Annonce

Collapse
No announcement yet.

Algérie: un think tank propose la mise en place d’un revenu universel

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • Algérie: un think tank propose la mise en place d’un revenu universel

    Algérie: un think tank propose la mise en place d’un revenu universel

    Par RFI Publié le 26-03-2018 Modifié le 26-03-2018 à 12:27En Algérie, faire des propositions face à la crise économique, c'est ce que propose le think tank indépendant Nabni. Composé de différents experts, le groupe a présenté ce dimanche un nouveau rapport qui présente deux solutions pour remplacer les subventions. Car l'Algérie dépense 13 milliards de dollars chaque année en subventions directes. Face à la crise budgétaire de l'Etat et à la croissance démographique, ces experts proposent de remplacer les subventions par un revenu universel.

    Carburant, électricité, gaz, farine, tout subventionner est insoutenable à moyen terme, selon les experts. Alger envisage désormais de cibler ses subventions. Mais pour Mabrouk Aib, l'un des membres du think tank Nabni, ce n'est pas la bonne solution : « Ce sont des modèles qui nécessitent une capacité en termes de système d’information, en termes de statistiques que nous n’avons pas ».


    Le think tank propose donc une autre idée. Verser directement à la plupart des ménages algériens un revenu universel : « Le revenu universel est le plus simple à mettre en œuvre. Et c’est tout simplement de déterminer un montant et le reverser à tous les Algériens à travers un compte bancaire. Il s’agit d’une base déclarative. Donc il suffit d’aller les demander pour les obtenir. Pas de contrôle. Parce que, justement, l’administration n’a pas les capacités de contrôler. Et c’est ça le vrai frein ».

    Ces experts reconnaissent qu'il pourrait y avoir de la fraude, mais cela a un autre avantage : « Pour nous c’est le point cardinal. C’est surtout ne pas exclure ceux qui sont dans le besoin et la seule manière de le faire c’est de partir sur un modèle de type déclaratif ».

    Même en incluant une marge importante de fausses déclarations, Nabni estime que l'Algérie pourrait ainsi économiser la moitié de son budget de subventions, jusqu'à six milliards de dollars.

  • #2
    60 apres l'independance , l'etat ne sait pas ce qui se passe dans son economie -on ne peut pas savoir qui travaille , qui gagne quoi ,qui fait quoi ....pour un etat dit policier , c'est vraiment le comble ...on a passé trop de temps a surveiller les opinions politiques et on a delaissé le renseignement economique...meme si on veut reformer ,on est bloqué par l'absence de fichiers et cela ne se fait pas en quelques mois .

    un revenu pour tous en echange de la fin des subventions ,on va depasser le montant des subventions ,c'est sur, parce qu'il y a une frange importante de la population qui est ignoré par l'etat et ce serait une subvention pour les nantis -parce que meme haddad ira s'inscrire

    Comment


    • #3
      Ce n'est pas de cette façon qu'on va encourager les initiatives et l'entrepreunariat. On trouvait que les subventions étaient un mode d'assistanat, là on frôle la paralysie.
      Panoramic life - focus on the good

      Comment


      • #4
        Envoyé par Miss angel Voir le message
        Ce n'est pas de cette façon qu'on va encourager les initiatives et l'entrepreunariat. On trouvait que les subventions étaient un mode d'assistanat, là on frôle la paralysie.
        tu as raison ! la solution la plus simple c'est d'accorder une allocation aux familles sur la base du livret de famille - peut etre aussi creer un revenu minimum d'insertion comme le rsa en france a partir d'un certain age disons 22 ans - evidemment ceux qui sont integrés a la cellule familiale par le livret de famille n'y aurait pas droit puisqu'il y a deja une allocation ...les apc peuvent faire cela en quelques mois ...le revenu minimum permettra de resister aux secousses lors de l'abandon des subventions ...pour eviter la fraude ,on a acces aux comptes bancaires a partir d'un certain montant d'epargne ,le titulaire ne sera pas eligible....on peut meme mettre en pratique un fichier parallele a celui des demunis en utilisant le systeme bancaire pour connaitre nos fortunés et pourquoi pas financer les uns par les autres par un impot sur le montant de l'epargne progressif -et pour obliger tout le monde a se declarer , le changement brutal des billets de banques et l'arret du retrait des comptes devises sur le territoire national pour eviter qu'ils convertissent les dinars en euros ... c'est le jeu du chat et de la souris et il est temps que les chats s'imposent .

        Comment


        • #5
          oui c'est une solution raisonnable, cependant quand on voit comme l'ansej a été géré et utilisé, je me dis que ce revenu universel c'est comme un aveu d'impuissance.

          En France , cela a été évoqué lors des campagnes présidentielles avec le problème de son application vu le montant de la dette déjà colossale (2000 milliards d'E), comment l'Algérie peut mettre ça en place si tout le monde n'est pas apparemment connu des services fiscaux ou sociaux ?
          Panoramic life - focus on the good

          Comment


          • #6
            Envoyé par koceyla Voir le message
            Algérie: un think tank propose la mise en place d’un revenu universel

            Par RFI Publié le 26-03-2018 Modifié le 26-03-2018 à 12:27En Algérie, faire des propositions face à la crise économique, c'est ce que propose le think tank indépendant Nabni. Composé de différents experts, le groupe a présenté ce dimanche un nouveau rapport qui présente deux solutions pour remplacer les subventions. Car l'Algérie dépense 13 milliards de dollars chaque année en subventions directes. Face à la crise budgétaire de l'Etat et à la croissance démographique, ces experts proposent de remplacer les subventions par un revenu universel.


            Carburant, électricité, gaz, farine, tout subventionner est insoutenable à moyen terme, selon les experts. Alger envisage désormais de cibler ses subventions. Mais pour Mabrouk Aib, l'un des membres du think tank Nabni, ce n'est pas la bonne solution : « Ce sont des modèles qui nécessitent une capacité en termes de système d’information, en termes de statistiques que nous n’avons pas ».


            Le think tank propose donc une autre idée. Verser directement à la plupart des ménages algériens un revenu universel : « Le revenu universel est le plus simple à mettre en œuvre. Et c’est tout simplement de déterminer un montant et le reverser à tous les Algériens à travers un compte bancaire. Il s’agit d’une base déclarative. Donc il suffit d’aller les demander pour les obtenir. Pas de contrôle. Parce que, justement, l’administration n’a pas les capacités de contrôler. Et c’est ça le vrai frein ».

            Ces experts reconnaissent qu'il pourrait y avoir de la fraude, mais cela a un autre avantage : « Pour nous c’est le point cardinal. C’est surtout ne pas exclure ceux qui sont dans le besoin et la seule manière de le faire c’est de partir sur un modèle de type déclaratif ».

            Même en incluant une marge importante de fausses déclarations, Nabni estime que l'Algérie pourrait ainsi économiser la moitié de son budget de subventions, jusqu'à six milliards de dollars.
            Salut

            n'y aurait-il pas aussi le moyen le plus sur pour éviter les fraudes et de verser cette argent selon l'extrait du 12S.
            https://www.youtube.com/user/aldaleeltv3

            Comment


            • #7
              l'ansej a eu l'effet inverse du retour au travail -a la base c'etait une bonne idee , on pensait qu'on creerait de l'activité et des emplois- le probleme c'est que les sommes etaient astronomiques pour ceux qui les recevaient et que tout un trafic s'est agregé dessus ...on a aidé des gens qui n'ont jamais travaillé et quand ils ont vu l'argent ;ils ont decidé de ne plus travailler .Tout le monde a fait son dossier sans vraiment avoir l'intention de rembourser ...on aurait du subventionner ceux qui travaillaient deja et suivre les entreprises a chaque franchissement d'etape pour acceder a d'autres subventions .cela aurait couté moins cher et on aurait eu sans aucun doute plus de reussite dans la creation d'un tissu economique viable. Il y a eu deja l'experience des aides a l'habitat-autrefois l'etat versait la totalité du montant sans controle de la construction - l'argent disparaissait sans qu'il y aient de logements construits - l'etat s'est rendu compte et a modifié les criteres en instaurant des etapes - l'argent est versé de façon partiel et il y a un controle a chaque etape -et c'est un succes !...le controle est un imperatif .

              pour cette histoire de revenu , on doit mettre en place quelque chose , supprimer les subventions sans coussin pour amortir le choc conduira a une instabilité politique et surtout a des drames humains -une frange importante de la population vit sur le fil du rasoir si demain le pain,l'huile ,le lait ,le sucre et les carburants explosent ,beaucoup vont subir de plein fouet la crise .


              Comment


              • #8
                Peut-être que plus de la moitié des algériens est au noir, à quoi servirait le revenu universel, il ferait mieux de contrôler les employeurs qui ne déclarent pas leur employé. Pas le petit doigt n'a été bougé pour l'ansej et autres dispositifs, voler et escroquer est normal au bled.

                Ils ont été "chanceux", des voitures, des camions, des pelleteuses, du matériel informatique, même le père noel n'est pas aussi généreux. L'Algérie offre beaucoup aux escrocs incroyable.

                Comment

                Working...
                X