Jump to content
Forum Algerie, forum de discussions entre algeriens
Sign in to follow this  
Guest JILLA

RUBRIQUE "histoire"

Recommended Posts

Guest JILLA

Abdelhafid BOUSSOUF

 

BOUSSOUF.JPG

Il naquit en 1926 à Mila, dans le Nord-Constantinois et y effectua ses études primaires.

 

 

Avant la deuxième guerre mondiale, il se rendit à Constantine où il adhéra au Parti du Peuple Algérien.

 

C’est là également qu’il fit la connaissance de Boudiaf, Ben M’hidi et Bentobbal et d’autres.

 

Il fut l’un des membres les plus éminents de l’Organisation Spéciale.

 

Après la découverte de celle-ci en 1950,

 

il entra dans la clandestinité dans les environs d’Oran et devint responsable de la circonscription de Tlemcen au sein du Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques,

 

de même qu’il fut membre

du Comité Révolutionnaire pour l’Unité et l’Action

et assista à la réunion des vingt-deux.

Lors du déclenchement de la Révolution,

 

il fut nommé adjoint de Ben M'hidi dans la zone V (Oran), chargé de la région de Tlemcen.

Après le Congrès de la Soummam,

 

il devint membre du Conseil National de la Révolution Algérienne et,

 

fut nommé en septembre 1956 chef de la Wilaya V,

 

en remplacement de Ben M'hidi, avec grade de colonel.

 

Il participa à la mise en place du réseau de transmissions et renseignements dans la wilaya V puis dans le reste des wilayas.

En septembre 1957,

 

il devint membre du Comité de Coordination et d'Exécution et

 

fut nommé, en septembre 58, ministre des liaisons générales et des communications dans le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne.

 

Il joua un rôle important dans la création de l'appareil de renseignements et de communications ainsi que la formation de cadres dans ce domaine au point d'avoir été surnommé le père des services de renseignements algériens.

Il mourut le 31 décembre 1979.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Quant à le comparere à MAO TSE TOUNG ?

Là ! monsieur vous faites erreur .

 

bonsoir , desolé ,desolé, desolé ,monsieur jilla ,apparement tu n'as rien saisis ,j'ai jamais comparé boumediene à MAO

( RAPPEL : pour moi boumediene n'a pas d'egal ) ,

 

bref ,revenons à notre sujet ; voila ce que j'ai dit monsieur :

les « théories fanoniennes », qui, par certains aspects, rejoignaient celles développées par un autre théoricien révolutionnaire, Mao Tsé-Toung

 

alors je me demande à quel moment j'ai comparé boumediene à MAO ???

 

monsieur ,quand j'ai dit " theories fanoniennes " veut dire: les theories de frantz fanon ;par certains aspects rejoignaient celles developpées par MAO.

Share this post


Link to post
Share on other sites
[PS : cette derniere remarque est de moi.

 

RIEN ! aucuns faits d'armes !

ni de combats !

ni participations ou directions de batailles legendaires de l'ALN

RIEN de rien ; pistonné il s'est elevé dans la hiearchie militaire comme une fleche .

BOUSSOUF ET ZEGRAR etaient tjr derriere .

 

Comment de simple militant ; il devient le plus puissant aprés l'independance : ministre de la defense.

Ou etaient les fameux colonels de L'ALN .

 

Aapparement je ne te comprenderais jamais jilla ,pour la simple raison suivante , pour toi un militant (d'ailleurs tu veins de reconnaitre qu'il est militant ) c'est uniquement celui qui prend les armes ????

si, c'est le cas ,je te citerais de grands militants de la cause algerienne qui n'ont jamais tiré une balle ,un militant monsieur c'est quelqu'un qui lutte ou combat pour une idée ,une opinion ,un parti, un miltant c'est un membre actif d'une organisation politique ,syndicale,etc....sincerement si ça continue comme ça vaut mieux que je m'arrete là ou on est.

et puis s'il te plait si tu veux qu'on parle d'histoire ,evite ses mots là : PISTON , COUSIN A BOUSSOUF etc........

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest JILLA
Aapparement je ne te comprenderais jamais jilla ,pour la simple raison suivante , pour toi un militant (d'ailleurs tu veins de reconnaitre qu'il est militant ) c'est uniquement celui qui prend les armes ????

si, c'est le cas ,je te citerais de grands militants de la cause algerienne qui n'ont jamais tiré une balle ,un militant monsieur c'est quelqu'un qui lutte ou combat pour une idée ,une opinion ,un parti, un miltant c'est un membre actif d'une organisation politique ,syndicale,etc....sincerement si ça continue comme ça vaut mieux que je m'arrete là ou on est.

et puis s'il te plait si tu veux qu'on parle d'histoire ,evite ses mots là : PISTON , COUSIN A BOUSSOUF etc........

bonjour argelino !

je sais que tu dors mtn ?

 

 

Mais lis ça à ton reveil !

c'est la verité ! et ahmed ZEGGRAR ?

tu connais ????

la qualification de MILITANT de HB n'es pâs de moi : moi je le considere tjr comme un parvenu criminel assoiffé de pouvoir et borné , haineux et rigide sans auncune humanité : son aspect exterieur et ses manieres c'est du populisme et avec le temps il est devenu un tribun.

Tu ne l'a pas vu et entendu à ses débuts : on dirait qq qui descendait du douar.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest JILLA
bonsoir , desolé ,desolé, desolé ,monsieur jilla ,apparement tu n'as rien saisis ,j'ai jamais comparé boumediene à MAO

( RAPPEL : pour moi boumediene n'a pas d'egal ) ,

 

bref ,revenons à notre sujet ; voila ce que j'ai dit monsieur :

les « théories fanoniennes », qui, par certains aspects, rejoignaient celles développées par un autre théoricien révolutionnaire, Mao Tsé-Toung

 

alors je me demande à quel moment j'ai comparé boumediene à MAO ???

 

monsieur ,quand j'ai dit " theories fanoniennes " veut dire: les theories de frantz fanon ;par certains aspects rejoignaient celles developpées par MAO.

 

Alors là ! c'est moi qui trés desolé !

car ton HB n'arrive mm pas à la cheville du grand timonier .

Et puis il n'etait pas le disciple de frantz fanon : c'etait le protégé de boussouf et zegrrar.

Répond à ma question ?

elle est vitale pour que je sache que tu saisis bien le sujet!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest lina

Jilla cesse de te montrer agressif envers tes interlocuteurs et de les provoquer !

Je te conseille aussi de bien lire les posts de tes interlocuteurs avant de t'empresser d'y répondre, cela t'évitera de faire de fausses déductions.

Merci !

Share this post


Link to post
Share on other sites
bonjour argelino !

je sais que tu dors mtn ?

 

 

 

 

Mais lis ça à ton reveil !

c'est la verité ! et ahmed ZEGGRAR ?

tu connais ????

la qualification de MILITANT de HB n'es pâs de moi : moi je le considere tjr comme un parvenu criminel assoiffé de pouvoir et borné , haineux et rigide sans auncune humanité : son aspect exterieur et ses manieres c'est du populisme et avec le temps il est devenu un tribun.

Tu ne l'a pas vu et entendu à ses débuts : on dirait qq qui descendait du douar.

 

bonjour et saches monsieur que c'est ma derniere reponse pour les motifs suivants :

1) beaucoup de confusions dans tes propos :

AHMED ZEGGAZ n'a jamais existé c'est MESSAOUD ZEGGAR que tu ne connais pas du tout et en voici son iteneraire :

 

Tout étant jeune ,il activa ardemment au sein des milieux nationalistes .A20 ans ,il prit part au défilé du 8 Mai 1945 et fut arrêté avec son père et un grand nombre de patriotes.

 

En 1956,il s’établit à Oran tout en activant au sein du F.L.N.

Traqué par la police ,il dut prendre le maquis en Oranie ou il activa dans la wilaya 5 sous le commandement de Boussouf Abdelhafid.

Ensuite ,il partit à Casablanca ou ,il construisit une usine d’armement pour l’A.L.N (Mortiers anti-chars et anti-aériens).

 

Harcelé et persécuté par la police française du Maroc, il réussit à maintes reprises à passer entre les mailles de l’ennemi.

Après l’indépendance ,il rentre à Alger avec le grade de Commandant.

Aussitôt ,il devin un membre influent au sein du pouvoir et rendit de grands services à l’Algérie .

 

emprisoné au temps de chadli ( larbi belkheir à sous traité son affaire pour le compte de l'elysée sous l'oeil vigilant de jacques attali et ce pour recuperer le butin de notre guerre de liberation ) aquité ensuite pour fautes de preuves .

 

Alors renseigne toi bien sur les HOMMES qui ont financé et acheté des armes pour l'ALN . LA GEURRE c'est un tout, monsieur.

 

je sais d'avance que tu ne vas pas avaler tout ça ,mais c'est une realité qui t'achappe monsieur .allah ghalleb

 

POUR BOUMEDIENE il restera toujours l'homme integre de la planete et le plus aimé ,respecté ,entendu par le peuple algerien et les pays du tiers monde .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Alors là ! c'est moi qui trés desolé !

car ton HB n'arrive mm pas à la cheville du grand timonier .

Et puis il n'etait pas le disciple de frantz fanon : c'etait le protégé de boussouf et zegrrar.

Répond à ma question ?

elle est vitale pour que je sache que tu saisis bien le sujet!

 

2/ definition de disciple : personne qui suit la doctrine d'un maitre ,qui suit l'exemple de quelqu'un

 

MONSIEUR ,Frantz fanon est mort en 1961 ,né en 1925 , alors je comprends pas une seconde ,comment est ce que boumediene mort en 1978 ,né en 1932,pourrait etre le disciple de FRANTZ FANON .

monsieur lisez bien ,consultez le dictionnaire de temps en temps ,avant de venir ici ,je vous jure que c'est tres important .

 

3) tu reconnais que abane et ton heros ,et tu sais bien que c'est krim et ses compagons qui ont tué abane ,la meme chose je n'arrive pas à comprendre comment se fait il, que ton avatar c'etait KRIM .

 

BYE BYE monsieur jilla.

saches que qq soient tes reponses et tes provocations je te reponderai plus

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest JILLA
bonjour et saches monsieur que c'est ma derniere reponse pour les motifs suivants :

1) beaucoup de confusions dans tes propos :

AHMED ZEGGAZ n'a jamais existé c'est MESSAOUD ZEGGAR que tu ne connais pas du tout et en voici son iteneraire :

 

Tout étant jeune ,il activa ardemment au sein des milieux nationalistes .A20 ans ,il prit part au défilé du 8 Mai 1945 et fut arrêté avec son père et un grand nombre de patriotes.

 

En 1956,il s’établit à Oran tout en activant au sein du F.L.N.

Traqué par la police ,il dut prendre le maquis en Oranie ou il activa dans la wilaya 5 sous le commandement de Boussouf Abdelhafid.

Ensuite ,il partit à Casablanca ou ,il construisit une usine d’armement pour l’A.L.N (Mortiers anti-chars et anti-aériens).

 

Harcelé et persécuté par la police française du Maroc, il réussit à maintes reprises à passer entre les mailles de l’ennemi.

Après l’indépendance ,il rentre à Alger avec le grade de Commandant.

Aussitôt ,il devin un membre influent au sein du pouvoir et rendit de grands services à l’Algérie .

 

emprisoné au temps de chadli ( larbi belkheir à sous traité son affaire pour le compte de l'elysée sous l'oeil vigilant de jacques attali et ce pour recuperer le butin de notre guerre de liberation ) aquité ensuite pour fautes de preuves .

 

Alors renseigne toi bien sur les HOMMES qui ont financé et acheté des armes pour l'ALN . LA GEURRE c'est un tout, monsieur.

 

je sais d'avance que tu ne vas pas avaler tout ça ,mais c'est une realité qui t'achappe monsieur .allah ghalleb

 

POUR BOUMEDIENE il restera toujours l'homme integre de la planete et le plus aimé ,respecté ,entendu par le peuple algerien et les pays du tiers monde .

 

je n'ai pas dit zeggaz !

mais si tu a lu ça

c'est peut etre une faute de frappe !

 

justement c'est de cette personne que je parle " moi je le confondais avec ahmed son cousin !

oui c'est messaoud et tu a bien décrit son parcours .

Je n'ai rien contre ce militant de la cause nationale !

ce fut aussi un vrai officier de l'ALN et je te remercie de faire sa bio .

Alors tu t'est documenté et tu a donné le signalement de zeggrar et tes sources sont comme tjr celles du MAOL .

 

Ecoute ! petit ahuri : c'est moi qui a prononcé ce nom et à maintes reprises içi mm et avant que tu fait appel a tes sources mensongeres et traitres.

 

LE MESSAOUD Zeggrar etait cousin avec boussouf et boukharouba par leurs meres .

C'est çà la raison de l'ascencion au pouvoir de ton idolle criminelle et sanguinaire , parvenu et haineux .

Le lien de sang a trahi ces 2 MALGACHES (du MALG) heros et resitants de la revolution pcq fils de maltais .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest JILLA

Le MALG

 

Ministère de l'Armement et des Liaisons sociales

"Le Malg a joué le rôle le plus important dans la conduite de la guerre de libération. Il doit jouer le même rôle dans l'écriture de l'Histoire"

 

estime Dahou Ould Kablia un autre malgache .

Le ministre délégué aux Collectivités locales est fier d'assumer, en même

temps, la présidence de l'Association nationale des moudjahidine du Malg.

 

 

 

 

Ce nom désigne tout simplement l'ancêtre des services de sécurité algériens.

 

Créé lors de la formation, en 1958, du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), en pleine guerre de libération, il était le ministère le plus important.

 

Sa mission, confiée à Abdelhafid Boussouf - «un génie», affirment unanimement les membres du Malg, aussi surnommés «les Malgaches» - était d'envisager tous les aspects de la guerre, mais surtout de «protéger la révolution».

 

Fort de quelque 1 500 personnes (quand les autres ministères n'en comptaient que 40 ou 50) choisies parmi l'élite, le Malg constituait l'ossature de la révolution et l'éminence grise de ses chefs.

 

C'est ainsi que lui est revenue la tâche de mettre sur pied et d'organiser la base Didouche-Mourad, en Libye, où a été élaboré

 

le «fichier de la révolution».

 

L'indépendance acquise, Abdelhafid Boussouf estime que sa mission est terminée.

Il se lancera dans les affaires et mourra, en 1980, dans la plus grande discrétion.

 

«Il ne s'est pas totalement retiré de la politique, précise Dahou Ould Kablia.

 

Il a continué, comme Messaoud Zeggar - un autre Malgache célèbre, homme lige de l'ex-président Boumediene - à travailler pour l'Algérie.

 

Les deux hommes étaient versés, il est vrai, dans le commerce des armes.

 

Grâce à leurs carnets d'adresses, ils ont rendu beaucoup de services au pays; ils ont permis la formation de lobbys pro-algériens aux Etats-Unis, par exemple.»

 

En 1962, le Malg, à l'instar du GPRA, est dissous et ses membres se reconvertissent, pour la plupart, dans la haute administration.

 

C'est l'un des collaborateurs de Boussouf, Kasdi Merbah, qui sera chargé de mettre sur pied la Sécurité militaire, qu'il dirigera jusqu'en 1987.

 

Mais «il ne faut pas confondre les deux institutions, qui sont de nature totalement différente, s'insurge le colonel à la retraite Hocine Snoussi.

 

Le Malg s'occupait de l'extérieur, dans l'intérêt de la révolution, alors que la Sécurité militaire jouait, en plus, le rôle de police politique».

 

Ses membres, dispersés et «surtout disciplinés», accepteront de ne plus jouer aucun rôle, en tant que groupe. jusqu'en 1990.

 

voilà mes sources : et c'est des memoires vivantes.

 

Ne répond plus t'est qu'un ahuri d'enfant de la revolution.

N'importe qui brille et a le pouvoir te fascine .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest lina

__________________MODERATION___________________

 

Visiblement, tu ne prends pas mes avertissements au sérieux Jilla !

Je ferme donc le topic !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...