Notices
Page 2 sur 4 PremièrePremière 1234 DernièreDernière
Affichage des résultats 11 à 20 sur 34

Discussion: Police et mégalomanie

  1. #11  
    D. ESSERHANE
    Guest
    Plus j’y pensais, plus je m’enfonçais dans l’horreur et plus je m'y engouffrais, plus j’avais cette sensation de vertige et de nausées.

    Je me souviens que je suis resté presqu’une heure à me lamenter, les yeux vitreux, la gorge serrée, transporté hors du temps, à une époque que je croyais déjà révolue et complètement oubliée.

    Je me revoyais, l’arme en bandoulière, entouré de mes collègues, au regard innocent, blaguant et jubilant comme des gamins insouciants. Ils étaient, pour la plus part, de jeunes hommes pleins de vitalité. Ils venaient à peine de sortir de l'adolescence.

    Intérieurement, j’étais presque convaincu que notre fin à tous, était une histoire de quelques jours ou de quelques semaines, tout au plus, et que personne d'entre nous ne saura se soustraire au destin funeste que nous réservaient nos bourreaux. Des gens incultes, assoiffés de sang, méchants, pleins de haine et de cruauté. Je me disais souvent qu'on finirait tous que nous sommes, soit, traitreusement criblés de balles, soit, déchiquetés par une bombe ou sauvagement égorgés, si l'on venait à être pris vivants.

    Nous étions conscients de cela.

    Nous savions que nous n'avions pas affaire à des enfants de chœur, ni à de simples délinquants, mais à des ennemis redoutables qui ne reculaient devant rien; des forcenés sans cœurs, des psychopathes d’extrêmement dangereux, très déterminés plus que jamais à en découdre avec les services de sécurité et soumettre toute la société à leur diktat par la terreur, persuadés de l'imminence de leurs actes barbares et que chaque cruauté infligée à l'être humain était un bienfait qui les rapprochait un peu plus près du Bon Dieu et leur garantissait une meilleure place au paradis.

    Tous ces bandits criminels agissaient au nom d'Allah avec une absolue détermination et une profonde conviction avec ce désir morbide de mourir en martyrs, les armes à la main
    Réponse avec citation  
     

  2. #12  
    D. ESSERHANE
    Guest
    J’avais passé l’épreuve la plus terrible de ma vie, exposé de jours comme de nuits aux grands dangers.

    A chaque matin que je me mettais les pieds dehors, je regardais le ciel et me disais que ce jour-là, sera, peut-être, le dernier jour qui me restait à vivre et me tressaillais de tout mon corps, à l’idée de me voir revenir, le soir, emmitouflé dans un linceul blanc.

    J’imaginais avec amertume, le cœur battant, la réaction des miens et mesurais, dans mon fort intérieur, combien sera immense leur douleur lorsqu’ils apprendront la nouvelle de ma mort. J’avais aussi autant peur pour ma vieille mère à la santé chancelante qui n’admettra quoiqu'il advenait, jamais cette fatalité.

    J’étais intimement persuadé qu'elle sera le seul être qui me pleurera vraiment à chaudes larmes, la seule personne au monde qui ne m’oubliera jamais, ne serait-ce un instant et que ma perte allait lui causer tant de chagrins, tant de peines et de douleurs qui vont hanter les maigres jours qui lui restaient vivre.

    Je connaissais parfaitement ma mère et je savais qu’elle ne pouvait se défaire moi que lorsqu’elle me voyait bien entouré et en totale sécurité, raison pour laquelle, je la voyais, si fragile qu’elle était, très vulnérable aux grandes émotions et quasi certain qu'elle périra de tristesse dans les prochains jours à venir, en emportant, serré dans le cœur, son deuil à l'au-delà.
    Réponse avec citation  
     

  3. #13  
    D. ESSERHANE
    Guest
    Je me détournais la tête et me levais péniblement de mon siège. Je remarquais que la température avait sensiblement baissé au point de frôler le degré de congélation. L’envie de manger ne me tenaillait plus. J’éteignais le feu de la cuisinière et me dirigeais avec dégoût en titubant, droit vers la chambre à coucher faiblement éclairée. J’enfilais mon pyjama en soie et je me mettais difficilement sous la couette tout en croisant les mains derrière la tête, le regard dans le vide, rivé sur le plafond.

    Je me sentais extrêmement fatigué et désarçonné. Je n’avais qu’une envie et une seule. C’était celle qui consistait à prendre du papier et un crayon à mine, à portée de mes mains, et y déverser avec rage toute cette bile qui empestait ma vie des années durant; en relatant fidèlement, sans rien omettre à celui qui voulait me lire, toutes les exactions, les injustices et les abus subis.

    Ce projet, pourtant pertinent, racolait mes esprits par le passé, mais, je n’y attachais d’intérêts particuliers.

    Mais, ce soir, ce même désir resurgissait avec une intensité telle qu’il me paraissait pesqu’une question existentielle susceptible de me débarrasser de mes vieux démons et me délivrer, une fois pour toute, de mes souffrances psychiques enfouies quelque part de mon subconscient, siège ténébreux et intouchable des grands refoulements, où s’entremêlaient tant de désirs et de déceptions
    Réponse avec citation  
     

  4. #14  
    D. ESSERHANE
    Guest
    Mais, je ne sais comment m'y prendre, par qui, par quoi commencer pour relater une histoire si confuse que la mienne et puis, franchement, je ne suis pas bien câblé pour mener à bien une narration de type littéraire. Tous les officiers qui sont passés par l’Ecole supérieure de police, étaient tenus à respecter certaines formes de procédures, d’être concis et précis dans la relation des faits et tenus aussi de veiller à ne jamais s’embourber dans de longs récits philosophiques de vraiment ennuyeux pour les magistrats, en premier chef. C'était du moins, ce qu’on nous avions étudié en théorie.

    En pratique, notre mission n'a rien de commun avec celle d'un journaliste d'investigation ou de celle d’un écrivain et de ses histoires aux milles intrigues mais, d’un policier tout court dont le rôle premier, se limitait à des diligences policières pour la quête de la vérité, à l'établissement de divers procès-verbaux 'bien cadrés', à la rédaction de courts rapports de synthèse et enfin, transmettre ce tout, au procureur de la république, sous forme de procédure judiciaire.

    Peut-être, que c’est l’une des raisons qui a fait de moi, en particulier, un écrivaillon assez médiocre en matière d’écriture et je dirai, toute honte bue, que je n'ai pas fait assez d'efforts pour évoluer dans les belles lettres. Les vieux réflexes ont vraiment la peau dure

    Mais, peu importe ma manière d'écrire et ma façon de m'exprimer du moment que je me fais comprendre par le commun des mortels qui maîtrise un tant soit peu, la langue française. Alors, je ne me fais aider, ni par un nègre, ni par personne d'autre que ce soit pour m'ajouter du baume à l'effet de me faire prévaloir et d'être pris plus tard, pour quelqu’un que je ne suis pas.'''
    Réponse avec citation  
     

  5. #15  
    Senior Member Avatar de Néo69
    Date d'inscription
    août 2015
    Messages
    352
    Bonjour
    Tiens il y a le même texte sur l'autre rive ...
    La tolérance ne devrait être qu'un état transitoire. Elle doit mener au respect.
    Réponse avec citation  
     

  6. #16  
    Intelligence Teacher Avatar de AnoNimos
    Date d'inscription
    août 2012
    Localisation
    Next to Max
    Messages
    19 071
    Didy....Notre pianiste...perché sur un etage détruit....
    Réponse avec citation  
     

  7. #17  
    Member
    Date d'inscription
    août 2016
    Localisation
    Alger
    Messages
    75
    Intéressant!
    (extraits)...de quoi? Donnez un titre, une référence !?

    @néo69


    Citation Envoyé par Néo69 Voir le message
    Bonjour
    Tiens il y a le même texte sur l'autre rive ...
    Quelle rive ? Merci de préciser!!
    Réponse avec citation  
     

  8. #18  
    Senior Member Avatar de Néo69
    Date d'inscription
    août 2015
    Messages
    352
    Citation Envoyé par AnoNimos Voir le message
    Didy....Notre pianiste...perché sur un etage détruit....
    Non je ne pense pas que ce soit lui
    Celui en face fait du plagiat et de l'usurpation c'est tout
    La tolérance ne devrait être qu'un état transitoire. Elle doit mener au respect.
    Réponse avec citation  
     

  9. #19  
    Senior Member Avatar de Néo69
    Date d'inscription
    août 2015
    Messages
    352
    Citation Envoyé par Ha-Mida Voir le message
    Intéressant!
    (extraits)...de quoi? Donnez un titre, une référence !?

    @néo69




    Quelle rive ? Merci de préciser!!
    SALAM

    Rive gauche loll
    Non l'autre FA celui du nabot narcissique
    La tolérance ne devrait être qu'un état transitoire. Elle doit mener au respect.
    Réponse avec citation  
     

  10. #20  
    Member
    Date d'inscription
    août 2016
    Localisation
    Alger
    Messages
    75
    Salam

    Vous répondez à une énigme par une autre énigme !
    Y a-t-il un autre FA?

    Où peut-on lire la copie intégrale complète?
    Merci
    Réponse avec citation  
     

Discussions similaires

  1. Une police des moeurs Salafiste made in....
    By sekini in forum Parlons-en...
    Réponses: 9
    Dernier message: 12/04/2014, 16h31
  2. Réponses: 12
    Dernier message: 26/04/2013, 13h53
  3. LA POLICE DÉCIDE DE SE DÉSENGAGER DE LA SÉCURITÉ DES STADES
    By Ladoz in forum Actualité algérienne
    Réponses: 3
    Dernier message: 01/06/2012, 22h33
  4. ..Tueur au scooter: un homme se réclamant d'Al-Qaïda cerné par la police
    By El-Guerroumi in forum Actualité internationale
    Réponses: 23
    Dernier message: 21/03/2012, 13h25
  5. Réponses: 93
    Dernier message: 02/12/2011, 23h55
Règles de messages
  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •