Annonce

Collapse
No announcement yet.

Le croyant: cet éternel coupable

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • Le croyant: cet éternel coupable

    Bonjour,

    Aristote avait dit que la nature a horreur du vide, que tout espace vidé doit être comblé et que rien pouvait rester vide. Et ce principe s'applique aussi à la religion.

    L'islam a triomphé du judaïse et du christianisme dans leur giron même. Les polythéistes ont été défaits et la foi en Dieu l'Un commença a régner. Affaire réglée? Non. Puisqu'il y a des hommes et que les hommes s'ennuient à mourir.

    Le kâfir ayant disparu de vue, n'existant plus dans l'espace immédiat mais dans des contrées lointaines, le discours religieux moraliste, ostracisant, souvent vindicatif et paternaliste, n'avait plus sur qui se poser: c'est le grand vide. Or, comme la nature a horreur du vide...la théologie aussi.

    Toute l’énergie des fuqahas allait désormais se concentrer sur le pauvre croyant, seul désormais dans le viseur. Si dans le Coran les croyants ne semblent pas crouler sous un tas d'exigences, de devoirs et de remontrances à ne plus en finir (la miséricorde divine étant toujours mise en avant)...Ce n'est pas le cas de la théologie et du corpus islamique qui se sont développés en parallèle et qui allaient lui régler son compte à ce croyant!

    Etant désormais le seul auditeur et la seule cible du faqîh, le croyant allait désormais subir le discours en principe construit contre le non-croyant et porter le vêtement du pécheur éternel, comblant ainsi le vide laissé par le kâfir. Pas "assez croyant", ou ne croyant pas "comme il se doit", il est responsable de tout (même de ceux qui le gouvernent qui, eux, ne sont responsables de rien...et même s'ils le sont, il doit quand même les aimer, les vénérer, les aduler, leur faire des dou'as, et se soumette docilement). Il porte les fautes du monde, de la cité, de l'humanité. Il ne sera jamais à la hauteur, fautif naturel, éternellement coupable devant Dieu (et devant le gouvernant).

    Ce discours, cette manière de voire les choses se sont enracinés dans l'islam et vous n'avez qu'à entendre le ton des prêches du vendredi pour avoir un aperçu de la nature de ce discours : cassant, culpabilisant, blâmant, pessimiste, etc. Bref, l'auditoire n'est plus faits de croyants, mais de pécheurs officiels, condamnés à ne rien être et quasiment promis à l'enfer.

    Conclusion: le croyant n'existe plus que dans le passé imaginé et mythique. Il est devenu une...utopie, voir un personnage de fiction. C'est-à-dire quelque chose qui ne se réalisera jamais, sauf par un "retour au passé", retour lui-même impossible, ou dans un monde surréel. D'où cette idéologie bizarre et déphasée qu'est le salafisme.
    Last edited by An-Nisr; 16/04/2018, 10h48.
    Algérien, monothéiste, arabo-berbère.

  • #2
    Je rajoute qu'un autre vide devait être comblé: si le croyant est une impossibilité présente et à venir, elle ne peut être que passé. La notion de salaf était donc née.

    Et puisque le croyant idéal est une impossibilité à venir, un autre vide se créé et celui-ci doit être comblé: la notion de Mahdî était née. Une sorte de surhomme aux capacités sans communes mesures avec les pauvres croyants, éternels fautifs.

    Et entre ce passé mythique et de cet avenir imaginaire: nous avons, au présent, un croyant culpabilisé, complètement perdu et désemparé.
    Last edited by An-Nisr; 15/04/2018, 14h23.
    Algérien, monothéiste, arabo-berbère.

    Comment


    • #3
      Je ne suis pas du tout d'accord, au contraire l'homme est totalement libre, il fait ce qu'il veut et se prétend croyant, il y a la déifnition du croyant du Coran c'est un grade. Accusé ? Pa du tout peronne le blâme bien au contraire.

      Les salafis se sont nommés ainsi pour se différencier malheureusement ceux qui se faisait appeler ainsi croyaient que le simple nom allait tout faire sans les actes et la connaissance nécessaire.

      Comment


      • #4
        Envoyé par An-Nisr Voir le message
        Bonjour,

        Aristote avait dit que la nature a horreur du vide, que tout espace vidé doit être comblé et que rien pouvait rester vide. Et ce principe s'applique aussi à la religion.

        L'islam a triomphé du judaïse et du christianisme dans leur giron même. Les polythéistes ont été défaits et la foi en Dieu l'Un commença a régner. Affaire réglée? Non. Puisqu'il y a des hommes et que les hommes s'ennuient à mourir.

        Le kâfir ayant disparu de vue, n'existant plus dans l'espace immédiat mais dans des contrées lointaines, le discours religieux moraliste, ostracisant, souvent vindicatif et paternaliste, n'avait plus sur qui se poser: c'est le grand vide. Or, comme la nature a horreur du vide...la théologie aussi.

        Toute l’énergie des fuqahas allait désormais se concentrer sur le pauvre croyant, seul désormais dans le viseur. Si dans le Coran les croyants ne semblent pas crouler sous un tas d'exigences, de devoirs et de remontrances à ne plus en finir (la miséricorde divine étant toujours mise en avant)...Ce n'est pas le cas de la théologie et du corpus islamique qui se sont développés en parallèle et qui allaient lui régler son compte à ce croyant!

        Etant désormais le seul auditeur et la seule cible du faqîh, le croyant allait désormais subir le discours en principe construit contre le non-croyant et porter le vêtement du pécheur éternel, comblant ainsi le vide laissé par le kâfir. Pas "assez croyant", ou ne croyant pas "comme il se doit", il est responsable de tout (même de ceux qui le gouvernent qui, eux, ne sont responsables de rien...et même s'ils le sont, il doit quand même les aimer, les vénérer, les aduler, leur faire des dou'as, et se soumette docilement). Il porte les fautes du monde, de la cité, de l'humanité. Il ne sera jamais à la hauteur, fautif naturel, éternellement coupable devant Dieu (et devant le gouvernant).

        Ce discours, cette manière de voire les choses s'est enracinés en islam et vous n'avez qu'à entendre le ton des prêches du vendredi pour avoir un aperçu de la nature de ce discours : cassant, culpabilisant, blâmant, pessimiste, etc. Bref, l'auditoire n'est plus faits de croyants, mais de pécheurs officiels, condamnés à ne rien être et quasiment promis à l'enfer.

        Conclusion: le croyant n'existe plus que dans le passé imaginé et mythique. Il est devenu une...utopie, voir un personnage de fiction. C'est-à-dire quelque chose qui ne se réalisera jamais, sauf par un "retour au passé", retour lui-même impossible, ou dans un monde surréel. D'où cette idéologie bizarre et déphasée qu'est le salafisme.


        Salam,

        Tu as bien décrit la situation du croyant; seulement je ne suis pas d'accord avec ta conclusion. Si "le croyant n'existe plus que dans le passé imaginé et mythique" c'est uniquement dans les yeux de l'autorité qui l'opprime. A coté de ça, le croyant sait pertinemment qu'ils existe pour Dieu( acte de foi et c'est amplement suffisant ). Et s'il est facile d'opprimer un croyant c'est parce que, justement,'on utilise contre lui son amour et sa crainte de dieu pour essayer de le manipuler ( un chantage affectif) mais cela ne marche que sur les faibles d'esprit ( qui ne savent pas faire la différence).
        «Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.» Humain, trop humain

        Comment


        • #5
          Partire d'un faux principe ça amène forcément à une fausse conclusion.
          Le vide dont tu parle ça existe que dans les objets matérielles, chez les êtres humains comme dans leurs croyances le vide n'existe pas, ce que toi tu le pense UN VIDE ou un temps libre , pour d'autre C'est un espace " mal rempli " ou un temps libre "mal utilisée " .








































          Comment


          • #6
            completement d'accord -c'est une prise de conscience que l'homme aussi impacte la religion ,la manipule et l'utilise...le dogme devient un outil et n'est plus spiritualité , il devient moyen d'asservissement , de detournement et de controle ...je peux en parler mon peuple a subit tout ça !...ils sont venus un jour et ils ont dit allah a dit que nous sommes tes chefs , j'ai dis vous etes sur ,ils ont dit oui et ils sont devenus les chefs -ils ont dit tamazight non ;allah n'aime pas les lettres j'ai dit ok si allah veut ça puisque vous le dites , d'accord -ils ont dit va conquerir l'espagne , j'ai dis pourquoi c'est mes voisins ,ils ont dit c'est allah qui te le demande alors j'ai combattu l"espagne et j'ai perdu mes voisins ....avec le temps j'ai confondu rebi avec les arabes qui me disaient de faire tout ça et je faisais ....cela duré des siecles , je pensais qu'en faisant tout ça on parviendrait a un resultat a un objectif mais il ne s'est rien passé , il n'y avait aucun objectif on etait tout le temps dans le deploiement jamais dans la realisation ...combattre pour combattre , souffrir pour souffrir sans aucun resultat ...quand j'etais fatigué et que je commençais a douter ,ils me disaient tu le fais pas pour ici mais pour la haut ....ah bon ? ici y a rien alors juste ecouter vos ordres et obeir ...quand je leur disais mais vos histoires ne menent a rien , regardez les kafers vivent mieux que nous , se developpent , s'ameliorent ,ils me depassent -la ils me disent eux sont condamnés dans l'au dela -allah leur donne tout ici mais la bas ça va chauffer pour eux -ma frustration faisait que j'acceptais qu'allah fasse justice plus tard ....mais ca ne suffisait pas pour me calmer ; pourquoi moi alors que je fais tant d'effort je n'ai rien ici -tout va mal -zbel , lkdeb , en plus ceux qui me disaient de faire tout ça me volaient -ils me disaient tu n'en fait pas assez , il faut faire comme au temps du prophete ,il faut chercher a ramener tout ton peuple a la periode du prophete ...c'etait de ma faute ! alors j'ai commencé a faire ressembler tassaadite a aicha je l'ai emprisonné dans un voile noire , mo fils aksil je l'ai appelé mohamed , ma langue est devenu l'arabe foussaa , je ne travaillais plus mon champs -je pouvais pas devenir un sahaba et un agriculteur en meme temps ,je me suis mis a combattre tout ceux des miens qui voulaient pas me suivre -et oui on allait quand meme pas rater l'age d'or du califat a cause de quelques recalcitrants -c'etait les années 90 ,on s'est massacré entre nous ...apres avoir massacré mes freres , rien n'a changé , toujours aucune realisation -toujours zbel ,toujours la corruption et toujours pas d'islam parfait ...et puis on m'annonce qu'on va imprimer des billets parce qu'il y a plus d'argent -j'ai dis mais ou est il passé ,je vis humblement comme au temps des sahabas ,j'ai rien depensé ou est passé le fric ? et c'est la que la lumiere a jaillit le cheikh et le sultan s'etaient mis d'accord pour m'escroquer -pendant que j'etais occupé a retourner en 650 ,eux faisaient des affaires !.

            Comment


            • #7
              Envoyé par ANAR1970 Voir le message



              Salam,

              Tu as bien décrit la situation du croyant; seulement je ne suis pas d'accord avec ta conclusion. Si "le croyant n'existe plus que dans le passé imaginé et mythique" c'est uniquement dans les yeux de l'autorité qui l'opprime. A coté de ça, le croyant sait pertinemment qu'ils existe pour Dieu( acte de foi et c'est amplement suffisant ). Et s'il est facile d'opprimer un croyant c'est parce que, justement,'on utilise contre lui son amour et sa crainte de dieu pour essayer de le manipuler ( un chantage affectif) mais cela ne marche que sur les faibles d'esprit ( qui ne savent pas faire la différence).
              il y a beaucoup de faible d'esprit au pays des bergers -les pays musulmans sont les pays les plus en retard au niveau education -les philosophies et les sciences sont consideres comme des heresies -la critique est une apostasie - l'environnement est parfait pour deployer l'asservissement du croyant ... ce sont les masses qui comptes pas quelques erudits qui risquent leur tete si ils s'expriment.... l'apostasie ce n'est que ça apres l'installation de l'islam , supprimer les opposants ...


              le vide pour wech eddanni , c'est l'absence d'objectif de l'islam - une fois que tu as le coran a disposition quels sont les objectifs a atteindre pour les societes musulmanes , tu les connais toi ?...pour le croyant , le coran est le message prophetique mais il appartient ensuite aux musulmans de se realiser dans la societe , la phase de deploiement etant terminée depuis la derniere page du coran ou sont les realisations -l'islam est resté a la phase conquete ...y a t il une vision spirituelle ? y a t il une vision politique -il n'y a rien que la conquete -pire on a inculqué aux croyants que la mort est le seul objectif .

              Comment


              • #8
                Envoyé par koceyla Voir le message
                et c'est la que la lumiere a jaillit le cheikh et le sultan s'etaient mis d'accord pour m'escroquer -pendant que j'etais occupé a retourner en 650 ,eux faisaient des affaires !.
                Ta phrase résume la situation à merveille: Le cheïkh de mèche avec le sultan pour mater le croyant et le mener là où le sultan veut.

                L'exemple le plus frappant et le plus d'actualité est l'Arabie Saoudite (qui a fini pas déborder hors de ses frontières).
                1. Le sultan gouverne d'une main de fer et assoie son pouvoir et celui de son clan
                2. Le cheikh inocule la peur au croyant-citoyen, le culpabilise, l'emprisonne dans un discours angoissant, sème en lui le désintérêt pour le monde et la vie "d'ici-bas". Il ne doit pas "aimer" le monde. En d'autres termes, il ne doit rien contester, se soumettre autant que ce peut.
                3. Les énergies individuelles sont neutralisées; une société en léthargie
                Last edited by An-Nisr; 16/04/2018, 10h50.
                Algérien, monothéiste, arabo-berbère.

                Comment


                • #9
                  Envoyé par koceyla Voir le message
                  completement d'accord -c'est une prise de conscience que l'homme aussi impacte la religion ,la manipule et l'utilise...le dogme devient un outil et n'est plus spiritualité , il devient moyen d'asservissement , de detournement et de controle ...je peux en parler mon peuple a subit tout ça !...ils sont venus un jour et ils ont dit allah a dit que nous sommes tes chefs , j'ai dis vous etes sur ,ils ont dit oui et ils sont devenus les chefs -ils ont dit tamazight non ;allah n'aime pas les lettres j'ai dit ok si allah veut ça puisque vous le dites , d'accord -ils ont dit va conquerir l'espagne , j'ai dis pourquoi c'est mes voisins ,ils ont dit c'est allah qui te le demande alors j'ai combattu l"espagne et j'ai perdu mes voisins ....avec le temps j'ai confondu rebi avec les arabes qui me disaient de faire tout ça et je faisais ....cela duré des siecles , je pensais qu'en faisant tout ça on parviendrait a un resultat a un objectif mais il ne s'est rien passé , il n'y avait aucun objectif on etait tout le temps dans le deploiement jamais dans la realisation ...combattre pour combattre , souffrir pour souffrir sans aucun resultat ...quand j'etais fatigué et que je commençais a douter ,ils me disaient tu le fais pas pour ici mais pour la haut ....ah bon ? ici y a rien alors juste ecouter vos ordres et obeir ...quand je leur disais mais vos histoires ne menent a rien , regardez les kafers vivent mieux que nous , se developpent , s'ameliorent ,ils me depassent -la ils me disent eux sont condamnés dans l'au dela -allah leur donne tout ici mais la bas ça va chauffer pour eux -ma frustration faisait que j'acceptais qu'allah fasse justice plus tard ....mais ca ne suffisait pas pour me calmer ; pourquoi moi alors que je fais tant d'effort je n'ai rien ici -tout va mal -zbel , lkdeb , en plus ceux qui me disaient de faire tout ça me volaient -ils me disaient tu n'en fait pas assez , il faut faire comme au temps du prophete ,il faut chercher a ramener tout ton peuple a la periode du prophete ...c'etait de ma faute ! alors j'ai commencé a faire ressembler tassaadite a aicha je l'ai emprisonné dans un voile noire , mo fils aksil je l'ai appelé mohamed , ma langue est devenu l'arabe foussaa , je ne travaillais plus mon champs -je pouvais pas devenir un sahaba et un agriculteur en meme temps ,je me suis mis a combattre tout ceux des miens qui voulaient pas me suivre -et oui on allait quand meme pas rater l'age d'or du califat a cause de quelques recalcitrants -c'etait les années 90 ,on s'est massacré entre nous ...apres avoir massacré mes freres , rien n'a changé , toujours aucune realisation -toujours zbel ,toujours la corruption et toujours pas d'islam parfait ...et puis on m'annonce qu'on va imprimer des billets parce qu'il y a plus d'argent -j'ai dis mais ou est il passé ,je vis humblement comme au temps des sahabas ,j'ai rien depensé ou est passé le fric ? et c'est la que la lumiere a jaillit le cheikh et le sultan s'etaient mis d'accord pour m'escroquer -pendant que j'etais occupé a retourner en 650 ,eux faisaient des affaires !.

                  Salam,

                  Tu mélanges tout!
                  Nos aïeux berbères ont accepté l'islam parce qu'ils ont cru en son noble message ( le Coran). Maintenant s'il y a des arabo-musulmans qui se sont mal comportés, ils sont les seuls à blâmer parce qu'ils ont failli à leur devoir de bon croyant et après tout, ce sont des hommes faibles devant la tentation; et nos aïeux avaient compris ça ( ils étaient clairvoyants).

                  Pour moi, l'islam a été détourné et pris en otage par l'esprit de corps pour servir à des fins purement pragmatiques ( vanité et satisfaction arbitraire des désirs et des passions). et au lieu que le message religieux ( la prêche du vendredi) nous élève là-haut avec les esprits supérieurs, il nous enterre vivants. et c'est voulu.On est loin de l'influence adoucissant de la foi.
                  «Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges.» Humain, trop humain

                  Comment


                  • #10


                    la tentative de meurtre d'ibrahim contre son fils est symptomatique -voila un vieux sage qui conduit son fils au sacrifice sur la demande de dieu - ibrahim obeit a la lettre sans rechigner , sans meme demander une explication a dieu voir negocier -dieu a dit donc tu fais ! .... maintenant supposons que derriere cette histoire se cache un abou houreyra travaillant pour les sultans et on obtient l'obeissance total du peuple ....l'histoire se termine bien puisque l'agneau arrive pour remplacer le fils mais le mal est fait un homme a mis le destin de son fils entre les mains de dieu mais peut etre ne s'agit il la que des mains d'un sultan caché derriere dieu ...celui qui controle la religion controle tous les croyants .


                    personnellement j'ai du mal a croire que dieu soit a l'origine de cette histoire -perso j'aurais refusé ...ce sont les sultans qui ont inventé ces recits pour diffuser leur pouvoir - a cette epoque la ils avaient le droit de vie et de mort sur tous les individus .

                    Comment


                    • #11
                      Envoyé par koceyla Voir le message


                      la tentative de meurtre d'ibrahim contre son fils est symptomatique -voila un vieux sage qui conduit son fils au sacrifice sur la demande de dieu - ibrahim obeit a la lettre sans rechigner , sans meme demander une explication a dieu voir negocier -dieu a dit donc tu fais ! .... maintenant supposons que derriere cette histoire se cache un abou houreyra travaillant pour les sultans et on obtient l'obeissance total du peuple ....l'histoire se termine bien puisque l'agneau arrive pour remplacer le fils mais le mal est fait un homme a mis le destin de son fils entre les mains de dieu mais peut etre ne s'agit il la que des mains d'un sultan caché derriere dieu ...celui qui controle la religion controle tous les croyants .


                      personnellement j'ai du mal a croire que dieu soit a l'origine de cette histoire -perso j'aurais refusé ...ce sont les sultans qui ont inventé ces recits pour diffuser leur pouvoir - a cette epoque la ils avaient le droit de vie et de mort sur tous les individus .
                      Faux. Dans le Coran les choses ne se passent pas ainsi:
                      1. Dieu ne "demande" pas à Abraham; il s'agit d'un rêve
                      2. Abraham fait un rêve (manâm) dans lequel il sacrifie son fils
                      3. Il est sujet au doute et voudrait confirmer ou infirmer son intuition; il fait donc part de son rêve à son fils et lui demande son avis (on est loin de l'homme qui obéît aveuglément)
                      4. La réaction du fils confirme à Abraham qu'il s'agit d'un ordre et non d'un simple rêve (on pourrait même dire que le fils aurait fait le même rêve puisque les deux se sont entendus à son propos)
                      Tout se joue au niveau de la RÉPONSE du fils. Celui qui est CONSULTÉ. Et la réponse par la négative aurait signifié à Abraham que son rêve n'avait aucune valeur.

                      Mais là tu nous éloignes du tout le topic en faisant appel à cet épisode...biblique à la base.
                      Algérien, monothéiste, arabo-berbère.

                      Comment

                      Working...
                      X