Annonce

Collapse
No announcement yet.

Venezuela

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • Venezuela

    Venezuela
    Trump brandit la « menace militaire »


    sudhorizons.dz
    Publication : 12 août 2017
    Click image for larger version

Name:	Trump_Venezuella.jpg
Views:	1
Size:	44,3 Ko
ID:	5928419

    Le torchon brûle entre Washington et Caracas. Le président américain Donald Trump a évoqué une « possible option militaire » au Venezuela, secouée par une grave crise politique accentuée par la création d’une assemblée constituante.
    « Nous avons de nombreuses options pour le Venezuela, y compris une possible option militaire si nécessaire. Nous avons des troupes dans le monde entier qui sont parfois très loin. Le Venezuela n'est pas très éloigné et les gens souffrent et les gens meurent » , a-t-il souligné sans donner des précisions sur cette annonce. « Nous n'en parlons, mais une option militaire est assurément une voie que nous pourrions suivre » a-t-il souligné tout en restant évasif . La réaction de Washington est survenue au lendemain de l'élection controversée de l'Assemblée constituante voulue par le président socialiste, un scrutin marqué par des violences qui ont fait dix morts. M. Maduro souhaite « une conversation » avec son homologue américain. « S'il est autant intéressé par le Venezuela, je suis là, je suis le chef de ce qui l'intéresse », a-t-il lancé lors d'un discours devant la nouvelle assemblée constituante. Rejetée par l'opposition et des pays occidentaux, cette assemblée l'a confirmé à l'unanimité dans ses fonctions de « président constitutionnel de la république bolivarienne du Venezuela ».Le président s souhaite que cette discussion ait lieu par téléphone ou qu'elle se fasse à New York à l'occasion de l'assemblée générale des Nations unies mi-septembre. Mais selon la Maison Blanche , le président américain ne parlera à son homologue vénézuélien que quand « la démocratie sera restaurée »au Venezuela. Mais cela ne signifie pas pour autant que le président Maduro cédera aux menaces de Washington. Il a averti son homologue américain que son pays répondrait avec les armes à la main à une éventuelle agression. « Le Venezuela ne se rendra jamais (...) devrait savoir l'empire américain » , a ajouté Maduro.Pour les autorités vénézuéliennes, la déclaration du président Trump est un « acte de folie ». « C'est un acte de folie, un acte de suprême extrémisme », a déclaré le ministre vénézuélien de la défense, Vladimir Padrino. Il a dénoncé « une élite extrémiste qui gouverne les Etats-Unis ». « En cas d'agression nous serons tous au premier rang pour défendre les intérêts et la souveraineté de notre Venezuela bien-aimé » , a déclaré le ministre Padrino.Malgré les menaces brandies de toute part aussi bien au plan interne qu’à l’échelle internationale, le président Maduro dit reconnaître l'Assemblée nationale constituante (ANC) comme l'institution la plus puissante du pays, promettant de se conformer à toutes les décisions prises par le nouveau corps législatif. « En tant que chef de l'Etat, je me subordonne aux pouvoirs de cette Assemblée constituante » , a-t-il déclaré lors de son premier discours devant cette institution. L'opposition a, rappelons –le , boycotté les élections de la nouvelle assemblée le 30 juillet, affirmant que cette dernière ne ferait que renforcer le pouvoir du Parti socialiste de M. Maduro. Composée de 545 membres, l'ANC, qui a le pouvoir de modifier la Constitution et de réorganiser l'Etat, a publié mercredi dernier , un décret proclamant son « pouvoir suprême » sur toutes les institutions du gouvernement.





    ZfSa
    Atlas HD-200s
Working...
X