Annonce

Collapse
No announcement yet.

Chaînes TV privées en Algérie

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • Chaînes TV privées en Algérie

    Quel sort pour les chaînes privées non accréditées durant les législatives

    Dimanche 26 Fevrier 2017

    C'est officiel, l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (Arav), en collaboration avec la Haute Instance indépendante de surveillance des élections (Hiise), va rencontrer aujourd'hui les cinq chaînes privées «accréditées légalement», excluant ainsi les cinq chaînes actives sur la scène médiatique nationale: Beur TV, El Bilad TV, Numidia News, El Adjwa TV, ou encore KBC. L'Arav et la Hiise «espèrent par cette rencontre contribuer à clarifier le rôle de chacune des institutions et offrir leur aide de facilitation dans le travail des organes d'information audiovisuels» durant les législatives du 4 mai. L'Autorité «est convaincue de trouver auprès desdits médias l'écoute et la compréhension nécessaires au respect du droit, de l'éthique et de la déontologie, ainsi que leur disponibilité active en faveur de la promotion de la culture démocratique et citoyenne, de la garantie de la transparence et de l'objectivité dans l'exercice de leur mission d'information et de communication», ajoute la même source.Ce n'est pas la première fois que les responsables de la communication rencontrent les responsables des chaînes privées à la veille des échéances électorales. En 2014, le ministre de la Communication de l'époque, Abdelkader Messahel, avait convoqué les directeurs des cinq chaînes privées autorisées par l'Etat pour discuter des lignes de conduite à prendre durant la très sensible élection présidentielle. Cette année-là on a vu la fermeture d'une chaîne de télévision avant même le commencement de l'élection Atlas TV. Mais l'Etat a laissé les autres chaînes non accréditées à couvrir l'élection présidentielle, certaines ont même adapté leurs programmes à cette échéance, c'est le cas de Beur TV qui avait accueilli Abdelaziz Belkhadem, qui était désigné pour représenter le candidat Bouteflika. Il a établi la même stratégie en se rendant à la chaîne El Bilad TV, où il avait fait des déclarations qui lui ont coûté sa place au FLN. Comment vont se comporter les responsables, avec les chaînes non agréées, même s'ils sont inscrits d'office dans la ligne éditoriale de l'administration. Respecter le temps d'antenne des candidats, ne pas faire la promotion pour un candidat connu. En fait l'Arav et la Haute Instance indépendante de surveillance des élections (Hiise), ne souhaitent pas des dérapages des partis politiques et des candidats indépendants. Les deux instances gouvernementales vont rester silencieuses quant à l'activité des autres chaînes non accréditées comme elles l'ont fait durant toute l'année. Après tout, ce sont des chaînes de télévisions algériennes mais de droit étranger.
    ZfSa
    Atlas HD-200s

  • #2
    Grine dévoile les ​chaînes​ TV privées autorisées à couvrir la campagne électorale

    Grine dévoile les ​chaînes​ TV privées
    autorisées à couvrir la campagne électorale

    13:24 mardi 28 février 2017 |TSA Algérie/Hadjer Guenanfa

    Les cinq chaînes de télévision privées, dont les bureaux sont accrédités en Algérie, peuvent couvrir la campagne électorale des prochaines législatives du 4 mai, a précisé Hamid Grine, ministre de la Communication, sur Twitter. Les cinq chaînes de télévision en question sont : Ennahar TV, Echorouk TV, Dzair TV, El Djazaïria TV et Hogar TV. Fin janvier, le ministre de la Communication avait assuré que les chaînes de télévision ne seront pas toutes autorisées à couvrir les prochaines élections. « Nous sommes​ dans la légalité et on ne va pas donner (des autorisations) à des chaînes de droit étranger », avait déclaré Hamid Grine.
    ZfSa
    Atlas HD-200s

    Comment


    • #3
      Les télévisions privées refusent les expressions directes des candidats aux législatives


      Les télévisions privées refusent les expressions directes
      des candidats aux législatives

      DIA-1 mars 2017

      Lors de la dernière réunion avec l’Arav, les directeurs des télévisions privées se sont entendus pour céder l’expression directe qui est accordée chaque année aux candidats aux élections législatives à l’Entv. Les responsables des cinq chaînes privées, ont estimé que les expressions directes des candidats ne sont pas des programmes qui risque de faire l’audience et de cet fait ils risquent de pousser les téléspectateurs algériens à zapper vers d’autres chaînes et d’autres télévisions étrangères. C’est donc naturellement que les fameux passages des candidats des partis mais surtout des candidats libres à la télévision, (qui est dictée par la loi avec un partage légal et équitable de temps), passerons comme les échéances électorales précédentes sur la télévision publique. L’expression directe des candidats est néanmoins un grand moment de télévision, puisqu’elles sont devenues sur youtube comme des pépites en matière de moment comique et de ratage de communication politique. Certaines vidéos enregistrées lors de la campagne électorale des législatives de 2012 sont même devenues virales et ont fait découvrir aux algériens le niveau parfois très bas de certains candidats aux législatives.
      Salim Bey

      ZfSa
      Atlas HD-200s

      Comment


      • #4
        Agréments des chaînes privées
        Seules 10 chaines auront le fameux sésame

        DIA-13 mars 2017

        La décision va faire des malheureux. Parmi la multitude de chaines privées qui occupent nos téléviseurs, seules dix d’entre elles se verront octroyer un agrément. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui le Ministre de la Communication Hamid Grine.En effet, le Ministre a affirmé aujourd’hui à Alger que ces agréments seront délivrés à leurs titulaires après les prochaines élections législatives prévues pour le 04 mai prochain.
        Selon lui, parmi une cinquantaine de chaines Tv privées, seules 10 d’entre elles auront le fameux sésame.
        Le degré de professionnalisme des chaines Tv et plus particulièrement lors du prochain scrutin, mais également la nécessité de remplir les conditions contenues dans le cahier des charges sont les éléments déterminants dans l’octroi des agréments par l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV).Cependant il a précisé que les rencontres qu’il tient avec les directeurs des chaines n’étaient aucunement synonymesd’octrois d’agréments.Récemment, le Ministre avait indiqué que seules cinq chaînes sont autorisées à couvrir les prochaines législatives. Il s’agit des chaînes : Dzair TV, Ennahar, Echourouk, Al-Djazairia et Hoggar-TV. «Les prochaines élections législatives seront un véritable test pour la presse algérienne et pour les chaînes de télévision dotées de bureaux agréés et non agréés », avait déclaré le ministre.

        ZfSa
        Atlas HD-200s

        Comment


        • #5
          La fermeture d’Ennahar Laki perturbe Echourouk News

          DIA – Dernières Infos d’Algérie
          le 20-03-2017


          La décision du Groupe médiatique Ennahar de suspendre la diffusion de sa chaîne dédiée à la femme algérienne, « Ennahar Laki », ce samedi 18 mars a créé la panique au niveau du groupe Echourouk Tv, qui venait d’inaugurer son nouveau studio pour sa chaîne d’infoEchourouk News. Le groupe Ennahar a indiqué dans son communiqué qu’Ennahar Laki, Lancée en décembre 2014, a été ainsi suspendue pour « des raisons administratives ». En effet, la Direction de ce Groupe explique que « la loi sur l’audiovisuel ne permet pas qu’une même personne morale ou physique détienne deux chaînes de télévisions, il a été procédé, alors, à la suspension de la diffusion d’Ennahar Laki ».Avec la suspension de sa chaîne dédiée à la femme, le Groupe Ennahar entend se consacrer davantage à sa chaîne d’information, Ennahar TV, qui s’est imposée sur le champ audiovisuel algérien.Cette explication logique des choses a créé un dilemme au niveau du groupe Echourouk Tv, puisqu’il possède trois chaînes: Echourouk tv, (la chaîne mère), Echourouk News (la chaîne d’info) et la chaîne El Benna Tv (Chaîne dédiée à la femme). Cette dernière qui n’a pas réussi à s’imposer devant le succès de Samira Tv, devait en principe être dissoute. Le problème se pose également pour la chaîne d’Info, qui s’est imposée comme une chaîne de débat politique et de reportages, mais qui ne s’est pas imposée comme une chaîne d’info continue. Depuis le départ de Leila Bouzidi de la direction de l’info de la chaîne, c’est Sami Si Youssef, un ancien d’Ennhar Tv qui dirige l’info, sur Echourouk News.L’arrêt de la chaîne Ennahar Laki est intervenu le jour de l’inauguration du nouveau studio room news d’Echourouk Tv à « Jolie vue » à Kouba en présence du président de l’Arav, Zouaoui Benhamadi, qui est venu aussi marquer le 5e anniversaire du lancement de la chaîne Echourouk Tv (2012-2017). La présence du patron de l’Arav confirme le soutien de l’Etat pour le maintien de la chaîne News du groupe Echourouk Tv. Mais le patron du groupe Ali Fodil gardera-t-il les deux autres chaînes du groupe El Benna Tv et surtout la chaîne du divertissement Echourouk Tv qui draine énormément de sponsors pour le groupe en raison des programmes de qualité qu’elle diffuse? Là est toute la question.
          Salim Bey

          ZfSa
          Atlas HD-200s

          Comment


          • #6
            Chaînes privées
            le cri de détresse du président de l’Arav

            TSA Algérie | Zahra Rahmouni
            18 Juin 2017 à 11:06


            Click image for larger version  Name:	Zouaoui-Benhamadi-9999x9999-c.jpg Views:	1 Size:	151,6 Ko ID:	5926596

            Zouaoui Benhamadi, président de l’Autorité de régulation de l'audiovisuel

            L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav) restera inactive face aux dérives des chaînes de télévision privées tant qu’il n’y aura pas de « configuration de l’espace audiovisuel national » par les autorités publiques. Dans un entretien accordé au Quotidien d’Oran et à El Khabar, Zouaoui Benhamadi, président de l’Arav a une nouvelle fois témoigné de l’impuissance de l’instance qu’il dirige. « Nous sommes impuissants et toutes les chaînes privées sont illégales », résume-t-il.
            Pas de pouvoir de régulation
            « Il faut savoir qu’il n’y a qu’une seule source de pouvoir qui peut remettre de l’ordre dans ce domaine, c’est l’Exécutif. En attendant, les choses continuent à s’alourdir », s’est défendu Zouaoui Benhamdi, dénonçant une situation d’ « anarchie » à laquelle « il faudra mettre un terme rapidement ».« À ce jour, nous n’avons pas vu d’annonce par le gouvernement décidant de la configuration de l’espace audiovisuel national. Sur la base de quoi l’Arv peut-elle alors travailler ? », s’interroge le responsable. Avant de poursuivre : « Ce n’est pas l’ARAV qui a ouvert ces chaînes. Il n’appartient pas à l’Arav de réagir à quoi que ce soit dans le domaine audiovisuel privé si le cadre adéquat ne lui est pas tracé (…) Pour qu’elle puisse réagir ou intervenir, l’Arav doit cependant disposer d’un cahier des charges dûment signé avec chacune d’elles », ce qui n’est pas le cas, explique-t-il.Zouaoui Benhamdi dénonce aussi le statut de chaînes qu’il estime n’être « ni algériennes ni légales ». « 5 sur les 55 existantes, ont été juste autorisées à ouvrir des bureaux de représentation », déclare-t-il avant de dénoncer des structures qui ne se conforment pas à la loi.« Tout le monde sait que ce ne sont pas de simples bureaux de représentation qui ont été ouverts mais de véritables rédactions parfois très fournies, importantes de par le nombre de leurs employés qui est entre 200 et 500 personnes. Ces chaînes ont ouvert de véritables studios parfois extrêmement performants et modernes ». Avant d’ajouter : « La définition d’un bureau de représentation de presse est claire, il ne faut pas qu’il dépasse 9 employés ».
            Manque de moyens
            L’Arav qui n’existe officiellement que depuis un an, n’a pas les moyens d’exercer ses prérogatives, déplore son président. Selon Zouaoui Benhamdi, l’autorité n’a ni statut, ni budget et ne peut donc pas recruter de personnel.« Pour des raisons bureaucratiques longues à expliquer, notre statut n’est pas encore en application (…) Nous sommes 9 membres du collège et un tout petit nombre de personnels prêté par des administrations publiques qui fait fonctionner à la fois la comptabilité et quelques petits services. Nous sommes complètement dépourvus de moyens adéquats pour pouvoir faire notre travail », admet Zouaoui Benhamdi.Il indique par ailleurs s’être entretenu avec le nouveau premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, ainsi que le ministre de la Communication. Le rassemblement qui a eu lieu devant l’instance après la diffusion d’une caméra cachée dégradante ne peut être que bénéfique, puisque selon lui il a permis de sensibiliser les autorités publiques sur le problème.


            Last edited by zadhand; 18/06/2017, 17h37.
            ZfSa
            Atlas HD-200s

            Comment


            • #7
              Réglementation de l'activité des chaînes de télévision privées avant fin 2017

              aps.dz
              samedi, 24 juin 2017 12:18


              ALGER- Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé vendredi soir à Alger la "règlementation" de l'activité des chaînes de télévision privées avant fin 2017 et leur "accréditation en tant que chaînes algériennes selon un cahier de charges "plus précis".


              Répondant aux préoccupations soulevées par les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) lors d'une séance plénière consacrée au vote du plan d'action du gouvernement, M. Tebboune a réitéré que "la liberté d'expression est un acquis démocratique et en réponse à tout ce qui a été dit à ce sujet, le gouvernement oeuvrera à son renforcement à travers l'activation et la consolidation des autorités de régulation sur lesquelles je veillerai personnellement, ainsi qu'à l'installation du Conseil d'éthique et de déontologie de la presse".
              A ce propos, M. Tebboune a annoncé la "réglementation des chaînes de télévision privées avant la fin de l'année en cours parallèlement au lancement du projet de création d'une chaîne de télévision parlementaire".En réponse à la presse à l'issue de la séance de vote, le Premier ministre a déclaré que le "dossier des chaînes de télévision privées sera définitivement clos avant fin 2017", annonçant "l'accréditation de ces dernières, selon un cahier de charges plus précis, en tant que chaînes algériennes diffusant depuis l'Algérie et non de l'étranger".Le Premier ministre avait souligné mardi dernier lors de la présentation du plan d'action du gouvernement que le gouvernement oeuvrera à la "consécration de la liberté de la presse et d'expression ainsi que du droit à une information objective et honnête" à travers "l'installation du Conseil d'éthique et de déontologie de la presse aux côtés de l'Autorité de régulation de la presse écrite et de l'Autorité de régulation de l'audiovisuel".Outre la réorganisation des moyens publiques d'édition, le Premier ministre a évoqué les conditions d'accréditation des chaînes privées de droit algérien, la mise en place du réseau de diffusion analogique terrestre et la mise en service de stations de diffusion radiophonique (FM) et de réseau radiophonique et télévisuelle par satellite.Le volet relatif au renforcement de la liberté d'expression constitue l'un des principaux axes contenus dans le plan d'action du gouvernement à travers "l'élargissement de l'espace des droits et des libertés du citoyen qui sera poursuivi par la consécration effective et la consolidation des garanties de la liberté de la presse et du droit à l'information qui constituent un support essentiel à l'exercice de la démocratie".L'enjeu est de compléter le cadre organisationnel qui "doit poser les jalons éthiques et professionnels" devant guider la presse dans sa marche vers une modernisation qui consacre et consolide la liberté de la presse et le droit à l'information en les harmonisant avec les impératifs d'éthique, de responsabilité professionnelle et de déontologie".A cet effet, le plan d'action du gouvernement indique que ce dernier "initiera dans ce cadre, toutes les mesures tendant à renforcer la liberté de la presse écrite et audiovisuelle ainsi que la liberté de diffusion des informations, des idées, et des opinions, dans le respect de la dignité, des libertés et droits d'autrui, des constantes, des valeurs religieuses, morales et culturelles de la Nation".Le Gouvernement entend mener sa démarche de modernisation à travers la promotion de la "dignité et de la décence sociale" des journalistes et la poursuite de l'amélioration de leurs droits sociaux selon les principes consacrés par la loi.Le Gouvernement s'attache, par ailleurs, à organiser la communication institutionnelle de manière à refléter une "volonté de transparence".


              ZfSa
              Atlas HD-200s

              Comment


              • #8
                Les chaînes privées algériennes piratent des films sans les censurer

                lexpressiondz | Amira SOLTANE
                Samedi 12 Aout 2017 00:00

                Les télévisions algériennes privées continuent de pirater des films étrangers, essentiellement des films américains, en langue française. Cette pratique s'est généralisée avec l'été où la majorité des chaînes sont en vacances et la production locale inexistante. Ainsi les chaînes El Bilad, KBC, Fadjr Tv mais aussi Beur TV, Echourouk TV, Numidia News et El Djazaïria TV, diffusent chaque soir des films américains en version française parfois des films très récents, comme les films Harry Potter, braquage à l'américaine ou encore le transporteur, sans prendre la peine de contrôler le contenu de certaines scènes. En effet, si certaines chaînes ont pris la peine de supprimer les scènes de nus, ils oublient de supprimer le contenu de certains dialogues jugés vulgaires. Ni le ministère de la Communication ni l'Arav n'interviennent pour rétablir l'ordre entre ses chaînes. Ce n'est pas la première fois que les chaînes de télévisions privées algériennes piratent des films étrangers. Depuis leur lancement, plusieurs chaînes, à commencer par Echourouk TV avaient commencé à diffuser des films récents piratés, sans être inquiétées. Celles-ci savent qu'elles ne sont pas contrôlées dans la région Mena, tant que les films diffusés sont en langue française. Le groupe saoudien MBC et le qatari bein possèdent un catalogue de films américains mais en langue anglaise, ils n'ont pas le droit juridique d'intervenir quand un titre est diffusé en langue française. Seulement les programmes diffusés par les chaînes privées ne sont pas contrôlés par des personnes qualifiées pour cette mission et on se retrouve avec des scènes et des commentaires assez vulgaires. On se souvient de l'épisode de la chaîne de sport El Heddaf qui avait diffusé en plein Ramadhan une caméra cachée qui mettait en valeur un enfant tenant un objet généralement utilisé dans les films pour adultes. L'Autorité de régulation de l'audiovisuel avait enquêté sur cet épisode mais n'a pas pris des sanctions contre la chaîne. Même situation retrouvée quand la chaîne installée à Constantine, l'index TV avait diffusé sans censure le film L'exorciste. En plus de la séquence de l'exorcisme, le film est truffé de séquences et de dialogues jugés obscènes par les critiques et qui ont obligé les autorités de la régulation à interdire le film aux moins de 16 ans. L'absence de sanctions et de contrôle par l'Arav a conduit à la situation actuelle. En plus de la médiocrité des programmes diffusés, les chaînes privées algériennes, en panne de production et de création, cachent leurs défauts avec des films américains de qualité.
                ZfSa
                Atlas HD-200s

                Comment

                Working...
                X