Annonce

Collapse
No announcement yet.

Importation de blé : L’OAIC lance un nouvel appel d’offres

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • Importation de blé : L’OAIC lance un nouvel appel d’offres

    L'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) a lancé un appel d'offres international pour l’achat de blé de meunerie provenant d'origines optionnelles, a rapporté avant-hier l’agence britannique Reuters, citant des négociants européens.

    Le volume du blé commandé par l'organisme public algérien chargé des importations de céréales n’a pas été en revanche rendu public. L'unique importateur de blé en Algérie a fixé l'échéance de l'adjudication au 20 février, alors que l'expédition est prévue pour la période avril-mai. L'appel d'offres fournira un autre test pour le blé français dans son principal marché d'outre-mer contre la concurrence croissante des approvisionnements argentins, selon Reuters.

    Dans son dernier appel d'offres pour l’importation de blé de meunerie, le 25 janvier, l'OAIC a acheté au moins 500 000 tonnes et a également environ 150 000 tonnes de blé dur en février. Le pays, qui compte une population de plus de 41 millions d'habitants, importe chaque année près de 60% de ses besoins en céréales, estimés à environ 8 millions de tonnes/an. Une carte mondiale 2017-2018 des importateurs/exportateurs de blé, publiée par le cabinet spécialisé américain AgroChart, montrait que l’Algérie est le 3e plus gros importateur de blé dans le monde.

    L’Egypte reste le plus gros importateur de blé de la planète avec 12 millions de tonnes, suivie par l’Indonésie avec 9,5 millions de tonnes. Durant les neuf premiers mois de l’année 2017, la facture d’importation de céréales (blé dur, tendre, semoule, farine...), s’élevait à 2,11 milliards de dollars contre 2,13 milliards de dollars, en baisse de 0,72%, selon un récent bilan des Douanes. Côté production, celle-ci avait atteint seulement 35 millions de quintaux pour la saison des moissons 2016-2017 en dépit des mesures de soutien mises en place par les pouvoirs publics en faveur de cette filière. En août dernier, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural,
    Abdelkader Bouazgui, avait insisté sur l’impératif de prendre les mesures nécessaires pour revoir les conditions de production des céréales en Algérie.

    Plusieurs mesures devraient être prises, dont l’extension des superficies agricoles irriguées, l’amélioration des semences afin de les adapter au climat, l’utilisation des technologies pour développer les systèmes de production et la formation des agriculteurs. Ces mesures permettront, selon le ministère de l’Agriculture, de renforcer la production des céréales, d’augmenter le taux de productivité par hectare, de réduire les superficies non exploitées et d’élargir celles dédiées à la culture des céréales.
    Most important Thing to do before death: to live
    Your God may have a plan for you, but Nimos is not sure it's the best one for you
Working...
X