Annonce

Collapse
No announcement yet.

Nous sommes tous des Amazighs discours Abdel Malek sellal (oran) 20 AVRIL

Collapse
X
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • Nous sommes tous des Amazighs discours Abdel Malek sellal (oran) 20 AVRIL










  • #2
    Nous le savions depuis longtemps et en langue Tamazight mais c'est un pas de plus vers la reconquete du vaste terrain vague de l'arabisme...je pose une question -pourquoi le premier ministre d'un etat habité par des amazighs s'exprime en langue arabe?

    Comment


    • #3


      La marche des kabyles a tizi ouzou ce 20 avril a l'occasion de la commémoration des printemps berbères après celle de la diaspora le 16 avril a Paris- ce qui explique le discours de sellal ...comme toujours le foyer de la revendication est toujours en Kabylie ,les arabisés des autres regions attendent que le repas soit pret pour venir a table comme toujours.

      Comment


      • #4
        Envoyé par koceyla Voir le message
        ...je pose une question -pourquoi le premier ministre d'un etat habité par des amazighs s'exprime en langue arabe?
        Peut etre parceque la plupart de ces Amazighs s'expriment en Français :huh :

        Comment


        • #5
          Il n'a pas cité les arabes, il a cité les tribus berbères. L'Arabe est la langue unificatrice, c'est comme si on demandait pourquoi le président Hollande ne s'exprime pas en breton, en basque, en corse, en chti, etc.

          Comment


          • #6
            il ne peut plus les importer les arabes ,ils sont devenus aussi rare que la banane lol ...depuis quelques temps ça ne parle que d'imazighen, il faut dire qu'on occupe le terrain et le web et que les arabes en ce moment ont une tres mauvaise audience...enfin en algerie ,il y en a pas parce qu'il n'y en a jamais eu ,il ne reste que leur langue et ça commence a rentrer dans le cerveau d'un arabisé comme sellal c'est bon signe .

            Comment


            • #7
              Non nous sommes bien là, il y a une grande partie arabophone qui n'a aucun accès à la francophonie et n'a aucune idée de ce qui se passe, les algériens sont très peu éveillés en général. L'Arabe est notre langue et elle le restera, le Tamazight n'a aucune envergure pour former des peuples et ce n'est pas parce que c'est ta langue maternelle que cela changera une chose. Hier à Alger je crois que c'était encore la journée de votre robe, des filles allaient à l'école avec.

              Vous en profitez parce-que le peuple algérien est décoloré et ne sait même pas quel est son chemin, il fait n'importe quoi. Ils ne savent plus parler, plus se comorter, nous allons non pas vers l'amazighisme mais vers l'animalisme. Pour ma part je refuserai le kabyle parce qu'il combat l'arabité et surtout l'Islam.

              Comment


              • #8
                hier c'etait le 20 avril ,les algeriens authentiques et qui n'acceptent ni la servitude ni la substitution identitaire savent ce que represente cette date pour la vraie algerianité pour les autres nous vous laissons vous complaire dans la servitude et la hogra -que dieu vous comble de vos souhaits a jamais- pour nous c'est non ...je remercie au passage les jeunes filles que tu as vu et leurs parents de montrer nos couleurs dans la ville arabisée qu'est alger-nous finirons par la liberer de la takafa arabia et la redonner aux siens.Tamazight ne combat pas les religions , elle les admet toutes a egalité -elle consacre la meritocratie a la discrimination arabo islamique alors meme que vous constatez la voie de garage dans laquelle vous placez le pays et son peuple-le seul espoir de notre jeunesse est devenu de partir a vladivostok a 20000 km pour prendre une blonda et ainsi espere t il ,inconsciemment, diluer sa pretendu arabité...un jour vos enfants vous demanderont des comptes sur leur histoire ,les livres de l'ecole algerienne ne vous sauront d'aucune utilité parce qu'ils auront decouvert la verité ailleurs.Le combat continue jusqu'a la prise des creches car c'est la que se trouve la victoire -pourquoi croyez vous que les arabes creent des ecoles coraniques dans nos villages pour s"accaparer des esprits des jeunes enfants -nous devons faire la meme chose a alger -il faut prendre les creches pour former des enfants qui jettent les gobelets,les sacs et les canettes a la poubelle , qui aiment les oliviers, qui ne coupent ni ne brulent les arbres,qui ne sifflent pas les femmes mariées dans la rue malgré la presence de leur progeniture , qui aiment le travail et l'effort ,qui ne trichent pas et ne volent pas , qui ne s'achetent pas et ne se vendent pas contre de l'argent ...c'est possible j'en ai rencontré dans nos montagnes inaccessibles aux invasions, vous pouvez avoir les memes a alger mais alors faites quelques choses comme dirait kateb yacine -envoyez vos enfants dans des creches amazighs , demandez l'ouverture de ces creches , creez les -faites un credit ansej ,sellal n'attend que ça -il dit lui meme que nous sommes tous amazighs -aidez le a parler le kabyle a haute voix , il a peur meskine !.

                l'aghabie a chaque fois que j'essaie de regarder ou s'est passé la guerre de liberation sur les archives que diffusent les français sur youtube-je vois des avions français ronronner au dessus de mon village au coeur de la wilaya 3 , ce n'etait pas des avions meteo car ça fumait en bas dans nos maisons -mais que faisaient donc les avions français a survoler constamment la wilaya 3 pourquoi ne s'attaquent t il pas aux arabisés des autres wilaya -ils aiment les paysages peut etre de la kabylie et pas ceux de l'oranie ou alors nous sommes les liberateurs, nous avons formé ce que tu appelles ton peuple et la langue des combattants dans cette region a cette epoque la etait celle du colonel amirouche pas celle du roi fahd.Tamazight forme donc des peuples,faut pas mentir!.Il est vrai que les arabes comme toujours volent le travail des autres, c'est comme ces histoires de sciences arabes ,de l'algebre ou de la prise de l'espagne ect -y a rien de vrai ;vous avez toujours recuperer le travail des autres et detourné l'histoire pour briller...la preuve aujourd'hui vous n'inventez meme plus des babouches , comment ça se fait qu'apres avoir inventé l'algebre ,vous ne sachiez plus rien faire-allons vous allez pas continuer a nous leurrer,il y a internet maintenant !.
                Last edited by koceyla; 21/04/2017, 12h07.

                Comment


                • #9
                  L'Algérie n'est pas en guerre, il n'y a aucun colon sur nos terres. Nous avons des problèmes sociaux, éducatifs, etc. Vladisvostok un espoir ? La solution est de travailler et d'offrir une justice sociale. L'Algérien je l'ai déjà dit n'est pas un être éveillé, il est méprisant des lois, souvent la fin justifie les moyens, il est sans limite.

                  Notre histoire ? Il n'y a aucun mur entre les berbères et les arabes, ça va on a pas d'aliens hahaha et nous ne sommes même pas ennemi, ce n'est pas Israel/Palestine ou la série V, miam on va tous vous manger hahaha, j'ai vraiment l'impression que nous sommes des étranges étrangers pour toi.

                  Koceyla mon ennemi, j'aurai du alors prendre comme pseudo Bent Oqba...

                  Parce que min djibalina tala'a sawtou el ahrar younadina listiqlel watnina. Tous les algériens combattaient, ne soit pas injuste, certains ne recherchaient ni la gloire, ni a avoir une pension après leur mort. Certains ont fait promettre à leur famille de ne prendre aucun denier, ils sont croyants, et défendre sa nation est une obligation.

                  C'est toi qui détourne l'histoire, d'ailleurs tu ne te poses même pas la question de qui étions nous avant l'arrivée de la France, où sont nos monuments anciens, pourquoi l'espagne garde des vestiges et pas nous.

                  Tu oublies Allah Ta'ala dans ton histoire, tout est matériel. La civilisation musulmane a brillé même si cela te déplait. L'Algérie a progressé un peu, nous verrons bien Allahou a'lem.

                  Comment


                  • #10
                    Sellal n'a aucune crédibilité ni competence politique pour pouvoir contrecarrer le MAK....

                    Le fait que les gens commencent á connaitre le MAK beaucoup plus et dans plusieurs zones en Algerie révele que sa strategie de gagner du terrain fonctionne

                    Le probleme est avant tout de projet societal que l'état doit vendre...il a vendu un produit toxique durant des années...á savoir l'Algerie plus arabe que l'arabie, et finalement on ne peut vendre toute savie el Mekrout et du jour au lendemain prétendre vendre les satellites....
                    Most important Thing to do before death: to live
                    Your God may have a plan for you, but Nimos is not sure it's the best one for you

                    Comment


                    • #11

                      L’enseignement de tamazight ou langue amazighe, (la norme n’étant pas encore trouvée), quel bilan peut-on dresser aujourd’hui, 22 ans après ?


                      Un bilan particulier cette année, puisqu’il s’agit de la première année scolaire après l’officialisation de la langue dans la Constitution de février 2016. A l’occasion du 37e anniversaire du Printemps berbère, qu’en est-il de tamazight di lacul ? Certes, elle est à l’école, mais quelle école et surtout quel tamazight ? Car, le premier problème posé pour l’enseignement de cette langue est la normalisation. C’est-à-dire sa standartisation.

                      Selon une étude de Mohand Maharazi, chargé de cours de linguistique français à l’université de Mesrata, «si nous voulons que la langue amazighe soit impliquée de manière profonde dans ce processus de l’apprentissage des matières scientifiques afin de s’imposer dans son espace vital et autochtone, il faut qu’elle assure la fonction de transmission et de communication. Dans ce contexte, il semble opportun, voire urgent, d’équiper cette langue de moyens nécessaires pour affronter son temps, qui est celui de la science et de la technologie».

                      Où se pose le problème ? C’est surtout dans sa promotion à une certaine fonction, c’est le fait qu’on est confronté, dans la plupart des cas, à une situation de dialectisation. C’est le cas de tamazight, puisque cette langue est parlée de différentes façons dans plusieurs régions. C’est dans la même logique que Abderezzak Dourari, (lire l’intégralité de son entretien) explique cette difficulté. D’abord, le ministère ne dispose pas d’une instance de normalisation. Simple exemple : à la conception du livre de tamazigt par un groupe puis non validé par un autre.

                      Ce qui a poussé le département de Benghabrit à faire appel à Dourari pour statuer sur la finalité du livre. Dans le même chapitre, on relève également cette volonté de certains enseignants d’enseigner chacun, selon sa norme. Thèse que Abdeslam Abdenour, enseignant de tamazight, ne rejette pas et adopte même : «Là où les méthodes actuellement utilisées sont des choix des enseignants eux-mêmes et ils le font bien, nous, les périphériques, ne pouvons pas. Plus, nous ne devons pas interférer dans leurs choix pédagogiques, sinon les soutenir quant au choix irréversible de la transcription de tamazight en caractères universels dits latins.»

                      Obligation

                      Le ministère de l’Education nationale dit pouvoir régler le problème, mais dès sa généralisation. Sauf surprise, le ministère compte organiser un séminaire de réflexion à la fin de cette année scolaire ou au plus tard à la rentrée des classes, en septembre prochain pour trouver les mécanismes de la normalisation qui seront également traduits dans les manuels scolaires, affirme Mustapha Hamdi, sous-directeur des programmes au ministère de l’Education.

                      Deuxième problématique soulevée : c’est son caractère non obligatoire. La circulaire du ministère de l’Education nationale, établie à l’introduction de tamazight à l’école, n’a pas été révisée lors de l’officialisation de langue. Selon le secrétaire général du Haut commissariat à l’amazighité (HCA), Si El Hachemi Assad, avec l’officialisation de tamazight, il est impératif, dans un premier temps, de renforcer et de clarifier les directives des circulaires du ministère, telle la 426 du 24 mai 2007 concernant l’obligation de poursuivre le cursus de tamazight une fois l’inscription faite et ce, en élaborant un texte stipulant le caractère obligatoire de son enseignement dans le même palier et d’un palier à un autre là où la matière est enseignée.

                      Le HCA engagera un plaidoyer et une directive pour un continuum cohérent du processus de cet enseignement. Pour l’heure, l’inscription n’est pas obligatoire à cette matière toujours optionnelle, mais dès que l’élève est inscrit à la 1re année (4e année primaire), elle devient obligatoire pour lui pour tout son processus scolaire, y compris dans le BEM et le Bac. Mais Samir Chaker, enseignant de tamazight à Tlemcen dénonce : «Comment voulez-vous que l’élève apprenne tamazight entre 11:15 et 12 :00 alors que ses camarades vont à la maison se reposer et déjeuner ?

                      Ils pressentent cela comme une punition pour avoir choisi d’apprendre la prétendue langue officielle !» Pour cet enseignant qui fait partie des quatre enseignants dans toute la wilaya de Tlemcen, affirme qu’aucune matière «ne survivrait si elle est facultative». C’est, d’ailleurs, sur cette question que le ministère s’étalera dès la généralisation de cet enseignement.

                      Il veut, selon Mustapha Hamdi, réétudier l’emploi du temps des élèves de façon à introduire tamazight dans le planning hebdomadaire, même si la matière garde pour quelque temps son caractère optionnel. Pour cette problématique, le ministère promet d’aller vers son obligation dès qu’elle est généralisée, mais il faudrait d’abord l’obliger dans le secteur privé, car en dépit de la circulaire de la ministre, les écoles privées ne sont pas sommées de l’enseigner.

                      Généralisation

                      Puis, un troisième problème dans l’apprentissage de cette langue est sa généralisation. Selon le HCA, pour le moment aucune wilaya n’a atteint une couverture à 100%. Pour Tizi Ouzou, elle est de l’ordre de 95% et Béjaïa autour de 80%, notamment dans le palier primaire. Il est recommandé, selon son secrétaire général, M. Assad, de l’introduire et le généraliser à partir de la première année primaire et de le rendre obligatoire dans ce palier de base, en une première étape.

                      Statistiquement, l’enseignement se fait dans 29 wilayas et il passera normalement à 37 à partir de l’année prochaine, selon Mustapha Hamdi, qui explique : «Le ministère répond simplement à la demande des wilayas. Le chiffre tend à augmenter avec la demande de certaines wilayas en matière d’ouverture de classes.» Si El Hachmi Assad explique encore que pour assoir une généralisation réussie, il faut en finir avec cette notion piégeante, centrée sur le problème de la demande sociale, car celle-ci représente en elle-même un vrai frein pour le développement de l’enseignement de tamazight.

                      Si plusieurs enseignants de tamazight évoquent le manque de volonté politique pour promouvoir cette langue, le HCA est plutôt optimiste. Si El Hachemi Assad rappelle les «pas accomplis» même si «beaucoup reste à faire et surtout à parfaire». «Cela dit, malgré les problèmes constatés sur le terrain, nous demeurons optimistes, car il y a une volonté politique de hisser tamazight comme matière essentielle, donc obligatoire dans le système éducatif national», argumente-t-il. Même discours du ministère de l’Education qui veut que son apprentissage ne soit plus une «contrainte» tel décrit par certains élèves, vu les conditions d’enseignement.

                      Samir Chaker résume la situation : «On doit sacrifier une ou deux générations pour voir un jour tamazight avoir une place réelle !» La question de l’encadrement reste aussi posée, même si le ministère n’évoque aucun problème quant à l’ouverture des postes budgétaires. Statistiquement, pour le palier fondamental, il existe actuellement 2039 enseignants, le nombre grimpera lors de la prochaine rentrée scolaire à 2200, selon toujours Hamdi.

                      Pour le secondaire, ils sont 513 et 7 nouveaux postes seront ouverts pour le nouveau concours de recrutement. Le difficulté, donc, dans tout le processus, est de retrouver la dimension nationale de cet enseignement. Le HCA dit vouloir faire des efforts dans ce sens : «Nous devons travailler dans le sens du règlement des problèmes liés à l’enseignement de tamazight et de prendre les décisions diligentes et convenables pour passer à son extension et ce, dans l’objectif final de consacrer la dimension nationale à cet enseignement.»

                      Selon Abdeslam Abdenour, le problème ne se pose pas pour ce qui est du kabyle pratiqué à 95% sur l’ensemble du pays. Il explique aussi : «Il est évident parce que l’essentiel du personnel enseignant se trouve en Kabylie. Cette proximité des intervenants favorise la communication et les échanges d’expériences. C’est un atout pour ce champ d’exercice de l’enseignement de tamazight. Notez que le résultat de ces échanges est partagé avec ceux qui exercent en dehors de la Kabylie lors des rencontres et colloques spécifiques.»




                      Nassima Oulebsir
                      EL Watan

                      Comment


                      • #12
                        Hadi c'est la meilleure, les Kabyles veulent même imposer leur dialecte aux autres berbères. Les arabes ne voudront pas apprendre le tamazight, une première expérience a été faite en 2002 ou 2008 je ne sais plus, les enfants/parents boycottaient.

                        Vous ne nous aimez pas, vous nous voulez du mal et votre dialecte ne sert à rien, pourquoi devons-nous l'apprendre... L'article ne prévoit pas la réponse qui sera donnée à cette dictature.

                        Les programmes scolaires sont chargés, pour moi la solution est de régionaliser et non nationaliser.

                        Comment


                        • #13
                          Le secrétaire général du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounes, a plaidé jeudi à Batna en faveur d'"une paix linguistique en Algérie", soulignant que l’arabe et tamazight sont désormais deux langues nationales officielles. Dans un meeting de la campagne électorale pour les législatives du 4 mai tenu à la maison de la culture Mohamed Laïd Al Khalifa, Benyounes a estimé "qu’après la démocratie calme, il fallait parvenir en Algérie à une paix linguistique car l’arabe et l’amazighité sont désormais deux langues nationales officielles et n'y plus de place pour la surenchère".

                          "La langue amazighe a besoin d’un travail approprié de la part des experts, des spécialistes et des linguistes pour lui donner tous les moyens de devenir effectivement une langue nationale et officielle", a encore considéré le responsable partisan.

                          Il a également noté que depuis quatre ans l’on parle du printemps arabe, alors que, a-t-il poursuivi "nous avons connu en Algérie notre printemps durant les années 1980". Il a, dans le même ordre d’idées, salué depuis la capitale des Aurès, les militants du mouvement amazigh qui ont, a-t-il dit, "lutté pacifiquement pour le recouvrement de de leur identité et de leur langue".

                          Sous les applaudissements des militants et sympathisants, le responsable du MPA a invité le peuple algérien notamment les jeunes ‘‘à s’ouvrir sur les langues étrangères pour accéder effectivement et avec force à la mondialisation’’.

                          Qualifiant la situation économique actuelle du pays de "difficile", il a estimé que la solution économique consiste à "créer davantage d’entreprises et à encourager l’investissement".

                          M. Benyounes a, à la même occasion, appelé à "une forte participation" aux législatives du 4 mai prochain pour "donner une grande crédibilité à la prochaine Assemblée populaire nationale et une plus forte légitimité au gouvernement qui en sortira".

                          Il a également affirmé : "nous voulons une Algérie de paix, de stabilité, de démocratie et d’unité et non pas une Algérie de l’anarchie, de Fitna et de guerre civile et nous devons toujours nous souvenir de ceux qui se sont sacrifiés pour que l’Algérie reste libre et démocratique".

                          APS

                          Comment


                          • #14
                            Je trouve bizarre d'imposer un dialecte surtout qu'il est pluriel, la langue amazigh n'existe pas, c'est le kabyle, le chaoui, le tergui, le mzab, chaque dialecte est différent, on aura plusieurs langues nationales... Et l'écrit sera quoi ? et l'administration ?

                            Au canada par exemple même dans les provinces francophones l'administration est en anglais.

                            Même le gaélic, le gallois, n'ont pas réussi à être imposé face à l'anglais au Uk, ils sont régionaux. Il y aura aussi l'insularisation de leur région aussi. La Kabylie région autonome entourée de l'Algérie. Ils feront comme l'Europe, développeront le tourisme... élèveront du porc et sanglier, supprimeront l'islam, fêteront la gay pride... Voilà le rêve de la Kabylie.

                            Comment


                            • #15
                              pour moi la solution passe par la suppression de terbia islamia du programme scolaire, il appartient aux parents de transmettre les convictions religieuses au sein de la famille si ils le souhaitent -dans aucune école française publique on apprend aux enfants le christianisme ou comment laver un mort comme on le fait dans l’école algérienne en primaire.Il n'appartient pas a l'etat de produire des musulmans mais des étudiants formés dans les sciences fondamentales et de produire des citoyens apte a vivre en societe et productif que ce soit dans le domaine technique ou artistique ou philosophique mais pas de produire des imams a grande échelle...l’état algérien doit s'orienter vers la laïcité un jour ou l'autre -la laïcité ce n'est pas devenir chrétien et ce n'est pas une invitation a la fornication comme certains veulent nous le faire croire -la laïcité ne réduit en rien l'islam mais le rend pacifique et enlève au musulman la responsabilité de défendre dieu sur terre face aux autres citoyens -dieu est capable de se défendre lui même -et puis a quoi sert l'enfer si il doit rester vide lol!-la laïcité permet a toutes les confessions de vivre ensemble mais pas seulement les confessions religieuses parce que par extension cela supprime la haine ,le racisme,la catégorisation ect... si la laïcité est aussi dangereuse pour l'islam pourquoi des millions de musulmans dont une partie importante de salafistes sont dans les pays kafers et souvent adoptent la nationalité de ces pays -qu'on m'explique ?.

                              pour moi l’Algérie est un Etat amazigh , qui a été arabisé par la force -la langue arabe nous a été imposé par les religieux et les politiques -l'arabe dans l'histoire du pays a été parlé principalement dans les grandes villes du littoral -parce que tout simplement les villes intéressaient davantage les envahisseurs- a chaque invasion ,les zones les plus touchées et les plus déculturés étaient les villes...ce n'est pas tamazight qui devrait etre optionnelle mais la langue arabe ,il convient de diminuer son enseignement au fur et a mesure de la progression de la langue nationale véritable jusqu’à sa disparition totale de nos programmes.cette langue ne produit absolument rien -allez au souk vous verrez les prix des produits et surtout regardez le made in -si vous me trouvez made in algeria ou made in arabia saoudite ,je vous paie le produit envoyez moi les factures - l’écriture de cette langue est étrange , personne ne la comprend dans sa version d'origine la fosha -aucun ordinateur Windows ne peut l'utiliser sans bugger -je ne sais même pas si il y a des claviers dans cette langue et combien il s'en vend -quand a la langue daridja ,elle s'est imposée par défaut et je ne sais pas si elle s’écrit et si elle est constitutionnelle parce que sinon il faudra nous expliquer combien de langues ont les arabes ...notre langue c'est tamazight ,la langue arabe lui doit beaucoup d'argent investi dans le vide, avec plus de 60 années de budgets de l’État a récupérer a son profit -parce que cela s'appelle un préjudice qui nécessite réparation- pour que les enfants kabyles mais ils peuvent être chouias ,terguis ,mozabites ect qui naissent kabyles pleurent en kabyle ,rigolent en kabyle se transforment soudainement en arabe a l’école...savez vous qu'on a mis fin a l'enseignement du latin et du grec au collège en France pour alléger les programmes -pourquoi devrions nous encore continuer a enseigner la fosha chez nous ! ...est ce que la civilisation greco romaine est moins grandiose que celle des arabes.

                              on ne peut plus expliquer aux algériens que l'islam justifie l'adoption de l'arabe, l'islam est pratiqué dans des pays ou la langue arabe n'est pas la langue officielle, on ne peut pas expliquer que le pays a besoin de la langue arabe parce qu'autrement il s'effondrerait économiquement ou moralement parce qu'il s'effondre déjà avec cette langue.


                              Comment

                              Working...
                              X