon ce communiqué les citoyens qui le souhaitent peuvent requérir un visa à leur arrivée au Qatar à la condition qu’ils soient titulaires d’une résidence ou d’un visa en cours de validité délivré par l’un des pays membre du Conseil de la Coopération du Golf (Arabie Saoudite, Bahreïn, Oman, Koweït et Émirats arabes unis), par le Royaume-Uni, par les États-Unis d’Amérique, par le Canada, par l’Australie ou la Nouvelle-Zélande ou par un pays membre de la Convention Schengen. Autrement dit le Qatar facilite l’accès à son territoire sous condition, il n’est pas question de suppression de Visa. Ces mesures ne touchent que deux pays du Maghreb: l’Algérie et le Maroc. Ce dernier avait été informé de la décision qatarie lors de la visite du Président du parlement marocain. La Tunisie, l’Egypte, la Libye et La Mauritanie et les autres pays du monde arabe non membres du Conseil de la Coopération du Golf, restent soumis aux anciennes règles et un visa d’entrée réglementé. Seul le Liban n’est pas soumis à une procédure de visa d’entrée au Qatar. Cet assouplissement, qui entrera en vigueur le 15 septembre 2017, permettra aux visiteurs éligibles de recevoir une notification de voyage électronique en remplissant une demande en ligne sur le site

http://www.qatarvisaservice.com

au moins 48 heures avant le voyage. Pour valider leur demande, les candidats sont invités à fournir une réservation d’hôtel, le billet de retour (ou un ticket pour un vol de transit) et une copie du passeport attestant une durée de validité supérieure à 6 mois. Valable pendant 30 jours, le visa octroyé à l’arrivée permettra à son titulaire une seule entrée au territoire d’une durée maximale de 30 jours avec la possibilité de prolonger le séjour de 30 jours supplémentaires sans quitter le pays. Si le visiteur venait à quitter le pays et souhaiterait y retourner, il devra soumettre une nouvelle demande électronique. A cette occasion, le général de brigade Mohammed Ahmed Al Ateeq, directeur général du département des passeports, a déclaré « Nous examinons constamment la politique de visa de l’État du Qatar et nous l’actualisons périodiquement en fonction des développements économiques et internationaux afin de faciliter la coopération et attirer les visiteurs des pays cibles. Quant aux citoyens des deux pays qui ne remplissent pas les conditions d’obtention d’un visa à leur arrivée, ils peuvent postuler directement au visa touristique via le portail des visas pour le Qatar ».Ces développements font partie d’une série de mesures prises par le Qatar pour faciliter l’arrivée des visiteurs sur son territoire. En juillet dernier, le pays a lancé une plate-forme e-Visa qui permet aux passagers de toutes nationalités de postuler directement pour obtenir un visa de visite et un visa de touriste dans un système plus efficace et plus transparent. Le Qatar a également annoncé que les ressortissants de 80 pays seraient exemptés de visa. « Cette étape intervient dans un contexte de développements sur la scène du tourisme. Ainsi, nous travaillons à diversifier les marchés émetteurs de touristes vers le Qatar grâce à la facilitation des politiques d’octroi de visas », a déclaré M. Hassan Al Ibrahim, responsable du développement du tourisme à la QTA. Et d’ajouter : « Nous espérons que cette dernière décision donnera un nouvel élan à nos frères originaires du Maroc et de l’Algérie pour choisir Doha comme destination ou escale dans leurs voyages. De même pour les hommes d’affaires des deux pays qui pourront assister à des événements ou à des réunions et connaître les opportunités d’investissement prometteuses au Qatar ». De nouvelles mesures visant à diversifier les marchés émetteurs de touristes seront annoncées dans les jours qui suivent. Rappelons que le Qatar a lancé, en novembre 2016, un visa de transit gratuit qui permet aux passagers qui passent au moins cinq heures à l’aéroport international de Hamad de rester au Qatar jusqu’à 96 heures (quatre jours). Cette mesure a entraîné une augmentation de 40% du nombre de visiteurs qui ont fait escale au Qatar durant le premier semestre de 2017 par rapport à la même période en 2016.

Amir Hani

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Visa Schengen

l’ambassade de France promet un retour à la normale d’ici janvier 2018

 

TSA Algérie | Zahra Rahmouni

20 Sept. 2017 à 17:36

 

Deepuis quelques mois, les difficultés rencontrées par les demandeurs de visa Schengen vers la France font couler beaucoup d’encres. Qu’ils soient étudiants, professionnels ou touristes, ils sont nombreux à se plaindre de la lenteur du processus d’octroi des visas. À cela, s’est ajouté le scandale des rendez-vous avancés lorsque des personnes malintentionnées se sont mises à proposer des créneaux moyennant finance. Après un manque de communication au printemps, l’ambassade de France réagissait en proposant des solutions d’urgence avant d’annoncer, en juillet,la résiliation du contrat avec TLScontact, son prestataire en charge de la prise de rendez-vous et du recueil des dossiers de demandes.Lors d’un point presse tenu, mercredi 20 septembre, en présence de Xavier Driencourt, ambassadeur de France, et de membres des services du consulat général de France, plusieurs informations ont été apportées sur les mesures actuellement en cours pour fluidifier le processus. Un retour à la normale est d’ailleurs prévu pour janvier 2018.

Un système perturbé par la vente de rendez-vous

Les services du consulat général reconnaissent des « insuffisances techniques » mais n’enfoncent pas pour autant TLScontact. C’est « un opérateur sérieux » avec qui le contrat passé en 2008 n’est plus adapté au volume des demandes reçues par les services consulaires, expliquent les responsables français. En l’espace de quatre ans, le nombre de visas délivrés est en effet passé de 210.000 en 2012 à 410.000 en 2016. Sachant que le nombre total de dossiers déposés a approché les 600.000 en 2016.Selon le consulat général, un facteur en particulier a engendré la situation de blocage de ces derniers mois. Il s’agit de la procédure frauduleuse de vente de rendez-vous sur internet avec des intermédiaires qui réservent plusieurs créneaux et saturent l’agenda de TLS. Ces derniers provoquent un taux de non-présentation qui oscille entre 30 et 50%. « Les rendez-vous proposés par TLScontact ont tous été réservés par des demandeurs jusqu’au 31 janvier 2018 ». Soit « environ 130.000 rendez-vous bloqués à ce jour dont une part importante a certainement été réservée par des intermédiaires indélicats ». À cela, s’ajoute le nombre important de dossiers incomplets qui viennent ralentir le traitement des demandes.

Plusieurs solutions en cours et à venir

L’ambassade a soutenu qu’il n’est pas question de réduire le nombre de visas mais d’être plus productif. Des mesures ont été prises, « en bloquant les rendez-vous avec un numéro de passeport et en évitant qu’une personne puisse prendre plusieurs rendez-vous ». Le but est de lutter contre les files d’attentes créées par les non-présentations « au bout de trois jours, une demande de rendez-vous qui n’a pas été confirmée est anonymisée et le rendez-vous est à reprendre, pour éviter que des gens indélicats prennent des dizaines de rendez-vous et les remplissent au fur et à mesure des clients qu’ils arrivent à avoir ».Aucun agent TLS n’est impliqué dans la fraude, assure par ailleurs le Consulat général. « Ce qu’on a pu vérifier c’est que ce sont des gens qui n’ont rien à voir avec TLS et qui opéraient dans des cybercafés en se faisant passer pour des agents TLS afin de gagner en crédibilité auprès de clients un peu crédules », explique l’un des responsables. D’ici le mois de janvier 2018, les choses devraient revenir à la normale promet l’ambassade. En attendant, ses services font savoir qu’il existe des procédures simplifiées pour certaines catégories de demandeurs si les justificatifs sont apportés.Par ailleurs, les autorités françaises travaillent sur un nouveau dispositif de prise de rendez-vous avec un portail unique appelé « France Visa » qui permettra de dématérialiser la procédure et qui devrait voir le jour en 2018. Cette plateforme pourra être utilisée par l’ensemble des demandeurs de visa et pas seulement les Algériens.« L’idée est d’avoir une procédure simplifiée avec un système moderne qui permet de fluidifier le traitement des demandes. Il y aura une plateforme d’information et de prise de rendez-vous en ligne avec toujours une partie d’externalisation avec un prestataire pour pouvoir se connecter et scanner les dossiers », explique un membre du consulat général français.

Augmentation des visas délivrés aux étudiants algériens

Environ 7500 nouveaux étudiants algériens feront leur rentrée universitaire 2017 en France, selon les chiffres communiqués par Grégor Trumel, directeur de l’Institut français d’Algérie.« On ne peut pas dire qu’il y a une réduction du nombre de visas », a insisté l’ambassadeur Xavier Driencourt. Entre 2014 et 2016, le nombre de visas long séjour délivrés pour des études a augmenté de 113%. Au total, 23.000 étudiants algériens poursuivent actuellement leur cursus universitaire en France. Ils constituent 7% des étudiants internationaux.

 

Le monde est grand , faut-il arrêter avec la France ? / Zadhand Zad

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...