Annonce

Collapse
No announcement yet.

Les méandres du crime à couper le souffle

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • Les méandres du crime à couper le souffle

    Les méandres du crime à couper le souffle

    HuffPost Algérie
    29/03/2018 09h:46
    Click image for larger version  Name:	5ab230b51e000016087af4af.jpg?ops=scalefit_630_noupscale.jpg Views:	1 Size:	54,8 Ko ID:	5935005


    Hors de contrôle, premier polar en arabe d’Abdellatif Ould Abdellah
    Pour son premier polar, “Hors de Contrôle”, le jeune architecte aura réussi à tenir le lecteur en haleine. Les pages défilent à merveille, peintes d’un style fluide et d’un vocabulaire allant bien à chaque scène, ou dialogue. Deux crimes similaires, poussent l’inspecteur Ahmed Ben Hemna à faire preuve de beaucoup de tact, de bon sens et d’efficacité, mettant sa vie en péril. Les deux hommes assassinés à Mascara, ville natale de l’Emir Abdelkader, avaient travaillé ensemble au sein de la Direction de l’Urbanisme. Youcef Kdadra reçut deux balles nocturnes, tirées par un tueur à gages, Houari en l’occurrence. Quelques jours après, son supérieur Khalil, directeur départemental du Trésor Public, est retrouvé occis dans son appartement, chloroformé au préalable ! L’inspecteur Ahmed Ben Hemna entama son enquête sur les chapeaux de roues, à la traque du suspect. Une femme sans scrupules, Zahia Berrached, secrétaire et amante de Khalil, et en même l’épouse secrète du feu Youcef Kdadra, s’avéra magouilleuse de marchés de construction octroyés de biais, surfacturation et œuvres fictives à l’appui. Son pactole, elle le verse dans des comptes offshores. L’inspecteur Ahmed Ben Hemna faillit perdre sa vie, lorsqu’il tomba entre les mains des sbires de Houari, un repris de justice mal en vue. L’officier réussit la prouesse de sauver sa peau in extremis. Miraculeusement. L’écheveau est démêlé avec dextérité. Mourad Bettayeb, un comptable à la Direction de l’Urbanisme, ayant purgé trois en ans de prison, pour falsification et usage de faux de documents de marchés publics. Sa signature imitée, son gendre le jette en taule, quoiqu’il clame son innocence. Sorti de prison, il prend sa revanche sanguinaire, et engagea Houari qu’il connut en emprisonnement, et tua son gendre, Youcef Kdadra, et son acolyte, Khalil. Tout au long de ce beau roman bien aéré, et structuré comme sur un plan établi par AutoCAD, l’écrivain Abdellatif Ould Abdellah, nous fait bercer d’un béguin de l’inspecteur, en charge de l’enquête criminelle, pour la jeune recrue Algéroise, Kahina, débordant de beauté à perdre la tête. Ses hanches désorientèrent le jeune inspecteur voluptueux. L’auteur nous étonne avec des détails sur les personnages et les lieux, les effluves quotidiens, et aussi les dédales de la pensée humaine, au bord de la bêtise ou de l’extase. Ou du couperet. Le romancier Ould Abdellah, natif de Mascara, né en 1988, déjoue l’intrigue criminelle haut le verbe. Rien à envier aux séries de Peter Folk. Lecture de ce polar hors du commun est vivement recommandée pour les aficionados ès matière, au moment où les homicides volontaires prennent l’ampleur au sein de la société algérienne, qui sort à peine de la décennie rouge et noire de braises. Une société en pleine mutation.

    Un polar qui mérite bien une traduction vers la langue française et / ou anglaise.

    “Hors de Contrôle”.Roman en arabe, 216 pages. Editions El Ikhtilef (Algérie)

    ZfSa
    Atlas HD-200s

  • #2
    Avec un inspecteur qui s'appelle Ahmed, je ne crois pas qu'il sera traduit vers le français. Les Algériens sont des criminels pour beaucoup, il suffit de voir ce qui s'est passé durant la décennie, n'importe qui tuait comme il le voulait et tout cela sur le dos de elirheb. Ce serait-ce la peur de la prison il y aurait beaucoup de règlement de compte, ils sont très violents et hassadines grrraves comme ils disent.

    Comment


    • #3
      j'attendrais qu'il sorte en version amazigh pour aller le voir ....mon argent est precieux je prefere le consacrer a la creation en tamazight -de plus le ministere de la culture a du deja le subventionner pour continuer l'arabisation-encore quelques millions de dinars jetés par les fenetres .

      le film en lui meme est peut etre interessant mais il n'etonnera pas le cinephile - un inspecteur ,des crimes , des assassinats ,de la corruption , des faux documents -c'est le quotidien des societes arabes -ce n'est pas comme si c'etait un film de science fiction avec ahmed aux cotés du commandant spoke dans star trek partant pour un long voyage intergalactique a la decouverte des mondes nouveaux ...ça c'est beaucoup moins credible pour un film en langue arabe.

      il aurait pu aussi nous etonner avec une grande histoire d'amour entre ahmed et kahina ,une sorte de love story 2 - sans pistolets et couteaux ,sans que ce soit sanguin ,sans faux documents et sans arnaques juste pour nous evader un peu de la realité du monde arabe.

      il est temps de faire un film en tamazight pour acceder a d'autres contenus .


      Comment


      • #4
        La corruption et tuerie ce n'est pas uniquement chez les arabes ; pourquoi Ahmed et kahina, il se pourrait qu'on ait Da Mokrane et Aicha hahaha. Il y a déjà des chaines de série en Tamazight, c'est algérien et dans les montagnes.

        - Ahh faroudja !
        - Dachou Da M'hand ?
        - Awid kesra akourene !

        Haha !

        Comment


        • #5
          Envoyé par L'aghabie l'aghabie Voir le message
          La corruption et tuerie ce n'est pas uniquement chez les arabes ; pourquoi Ahmed et kahina, il se pourrait qu'on ait Da Mokrane et Aicha hahaha. Il y a déjà des chaines de série en Tamazight, c'est algérien et dans les montagnes.

          - Ahh faroudja !
          - Dachou Da M'hand ?
          - Awid kesra akourene !

          Haha !
          oui ça c'est filmé au portable sans moyens et sans reconnaissance - un grand bravo a ceux qui le font parce qu'au dela de la rentabilité ,ils participent a faire vivre ce qui reste de la culture amazigh - et si c'est jugé comme mediocre c'est tout ce que merite un peuple qui a vendu sa culture pour un hypothetique acces au paradis que les arabes lui ont fait miroiter...

          en fait je reve d'une grande production hollywoodienne en amazigh dans le sahara , un peu comme le film la guerre de Troie ou Brad Pitt serait koceyla ,projeté dans toutes les salles du territoire voir meme sur des ecrans geants en plein air et dans toute l'afrique du nord et pourquoi pas dans le monde -dans le film on changera la fin de l'histoire koceyla serait vivant et les arabes prendront la fuite les gandouras dechirées ,en laissant leurs babouches dispersés dans le sahara et tout ça dans la langue pas de sheakspears de mohamed ou de moliere mais dans la langue de koceyla ...ainsi les enfants dans les ecoles ne joueront plus aux djihadistes mais aux resistants et les crimes et les larcins seraient derriere nous ....

          Comment


          • #6
            Tu n'as rien compris Koceyla, nos aieux s'en fichaient de la gandoura ou des babouches (d'ailleurs qu'est-ce c'est), ils ont reçu un message de la part de Dieu, voilà uniquement ce qu'il faut voir rien de plus.

            Ta pensé est colonisée pour preuve Koceyla tu le personnifie en Brad Pitt, je vais te mettre des photos d'Arabes ou berbères mille fois plus beau que ton brad pitt, à la limite Mel Gibson, ben affleck, pierce brosnan, ou encore mieux Ben Barnes, il faut un brun et non un blond.

            Il n'y a pas que le paraitre et hollywood, il y a Allah Ta'ala et la vérité, rien ne vaut nos Prophètes 'alayhoum essalam et nos chevaliers comme 'Omar ibnu elkhattab, Othmen ibnu 'affan, 'Ali ibnu aba Taleb radia Allahou 'anhoum.

            Les enfants jouent aux muslimines contre elkoffars et quelle bagarre, les djihadistes nexistent pas dans le monde des enfants mais celui de la presse occidentale.

            Comment

            Working...
            X