D'insistantes rumeurs annonçaient, ces derniers temps, le retour aux affaires, de l’ex-chef des services secrets algériens (DRS), le général Toufik.



Si l'on en croit le journal en ligne Monde afrique, c'est désormais une certitude. Citant des sources proches du pouvoir algérien, ce journal soutient que le général Toufik Mediene pourrait reprendre du service comme responsable d’un "organisme sécuritaire consultatif censé appuyer le travail des nouvelles directions du DRS". Cet organisme, qui sera rattaché à la présidence, est une sorte de "haut conseil de la sécurité" de réflexion dont rôle sera de "produire des études, propositions et expertises sécuritaires pour améliorer la surveillance du territoire".

Le retour de l’ex-patron du DRS serait un compromis durement négocié entre le général Mediene et le clan présidentiel. Des négociations qui ont fait des dégâts collatéraux, selon ce journal. Le plus connu de tous est bien entendu l’ex-secrétaire général du FLN, Amar Saadani, dégommé récemment de son poste. D’autres, moins médiatisés, auraient été victimes de la lutte des clans dans les hautes sphères décisionnelles. Selon Monde Afrique, un général major aujourd’hui à la retraite qui fut très proche de l’ancien patron du DRS, a été "interpellé à l’aéroport d’Alger alors qu’il s’apprêtait de partir pour Tunis puis Beyrouth". Il aurait présenté "à la douane un faux passeport qu’il avait conservé de la belle époque où les services algériens en fabriquaient à la pelle". L’article de Monde Afrique ne précise cependant pas si ce retraité de l’armée voulait fuir le pays avec une fausse identité ou pas, cependant, il a précisé qu’il aurait subi un interrogatoire durant une journée entière.

Si l'on en croit ces informations, tout serait donc rentré dans l'ordre entre l'ancien patron du DRS et la présidence. Sa "traversée du désert" qui dure depuis 15 mois connaîtra son terme incessamment sous peu. Ouff !

Hebib Khalil