Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Guest Dark Shadow

Initier à la lecture

Recommended Posts

Guest Dark Shadow

Salut!

 

Une amie me demande de l'initier à la lecture, elle n'a pas l'habitude de lire, je veux lui conseiller un livre (elle dit pas trop cher lol) qui puisse l'aider à développer ses capacités intellectuelles, un livre constructif, mais commencer par quelque chose de pas trop volumineux?

 

Peut importe le domaine pourvu que se ne soit pas trop compliqué

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un roman? Les amants desunis d'anouar benmalek

Les cerfs volant de Kaboul. De khaled husseini

 

politique, la stratégie du choc, de naomi Klein.

 

D'histoire, y en a pleins

 

science, sur les épaules de Darwin de Jean Claude ameisen

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
Un roman? Les amants desunis d'anouar benmalek

Les cerfs volant de Kaboul. De khaled husseini

 

politique, la stratégie du choc, de naomi Klein.

 

D'histoire, y en a pleins

 

science, sur les épaules de Darwin de Jean Claude ameisen

 

Merci Chacalette pour tes propositions!

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

science, sur les épaules de Darwin de Jean Claude ameisen

 

ele a dit facile ....et ca c'est plus que pas facile !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
ele a dit facile ....et ca c'est plus que pas facile !

 

Oui justement Belkarem j'ai pensé finalement à Ben Ami de Guy de Maupassant assez facile à lire et constructif à la fois,

 

Mais s'il y a d'autres propositions n'hésitez pas

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça depend de l'age

j'etais un grand lecteur dans ma jeunesse

avec l'age je m'ennui vite des livres

a part Papillon que je trouve déstréssant

meme le texte est depourvus de dialogue lourd

il ya le recit la description

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui justement Belkarem j'ai pensé finalement à Ben Ami de Guy de Maupassant assez facile à lire et constructif à la fois,

 

Mais s'il y a d'autres propositions n'hésitez pas

 

alors un conseil .....

 

il y a un genre de litterature ....qui peut etre une introduction ludique et intelligente a la science et pas que ...c'est la SF ...

 

si tu tombe comme obelix dans la litterature SF ......ce t'ouvrira tout le reste !

Share this post


Link to post
Share on other sites
ele a dit facile ....et ca c'est plus que pas facile !

 

j'écoute Ameisen tous les samedi avec sa belle voix douce qui emporte l'esprit loin..... c'est de la science vulgarisée c'est intéressant.

 

bon y a Cosmos de Carl Sagan aussi qui est pas mal, ou encore "les fourmis" de Bernard Werber. :rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui justement Belkarem j'ai pensé finalement à Ben Ami de Guy de Maupassant assez facile à lire et constructif à la fois,

 

Mais s'il y a d'autres propositions n'hésitez pas

 

Bel Ami ou l'histoire d'un arriviste, transposé dans la belle époque, j'ai trouvé "au bonheur des dames" plus intéressant.

 

après ça va dépendre de ses goûts aussi, elle peut lire des livres de Jean Christophe Grangé c'est pas mal du tout.

 

mais pour l'amour, je conseillle Anouar Benmalek. ou sinon pour la critique sociale: Alaa El Aswany "immeuble Yacoubian" ou "Chicago".

Share this post


Link to post
Share on other sites
alors un conseil .....

 

il y a un genre de litterature ....qui peut etre une introduction ludique et intelligente a la science et pas que ...c'est la SF ...

 

si tu tombe comme obelix dans la litterature SF ......ce t'ouvrira tout le reste !

 

et on commence léger par "les robots" d'Isaac Asimov bien sûr, suivi des robots de l'aube, puis de toute la saga (cavernes d'aciers, face aux feux du soleil....).... puis ensuite on passe aux fondations de A à Z), c'est écrit très agréablement, c'est facile à lire, et c'est très riche.

 

ensuite quand on est aguerri on peut passer à Silverberg.... puis après quand on a de la bouteille (courage) Dune de Franck herbert.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
Bel Ami ou l'histoire d'un arriviste, transposé dans la belle époque, j'ai trouvé "au bonheur des dames" plus intéressant.

 

après ça va dépendre de ses goûts aussi, elle peut lire des livres de Jean Christophe Grangé c'est pas mal du tout.

 

mais pour l'amour, je conseillle Anouar Benmalek. ou sinon pour la critique sociale: Alaa El Aswany "immeuble Yacoubian" ou "Chicago".

 

Oh Chacalette je me suis trompée je lui ai plutot conseillé Une Vie :p je me suis trompée en écrivant

 

Immeuble Yacoubian j'aimerai bien le lire d'abord on m'en a parlé

 

Oui je préfère un thème social pour commencer, je veux éveiller son amour à la lecture, elle en a pas l'habitude, moi même je ne lis pas assez,

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
ça depend de l'age

j'etais un grand lecteur dans ma jeunesse

avec l'age je m'ennui vite des livres

a part Papillon que je trouve déstréssant

meme le texte est depourvus de dialogue lourd

il ya le recit la description

 

Elle a la trentaine Trinita

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
alors un conseil .....

 

il y a un genre de litterature ....qui peut etre une introduction ludique et intelligente a la science et pas que ...c'est la SF ...

 

si tu tombe comme obelix dans la litterature SF ......ce t'ouvrira tout le reste !

 

En ce qui me concerne j'aime la science fiction mais elle je préfère qu'elle commence avec quelque chose d'assez simple,

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
et on commence léger par "les robots" d'Isaac Asimov bien sûr, suivi des robots de l'aube, puis de toute la saga (cavernes d'aciers, face aux feux du soleil....).... puis ensuite on passe aux fondations de A à Z), c'est écrit très agréablement, c'est facile à lire, et c'est très riche.

 

ensuite quand on est aguerri on peut passer à Silverberg.... puis après quand on a de la bouteille (courage) Dune de Franck herbert.

 

Merci pour les titre Chacalette je prends note,

Share this post


Link to post
Share on other sites
Elle a la trentaine Trinita

 

c'est l'age des voyage et découverte..

il lui des recits de voyage

dans la serie SAS de Gerard de villiers il y'a

Naufrage aux seychelles

il est en vente en ligne 7 euro..

c'est un bon livre...les rapport entre une femme australienne et un français

au bords d'une vedette..elle a laché l'australie pour venir a l'ile de la reunion

pour bien vivre mais le français n'etait pas dans ces jours, violent, elle passe son temps avec lui a pecher le gros...au lieu de tirer un poisson ils tire un cadavre..

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
c'est l'age des voyage et découverte..

il lui des recits de voyage

dans la serie SAS de Gerard de villiers il y'a

Naufrage aux seychelles

il est en vente en ligne 7 euro..

c'est un bon livre...les rapport entre une femme australienne et un français

au bords d'une vedette..elle a laché l'australie pour venir a l'ile de la reunion

pour bien vivre mais le français n'etait pas dans ces jours, violent, elle passe son temps avec lui a pecher le gros...au lieu de tirer un poisson ils tire un cadavre..

 

ça parle plutôt d’espionnage Trinita, intéressant

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Miss angel

le Parfum de Patrick Süskind.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La nuit des temps de Barjavel un des bouquins qu'on nous obligeait a lire au collège, le 3/4 du temps ça me barbait de faire des fiches de lectures et tout le tintouin...celui là je l'ai pas lâché, je l'ai dévoré :)

Sinon les trucs que je lisais rapidos aussi c'est les séries de bouquins de Daniel Pennac bon on apprend pas grand chose mais c'est très humain, des personnages un peu hors normes et attachants.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
Physics_of_the_impossible_Kaku_2008.jpg

 

:rolleyes:

 

Ya3ni kima enta kima loukhrine ana n9oul simple, initier et on me parle de science fiction, espionage et de physique :confused: je ne veux pas lui bousiller le cerveau, on l’initie petit à petit :p

Share this post


Link to post
Share on other sites
:rolleyes:

 

Ya3ni kima enta kima loukhrine ana n9oul simple, initier et on me parle de science fiction, espionage et de physique :confused: je ne veux pas lui bousiller le cerveau, on l’initie petit à petit :p

 

Dans ce cas pour ton amie....mieux vaut lire cela:

 

petit-prince.jpg?w=1014

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
Dans ce cas pour ton amie....mieux vaut lire cela:

 

petit-prince.jpg?w=1014

 

oui pourquoi pas, finalement je lui ai choisi un livre

yetsema limaye9rache la physique lazem ye9ra le petit prince :rolleyes:

Ce n'est pas bien de se moquer des gens, heta wahed mazad m3elem, à moins que tu sois né physicien et qu'au lieu de dire maman, papa, tes premier mots furent: atome, relativité :rolleyes:

Share this post


Link to post
Share on other sites
ça parle plutôt d’espionnage Trinita, intéressant

 

c'est livre relaxant y'a du voyage dedans..

 

sinon des chapitre a lire comme ce chapitre de Papillon

342

Septième cahier

LES ILES DU SALUT

UN RADEAU DANS UNE TOMBE

 

En cinq mois, j’ai appris à connaître les moindres recoins

des Iles. Pour le moment, ma conclusion est que le jardin près

du cimetière où travaillait mon ami Carbonieri – il n’y est plus –

est l’endroit le plus sûr pour préparer un radeau. Aussi, je

demande à Carbonieri de reprendre son jardin sans aide. Il

accepte. Grâce à Dega on le lui redonne.

Ce matin, en passant devant la maison du nouveau

commandant, une grosse brochette de rougets accrochés à un fil

de fer, j’entends le jeune bagnard garçon de famille dire à une

jeune femme : « C’est celui-ci, Commandante, qui portait tous

les jours du poisson à Mme Barrot. » Et j’entends la jeune belle

brune, genre Algérienne, peau bronzée, lui dire : « Alors, c’est

lui Papillon ? » Et s’adressant à moi, elle me dit :

— J’ai mangé, offertes par Mme Barrot, de délicieuses

langoustines pêchées par vous. Entrez dans la maison. Vous

boirez bien un verre de vin en mangeant un bout de fromage de

chèvre que je viens de recevoir de France.

— Non merci, Madame.

— Pourquoi ? Vous entriez bien avec Mme Barrot, pourquoi

— C’est que son mari m’autorisait à entrer chez lui.

— Papillon, mon mari commande au camp, moi je

commande à la maison. Entrez sans crainte. » Je sens que cette

jolie brune si volontaire peut être ou utile ou dangereuse.

J’entre.

 

Sur la table de la salle à manger elle me sert une assiette de

jambon fumé et du fromage. Sans façon, elle s’assied en face de

moi, m’offre du vin, puis du café et un rhum délicieux de la

Jamaïque.

— Papillon, me dit-elle, Mme Barrot a eu le temps, malgré

tous les remue-ménage de son départ et ceux de notre arrivée,

de me parler de vous. Je sais qu’elle était l’unique femme des

Iles à avoir du poisson de vous. J’espère que vous me ferez la

même faveur.

— C’est qu’elle était malade, mais vous, vous portez bien

d’après ce que je vois.

— Je ne sais pas mentir. Papillon. Oui, je me porte bien,

mais je suis d’un port de mer et j’adore le poisson. Je suis

oranaise. Il n’y a qu’une chose qui me gêne, c’est que je sais

aussi que vous ne vendez pas votre poisson. Ça, c’est

ennuyeux. » Bref, il fut décidé que je lui porterais du poisson.

J’étais en train de fumer une cigarette après lui avoir donné

trois bons kilos de rougets et six langoustines, quand arrive le

commandant.

Il me voit et dit : « Je t’ai dit, Juliette, qu’à part le garçon de

famille, aucun transporté ne doit pénétrer dans la maison. »

Je me lève, mais elle dit : « Restez assis. Ce transporté est

l’homme que m’a recommandé Mme Barrot avant de partir.

Donc, tu n’as rien à dire. Personne ne rentrera ici que lui.

D’autre part, il m’apportera du poisson quand j’en aurai

besoin. »

— Ça va, dit le commandant. Comment vous appelezvous

? » Je vais me lever pour répondre quand Juliette me met

la main sur l’épaule et m’oblige à me rasseoir : « Ici, dit-elle,

c’est ma maison. Le commandant n’est plus le commandant, il

est mon mari, M. Prouillet. »

— Merci, Madame. Je m’appelle Papillon.

— Ah ! J’ai entendu parler de vous et de votre évasion il y a

plus de trois ans de l’hôpital de Saint-Laurent-du-Maroni.

D’ailleurs un des surveillants assommés par vous lors de cette

évasion n’est autre que mon neveu et celui de votre

protectrice. » Là, Juliette se met à rire d’un rire frais et jeune et

 

dit : « Alors, c’est vous l’assommeur de Gaston ? Ça ne changera

rien à nos relations. »

Le commandant toujours debout me dit : « C’est incroyable

la quantité de meurtres et d’assassinats qui se commettent

chaque année aux Iles. Bien plus nombreux qu’à la Grande

Terre. A quoi attribuez-vous cela, Papillon ? »

— Ici, mon Commandant, comme les hommes ne peuvent

pas s’évader, ils sont hargneux. Ils vivent les uns sur les autres

de longues années et il est normal que se forment des haines et

des amitiés indestructibles. D’autre part, moins de cinq pour

cent des meurtriers sont découverts, ce qui fait que l’assassin ou

le meurtrier est à peu près sûr de l’impunité.

— Votre explication est logique. Depuis combien de temps

pêchez-vous et quel travail faites-vous pour en avoir le droit ?

— Je suis vidangeur. A six heures du matin j’ai fini mon

travail, ce qui me permet de pêcher.

— Tout le restant de la journée ? demande Juliette.

— Non, je dois rentrer à midi au camp et peux en ressortir à

trois heures jusqu’à dix-huit heures. C’est très embêtant, car

selon les heures de la marée, quelquefois je perds la pêche.

— Tu lui donneras un permis spécial, n’est-ce pas, mon

chou ? dit Juliette en se retournant vers son mari. De six heures

le matin à six heures du soir, comme cela il pourra pêcher à sa

guise.

— C’est entendu, dit-il.

Je quitte la maison, me félicitant d’avoir agi ainsi, car ces

trois heures, de midi à trois, sont précieuses. C’est l’heure de la

sieste et presque tous les surveillants dorment à ces heures-là,

d’où une surveillance relâchée.

Juliette nous a pratiquement accaparés, moi et ma pêche.

Elle va jusqu’à envoyer le jeune garçon de famille voir où je suis

en train de pêcher pour venir chercher mon poisson. Souvent il

arrive en me disant : « La commandante m’envoie chercher tout

ce que tu as pêché car elle a des invités à sa table et elle veut

faire la bouillabaisse », ou ceci ou cela. Bref, elle dispose de ma

pêche et me demande même de chercher à pêcher tel ou tel

poisson ou de plonger pour attraper des langoustines. Cela me

dérange assez sérieusement pour le menu du gourbi mais, d’un

 

autre côté, je suis protégé comme personne. Elle a aussi des

attentions : « Papillon, la marée est à une heure ? » – « Oui,

Madame. » – « Venez manger à la maison, comme cela vous

n’aurez pas à rentrer au camp. » Et je mange chez elle, jamais

dans la cuisine, toujours dans sa salle à manger. Assise en face

de moi, elle me sert et me verse à boire. Elle n’est pas aussi

discrète que Mme Barrot. Souvent elle m’interroge un peu

sournoisement sur mon passé. J’évite toujours le sujet qui

l’intéresse le plus, ma vie à Montmartre, pour lui raconter ma

jeunesse et mon enfance. Pendant ce temps, le commandant

dort dans sa chambre.

 

Un matin, après avoir fait une bonne pêche, de très bonne

heure, et avoir attrapé près de soixante langoustines, je passe

chez elle à dix heures. Je la trouve assise en peignoir blanc, une

jeune femme derrière elle en train de lui faire des bouclettes. Je

dis bonjour, puis lui offre une douzaine de langoustines.

— Non, dit-elle, donne-les-moi toutes. Combien y en a-t-il ?

— Soixante.

— C’est parfait, laisse-les là je t’en prie. Combien te faut-il

de poissons pour tes amis et toi ?

— Huit.

— Alors prends tes huit et donne le reste au garçon qui va

les mettre au frais.

Je ne sais que dire. Jamais elle ne m’a tutoyé, surtout pas

devant une autre femme qui ne va certainement pas manquer

de le répéter. Je vais m’en aller, gêné à l’extrême, quand elle

dit : « Reste tranquille, assieds-toi et bois un pastis. Tu dois

avoir chaud. »

Cette femme autoritaire me déconcerte tant que je

m’assieds. Je déguste lentement un pastis en fumant une

cigarette, regardant la jeune femme qui peigne la commandante

et qui de temps en temps me jette un coup d’œil. La

commandante qui a un miroir dans la main s’en aperçoit et lui

dit : « v Vous êtes toutes

jalouses de moi, c’est pas vrai ? » Et elles se mettent à rire. Je ne

sais plus où me fourrer. Et bêtement je dis : « Heureusement

que votre béguin, comme vous dites, n’est pas bien dangereux et

que dans sa position il ne peut, lui, avoir le béguin de

personne. »

— Tu ne vas pas me dire que tu n’as pas le béguin de moi,

dit l’Algérienne. Personne n’a pu apprivoiser un lion comme toi,

et moi je fais ce que je veux de toi. Il y a bien une raison à cela,

n’est-ce pas, Simone ?

— Je ne connais pas la raison, dit Simone, mais ce qui est

certain c’est que vous êtes un sauvage pour tout le monde sauf

pour la commandante, Papillon. Au point que la semaine

dernière vous portiez plus de quinze kilos de poisson, m’a

raconté la femme du surveillant-chef, et que vous n’avez pas

voulu lui vendre deux malheureux poissons dont elle avait une

envie folle car il n’y avait pas de viande à la boucherie.

— Ah ! Celle-là c’est la dernière que tu m’apprends,

Simone !

— Tu sais pas ce qu’il a dit à Mme Kargueret l’autre jour ?

continue Simone. Elle le voit passer avec des langoustines et

une grosse murène : « Vendez-moi cette murène ou la moitié,

Papillon. Vous savez que nous autres Bretons savons très bien la

préparer. » – « Il n’y a pas que les Bretons qui l’apprécient à sa

juste valeur, Madame. Beaucoup de gens, les Ardéchois

compris, ont appris depuis les Romains que c’est un mets

choisi. » Et il a passé son chemin sans rien lui vendre.

Elles se tordent de rire.

Je rentre au camp furieux et le soir je raconte au gourbi

toute l’histoire.

— C’est très sérieux, dit Carbonieri. Cette gonzesse te met en

danger. Va là-bas le moins possible et seulement quand tu sais

le commandant chez lui. » Tout le monde est de cet avis. Je suis

décidé à le faire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
oui pourquoi pas, finalement je lui ai choisi un livre

yetsema limaye9rache la physique lazem ye9ra le petit prince :rolleyes:

Ce n'est pas bien de se moquer des gens, heta wahed mazad m3elem, à moins que tu sois né physicien et qu'au lieu de dire maman, papa, tes premier mots furent: atome, relativité :rolleyes:

 

Le petit Prince est un EXCELLENT livre surtout pour réflechir.....Contrairement á ce que l'on veut faire croire...ce livre meme s'il est destiné aux enfants dans sa maniere de rédaction....il parlent aux adultes

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Dark Shadow
Le petit Prince est un EXCELLENT livre surtout pour réflechir.....Contrairement á ce que l'on veut faire croire...ce livre meme s'il est destiné aux enfants dans sa maniere de rédaction....il parlent aux adultes

 

Je sais Nimos mais tu ne l'as pas proposé en ayant cette idée, I just know you a little :p

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...