Jump to content

Les immigrés en France ont un niveau de vie nettement inférieur


Recommended Posts

 

PARIS (Reuters) - Les immigrés en France ont un niveau de vie moyen inférieur d'un tiers à celui des non immigrés, révèle une étude de l'Insee.

 

2010-04-02T062827Z_01_APAE6310HZH00_RTROPTP_2_OFRTP-FRANCE-IMMIGRES-INSEE-20100402.JPG

 

L'étude, contenue dans l'édition 2010 des "Revenus et patrimoine des ménages", porte sur l'année 2007 et retient comme définition pour cette catégorie de population les personnes nées à l'étranger et de nationalité étrangère à la naissance, qu'elles aient ou non acquis la nationalité française ensuite.

 

En 2007, précise l'Insee, les ménages immigrés disposent d'un revenu moyen de 2.120 euros par mois contre 2.810 euros pour les ménages non immigrés.

 

Les deux tiers de ce revenu sont des revenus d'activité et 13,8% correspondent à des prestations sociales, soit une part plus importante que chez les ménages non immigrés (4,6%).

 

"Plus de familles monoparentales et de familles nombreuses parmi les ménages immigrés expliquent en partie cet écart", relève l'Insee.

 

Avant transferts fiscaux et sociaux, les ménages immigrés disposent d'un revenu disponible inférieur de près de 34% à celui de ménages non immigrés. Après transferts, cet écart est réduit à 24,7%, ajoute l'étude.

 

La taille des ménages immigrés étant plus importante, l'écart entre ménages immigrés et non immigrés s'accroît lorsque l'on considère le niveau de vie, c'est-à-dire en tenant compte de la composition des familles.

 

UN TAUX DE PAUVRETÉ DE 36%

En 2007, calcule l'Insee, les personnes vivant dans un ménage immigré ont un niveau de vie moyen de 1.220 euros par mois contre 1.810 euros pour les autres, soit 33% de moins.

 

"Les différences sont notables selon l'origine géographique : 14% de moins pour les ménages dont la personne de référence est originaire de l'Union européenne et 43% de moins lorsque celle-ci est native du Maghreb", souligne l'institut de la statistique.

 

A caractéristiques identiques des personnes de référence (même sexe, même tranche d'âge, mêmes type et taille de ménage, même catégorie socioprofessionnelle, même situation d'activité), l'écart de niveau de vie est encore de 6,7% pour les personnes de référence nées dans un pays de l'UE et de 18,5% pour celles nées au Maghreb.

 

"D'autres facteurs inobservés dans l'enquête peuvent expliquer cet écart : niveau de diplôme détaillé, précarité sur le marché du travail, valorisation différenciée de l'expérience professionnelle antérieure?", estime l'Insee.

 

L'étude relève encore que le taux de pauvreté des personnes vivant dans un ménage immigré est de 36,1%, soit près de 25 points de plus que celui de la population des ménages non immigrés.

 

"Il atteint 42,7% dans les ménages dont la personne de référence est native d'Afrique et, même lorsque la personne de référence est ressortissante européenne, le taux de pauvreté reste nettement supérieur à celui de l'ensemble de la population, à 24%", ajoute l'Insee.

 

Véronique Tison, édité par Yves Clarisse

Link to post
Share on other sites

 

PARIS (Reuters) - Les immigrés en France ont un niveau de vie moyen inférieur d'un tiers à celui des non immigrés, révèle une étude de l'Insee.

 

2010-04-02T062827Z_01_APAE6310HZH00_RTROPTP_2_OFRTP-FRANCE-IMMIGRES-INSEE-20100402.JPG

 

L'étude, contenue dans l'édition 2010 des "Revenus et patrimoine des ménages", porte sur l'année 2007 et retient comme définition pour cette catégorie de population les personnes nées à l'étranger et de nationalité étrangère à la naissance, qu'elles aient ou non acquis la nationalité française ensuite.

 

En 2007, précise l'Insee, les ménages immigrés disposent d'un revenu moyen de 2.120 euros par mois contre 2.810 euros pour les ménages non immigrés.

 

Les deux tiers de ce revenu sont des revenus d'activité et 13,8% correspondent à des prestations sociales, soit une part plus importante que chez les ménages non immigrés (4,6%).

 

"Plus de familles monoparentales et de familles nombreuses parmi les ménages immigrés expliquent en partie cet écart", relève l'Insee.

 

Avant transferts fiscaux et sociaux, les ménages immigrés disposent d'un revenu disponible inférieur de près de 34% à celui de ménages non immigrés. Après transferts, cet écart est réduit à 24,7%, ajoute l'étude.

 

La taille des ménages immigrés étant plus importante, l'écart entre ménages immigrés et non immigrés s'accroît lorsque l'on considère le niveau de vie, c'est-à-dire en tenant compte de la composition des familles.

 

UN TAUX DE PAUVRETÉ DE 36%

En 2007, calcule l'Insee, les personnes vivant dans un ménage immigré ont un niveau de vie moyen de 1.220 euros par mois contre 1.810 euros pour les autres, soit 33% de moins.

 

"Les différences sont notables selon l'origine géographique : 14% de moins pour les ménages dont la personne de référence est originaire de l'Union européenne et 43% de moins lorsque celle-ci est native du Maghreb", souligne l'institut de la statistique.

 

A caractéristiques identiques des personnes de référence (même sexe, même tranche d'âge, mêmes type et taille de ménage, même catégorie socioprofessionnelle, même situation d'activité), l'écart de niveau de vie est encore de 6,7% pour les personnes de référence nées dans un pays de l'UE et de 18,5% pour celles nées au Maghreb.

 

"D'autres facteurs inobservés dans l'enquête peuvent expliquer cet écart : niveau de diplôme détaillé, précarité sur le marché du travail, valorisation différenciée de l'expérience professionnelle antérieure?", estime l'Insee.

 

L'étude relève encore que le taux de pauvreté des personnes vivant dans un ménage immigré est de 36,1%, soit près de 25 points de plus que celui de la population des ménages non immigrés.

 

"Il atteint 42,7% dans les ménages dont la personne de référence est native d'Afrique et, même lorsque la personne de référence est ressortissante européenne, le taux de pauvreté reste nettement supérieur à celui de l'ensemble de la population, à 24%", ajoute l'Insee.

 

Véronique Tison, édité par Yves Clarisse

 

 

Bonjour mimi

 

merci pour le sujet

 

oh que oui

cela est bien vrais

Link to post
Share on other sites
Bonjour mimi

 

merci pour le sujet

 

oh que oui

cela est bien vrais

salam pmat

de rien pour le sujet,je l'ai partagé car je trouve cela vrai tout comme toi

je sais pas pourquoi mas j'aime bien les études de l'insee :p

Link to post
Share on other sites
Guest anincognito

Bonjour,

 

Si vous permettez que j'intervienne, pourquoi donc ne pas revenir vers son pays d'origine, où l'on ne devrait plus avoir le status d'immigré?

Link to post
Share on other sites
Guest kastor
Bonjour,

 

Si vous permettez que j'intervienne, pourquoi donc ne pas revenir vers son pays d'origine, où l'on ne devrait plus avoir le status d'immigré?

 

mais peut être que le niveau de vie des émmigrés la bàs chez eux, et nettement mieux que le le meilleur ici chez nous?

 

immigrés , y en aussi de l'afrique noir, et justement se sont eux qui ont fait baisser le taux de cette étude

 

par contre les algériens, sauf certains, la majorité sont bien, enfin d'aprés ceux que je connais

Link to post
Share on other sites
Guest anincognito
(1) mais peut être que le niveau de vie des émmigrés la bàs chez eux, et nettement mieux que le le meilleur ici chez nous?

 

immigrés , y en aussi de l'afrique noir, et justement se sont eux qui ont fait baisser le taux de cette étude

 

(2) par contre les algériens, sauf certains, la majorité sont bien, enfin d'aprés ceux que je connais

 

(1) Tout à fait...

 

(2) Et aussi ceux que je connais.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...