Annonce

Collapse
No announcement yet.

La piété

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • La piété

    1. Attachement fervent à Dieu; respect des croyances et des devoirs de la religion. Piété sincère, vive; accès, esprit de piété. La piété s'oppose à la dissipation d'âme, qui est le défaut et la grâce de la nation française (Staël, Corinne, t.2, 1810, p.17).Dans l'expression, il [le Pérugin] était parvenu à rendre la piété, non pas passionnée, il est vrai (...) mais cette piété qui consiste à sentir son âme devant Dieu (Stendhal, Hist. peint. Ital., t.2, 1817, p.399).V. bigotisme ex.2: 1. ... la profonde piété de saint Louis a peu de traits communs avec les inquiétudes de Philippe Auguste, souvent mélangées de quelque superstition craintive et beaucoup plus encore de scepticisme ou de mordante ironie. Faral, Vie temps st Louis, 1942, p.26.
    PATHOL. Pierre* de piété.

    2. Sentiment de respect pour les dieux, pour les pratiques de leur culte. Je suppose que Rome (...) s'adresse ainsi à votre éternité: «Grand prince, ayez égard à cette vieillesse où ma piété envers les dieux m'a fait parvenir. Libre comme je le suis, je m'en tiendrai toujours à la religion de mes ancêtres (Chateaubr., Martyrs, t.3, 1810, p.7).Les Katchinas sont des semi-divinités qui sont l'objet principal de la piété des Indiens Pueblos du Nouveau-Mexique (Jeux et sports, 1967, p.10): 2. ... la piété du polythéiste hellène était l'adoration des passions, des crimes, des vices de chacun. En sacrifiant, Alexandre et César n'étaient point pieux. L'amant d'Éphestion et la maîtresse de Nicomède pouvaient adorer Jupiter et Ganimède sans se repentir, puisqu'au contraire ils adoraient ainsi ce symbole de leur passion divinisée. Vigny, Journ. poète, 1852, p.1296.

    3. P. méton. Expression, manifestation relative à la piété. Piété publique. Je me le disais avec une sorte de satisfaction non pas d'orgueil, mais de charité, en voyant toutes ces jeunes piétés épanouies (Sainte-Beuve, Volupté, t.2, 1834, p.226).L'émotivité est aussi à la source de diverses aberrations religieuses. Toutes les exaltations s'y nourrissent, depuis les délires hystériques collectifs, rituels dans quelques sectes, jusqu'aux fièvres malsaines de certaines piétés (Mounier, Traité caract., 1946, p.740).
    4. Par personnification. Au chant VIedu Lutrin, il avait mis ces vers dans la bouche de la Piété qui se plaint à Thémis du relâchement des derniers siècles (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.5, 1859, p.344).La Piété antique est le prototype de l'Orante, cette femme debout, les bras levés, qui symbolise à la fois le défunt et la piété (Maillet, Peint. relig., 1934, p.15): 3. De ton toit (...) Regarde s'envoler (...) L'Innocence, la Foi, la Paix, vierges augustes, Et la Piété sainte et le coeur des Lois justes. A. France, Poés., Noces, 1876, p.201.



    C. − Sentiments humains alliant l'affection au respect. Piété paternelle, conjugale: 4. Les Anciens donnaient aux vertus domestiques le nom de piété: l'obéissance du fils envers le père, l'amour qu'il portait à sa mère, c'était de la piété, pietas erga parentes; l'attachement du père pour son enfant, la tendresse de la mère, c'était encore de la piété, pietas erga liberos. Tout était divin dans la famille. Sentiment du devoir, affection naturelle, idée religieuse, tout cela se confondait et ne faisait qu'un. Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p.119.
    En partic. 1. Amour respectueux des enfants pour les parents. L'amour filial, qu'on appelle aussi à juste titre la piété filiale a moins de force que l'amour paternel (Simon, Devoir, 1854, p.181): 5. ... on ne demande point autre chose au petit enfant que de profiter des bonnes choses qui l'entourent, comme lait, air pur, eau du bain. Il croît en masse et en vigueur, et c'est sa manière de dire merci. Telle est la gratitude substantielle, la première en tous, et le modèle de toutes. Le mot gratitude est fait de grâce, et rien n'égale la grâce de l'enfant. Ce qui restera après des années de ce riche amour, on le nommera piété filiale, et ce mot est encore parmi les plus forts. Alain, Propos, 1924, p.593.

    2. Respect envers les morts. La piété publique lui composa de royales funérailles, et l'opinion, voulant exprimer la pensée commune, rencontra pour parler de lui des expressions qui venaient du coeur de tous (Lacord., Éloge fun. Drouot, 1847, p.7): 6. ... nous aperçûmes des fosses fraîches, marquées d'une croix de bois grossière que la piété des fossoyeurs improvisés ornait d'un casque, parfois d'une pipe, d'une photo de femme ou d'une fourragère. Ambrière, Gdes vac., 1946, p.32.

    3. Attachement à la patrie, à certaines abstractions. Cette piété qui s'attache aux lieux est aussi une portion du noble sentiment qui nous unit à la patrie (Nerval, Bohême gal., 1853, p.215).Au premier étage un musée, entretenu avec piété par la Société des Fils de la Révolution, montre orgueilleusement des meubles d'époque, une antique cheminée ornée de drapeaux confédérés en faisceaux (Morand, New-York, 1930, p.53): 7. La piété envers la patrie dans laquelle nous sommes nés, et avons été nourris, est, comme la piété envers les parents, une vertu qui se rattache à la justice: nous sommes débiteurs à l'égard de notre patrie selon les bienfaits de toute sorte.... Maritain, Primauté spirit., 1927, p.135.




    REM. Pieuseté, subst. fém.,rare, synon. péj.Tu sais que j'ai été élevé avec elle [une religieuse] (...) une pieuseté! Mon enfant! Incroyable (La Varende, Centaure de Dieu, 1938, p.164).


    Prononc. et Orth.: [pjete]. Homon. piéter. Ac. 1694 et 1718: pieté; dep. 1740: piété. Étymol. et Hist. 1. Fin du xes. «pitié» (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 200: pïeted); 2. 1541 «fervent attachement au service de Dieu, aux devoirs et aux pratiques de la religion» (Calvin, Institution de la religion chrestienne, éd. J.-D. Benoît, l. III, chap.II, 10, p.27); 3. av. 1628 «attachement fait de tendresse et de respect» (Malherbe, trad. de Sénèque, Traité des bienfaits ds OEuvres, éd. L. Lalanne, t.2, p.193). Empr. au lat. pietas (v. pitié), d'abord au sens dér. de «pitié», pris au sens du lat. class. Fréq. abs. littér.: 1634. Fréq. rel. littér.: xixes. a) 3104, b) 2040; xxes.: a) 2311, b) 1816. Bbg. Marchand (H.). Archivum linguisticum. 1939, t.23, pp.95-98. _Wartburg (W. von). Z. rom. Philol. 1942, t.62, p.152.

  • #2
    An-Nawwas bin Sam’aan a rapporté que le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

    « La piété équivaut au bon caractère; et le péché est ce qui tourmente votre conscience et que vous ne voulez pas que les gens sachent. » (Sahih Mouslim)

    An-Nawwas bin Sam’aan était un des compagnons du Prophète. Il appartenait à la tribu arabe de Kallaab et s’installa en Syrie après la mort du Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui).

    Cette narration a été recueillie par un spécialiste de hadith nommé Mouslim bin Hajjaj, né en 817 de notre ère dans la ville de Naishapour, au nord-est de l’Iran, et mort en 875 à l’âge de 58 ans. Mouslim a commencé à étudier les hadiths à l’âge de 15 ans et a voyagé en Irak, au Hijaz (Arabie Saoudite occidentale), en Syrie et en Égypte pour étudier avec de grands spécialistes du hadith comme al-Boukhari, Ahmad ibn Hanbal, et d’autres. Il a rédigé une compilation de plus de 9200 hadiths connue sous le titre de Sahih Mouslim. Les érudits musulmans considèrent cette compilation comme la plus authentique après Sahih al-Boukhari.

    Cette narration est importante car elle révèle certains aspects plus subtils de la piété et du péché, nous aidant à les définir avec plus d’exactitude. Comme l’islam accorde une très grande importance au fait de croire en un seul Dieu et de L’adorer de façon exclusive, on pourrait croire que cela suffit à rendre une personne pieuse. Mais ce hadith indique que l’une des principales conséquences d’une foi correcte et sincère est le bon caractère et qu’il s’agit d’un aspect intrinsèque de la définition de la piété. Ce hadith met l’accent sur le sens profond du verset ci-dessous où Dieu affirme que la piété, en plus d’être une combinaison de croyances justes et de rituels d’adoration, consiste également en un comportement approprié dans nos relations avec les autres :

    « La piété ne consiste pas à tourner vos visages vers l’Est ou l’Ouest ; mais pieux est celui qui croit en Dieu et au Jour dernier, aux anges, au Livre et aux prophètes, et qui donne ses biens, par amour pour Dieu, à ses proches, aux orphelins, aux indigents, aux voyageurs, à ceux qui demandent (de l’aide) et pour libérer des esclaves ; [et pieux est celui] qui observe assidûment ses prières et qui paie la zakat. Et [sont pieux] ceux qui respectent leurs engagements lorsqu’ils s’engagent, et ceux qui sont patients en période de tribulations, d’adversité et de grande tension. Les voilà, ceux qui sont sincères et les voilà ceux qui craignent vraiment Dieu. » (Coran 2:177)

    Plutôt que d’être une fin en soi, l’un des principaux objectifs de l’adoration est de faire naître chez les gens des qualités qui leur seront bénéfiques, à eux personnellement, de même qu’à la société en général. Dieu dit, au sujet de la prière :

    « Certes, la prière préserve de l’indécence et des actes d’injustice. » (Coran 29:45)

    Nous pouvons donc dire sans risquer de nous tromper que l’islam a été révélé pour parfaire les bonnes manières. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

    « J’ai été envoyé pour parfaire les caractères et les ennoblir. » (Sahih Mouslim)

    Comme l’islam n’est pas qu’une religion, mais un mode de vie complet touchant à tous les aspects du quotidien, les bonnes manières sont considérées comme une forme d’adoration qui peut mériter la même rétribution que d’autres actes d’adoration volontaires. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

    « Par ses manières et son bon comportement, le croyant peut atteindre le statut d’une personne qui jeûne fréquemment et qui se lève la nuit pour prier. » (Abou Daoud)

    Le Prophète a même affirmé qu’il s’agissait d’une des meilleures formes d’adoration venant immédiatement après les actes obligatoires :

    « Au jour de la Résurrection, rien ne pèsera plus lourd (en bonnes actions) dans la balance du croyant que le bon comportement. Dieu déteste ceux qui jurent et qui hurlent des obscénités. » (Abou Daoud, at-Tirmidhi)

    En possédant de bonnes manières, le musulman, serviteur de Dieu, devient cher aux yeux de Celui-ci. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

    « Les serviteurs de Dieu qui sont le plus chers à Ses yeux sont ceux qui possèdent les plus belles manières. » (al-Hakim)

    Le musulman qui réalise l’importance du bon caractère et qui comprend que ce dernier définit en partie la piété sait également qu’il doit travailler sur cet aspect de sa foi; car si le bon caractère est absent de sa personnalité, il ne deviendra pas « pieux » simplement en croyant et en adorant Dieu.

    Mais que considère-t-on comme un bon caractère? Le Coran et la sounnah le définissent comme toute qualité qui est bénéfique aux humains, à celui ou celle qui la possède comme à autrui, tout en n’étant pas réprouvée par l’islam, de manière générale ou spécifique. Dieu dit, dans le Coran :

    « ... [ceux] qui contrôlent leur colère et qui pardonnent à autrui. Dieu aime les bienfaisants. » (Coran 3:134)

    La piété, c’est traiter de façon juste, honnête et polie les membres de sa famille. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

    « Les croyants dont la foi est la plus parfaite sont ceux dont la conduite et les manières sont les plus parfaites. Et les meilleurs d’entre vous sont ceux qui se comportent le mieux envers les membres de leur famille. » (at-Tirmidhi)

    La sincérité est un aspect essentiel du bon caractère. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

    « En vérité, la sincérité et la piété vont de pair; et la piété mène au Paradis. » (Sahih Mouslim)

    Ce ne sont là que quelques exemples des nombreux textes qui exhortent les musulmans à parfaire leurs manières et leur caractère. Bien que la piété soit définie par ces actions qui sont naturellement agréables et acceptables à la conscience humaine, la religion joue un rôle essentiel dans cette définition. Par exemple, toute chose dont l’aspect négatif l’emporte sur l’aspect positif ne peut faire partie de la piété, même si certains la considèrent bonne et pieuse. Par exemple, le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

    « Ce n’est pas de la piété que de jeûner en voyage. » (Sahih al-Boukhari)

    Bien que le jeûne soit l’un des actes les plus méritoires qui soient, dans ce cas-ci, il n’est pas considéré comme un acte de piété, car il risque de nuire à l’individu, de même qu’à ses compagnons de voyage.

    Par ailleurs, un acte qui est parfois considéré comme sévère peut être considéré comme bénéfique dans certaines circonstances, comme le fait de frapper un enfant d’un certain âge pour l’éduquer. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

    « Dites à vos enfants de prier lorsqu’ils ont sept ans et frappez-les [s’ils refusent de prier] lorsqu’ils ont dix ans... » (Abou Daoud)

    C’est pour cette raison que lorsque vient le temps de définir les bonnes manières et le bon caractère, nous devons nous en remettre à ce qui a été révélé par Dieu et mis en pratique par le Prophète, car Dieu a dit :

    « Tu es certes, [ô Mohammed], d’un caractère exceptionnel. »(Coran 68:4)

    Dieu a également dit :

    « Vraiment, vous avez dans le messager de Dieu un excellent exemple (à suivre)... » (Coran 33:21)

    On interrogea ‘Aisha, l’une des épouses du Prophète, sur le caractère de ce dernier. Elle dit :

    « Son caractère, c’était le Coran. » (Sahih Mouslim, Abou Daoud)

    Comment


    • #3
      Pratiquer la piété et éviter les péchés ne se résume pas à l’adoration exclusive d’un seul Dieu par des rituels conventionnels. Cela inclut également le comportement moral, le fait d’écouter sa conscience et son cœur. Partie 2 : le péché est ce qui préoccupe et tourmente la conscience, ce que le cœur pieux trouve honteux.

      Comment


      • #4
        « La piété équivaut au bon caractère; et le péché est ce qui tourmente votre conscience et que vous ne voulez pas que les gens sachent. » (Sahih Mouslim)
        Dans la seconde partie de cette narration du Prophète, il mentionne un autre aspect subtil du péché en affirmant que le péché est toute action qui reste sur la conscience d’une personne pieuse et qu’elle cherche à dissimuler aux autres. Déjà, dès la lecture de ces paroles prononcées par le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui), toutes sortes d’actions nous reviennent à l’esprit.
        Dieu a donné à chaque âme la capacité, quoique limitée, de distinguer le mensonge de la vérité. Dans le Coran, Il dit :
        « Par l’âme et Celui qui l’a parfaite et qui l’a rendue apte à juger de ce qui est bien et de ce qui est mal. » (Coran 91:8)
        Tant qu’une personne se maintient sur la voie de la piété, elle sait reconnaître, par sa conscience, les mauvaises actions qu’il lui arrive de commettre, même s’il peut lui arriver de se trouver toutes sortes d’excuses pour expliquer son geste. Elle espère, tout au fond d’elle-même, que personne ne viendra à découvrir ce qu’elle a commis, car elle en ressent de la honte. La personne pieuse ressent, par rapport à son péché, de la gêne, de la honte, et une certaine pudeur. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :
        « La honte et la pudeur sont des signes de la perfection de la foi. » (Sahih al-Boukhari)
        La honte est un sentiment qui souvent retient une personne de commettre le mal. Le Prophète a dit :
        « Si tu n’as aucune honte, fais comme tu veux. » (Sahih al-Boukhari)
        La plus grande honte est celle que l’on ressent vis-à-vis de Dieu à l’idée de commettre un péché. Ce sentiment est celui qui nous retient de commettre un péché et c’est à partir de lui que nous pouvons juger d’un acte, à savoir s’il s’agit ou non d’un péché.
        Ce sentiment de honte et cette conscience qui nous « travaille » découlent naturellement de la foi, et c’est ce que l’islam cherche à créer dans l’âme d’un individu, c’est-à-dire une conscience islamique qui le guide tout au long de sa vie.
        Cette conscience intérieure renseigne l’individu sur l’état de son cœur, que ce dernier soit « vivant », i.e. en quête de vérité, ou « mort », i.e. empli de désirs pour les choses d’ici-bas. Le manque de religiosité et le fait de commettre des péchés font en sorte que l’individu finit par perdre cette conscience du bien et du mal et qu’il ne peut donc plus l’utiliser pour se guider à travers la vie.
        « Si seulement, lorsqu’atteints par Notre châtiment, ils s’étaient mis à Nous implorer! Mais leurs cœurs s’étaient endurcis et Satan leur enjolivait leurs mauvaises actions. » (Coran 6:43)
        « N’ont-ils pas voyagé de par le monde? Ont-ils un cœur pour comprendre et des oreilles pour entendre? Car ce ne sont certes pas les yeux qui deviennent aveugles, mais bien les cœurs qui sont dans les poitrines. » (Coran 22:46)
        Pour faciliter sa quête de vérité, l’individu peut utiliser son cœur, son intellect et la révélation divine. Le cœur de celui qui est en quête de vérité est un cœur vivant, car c’est cette vie en lui qui pousse l’individu vers cette quête. Le cœur de ce genre de personne ne trouvera la véritable paix que dans la religion que Dieu a choisie pour l’humanité; et tant que son désir de vérité l’habitera, sa conscience ne lui laissera de répit que lorsqu’elle aura trouvé la vraie religion de Dieu. En fait, si une personne est sincère, Dieu la guidera vers la vérité :
        « Quant à ceux qui sont dans la bonne voie, Dieu les guidera encore mieux et leur inspirera la piété. » (Coran 47:17)

        Comment


        • #5
          Il faut remettre la vérité sur la religion et le Prophète 'alayhi assalat wa salem. Ils ne suivent que les divisions, les groupes, insultent les savants et c'est tout et ils passent à côté de la religion. L’islam interdit clairement la tricherie et la tromperie, qu’elles soient dirigées contre des musulmans ou des non-musulmans. Le Prophète (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a sévèrement mis en garde ceux qui trompent les autres.

          Comment


          • #6
            Et Debdouba...tu as lu ce que tu nous jettes ou tu fais juste du trollage comme d'habitude?
            Most important Thing to do before death: to live
            Your God may have a plan for you, but Nimos is not sure it's the best one for you

            Comment


            • #7
              Roh takhra, le troll ici c'est toi !

              Comment


              • #8
                Envoyé par L'aghabie l'aghabie Voir le message
                Roh takhra, le troll ici c'est toi !

                En effet, tu n'as pas lu ni une ligne de ce que tu nous postes

                Most important Thing to do before death: to live
                Your God may have a plan for you, but Nimos is not sure it's the best one for you

                Comment


                • #9
                  Roh takhra, c'est clair, je n'aime pas les gens malintentionnés ! Pourri

                  Comment


                  • #10
                    Envoyé par L'aghabie l'aghabie Voir le message
                    Roh takhra, c'est clair, je n'aime pas les gens malintentionnés ! Pourri
                    Most important Thing to do before death: to live
                    Your God may have a plan for you, but Nimos is not sure it's the best one for you

                    Comment


                    • #11
                      Tu es méchant, je te rends ta méchanceté, c'est tout. Mon sujet ne t’intéresse pas, tu ne me cherches pas. Algérien typique.

                      Comment


                      • #12
                        Envoyé par L'aghabie l'aghabie Voir le message
                        Tu es méchant, je te rends ta méchanceté, c'est tout. Mon sujet ne t’intéresse pas, tu ne me cherches pas. Algérien typique.
                        Donc pourquoi tu nous trolles avec des Copier/Coller que tu ne lis pas toi meme? Tu es si feneante? et si jamais dans ce que tu colles ca dit l'opposé de ce que tu veux ou on te demande d'expliquer quelque chose du texte....Tbahdayel
                        Most important Thing to do before death: to live
                        Your God may have a plan for you, but Nimos is not sure it's the best one for you

                        Comment


                        • #13
                          Qui t'a dit que je n'ai pas lu ? N'est-ce pas plutôt toi qui trolle, d'ailleurs je n'aurais même dû te répondre.

                          Comment


                          • #14
                            Envoyé par L'aghabie l'aghabie Voir le message
                            Qui t'a dit que je n'ai pas lu ? N'est-ce pas plutôt toi qui trolle, d'ailleurs je n'aurais même dû te répondre.
                            CQFD....
                            Most important Thing to do before death: to live
                            Your God may have a plan for you, but Nimos is not sure it's the best one for you

                            Comment


                            • #15
                              Click image for larger version

Name:	DUJ9xvfW4AEf9EW.jpg:large.jpg
Views:	1
Size:	16,7 Ko
ID:	5932770
                              ...

                              Comment

                              Working...
                              X