Notices
Page 1 sur 79 1234561151 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 10 sur 788

Discussion: Syrie:nouvelles du front.

  1. #1 Syrie:nouvelles du front. 
    Senior Member Avatar de Zoubir8
    Date d'inscription
    avril 2008
    Messages
    24 364

    Je propose dans ce topic de mettre des informations venant du front en Syrie.
    Je met chaque jour des vidéos et des analyses pouvant permettre de comprendre la situation en Syrie.. Merci de votre confiance.

    3 juillet 2012 à 16 h 20 min

    Alep désormais au coeur de la bataille, miliciens abattus

    En parallèle, le plus gros lot des accrochages semblent depuis que les forces gouvernementales ont décidé d’en finir avec les miliciens de Homs, s’être transféré vers les régions du nord de la Syrie, surtout vers Alep et sa province, proche de la Turquie.

    Lundi, 9 miliciens au moins ont été abattus dont leur commandant et leur responsable médiatique, plus de dix autres ont été blessés et de nombreux d’entre eux ont été arrêtés, suite à des accrochages avec des forces de l’ordre à Azzaz, dans la province d’Alep.
    Selon une source s’exprimant pour le site syrien Arab-Press, parmi les 9 tués figurent 4 qui sont parmi les recherchés les plus dangereux. Les accrochages avec les milices de l’Armée syrienne libre se poursuivent dans les environs, selon le site Taht-ElMejhar. Cette milice avait revendiqué plusieurs attaques contre des barrages de l’armée régulière perpétrée à l’aube du lundi.

    Des miliciens ont également été tués lorsqu’ils ont pris d’assaut le Centre international pour les recherches agricoles dans les régions sèches (Icarda) (géré par CGIAR et situé dans la province d’Alep) et s’attelaient à vouloir dérober des véhicules. Selon Tahtel-Mijhar, citant un responsable de la mairie ayant requis l’anonymat, des accrochages ont eu lieu dans cet endroit et des miliciens ont été tués et deux éléments des forces de l’ordre ont été blessés. Un véhicule équipée d’une mitrailleuse a également été détruit, et des armements et du matériel de communication confisqués.
    Ce mardi, les forces de l’ordre ont à l’appel des habitants perquisitionné une maison dans le quartier Méridien à Alep, et arrêté 5 terroristes et leurs armements.

    Tués pour avoir insulté la révolution

    Ce mardi, la ville du nord de la Syrie Alep est sur le choc après l’assassinat de trois de ses jeunes, dont un adolescent de 15 ans, qui ont été abattus à bout portant par des hommes armés lors de leur voyage en voiture sur l’autoroute reliant Alep à Lattaquié. Une source a révélé pour Taht El-Mejhar que les auteurs de la liquidation ont envoyé les dépouilles des victimes à leurs parents avec un message précisant que leurs fils ont été tués parce « qu’ils ont insulté la révolution, et c’est le châtiment de tous ceux qui portent atteinte à la révolution ».
    Dernière modification par Zoubir8 19/07/2012 à 12h52
    - Si tu veux aider la PALESTINE va sur www.bdsfrance.org
    - Si tu veux aider la Syrie envoie à l'ambassade de Russie un message de félicitation pour la position de Poutine (ambrus@wanadoo.fr).
    - Algérie: "Athawra mina chaab oua ila chaab". Par thawra j'entends un processus de démocratie sociale.
    - Coup de coeur: Youtube: «ayemma a3zizen ouretsrou»
    Réponse avec citation  
     

  2. #2  
    Senior Member Avatar de Zoubir8
    Date d'inscription
    avril 2008
    Messages
    24 364
    L'actualité armée du jour en Syrie.
    De Douma à Homs : impressions filmées

    Par Guy Delorme, le 4 juillet 2012
    Pour la journée du mardi 3 juillet, en tous cas pour ses dernières heures, l’OSDH mettait l’accent sur des combats – qui selon lui, « faisaient rage » – à Homs, « aux abords » de Bab Amr, naguère bastion de la rébellion et repris début mars par l’armée. L’OSDH établit le bilan de mardi à 77 morts, dont 52 « civils« , donc pour une bonne part des hommes en armes.
    À Douma, dans la banlieue nord-est de Damas, l’armée a repris le contrôle de la ville, et continue de découvrir des caches d’armes. À ce sujet la chaîne iranienne Al Alam TV a consacré, le 3 juillet, un reportage sur la situation à Douma : contrairement à ce qui a été prétendu par des opposants, la mosquée et son minaret sont intacts, à part quelques vitres brisées ; pour ce qu’on en aperçoit, Douma semble voir peu souffert des affrontements ; on voit aussi des habitants, ou des employés de la voirie, réhabilitant leurs quartiers ; selon les témoignages d’habitants, les activistes armés étaient plusieurs centaines, avec nombre d’étrangers cagoulés, dont des Nord-africains, et ils étaient très bien organisés ! Les médias syriens ont indiqué néanmoins que es bandes avaient perdu dans les récents combats des dizaines d’hommes, avant de devoir évacuer le secteur :

    ‫????? ???? ?????? ?? ???? 3-7-2012‬‎ - YouTube

    Dans un autre reportage, le gouverneur visite la ville ; il assure que tous les approvisionnements ont été assurés pour permettre le retour des habitants et il déclare que ces derniers seront indemnisés pour leurs biens endommagés :

    ‫???? ???? ??? ??????? ?????‬‎ - YouTube

    En ce qui concerne Homs, on peut profiter du regard, il est vrai iranien et pro-gouvernemental, de Hussein Mortada, le correspondant de la chaîne Al Alam, qui a effectué une journée de reportage à Homs, le 2 juin. Même si l’on ne comprend pas l’arabe, on peut se faire une idée de l’atmosphère dans les quartiers récemment débarrassés des terroristes ASL. Ou encore infectés : Mortada, muni d’un gilet pare-balles, et accompagné de soldats, doit parfois franchir en courant certaines petites rues, ou observer précautionneusement les positions ennemies derrière un store ; les snipers ASL sont en effet aux aguets, et l’on entend des échanges de tirs nourris. Très souvent, on voit des ouvertures pratiquées grossièrement dans les murs des cloisons des maisons, pour faciliter les déplacements des activistes. À un moment, le reporter iranien parvient à établir un contact radio avec un groupe de rebelles qui le couvrent d’insultes. Sinon, les caméras iraniennes montrent des destructions, des locaux qui auraient été transformés en lieux de détention et de tortures des otages et suspects des terroristes. Et puis l’on voit aussi Mortada examiner un plan de secteur de la ville en compagnie de militaires qui lui expliquent leur stratégie de reconquête. Et bien évidemment, on constate que ces quartiers disputés de Homs sont devenus autant de villes-fantômes, où l’on ne croise âme (civile) qui vive…

    ‫???? ????? - ?????? ??? ?? ???.‬‎ - YouTube

    Pour en savoir plus, un entretien d’une heure de Hussein Mortada accordé à la chaîne syrienne (récemment victime d’un attentat à la bombe) Al Ikhbarya Sourya, en date du 30 juin :

    Hussein Mortada 30 06 1 - YouTube



    Procès d’enfant, exécution de civils : la « justice » ASL à l’oeuvre

    Parmi les vidéos glanées sur la toile par les amis d’Infosyrie, nous avons sélectionné celles-ci, qui montrent assez bien à qui les militaires, policiers mais aussi civils syriens ont affaire. À une heur, où le gouvernement syrien est régulièrement et bruyamment accusé de torturer et de tuer des enfants – même si la « madame droits de l’homme » de l’ONU, Navi Pillay, vient juste de reconnaître que l’opposition s’était rendu coupable aussi de crimes et de tortures – il n’est pas inutile de montrer de quoi sont capables à cet égard certains activistes. Dans la première vidéo, en effet, des combattants cagoulés sur fond de drapeau de l’opposition encadrent un jeune enfant qu’ils accusent d’être un criminel pro-régime. Nous avouons ne pas avoir saisi la sentence, mais la mise en scène est déjà « parlante », quant au peu de cas que font ces enragés de la vie de leurs adversaires ou supposés tels, quel que sot l’âge de ceux-ci :

    ‫???????? ????????? ????????? ???? ??????? ?????? ???? ???? ???? ????? ??? ????? ?? ?????? ???? Syria Tube‬‎ - YouTube

    Dans la deuxième vidéo, c’est bien un adulte, et apparemment un civil, qui est abattu de balles dans le dos, suite sans doute à un « procès » révolutionnaire et aux mêmes accusations (de soutien au régime). Combien d’exécutions sommaires de ce type en Syrie ? Des centaines depuis des mis, et beaucoup à Bab Amr du temps où l’ASL et a brigade al-Farouq y faisaient la loi.

    SYRIE/ Les bandes armées terroristes de l'armée libre ASL exécutent sauvagement un homme - YouTube

    L’objectif n°1 est donc plus que jamais, pour l’armée et la grande majorité des Syriens, de purger le pays de ces fanatiques pratiquant un « Islam du chaos ». Dans les dernières heures du 3 juillet, Sana signalait encore un accrochage à Deir Hafer, dan les environs d’Alep, au cours duquel, trois véhicules des rebelles ont été détruits et la plupart des passagers tués. Et un autre affrontement dans la ville de Deir Ezzor s’étant soldé lui par la destruction de six véhicules de combat des rebelles. Autant qui ne tueront, n’enlèveront, ne tortureront plus !
    - Si tu veux aider la PALESTINE va sur www.bdsfrance.org
    - Si tu veux aider la Syrie envoie à l'ambassade de Russie un message de félicitation pour la position de Poutine (ambrus@wanadoo.fr).
    - Algérie: "Athawra mina chaab oua ila chaab". Par thawra j'entends un processus de démocratie sociale.
    - Coup de coeur: Youtube: «ayemma a3zizen ouretsrou»
    Réponse avec citation  
     

  3. #3  
    Senior Member Avatar de aynazppr75
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    Doctour Ayna guide nous vers la Lumière
    Messages
    21 257
    Il est payé par Assad ou quoi ce gars ?
    "Le protocole des sages de fion" de Finkelprout : l'arabo-baathisme une escroquerie mondiale, l'Arabie tu l'aimes ou tu la quittes. Préface du Mollah Mollard.
    Réponse avec citation  
     

  4. #4  
    Senior Member Avatar de aynazppr75
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    Doctour Ayna guide nous vers la Lumière
    Messages
    21 257
    Citation Envoyé par Miissy Voir le message



    c'est chou
    "Le protocole des sages de fion" de Finkelprout : l'arabo-baathisme une escroquerie mondiale, l'Arabie tu l'aimes ou tu la quittes. Préface du Mollah Mollard.
    Réponse avec citation  
     

  5. #5  
    Senior Member Avatar de aynazppr75
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    Doctour Ayna guide nous vers la Lumière
    Messages
    21 257
    Citation Envoyé par Miissy Voir le message
    La prochaine fois c'est le vert

    keskec'est k'ce Rose et ce " chou" tu joue à la shampouineuse ?


    bah j'essaye de m'intégrer
    "Le protocole des sages de fion" de Finkelprout : l'arabo-baathisme une escroquerie mondiale, l'Arabie tu l'aimes ou tu la quittes. Préface du Mollah Mollard.
    Réponse avec citation  
     

  6. #6  
    Senior Member Avatar de aynazppr75
    Date d'inscription
    septembre 2010
    Localisation
    Doctour Ayna guide nous vers la Lumière
    Messages
    21 257
    Citation Envoyé par Miissy Voir le message
    Il te manque l'avatar qui va avec demande à Zoubir il s'y connait lui !


    Sinon le rose te va à merveille

    Ca fait avatar de meuf j'aime pas

    Merkiiii
    "Le protocole des sages de fion" de Finkelprout : l'arabo-baathisme une escroquerie mondiale, l'Arabie tu l'aimes ou tu la quittes. Préface du Mollah Mollard.
    Réponse avec citation  
     

  7. #7  
    Senior Member Avatar de Zoubir8
    Date d'inscription
    avril 2008
    Messages
    24 364
    Analyse de quelqu'un d'extérieur à la Syrie et qui semble se documenter avec les vidéos du Net. Remarquez qu'il ne parle pas des livraisons d'armes qataries à l'Asl.
    Syrie, possible succès des rebelles

    LE MONDE | 02.07.2012

    Par Thomas Pierret, maître de conférences en islam contemporain à l'université d'Edimbourg (Ecosse).
    Jusqu'il y a peu, de nombreux observateurs du conflit syrien s'accordaient sur le fait que les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) n'avaient aucune chance de vaincre les centaines de milliers de combattants loyalistes et leur profusion d'armements lourds fournis par la Russie.
    Pour les tenants de ce point de vue, la militarisation du soulèvement
    ne menaçait pas la survie du régime de Bachar Al-Assad mais lui
    accordait au contraire un sursis en lui offrant de mener
    la lutte sur son terrain favori. Les développements des dernières
    semaines suggèrent toutefois qu'une victoire des insurgés constitue
    désormais une perspective peut-être encore éloignée, mais nullement
    invraisemblable.


    En février, les gains territoriaux de l'insurrection ont convaincu le régime syrien de faire
    ce dont il s'était abstenu jusqu'alors, c'est-à-dire déployer
    massivement chars lourds, artillerie de gros calibre et hélicoptères.
    Toutefois, près de cinq mois après le lancement de cette
    contre-offensive, les résultats ne sont guère convaincants. Aucune des
    zones occupées par les insurgés avant février n'a pu être reconquise de
    manière durable et effective puisque, dans tous les cas, des éléments armés s'y sont réinfiltrés.

    A Homs, par exemple, alors que les forces régulières annoncent
    l'imminence d'un assaut "décisif" sur le centre-ville, les rebelles
    viennent de reprendre
    le contrôle de plusieurs check-points dans le quartier de Baba Amr,
    cible d'un terrible siège en février. En outre, les six derniers mois
    ont vu l'insurrection gagner de nouveaux territoires comme la province d'Alep, la région de Deir ez-Zor à la frontière avec l'Irak, l'arrière-pays sunnite de Lattaquié, de proches banlieues
    de Damas (Kafr Sousse) et même, dans une moindre mesure, une partie du
    coeur historique de la capitale (Midan). Au total, selon les Nations
    unies, 40 % des régions habitées du pays échapperaient au contrôle du pouvoir central.

    La force de l'opposition armée ne tient pas dans ses qualités
    intrinsèques, exception faite du très large soutien populaire dont elle
    fait l'objet : ses quelques dizaines de milliers de combattants, dont
    une forte proportion de volontaires inexpérimentés, se répartissent en
    une multitude de brigades locales, certes de plus en plus coordonnées
    entre elles, mais toujours dépourvues de commandement national ; ces
    brigades ne possèdent pour l'essentiel que ce qui constitue l'équipement
    de base des unités de l'armée syrienne (kalachnikov, fusil de précision
    Dragunov, mitrailleuse PKT et lance-roquettes RPG-7) et n'ont
    généralement acquis d'équipements plus sophistiqués (en particulier des
    missiles antichars Metis et Kornet) qu'en les capturant aux forces
    régulières ou en les achetant à des officiers corrompus.

    Pour l'ASL, les chances de l'emporter
    résident donc plutôt dans les nombreuses faiblesses structurelles des
    forces loyalistes. En dépit de leur apparente solidité, ces dernières
    sont en effet dans une posture des plus inconfortables pour mener une guerre de contre-insurrection.

    Le premier problème de ces forces est leur manque d'effectifs face à
    la multiplication des fronts ouverts par les insurgés. Le chiffre
    fréquemment cité de 300 000 hommes d'active est théorique, une partie
    seulement d'entre eux sont réellement utilisables contre l'opposition.
    La contestation s'ancre en effet prioritairement dans les régions
    sunnites pauvres, c'est-à-dire là où l'armée de Bachar Al-Assad recrute la majorité de ses hommes.

    Face au risque de désertions, le régime s'appuie sur ses soldats les
    plus loyaux (alaouites, membres de certains clans bédouins et Kurdes) et
    sous-emploie délibérément les éléments perçus comme les moins fiables.
    Pour les mêmes raisons, des supplétifs civils (les fameux chabbiha) ont été massivement recrutés parmi les segments "sûrs" de la population, mais leur manque d'expérience et d'équipement ne leur permet pas de compenser l'insuffisance numérique des troupes régulières.

    C'est ce manque d'effectifs qui, à partir du mois de février, a poussé le régime à user de son avantage incommensurable en termes de puissance de feu. Ce choix, on l'a dit plus haut, ne permet pas d'enrayer
    l'extension de l'insurrection. C'est que, incapable de déployer
    suffisamment de garnisons pour opérer un maillage étroit du territoire,
    le régime ne cherche pas à rétablir l'ordre et les services
    publics mais opte pour une approche purement punitive : blocus des
    localités rebelles, bombardements, raids de blindés, exécutions
    sommaires, rafles, incendies de maisons et de plantations, obstruction
    des puits ou encore pillages.

    Dans de telles circonstances, il est devenu impensable pour les
    troupes du président syrien, largement perçues comme une force
    occupante, de pouvoir un jour reconquérir "les coeurs et les esprits", objectif primordial de toute stratégie de contre-insurrection.

    Un second problème se posant au régime est celui des centaines de
    milliers de déplacés jetés sur les routes par la "solution militaire".
    On est ici face à un autre aspect crucial de la lutte
    anti-insurrectionnelle, à savoir la nécessité, pour reprendre la métaphore de Mao Zedong, de séparer les "poissons" (les rebelles) de l'"eau" dans laquelle ils évoluent (la population).

    Parmi les réponses apportées à ce problème durant les guerres
    contre-insurrectionnelles de l'ère moderne, aucune n'était envisageable
    par le régime syrien : une politique
    d'extermination à grande échelle aurait accru le risque d'intervention
    militaire étrangère, de même qu'un exode massif des déplacés vers les
    pays voisins ; quant à regrouper
    les populations concernées dans des camps, comme le firent les
    Britanniques durant l'insurrection malaisienne (1948-1960), cela aurait
    nécessité des ressources financières que l'Etat syrien ne possède pas.

    Faute d'alternative, les autorités ont donc laissé les réfugiés s'établir là où ils pouvaient espérer jouir
    de quelque solidarité. Par exemple, bon nombre des sunnites d'Homs ont
    élu domicile chez leurs coreligionnaires damascènes, venant de ce fait grossir les rangs de l'opposition dans des quartiers déjà farouchement hostiles au régime.

    Handicapées en termes d'effectifs et de rapport à la population, les
    forces de répression le sont également d'un point de vue matériel. Le
    manque d'effectifs induit d'importants déplacements
    d'hommes à travers le pays, des trajets que les milices supplétives
    effectuent souvent dans de simples bus qui constituent des proies
    faciles pour l'ASL.

    Même les blindés ne sont guère adaptés. Certes, les tanks lourds
    comme le T-72 demeurent un atout appréciable pour l'armée régulière mais
    seule une minorité de ces engins ont été dotés de blindages réactifs
    offrant aux équipages un degré de protection comparable à celui des
    chars occidentaux de conception récente.

    De plus, sur les théâtres d'opérations, l'infanterie se déplace à
    bord de BMP-1, des blindés conçus pour la guerre de mouvement plutôt que
    pour la contre-insurrection. Les recrues lui reprochent notamment sa
    grande vulnérabilité aux RPG-7 et aux engins explosifs improvisés, une
    vulnérabilité dont attestent presque quotidiennement les images de
    carcasses fumantes de ces engins diffusées par l'ASL.

    L'armée syrienne est par ailleurs dépourvue de véhicules de
    patrouille résistants aux mines, une arme dont les Occidentaux se sont
    équipés à prix d'or dans les conflits afghan et irakien. Un dernier
    handicap des forces loyalistes est le manque d'appui aérien.
    Probablement par crainte de donner des arguments aux partisans de l'imposition d'une zone d'interdiction de survol, le régime s'est abstenu jusqu'à présent d'utiliser ses avions dans le conflit et n'a déployé que des hélicoptères.

    Dans de telles circonstances, il n'est pas forcément imprudent d'avancer que l'ASL pourrait faire
    pencher la balance en sa faveur si elle se dotait de systèmes antichars
    et antiaériens plus efficaces. Sur ce plan, la logistique des rebelles
    est encore très loin d'être optimale mais s'est néanmoins améliorée par
    rapport au début de l'année, tant en raison des donations d'origine
    privée (diaspora syrienne, collectes de fonds organisées dans le Golfe)
    que du soutien encore timide mais néanmoins croissant de pays, tels que
    l'Arabie saoudite et le Qatar. Jusqu'au sortir de l'hiver, l'extrême dénuement des combattants des insurgés témoignait de la quasi-inexistence de l'aide apportée par ces Etats.

    Cette aide s'est ensuite mise en branle à mesure que l'ASL démontrait
    sa capacité de résistance et, partant, sa crédibilité en tant qu'acteur
    du conflit.

    De cette dynamique témoigne notamment la création, début juin à
    Istanbul, du Front des révolutionnaires syriens, une structure
    politico-militaire proche de l'Arabie saoudite à laquelle se sont ralliées les Brigades des hommes libres de Syrie (Ahrar al-Sham), principale force insurgée dans la province d'Idlib.

    Soulignons, pour conclure, que la montée en puissance de l'ASL ne signifie pas nécessairement la fin de toute solution politique au conflit. Pour l'emporter, en effet, les rebelles syriens ne doivent pas forcément marcher
    sur le Palais du peuple, sinistre casemate présidentielle surplombant
    Damas. En d'autres termes, la victoire politique de l'opposition ne
    présuppose pas nécessairement sa victoire militaire totale.

    Cette victoire politique peut-être déjà remportée requiert seulement
    que les insurgés grignotent suffisamment de territoires pour convaincre les parrains russes et iraniens de Bachar Al-Assad que leur protégé est condamné et qu'ils n'ont d'autre choix que d'abandonner leurs projets de réformes cosmétiques au profit d'un véritable changement de régime.

    Arabisant, Thomas Pierret
    est titulaire d'un doctorat obtenu à l'Institut d'études politiques de
    Paris et à l'Université catholique de Louvain. Il a séjourné à
    l'université de Princeton et a vécu plusieurs années en Syrie. Il a
    publié "Baas et Islam
    en Syrie : la dynastie Assad face aux oulémas" (PUF, 2011). Cet ouvrage
    présente les acteurs les plus influents de la scène religieuse syrienne



    Thomas Pierret, maître de conférences en islam contemporain à l'université d'Edimbourg (Ecosse).
    - Si tu veux aider la PALESTINE va sur www.bdsfrance.org
    - Si tu veux aider la Syrie envoie à l'ambassade de Russie un message de félicitation pour la position de Poutine (ambrus@wanadoo.fr).
    - Algérie: "Athawra mina chaab oua ila chaab". Par thawra j'entends un processus de démocratie sociale.
    - Coup de coeur: Youtube: «ayemma a3zizen ouretsrou»
    Réponse avec citation  
     

  8. #8  
    mounir 19
    Guest
    c'est question de temps et non d'armes la rébellion essaie de le plus possible de rallier a ca cause le plus possible de militaire ce qui réduira les frais de cette guerre en vie humaine et en infrastructure et argent ..
    voila en quoi excelle les soldats d'al fassad plus ils on font plus leur fin approche !

    Réponse avec citation  
     

  9. #9  
    Senior Member Avatar de djallalnamri
    Date d'inscription
    juillet 2009
    Localisation
    4 ième dimension
    Messages
    20 588
    Citation Envoyé par mounir 19 Voir le message
    c'est question de temps et non d'armes la rébellion essaie de le plus possible de rallier a ca cause le plus possible de militaire ce qui réduira les frais de cette guerre en vie humaine et en infrastructure et argent ..
    voila en quoi excelle les soldats d'al fassad plus ils on font plus leur fin approche !

    on peut savoir pourquoi ces soldats filmeraient et mettraient leurs "exploits" en ligne ???
    ce que l'occident a de bien ... c'est le service maintenance
    Réponse avec citation  
     

  10. #10  
    mounir 19
    Guest
    Citation Envoyé par djallalnamri Voir le message
    on peut savoir pourquoi ces soldats filmeraient et mettraient leurs "exploits" en ligne ???
    ............

    ben la réponse est dans ta question pour eux c'est un exploit !! deja que le militaire a un caractère un peu spécial tu dois surement savoir a quoi je fais allusion ...donc si on rajoute a cela le fait qu'il soi politisé et convaincu de la justesse de ca "cause" ben ca donne logiquement cela !
    certaines de c'est vidéo son acheter au comptant d'autres récupérer sur des corps sans vie un peu comme avec la guerre d’Irak c'est de cette façon qu'on a eu a découvrir les pratiques des GIS et des mercenaires ...
    Dernière modification par mounir 19 06/07/2012 à 16h34
    Réponse avec citation  
     

Discussions similaires

  1. Le Mali en colère contre le Front Polisario
    By hcina87 in forum Actualité internationale
    Réponses: 2
    Dernier message: 05/07/2012, 07h39
  2. front de la haine= école de la lâcheté et du mensonge...
    By warseniss2 in forum Actualité internationale
    Réponses: 8
    Dernier message: 10/04/2012, 22h11
  3. Réponses: 15
    Dernier message: 13/03/2012, 21h37
  4. Réponses: 4
    Dernier message: 09/02/2012, 08h50
  5. Réponses: 5
    Dernier message: 26/10/2011, 07h34
Règles de messages
  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts
  •