Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
zadhand

Yennayer

Recommended Posts

 

Population d'Algérie L'Algérie a une population de 40,4 millions d'habitants depuis le début de 2016. [3] La grande majorité de la population est musulmane , 99% de la population est musulmane, tandis que les 1% restants sont chrétiens, juifs et chrétiens. [4] Les Algériens parlent l'arabe, le français et l'amazigh, et le pourcentage de locuteurs natifs d'Amazigh est de 45,35%. [5] L' Algérie compte de nombreux groupes ethniques, notamment des Amazighs , des Arabes, de nombreux Européens et des Africains, et les groupes ethniques en Algérie sont répartis comme suit: Arabes et Berbères: Ce groupe ethnique constitue la plus grande partie de la population et représente 99% de la population totale. Les atouts arabes et barbares se mêlent à la population, rendant difficile la distinction entre les deux groupes, mais 15% de la population se définit comme un berbère autochtone, non d'origine arabe. [6] Le groupe Amazigh le plus important en Algérie est les tribus, et s'installe dans le nord et l'est de l'Algérie, et les villes les plus importantes Tizi Ouzou. [4] Turcs: Les Turcs constituent une minorité en Algérie, avec une population de près de deux millions d'habitants.Les Turcs sont à l'origine de l' Empire ottoman qui existait dans la région au XVIe siècle. [7] Français et européens: Il y a de petits groupes d'Européens d'Italie, de France et d' Espagne qui sont restés en Algérie après l'indépendance de l'occupation française en 1962. Ces Européens embrassent les religions chrétienne et juive, et jouissent d'un grand bien-être économique. [7] Africains: Les Africains sub-sahariens constituent une petite minorité en Algérie, ils ont été très mélangés dans la culture algérienne, effaçant leur culture indigène en grande partie à cause de leur mélange. [7] L'origine de la population de l'Algérie La plupart des récits s'accordent à dire que l'origine de la population algérienne est l'Amazigh, le Berbère, l'Amazigh, l'Amazigh, l'Amazigh est le noble humain libre, le Berbère est le latin, Sauvages ou sauvages primitifs. L'origine de ce mot est les Romains, où ils ont renvoyé tous les étrangers, y compris les Amazighs, lors de leurs invasions dans les pays du bassin méditerranéen. [8] L'origine de l'amazigh ou du berbère n'est pas connue précisément à cause de la rareté de l'histoire écrite et préservée de ces peuples. Certains savants remontent à l'Europe, ils sont associés aux Wandals qui se sont installés en Afrique du Nord. D'autre part, certains se tournent vers l'origine de l'origine amazighe d'origine arabe, où ils sont venus en Afrique du Nord déplacés par les conditions climatiques. Enfin, l'historien Ibn Khaldoun attribue vraisemblablement les origines amazighes aux Cananéens, nés Canaan, fils de Ham, fils de Noé, que la paix soit sur lui, les Cananéens ne sont pas considérés comme des Arabes et ne sont pas non plus des fils de Sam. [8] Histoire de l'Algérie Les langues amazighes ont commencé à se répandre en Afrique du Nord depuis 2000 av. J.-C., jusqu'à ce que la plupart des habitants de la région parlent amazigh au premier millénaire avant notre ère. Les amazighs se sont répandus sous forme de blocs tribaux dans ces régions, et plusieurs de ces tribus se sont réunies et ont formé un certain nombre de royaumes berbères sous l' Empire Carthaginois et Romain , notamment le Royaume de Numidie et le Royaume de Mauritanie. L'occupation du Vandal en 429 après JC, et l'occupation Byzantine en 533 après J.-C., y furent affiliées. [9] Au VIIIe siècle après J.-C., les conquêtes islamiques commencèrent par l'Etat omeyyade et se dirigèrent vers le Maghreb, avec pour objectif de renverser l'Etat byzantin allié aux Berbères du Maghreb et de mener une bataille ou une marche menée par Zuhair bin Qais Al-Balawi par les Omeyyades. Et Kseila Ben liant par le romain. La bataille s'est achevée avec la victoire des Omeyyades, la conquête du Maghreb et la diffusion de l'Islam là-bas, car c'était le début de la propagation de l'Islam au Maghreb. [10] Les Berbères sont entrés sous la domination islamique et ont adopté la langue arabe entièrement par écrit, mais ont gardé la langue amazighe comme langue parlée jusqu'à aujourd'hui. [11] Après que les Berbères sont entrés dans l'Islam, ils sont entrés dans les armées arabes et sont devenus des soldats. Les Berbères étaient parmi les plus enthousiastes des guerres, Musa Ben Naseer, le chef des conquêtes islamiques de l'époque, dirigeait leur enthousiasme vers les conquêtes étrangères.Lors de l' ouverture de l'Andalousie, les Berbères faisaient partie des armées arabes qui participaient à leur ouverture et aidaient les musulmans à gagner les batailles. [10] Les tribus barbares sont alors devenues l'une des tribus les plus fortes de la région nord-africaine et andalouse, et ont également ouvert le Soudan et l'ont annexé à l'extension islamique. Au XIe siècle, les invasions nomades arabes venues d'Orient poussèrent les Berbères à recourir aux montagnes et au désert , et leur place fut remplacée par les peuples arabes d'Afrique du Nord. [9] Références ↑ "Les plus grands pays du monde" , WorldAtlas , récupéré le 21-12-2016. ↑ «Superficie (km carrés)» , La Banque mondiale , consulté le 12-12-2016. ↑ «Démographie de l'Algérie» , Bureau national des statistiques , voir le 12-12-2016. ^ A B "Algérie" , l' île , le voir le 12-12-2016. ^ "Qui sont Amazighs" , Amazigh Nafus , le voient le 16-12-2016. ↑ "AFRIQUE :: ALGERIE" , CIA , Récupérée le 16-12-2016. ^ ABT "Groupes ethniques en Algérie" , worldatlas , récupéré 16-12-2016. ^ AB "Amazigh ou Berbère .. Noms et atouts , " Al Jazeera , voyez-le le 15-12-2016. ^ AB Berbère , Encyclopedia Britannica , récupéré 16-12-2016. ^ AB Sami Abdullah Al-Moghlout (2011), Atlas de l'Histoire de l'Etat Umayyad , Riyad, Arabie Saoudite: Obeikan, p 138. ↑ Abdullatif Hsouf (2016), Amazigh , Beyrouth: Dar al-Saqi, page 19.

 

إقرأ المزيد على موضوع.كوم: https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&rurl=translate.google.com&sl=ar&sp=nmt4&u=http://mawdoo3.com/%25D8%25A3%25D8%25B5%25D9%2584_%25D8%25B3%25D9%2583%25D8%25A7%25D9%2586_%25D8%25A7%25D9%2584%25D8%25AC%25D8%25B2%25D8%25A7%25D8%25A6%25D8%25B1&usg=ALkJrhiCZp-tdQMd9BHKTrgiO5RFRGmsww

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'allais supprimer l'article car certaines choses me surprennent comme

Après que les Berbères sont entrés dans l'Islam, ils sont entrés dans les armées arabes et sont devenus des soldats. Les Berbères étaient parmi les plus enthousiastes des guerres, Musa Ben Naseer, le chef des conquêtes islamiques de l'époque, dirigeait leur enthousiasme vers les conquêtes étrangères.Lors de l' ouverture de l'Andalousie, les Berbères faisaient partie des armées arabes qui participaient à leur ouverture et aidaient les musulmans à gagner les batailles.

"en aidant les musulmans" kifech ? Ils étaient musulmans, pourquoi les séparer ? "sont devenus des soldats" là aussi ??? Ils étaient déjà des guerriers, d'ailleurs mazoulou ldok dayrin hala haha pouvoir assassin !

 

L'article dit que leur origine est inconnu, je ne les crois pas, il existe des livres de filiation et d'histoire, même si leur histoire est orale, qui la raconte de nos jours ? Je pense que je vais m'interesser à l'histoire kabyle car nous sommes à un tournant et il faut de solides arguments...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yennayer

Abdallah Djaballah s’oppose à sa célébration

El Watan

le 16.01.18 | 12h0

 

Le président du parti islamiste FJD-Adala, Abdallah Djaballah, n’arrive toujours pas à se départir de sa haine de tamazight. Absent de la scène nationale depuis huit mois, il revient pour s’opposer à la célébration de Yennayer, devenue depuis le 12 janvier dernier fête nationale et officielle. «Les musulmans n’ont que deux fêtes, l’Aïd Al Adha et l’Aïd El Fitr, si on peut rajouter d’autres fêtes nationales, toute autre date ne me concerne pas», déclare-t-il lors d’une interview accordée à un site arabophone. Selon lui, Yennayer «est une fête païenne qu’il ne faut pas célébrer». Abdallah Djaballah s’aligne ainsi sur la position de ses frères salafistes affiliés à l’Arabie Saoudite, qui s’opposent à toute reconnaissance de la langue et la culture amazighes en Algérie.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

"Au XIe siècle, les invasions nomades arabes venues d'Orient poussèrent les Berbères à recourir aux montagnes et au désert , et leur place fut remplacée par les peuples arabes d'Afrique du Nord." voila pourquoi mon village se trouve a 1000 metres d'altitude :) je me suis toujours demandé pourquoi je n'habitais pas dans la prairie au niveau de la riviere ...allah a apparemment donné les plaines fertiles aux arabes qui ne savent pourtant toujours pas les utiliser .

 

je remarque qu'on a gagné 15% d'amazigh dans l'article ,avant dans les livres de benghebrit on etait a peine 30% ,la on est passé a 45% en 1 an a peu pres ! on progresse mais on est loin du compte.

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yennayer

Abdallah Djaballah s’oppose à sa célébration

El Watan

le 16.01.18 | 12h0

 

Le président du parti islamiste FJD-Adala, Abdallah Djaballah, n’arrive toujours pas à se départir de sa haine de tamazight. Absent de la scène nationale depuis huit mois, il revient pour s’opposer à la célébration de Yennayer, devenue depuis le 12 janvier dernier fête nationale et officielle. «Les musulmans n’ont que deux fêtes, l’Aïd Al Adha et l’Aïd El Fitr, si on peut rajouter d’autres fêtes nationales, toute autre date ne me concerne pas», déclare-t-il lors d’une interview accordée à un site arabophone. Selon lui, Yennayer «est une fête païenne qu’il ne faut pas célébrer». Abdallah Djaballah s’aligne ainsi sur la position de ses frères salafistes affiliés à l’Arabie Saoudite, qui s’opposent à toute reconnaissance de la langue et la culture amazighes en Algérie.

 

 

 

Nous connaissons parfaitement nos ennemis aujourd'hui , ses declarations sont du sucre pour nous ,qu'il continue nous transmettons aux jeunes !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis d'accord avec Djaballah, non à yannayer. A Alger ils disent que vous avez fuit dans les montagnes pour ne pas pratiquer l'Islam, certains arabes sont aussi racistes que vous, je ne sais pas pourquoi mais il existe une véritable rivalité entre kabyle et arabe.

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Au XIe siècle, les invasions nomades arabes venues d'Orient poussèrent les Berbères à recourir aux montagnes et au désert , et leur place fut remplacée par les peuples arabes d'Afrique du Nord." voila pourquoi mon village se trouve a 1000 metres d'altitude :) je me suis toujours demandé pourquoi je n'habitais pas dans la prairie au niveau de la riviere ...allah a apparemment donné les plaines fertiles aux arabes qui ne savent pourtant toujours pas les utiliser .

 

je remarque qu'on a gagné 15% d'amazigh dans l'article ,avant dans les livres de benghebrit on etait a peine 30% ,la on est passé a 45% en 1 an a peu pres ! on progresse mais on est loin du compte.

 

Oh le rural qui essaie de se trouver une ascendance citadine!!!

 

C'est bien tu avances dans le bon sens puisque tu commences à avoir du recul par rapport au village naguère tant célébré!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je suis d'accord avec Djaballah, non à yannayer. A Alger ils disent que vous avez fuit dans les montagnes pour ne pas pratiquer l'Islam, certains arabes sont aussi racistes que vous, je ne sais pas pourquoi mais il existe une véritable rivalité entre kabyle et arabe.

 

non on a fuit dans les montagnes pour resister aux cavaliers de djabballah pour proteger nos meres et nos soeurs !

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Oh le rural qui essaie de se trouver une ascendance citadine!!!

 

C'est bien tu avances dans le bon sens puisque tu commences à avoir du recul par rapport au village naguère tant célébré!

 

du tout je t'ai deja expliqué que pour moi par experience et usage le rural algerien represente l'elite -je ne sais pas ce qu'il devient en ville mais dans son milieu c'est un homme d'une grande education avec des valeurs ancestrales qui a su organiser la place du village en assemblée populaire ou le debat democratique est de rigueur -la place du village etait une sorte de mini amphithéâtre grec ...rien a voir avec l'algerois :) qui est un mutant et qui navigue dans l'obscurité ,chaab cachiattes ,sans histoire !

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

du tout je t'ai deja expliqué que pour moi par experience et usage le rural algerien represente l'elite -je ne sais pas ce qu'il devient en ville mais dans son milieu c'est un homme d'une grande education avec des valeurs ancestrales qui a su organiser la place du village en assemblée populaire ou le debat democratique est de rigueur -la place du village etait une sorte de mini amphithéâtre grec ...rien a voir avec l'algerois :) qui est un mutant et qui navigue dans l'obscurité ,chaab cachiattes ,sans histoire !

 

Ah si je ne vous connaissais pas!

 

Voilà un autre mythe à déconstruire! Le rural sage, modeste, chaleureux et plein d’humanité!!!

 

C'est comme le mythe de la nature belle et accueillante!!! Une fois dedans, on se rend compte de son aspect foncièrement hostile, voir dangereux!

Share this post


Link to post
Share on other sites

QUESTIONS AUX ALGÉRIENS…

 

Par Nour-Eddine Boukrouh / il y'a 17h

1101848799_imagesqtbnANd9GcSZDa5cgF2aJyXbDEWbVorFB5WHeHt5I_xc9A4QQ9a870N2L2t3Gg.jpg.6f6594e13bf2bd5c5b99c0383771436b.jpg

Le nouvel an berbère, Yennayer, m’a plongé cette année dans des méditations que j’aimerais partager sans façons avec les lecteurs. Ça fait tout bizarre de s’entendre dire qu’on est en l’an 2966 car très rares sont les civilisations dont le calendrier en vigueur dépasse le calendrier berbère.

A regarder de près le chiffre, on croirait à un film de science-fiction. C’est comme si nous étions en avance d’un millénaire sur le monde moderne.Comment avons-nous fait pour nous mettre en tête de la marche d’Homo sapiens, démarrer dans l’Histoire avant les autres, et les distancer d’un millénaire ? Nous serions-nous redressés avant Homo erectus ? J’ai demandé autour de moi, personne ne se souvient l’avoir jamais lu quelque part. J’ai compulsé de vieilles encyclopédies, cherché sur internet, sans trouver la moindre allusion à une échappée des Amazighs à une époque ou une autre de l’évolution biologique, anthropologique ou technologique. Ils n’ont ni migré comme ils le font aujourd’hui, ni conquis d’autres territoires, ni changé le cours de l’Histoire à aucun moment. La théorie de l’espace-courbe et de la possibilité d’emprunter les trous de ver pour comprimer le temps n’était pas connue avant le XXe siècle et Einstein non plus. Mais qu’avons-nous fait de cette belle avance chronologique sur les autres civilisations ? Car quand on efface de notre géographie par l’esprit les vestiges de la présence française, ottomane, arabe et romaine, il ne reste pratiquement rien sinon l’œuvre généreuse de la nature. On n’a rien bâti, rien élevé, rien découvert sur le plan scientifique, rien inventé en matière de techniques. L’inventaire de nos biens ancestraux entre savoir-faire, outils, vêtements et plats de cuisine issus de notre génie ne remplirait pas plus de quelques pages d’un cahier scolaire. Nous savons que nous sommes arrivés pieds-nus au XXe siècle et que le désir le plus cher d’une bonne partie de notre peuple est de retourner en claquettes non pas à une date quelconque de l’ère chrétienne, ni à l’an 1437 du calendrier lunaire musulman, mais peut-être même à avant l’Hégire. En 2966 du calendrier universel, c’est-à-dire dans 950 ans, l’humanité aura très certainement colonisé plusieurs planètes, l’être humain ne ressemblera plus à celui que nous sommes et il est impossible de prédire ce que seront le système solaire, la galaxie et l’univers. Tous les progrès technologiques à la base de la vie actuelle n’existaient pas il y a une cinquantaine d’années et, s’ils devaient disparaître, l’humanité sombrerait immédiatement dans le chaos. Rappelons-nous où elle en était en l’an 1066.Non, c’est trop pour nous d’être tellement en avance ! On ne retrouvera pas notre chemin même avec les pierres du « petit Poucet » si on voulait rebrousser chemin pour rejoindre les « retardataires ». Je suis personnellement très gêné car on n’a pas le profil de précurseurs, de pionniers, d’explorateurs. On devrait remettre nos pieds sur terre, rester dans la meute, ça flanque la frousse d’être si en pointe, ça paraît extra-terrestre tout ça… Notre passé pèse sur notre présent comme un péché sur la conscience. Notre ancienneté sur-souligne notre insignifiance dans l’histoire étant donné que nous n’avons rien fait de significatif pour nous-mêmes ou pour l’humanité dans cet intervalle. Trois millénaires pour rien ! Notre histoire semble concentrée dans les derniers trois-quarts de siècle, remonter au 08 mai 1945, et devoir s’achever avec la fin du pétrole. Jusque-là elle était une queue de comète faite de souvenirs de nos démêlés avec un occupant ou un autre. Depuis le congrès de la Soummam, on la connaît un peu mieux : elle est celle de nos démêlés avec nous-mêmes. Après les écœurantes révélations sur les coulisses de la Révolution qui filtraient de temps à autre depuis l’indépendance, voilà que le voile commence à se lever sur la période allant de 1988 à 1992 et, bientôt, au-delà probablement. De savoir par qui et comment nous sommes dirigés donne une idée des causes de notre non-historicité, de la légèreté de notre passé et de la fragilité de notre présent. Le navire « Algérie » a été arraisonné par des pirates qui en ont pris les commandes et qui sont plus près de le couler que de le rendre à ses propriétaires. C’est heureux que ces hommes s’expriment enfin sur leurs rôles respectifs dans les crises dramatiques connues par le pays. Selon Betchine, Zéroual n’a pas démissionné mais a été forcé de quitter son poste. Il doit continuer sur sa lancée, ça m’intéresse moi dont le nom a été associé depuis près de vingt ans au départ du président Zéroual. J’ai beau répéter que je n’y étais pour rien, que les raisons de son départ devaient être cherchées « entre eux », une certaine presse et quelques hobereaux jouant aux « bien informés » ont persisté à soutenir mordicus que j’y ai joué un rôle. Ça s’est vu dans l’histoire de l’Algérie qu’un ministre et encore moins un président démissionne parce que critiqué dans la presse ? La plume est capable de faire tomber quelqu’un en Algérie ? Ça semble long 54 ans, mais un des hommes qui ont joué un rôle dans les coulisses de la guerre d’Algérie est encore à la tête du pays. Highlander ! L’Algérie et lui sont aujourd’hui dans le même état : lui sur un fauteuil roulant, elle sur une table de réanimation. Sous son règne, la Constitution est devenue une loi faite par un homme au nom du peuple pour se prémunir contre les contestations de ce même peuple. Au terme des retouches à laquelle elle va être soumise, la politique, le vote populaire, la majorité parlementaire ne serviront plus à rien. Le temps n’a pas suspendu son temps pour Lamartine, pour l’Algérie si, depuis 2966 ans. Qu’est-ce que ça change pour nous d’être en l’an 1 de l’histoire humaine ou en 3966 ? A lui seul Boutef a bouffé notre histoire moderne. Peut-être qu’après lui on n’aura plus d’histoire du tout parce qu’on sera ensevelis sous les histoires qu’il nous aura léguées. J’ai posé il y a peu une question qui a fait fureur : « Et si toute l’Algérie avait été la Kabylie ? » Grisé par le succès, j’aimerais en rajouter : « Et si tous les Algériens avaient été des Kabyles ? » Un premier avantage serait qu’il n’y aurait plus de raisons de demander l’indépendance de la Kabylie. Un deuxième, c’est que nous deviendrions unanimes à vouloir nous défaire du pouvoir qui a poussé bon nombre de Ferhat Mhenni à se jeter dans le séparatisme. L’Algérie gardera-t-elle son nom dans ce cas, ou le troquera-t-elle contre celui de la Kabylie ?La langue amazighe est parlée en Kabylie, dans les Aurès, à Cherchell, à Ghardaïa, dans le Hoggar, mais pas ailleurs. Ces îlots où une même langue maternelle est parlée ne sont curieusement pas frontaliers, des centaines de kilomètres, voire des milliers les séparent et pourtant tamazight y est parlée depuis toujours à quelques variantes près. Comment expliquer que la dispersion géographique n’ait pas empêché l’unité linguistique ? Par contre Jijel, Sétif, Bordj Bou Arreridj et Alger sont frontaliers avec la Kabylie, mais on n’y parle pas kabyle ou extrêmement peu. Pourquoi ? Que parlaient les autres régions du centre, du sud, de l’est et de l’ouest du pays avant l’introduction de la langue arabe à partir du VIIIe siècle et de la « daridja » en laquelle elles l’ont transformée par la suite ? Le latin ? Des langues vernaculaires disparues ? Ne parlaient-ils pas du tout, ce qui expliquerait le fait étrange que beaucoup d’entre nous s’expriment avec des onomatopées, des gestes ou carrément avec le visage dont on arrive à soumettre les traits à des contorsions qui permettent de communiquer ce qu’on veut : moues, grimaces, œillades, jeu de paupières, plissements du front, joues malléables, lèvres élastiques… Autre hypothèse : les régions non-berbérophones n’étaient-elles pas tout simplement inhabitées ? On avait une seule langue officielle et une autre officieuse, le français ; nous voilà avec deux langues officielles. Qu’est-ce qui va changer ? Quelle religion suivaient nos ancêtres avant l’islam ? Etions-nous, en l’absence de traces de l’hindouisme, du brahmanisme et du bouddhisme dans nos contrées, juifs, chrétiens, païens ou, comme on dit dans notre parler courant, « bla din wala mella » ? Ali al-Hammamy a brossé dans son roman « Idris » un portrait spectral de nos ancêtres avant leur intégration à l’islam : « Le Berbère était demeuré tel que la nature l’avait façonné au seuil de la formation des premières collectivités humaines. Il vivait dans la vie de la tribu. Individualiste malgré sa soumission aux lois du clan, anarchiste par caractère aussi bien que par tempérament, épris de liberté jusqu’à préférer les risques de la vie primitive à l’abondance et à la sécurité des sociétés organisée, le Berbère, jusqu’à l’apparition de l’islam, vivait sans ordre et sans hiérarchie. Ceci bien entendu dans l’ensemble. Païen, il n’a jamais sérieusement cru à quelque chose, ni craint quelqu’un. Vaguement naturiste, spectateur indifférent des phénomènes qui l’entourent, impulsif et méfiant, sa vie religieuse n’a jamais pu se matérialiser dans un système tant soit peu ordonné. S’il a sacrifié aux idoles ou adoré les formes de la nature, sa conviction n’a pas été de quelque force pour que l’archéologie ait pu nous restituer des preuves sensibles de sa dévotion … » Nous avons longtemps cru être des Arabes et une partie intégrante du monde arabe, comme continuent de l’affirmer le discours et des documents officiels. Depuis quelques décennies, nous nous réveillons à notre amazighité et rêvons de la couronner par l’édification de Tamazgha, union des pays d’Afrique du Nord boostés par le recouvrement de leur identité historique, souveraine, solidaire et capable de réussir là où a échoué l’Union du Maghreb Arabe (UMA). Comme ont fait les pays de la péninsule arabique avec le Conseil de Coopération du Golfe. Car le monde arabe, jadis colonisé ou placé sous mandat, est entré dans un nouveau cycle, celui de son autodestruction. C’est concevable avec ou sans le problème du Sahara occidental ? Administrativement et juridiquement nous sommes un seul peuple mais, mentalement et culturellement, nous sommes plusieurs peuples, parfois étrangers les uns aux autres. « Les peuples ne sont pas des unités linguistiques, politiques ou zoologiques, mais des unités psychiques. Le peuple est une unité de l’âme. Tous les grands événements de l’Histoire n’ont pas été proprement l’œuvre des peuples, mais ils ont d’abord produit ces peuples. Ni l’unité de la langue, ni celle de la descendance physique ne sont décisives. Ce qui distingue un peuple d’une population, c’est toujours l’avènement intérieur du NOUS. Plus ce sentiment est profond, plus vigoureuse est la force vitale de l’association". Cette définition due au philosophe allemand Oswald Spengler est l’une des meilleurs et des plus justes qui aient été données de la notion de peuple. Elle propose à notre réflexion une perspective nouvelle qui recoupe la réalité des grandes nations du monde où le désir de vivre ensemble et le réaliser-ensemble sont effectivement les plus forts ciments de l’union. Mais ne va-t-elle pas à contre-sens de nos nouvelles convictions ? La question est posée.

 

Le soir d’Algérie du 16 janvier 2016

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

magnifique texte de boukrouh ! ...:) ça fait plaisir de lire un tel questionnement ,le sage comme disait socrate je crois c'est celui qui sait qu'il ne sait pas -un pays construit sur de fausses certitudes dont on a gavé le peuple depuis 1962 - il a raison pour apres 1962 mais avant pour les 2906 années , on a toujours pas d'explication sur ce que nous avons fait :) comment on a perdu tous ces siecles -a jouer au domino ?...meme si on a ete agressé ,nous aurions du construire quelque chose ,eliminé nos ennemis , recreer l'unité - il faut bien accuser quelqu'un ou quelque chose ? les religions ,les arabes ,les romains ,les turcs ,les vandales ,les français -non ce n'est pas suffisant pour expliquer notre immobilisme .... peut etre que nous avions une religion semblable a celle des autres dont le culte consiste a ne rien produire ,meme pas d'ecrire tamazight sur des pierres !...moi aussi je suis dans le meme etat de questionnement que boukrouh ! pourquoi n'avons nous rien fait ?

 

trop souvent nous avons ete des suiveurs - et quand le leader disparait on se retrouve a la case depart ...on a collaboré avec les romains quand leurs colonnes sont tombés ,il ne reste plus rien pour nous ...nous avons suivi les chretiens kif kif -les arabes les ont delogés et voila qu'on se retrouve en gandoura ....et maintenant que les arabes sont entrainde compter leurs jours , qu'allons nous faire ?

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
magnifique texte de boukrouh ! ...:) ça fait plaisir de lire un tel questionnement ,le sage comme disait socrate je crois c'est celui qui sait qu'il ne sait pas -un pays construit sur de fausses certitudes dont on a gavé le peuple depuis 1962 - il a raison pour apres 1962 mais avant pour les 2906 années , on a toujours pas d'explication sur ce que nous avons fait :) comment on a perdu tous ces siecles -a jouer au domino ?...meme si on a ete agressé ,nous aurions du construire quelque chose ,eliminé nos ennemis , recreer l'unité - il faut bien accuser quelqu'un ou quelque chose ? les religions ,les arabes ,les romains ,les turcs ,les vandales ,les français -non ce n'est pas suffisant pour expliquer notre immobilisme .... peut etre que nous avions une religion semblable a celle des autres dont le culte consiste a ne rien produire ,meme pas d'ecrire tamazight sur des pierres !...moi aussi je suis dans le meme etat de questionnement que boukrouh ! pourquoi n'avons nous rien fait ?

 

trop souvent nous avons ete des suiveurs - et quand le leader disparait on se retrouve a la case depart ...on a collaboré avec les romains quand leurs colonnes sont tombés ,il ne reste plus rien pour nous ...nous avons suivi les chretiens kif kif -les arabes les ont delogés et voila qu'on se retrouve en gandoura ....et maintenant que les arabes sont entrainde compter leurs jours , qu'allons nous faire ?

 

Je t'avais dit l'autre fois que le Maghreb (et l'Algérie est le COEUR DU MAGHREB) n'a pas eu son "grand moment" mais tu ne m'a pas pris au sérieux. Bizarrement, Boukrouh affirme la même chose en substance et là tu sautes de joie!

 

Cela étant dit, je suis plus optimiste que Boukrouh pour l'avenir...Je dirai même que le NOUS s'est pleinement constitué en fond mais demeure voilé, il ne lui reste plus qu'à se dévoiler. Pour ce faire, un événement important devra se produire...

Edited by An-Nisr

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y a vraiment pas de quoi se réjouir ! Tout est batit sur du vent ! il faut arrêter le ridicule, vous souffrez bien du récentiste, un peu comme ceux qui quittent l'école tôt par fainéantise, puis une fois que les sérieux ont leur diplômes, trouvent un bon travail bien payé, viennent se lamenter et inventer diverses excuses et histoires n'ayant jamais existées. Vous n'avez rien fait avant, qu'est-ce qui vous empêche de faire aujourd'hui, hormis tout cassé et manger Ramadhan ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il n'y a vraiment pas de quoi se réjouir ! Tout est batit sur du vent ! il faut arrêter le ridicule, vous souffrez bien du récentiste, un peu comme ceux qui quittent l'école tôt par fainéantise, puis une fois que les sérieux ont leur diplômes, trouvent un bon travail bien payé, viennent se lamenter et inventer diverses excuses et histoires n'ayant jamais existées. Vous n'avez rien fait avant, qu'est-ce qui vous empêche de faire aujourd'hui, hormis tout cassé et manger Ramadhan ?

 

dit l'un de ceux que nous avons suivi :) et qui nous a conduit la ou nous sommes ....il faut savoir qu'avec les romains on a planté des millions d'oliviers , on a construit des palais a tipasa et ailleurs ,des amphitheatres - tout s'est arreté quand vous avez debarqué ,les colonnes sont tombées , les oliviers ne produisent plus et meme brulent -l'agriculture s'est arretée et vous n'aviez rien a nous apprendre coté intellectuel - yalatif ! djibtou mahakoum chaar!:)

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

une reponse a ceux qui critiquent yennayer ! ....:)

 

ps /il n'a pas eu le temps de mettre sa chemise ,il etait surement sur le point de prendre sa douche quand il a entendu les critiques :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est qui ce timbré torse nu, fumant, et ne connaissant pas les brosses et le coiffeur ! On dirait qu'il sort d'une grotte. Avant de dire quoi que cela soit qu'il achète un miroir pour voir à qui il ressemble au lieu d'insulter un journaliste... Non non le journaliste n'a pas menti, c'est vous qui reprenez l'histoire et la façonnée à votre guise. C'est ntoum c'est ntoum c'est ntoum, les berbères font partie de l'algérie et font n'importe quoi comme les autres algériens, tiens koceyla tu nous as même posté un diable avec des cornes en guise d'ancien dieu ! Alors pouet pouet

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

dit l'un de ceux que nous avons suivi :) et qui nous a conduit la ou nous sommes ....il faut savoir qu'avec les romains on a planté des millions d'oliviers , on a construit des palais a tipasa et ailleurs ,des amphitheatres - tout s'est arreté quand vous avez debarqué ,les colonnes sont tombées , les oliviers ne produisent plus et meme brulent -l'agriculture s'est arretée et vous n'aviez rien a nous apprendre coté intellectuel - yalatif ! djibtou mahakoum chaar!:)

 

Non, l'Islam conduit à la piété et au travail dans tous les domaines, l'Islam préserve et donne la meilleure éducation qui soit, c'est l'homme qui est défaillant et non la Religion d'Allah Tabaraka wa Ta'ala. Par contre il est étrange que nous ne sachions pas ce qui s'est réellement passé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Non, l'Islam conduit à la piété et au travail dans tous les domaines, l'Islam préserve et donne la meilleure éducation qui soit, c'est l'homme qui est défaillant et non la Religion d'Allah Tabaraka wa Ta'ala. Par contre il est étrange que nous ne sachions pas ce qui s'est réellement passé.

 

C'est nouveau ça ! Tout ce que sait faire cette secte c'est l'incitation à la haine des non-musulmans et voler leurs biens (c'est ce qu'ils appellent travail !)

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...