Annonce

Collapse
No announcement yet.

Les médecins résidents durcissent leur mouvement de protestation

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • Les médecins résidents durcissent leur mouvement de protestation

    Les médecins résidents en pédiatrie ont boycotté, ce dimanche 7 janvier, leur examen de DEMS qui sanctionne la fin de leurs études médicales spécialisées. Les amphis du Département de Médecine d’Alger qui devaient accueillir l’examen ont été désertés par les médecins qui se sont rassemblé dans l’enceinte de la faculté en signe de protestation.

    Au même moment, les médecins résidents étaient des centaines à manifester dans les rues à Constantine.

    Une plainte sera déposée

    Ce boycott de l’examen de DEMS s’inscrit dans une volonté des médecins résidents de durcir leur mouvement de protestation suite à la violente répression du rassemblementqu’ils ont organisé le mercredi 3 janvier au CHU Mustapha Pacha.

    Le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) a qualifié l’action de réussite. Il a rappelé, dans un communiqué paru ce dimanche, que ce boycott concerne « toutes les épreuves de la session normale de janvier 2018, toutes spécialités confondues et ce, jusqu’à satisfaction de l’ensemble des revendications ».

    | LIRE AUSSI : Quelles sont les revendications des médecins résidents ?

    « Pour la première fois de l’histoire de la médecine en Algérie, il n’y aura pas de nouveaux assistants en 2018 », a déclaré le Dr Taileb Mohamed, résident et membre du bureau national du Camra qui a insisté que ce boycott est une réponse à la violence de la répression du rassemblement de mercredi passé.

    D’après lui, « une plainte sera prochainement déposée contre les agresseurs des médecins ». La répression du rassemblement au CHU Mustapha Pacha a fait, selon le membre du bureau du Camra, 40 blessés, dont 20 graves, et un blessé ayant eu un hématome extra-dural.

    | LIRE AUSSI : Le rassemblement des médecins résidents violemment réprimé à l’intérieur de l’hôpital Mustapaha Un rassemblement à Oran

    Des avocats se sont porté volontaires pour défendre la cause des médecins en justice et les assister dans leur procédure de dépôt de plainte. « Plusieurs avocats nous ont contactés et ont proposé leur assistance pour nous aider à porter plainte », a expliqué le Dr Taileb qui affirme que les dossiers et certificats médicaux des médecins résidents blessés lors du rassemblement de Mustapha Pacha sont en train d’être rassemblés.

    D’un autre côté, le Camra a appelé à un autre rassemblement national, pour ce mardi 9 janvier, au CHU d’Oran. La manifestation devrait rassembler des résidents de plusieurs wilayas, dont ceux du Centre du pays.

    Le mutisme du ministre de la Santé sur ce mouvement de protestation et son manque de réaction sont vivement critiqués par plusieurs syndicats et organisations de médecins. Ainsi, le Dr Bakkat Berkani, président du Conseil national de l’ordre des médecins, qui a jugé « légitimes et acceptables » les revendications des résidents, s’est dit surpris par « le peu d’importance donnée par la tutelle aux revendications des médecins résidents » et par le fait que le ministre de la Santé « n’ait reçu les médecins résidents que pour 10 minutes ».

    Le conseil national de l’ordre des médecins a décidé de « poursuivre judiciairement les responsables des agressions (lors du rassemblement du mercredi 3 janvier) », selon son président.

    | LIRE AUSSI : Violences contre les médecins résidents : des partis et syndicats condamnent
    Most important Thing to do before death: to live
    Your God may have a plan for you, but Nimos is not sure it's the best one for you
Working...
X