Annonce

Collapse
No announcement yet.

FMI - Fonds Monétaire International

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • FMI - Fonds Monétaire International


    Le FMI salue la volonté d’engagement de l’Algérie
    Réformes économiques


    FMI - Fonds Monétaire International
    Click image for larger version  Name:	actualite2[106383].jpg Views:	1 Size:	132,2 Ko ID:	5923507


    El Moudjahid
    PUBLIE LE : 12-03-2017

    Le chef de mission du Fonds monétaire international (FMI) en Algérie Jean François Dauphin a salué, hier à Alger, "une vraie volonté" du pays à s'engager dans la voie des réformes économiques.

    "Je crois qu'il y a une vraie volonté aujourd'hui de s'engager dans la voie de ces réformes (économiques) pour permettre une croissance pérenne, qui soit la plus inclusive possible et qui permettra de donner du travail aux jeunes sans que cela ne soit soumis aux aléas de la conjoncture pétrolière", a-t-il déclaré à la presse, à l'issue d'une audience avec le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale Mohamed El Ghazi. Il s'agit cependant d'un "chantier sur le long terme car l'économie ne se transforme pas du jour au lendemain", a souligné M. Dauphin qui conduit une mission de FMI en Algérie dans le cadre des consultations annuelles du Fonds sur l'économie algérienne. Il a, notamment salué la "résistance" du marché de l'emploi en Algérie aux effets de la chute des cours du pétrole enregistrée dès 2014. "Jusqu'à présent le marché de l'emploi en Algérie a plutôt bien résisté au contre-choc pétrolier. On a vu une légère baisse du chômage qui reste à des niveaux relativement proches de ce qu'ils étaient il y a un ou deux ans", a-t-il constaté. Selon l'Office national des statistiques (ONS), le taux de chômage en Algérie avait atteint 10,5% en septembre 2016 contre 11,2% en septembre 2015, alors que le taux de chômage des jeunes il avait baissé à 26,7% contre 29,9% en septembre 2015. Interrogé sur les axes évoqués lors de l'audience, il a précisé que la mission a abordé avec M. El Ghazi et les cadres de son ministère l'évolution de l'économie algérienne et du marché de l'emploi. "Nous avons eu des discussions très enrichissantes et passionnantes. La question principale que nous avons débattue c'est de savoir comment deux ans après le contre-choc pétrolier l'économie algérienne continue à s'adapter à des prix de pétrole qui sont durablement plus bas", a-t-il déclaré. "Nous avons discuté des conséquences de cette situation sur le marché de l'emploi et des politiques mises en œuvre par le ministère pour essayer à la fois d'accompagner la diversification de l'économie et la réduction de la dépendance aux hydrocarbures et de s'assurer un marché de l'emploi dynamique qui permette de créer des emplois de manière pérenne indépendamment de la conjoncture des prix du pétrole", a-t-il soutenu. Le FMI avait maintenu en janvier dernier ses prévisions de croissance pour l'Algérie à 3,6% en 2016 et à 2,9% en 2017, en anticipant une reprise à partir de 2021 à 3,4%. Le Fonds a gardé ses prévisions pour l'inflation en Algérie inchangées en 2016 à 5,9% contre 4,4% en 2015 et prévoit un taux de 4,8% en 2017. Le solde du compte courant a représenté -15,1% du Pib en 2016 et devrait baisser à -13,7% du Pib en 2017 et maintenir la même tendance baissière jusqu'à 2021 à -6,3% du Pib.


    ZfSa
    Atlas HD-200s

  • #2
    Mesures de réduction des déficits
    Le FMI conseille à l’Algérie d’y aller modérément
    El Watan
    le 23.01.18 | 12h00

    Le Fonds monétaire international (FMI) recommande à l’Algérie de réduire les déficits à une cadence modérée.

    L’institution de Bretton Woods estime que dans les pays où l’Etat dispose de marges de manœuvre importantes, comme en Algérie ou dans le Golfe, les gouvernements peuvent modérer l’allure des réformes contribuant à la réduction des déficits.
    C’est ce qui ressort de la note de conjoncture de cette institution financière qui met sous les feux de la rampe l’évolution de la situation économique dans les pays de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord).

    L’institution de Bretton Woods estime que dans les pays où l’Etat dispose de marges de manœuvre importantes, comme en Algérie ou dans le Golfe, les gouvernements peuvent modérer l’allure des réformes contribuant à la réduction des déficits.

    Le FMI avertit néanmoins que l’amélioration actuelle de l’état des comptes publics dans certains pays ne devrait pas faire allusion. Elle est à mettre sur le compte d’une éclaircie dont profite le marché pétrolier mondial. Dans ses premières perspectives économiques de l’année, le FMI presse les Etats de la région MENA, les pays exportateurs de pétrole plus particulièrement, à ne pas lever le pied sur certaines réformes d’ampleur structurelle.

    Dans la ligne de mire, les subventions à l’énergie, considérées comme régressives par le FMI et corrosives par son institution jumelle. «Dans toute la région, le FMI prône la réduction des subventions à l’énergie, qui sont très coûteuses. Pourquoi ? Parce que ces subventions profitent principalement aux classes aisées.» En Algérie, le soutien aux prix des produits énergétiques (l’électricité, le gaz et les carburants) coûte à l’Etat plus de 15 milliards de dollars annuellement.

    Un renoncement graduel à cette politique de soutien aux prix a été amorcé depuis 2016, tant pour l’électricité et le gaz que pour les carburants, dont la tarification a été modifiée à trois reprises depuis 2016. Sur certaines réformes budgétaires engagées depuis 2016, dont le renoncement graduel à la politique des subventions généralisées, à la flexibilité du taux de change du dinar et à la volonté du gouvernement maintenant clairement affichée de céder les actifs publics, l’Algérie a su s’attirer les faveurs de l’institution de Bretton Woods.

    Sur d’autres mesures, dont le choix de la planche à billets pour le financement des déficits et de l’économie, le pays s’est plutôt attiré les foudres de l’institution de Christine Lagarde qui, pour rappel, plaidait plutôt pour «un recours prudent à l’endettement extérieur».
    Dans ses nouvelles perspectives économiques de la région MENA, le FMI estime néanmoins qu’en dépit de l’éclaircie qui pointe à l’horizon, «les défis à relever dans la région demeurent considérables».

    «Il y a urgence, car l’embellie que connaît une grande partie de l’économie mondiale donne une occasion parfaite de progresser dans l’exécution de réformes qui se font attendre — dans cette région comme ailleurs. Il serait malvenu de revenir sur ces réformes ou de les remettre à plus tard, car ce sont les générations futures qui en pâtiraient. Nous devons donc veiller à poursuivre ces réformes et à les appliquer dans un souci d’équité, en tenant dûment compte de leurs répercussions sociales, et de manière progressive, en fonction des ressources disponibles et les conditions macroéconomiques», lit-on dans la note du FMI.

    Pour l’Algérie, le FMI plaide pour une mise en œuvre d’un dosage équilibré de mesures d’ajustement budgétaire afin de rétablir la viabilité des comptes publics et réduire les déséquilibres extérieurs.

    C’est par le moyen de ces ajustements que le gouvernement pourrait améliorer ses marges de manœuvre et évoluer ainsi crescendo sur le chantier des réformes. L’institution de Bretton Woods estime que les pays de la région doivent passer de l’étape de gestion de la crise à celle de sortie de crise. Le temps passe et la reprise des cours pétroliers dont profitent les Etats pourrait être de courte durée.
    Ali Titouche
    Last edited by zadhand; 24/01/2018, 00h39.
    ZfSa
    Atlas HD-200s

    Comment

    Working...
    X