Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Sissa

Cogitations... de tous les jours de l'année

Recommended Posts

... Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

 

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

 

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

 

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

 

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.

 

Extrait de L’obsolescence de l’homme

de Günther Anders

 

 

;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

 

Bonjour Sissa, c'est ta lecture en ce moment ?

 

... Relecture ;)

 

Ouvrage que je recommande...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Karakou
... Relecture ;)

 

Ouvrage que je recommande...

 

Je prends note et je vais googler, voir de quoi ça parle !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest syrius

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

 

Que font les penseurs de métier au milieu de ces ébranlements ? Ils gardent encore leur silence. Ils n’avertissent pas. Ils ne dénoncent pas. Ils ne sont pas transformés. Ils ne sont pas retournés. L’écart entre leur pensée et l’univers en proie aux catastrophes grandit chaque semaine, chaque jour, et ils ne sont pas alertés. Et ils n’alertent pas. L’écart entre leurs promesses et la situation des hommes est plus scandaleux qu’il ne fut jamais. Et ils ne bougent point. Ils restent du même côté de la barricade. Ils tiennent les mêmes assemblées, publient les mêmes livres. Tous ceux qui avaient la simplicité d’attendre leurs paroles commencent à se révolter, ou à rire. (Paul Nizan, Les Chiens de garde, réédité par Agone, Marseille, 1998.)

:exclaim:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Que font les penseurs de métier au milieu de ces ébranlements ? Ils gardent encore leur silence. Ils n’avertissent pas. Ils ne dénoncent pas. Ils ne sont pas transformés. Ils ne sont pas retournés. L’écart entre leur pensée et l’univers en proie aux catastrophes grandit chaque semaine, chaque jour, et ils ne sont pas alertés. Et ils n’alertent pas. L’écart entre leurs promesses et la situation des hommes est plus scandaleux qu’il ne fut jamais. Et ils ne bougent point. Ils restent du même côté de la barricade. Ils tiennent les mêmes assemblées, publient les mêmes livres. Tous ceux qui avaient la simplicité d’attendre leurs paroles commencent à se révolter, ou à rire. (Paul Nizan, Les Chiens de garde, réédité par Agone, Marseille, 1998.)

 

:exclaim:

 

... Tout aussi percutant...

 

;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest George Bish
... Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

 

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

 

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

 

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

 

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.

 

Extrait de L’obsolescence de l’homme

de Günther Anders

 

 

;)

 

On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. :)

 

... Et que dire d'un peuple qui se sait trompé mais ne réagit pas...

 

;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest George Bish
... Et que dire d'un peuple qui se sait trompé mais ne réagit pas...

 

;)

 

c'est que ce peuple en a marre.. à vrai dire, il se trouve marqué à vie par ses précédentes révoltes qui n'ont pas pu aboutir à changer le systeme ;)

Donnez leur du pain et des jeux !!! disait un ancien empereur :rolleyes:

une réplique appliquée avec brio de nos jours

voilà, ou on en est aujourd’hui"hui. :D

Share this post


Link to post
Share on other sites
c'est que ce peuple en a marre.. à vrai dire, il se trouve marqué à vie par ses précédentes révoltes qui n'ont pas pu aboutir à changer le systeme ;)

Donnez leur du pain et des jeux !!! disait un ancien empereur :rolleyes:

une réplique appliquée avec brio de nos jours

voilà, ou on en est aujourd’hui"hui. :D

 

... Dans ce cas... qu'il arrête de se lamenter sur son sort...

 

;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour George

 

sissa : ca mérite un détour, juste pour replonger dans les événements qui ont précédé les révoltes populaires et comment les autorités ont su garder la paix sociale.

ce fut une grave erreur de ne pas leur avoir laissé le choix d'embarquer le materiel de tournage pour ces journalistes, On se croirait dans " un no man's land !!!" alors que la realité est toute autre.

trois choses m'ont marqué : le man qui compare l'idée d'avoir une femme ou une petite amie au fait d'avoir une voiture et de l’exhiber .

le man qui après avoir eu son bac, se trouvant à l'université, se comparant à un hamster qui cours dans une roue sans issu

et la réponse des jeunes qui ont reçu un credit asenj aux autorités algeriennes

 

... C'est étonnant... on a laissé le journaliste revenir et faire son reportage... ne me dit pas que la DRS n'était pas au courant... Va comprendre !

 

Quant à l'autre qui dit qu'avoir une Femme c'est comme avoir une voiture, je lui dis : bla mra ma t'rouh nulle part... taq'oud eddour fel carrefour :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Sissa

 

... Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

 

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

 

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

 

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

 

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.

 

Extrait de L’obsolescence de l’homme

de Günther Anders

 

 

;)

 

Pas mal ce texte...

Vas savoir pourquoi il m'a replongé dans 1984...

Je ne vais pas faire ce que je n'aime pas cad aller chercher quelques lignes pour argumenter, mais ce qu'il dit sur la pub, le conditionnement c'est la même...

Pour être bien dans le ton il aurait pu parler de la ligue anti-sexe et c'était le bouquet...final...:)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest kelkun
Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.

 

La doctrine, je la vois comme étant l'Islam, car il rétablit le sérieux de notre existence, et notre responsabilité dans ce monde, bannit le gaspillage et donc va à contre-sens du système actuel de consommation à outrance, puis, contrairement à d'autres idéologies qui pourraient elles-aussi prôner ces comportements, il détache du matérialisme et donne la conscience qu'il y a un juge non-humain qui sait tout et voit tout, tout le temps. Plus aucun humain n'a alors à avoir peur de l'humain si ce n'est d'avoir peur de lui faire du mal sans que cela ne soit justifié selon les lois divines. Par l'application rigoureuse des lois de Dieu, l'exploitation de l'Homme par l"Homme n'est alors plus possible, soit car l'Homme est pieux et a peur de Dieu s'il agit avec l'intention de faire du mal à son prochain, soit car l'Homme qui a appris de son Dieu sait qu'il ne doit se soumettre qu'à Dieu et ne s'agenouillera devant aucun de ses semblables humains. Voilà donc la véritable liberté avec conscience et morale.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...